Le babiroussa se blesse tout seul avec ses défenses

Proposé par
le
dans

Le babiroussa est un mammifère dont les deux paires de défenses montent au-dessus du museau. Chez le mâle, la paire supérieure, recourbée vers l'arrière, peut mesurer jusqu'à 30 cm et ainsi le blesser en lui rentrant dans la peau. Cela n'est pas sans conséquence car il arrive que cela provoque des infections et le tue.


Commentaires préférés (3)

Belle réussite de l'évolution ! ^^

L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses attire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème...

J'avais lu quelque part que ce genre d'évolution est à l'origine de la disparition du tigre à dents de sabre. Les femelles préférant les mâles avec les plus longs crocs, ces derniers étaient de plus en plus long à chaque génération, de fait rendant de plus en plus compliquée l'alimentation des ces derniers.

Mais c'est sans doute uniquement une jolie histoire


Tous les commentaires (34)

Belle réussite de l'évolution ! ^^

Je suis souvent épaté par les merveilles de la nature et de l'évolution, pour le coup, je m'interroge !

Cette anecdote n'est pas approuvée par Darwin (ou plutôt JB de Lamarck mais c'est un autre sujet)

L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses attire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème...

a écrit : Belle réussite de l'évolution ! ^^ Ben vu que les défenses mettent du temps a pousser, il suffit que ça ne deviennent handicapant (soit en devenant inutile pour se défendre, soit en finissant par se retourner littéralement contre eux-mêmes) qu’après l'accouplement pour que les gènes responsable de ce problème soit transmis de génération en génération.

Ça me fait penser aux tigres à dents de sabre qui avaient hérité de dents tellement grandes que ça en été devenu handicapant.

J'avais lu quelque part que ce genre d'évolution est à l'origine de la disparition du tigre à dents de sabre. Les femelles préférant les mâles avec les plus longs crocs, ces derniers étaient de plus en plus long à chaque génération, de fait rendant de plus en plus compliquée l'alimentation des ces derniers.

Mais c'est sans doute uniquement une jolie histoire

Il ne faut pas oublier que si ces défenses cassent, il faut qu'elles repoussent, d'où l'utilité d'une pousse permanente, qui doit compenser le risque de blessures, qui en plus ne doit toucher que des individus âgés, sortis du cercle des reproducteurs

Ça arrive que la nature se plante ???

a écrit : L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses a
ttire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème... Afficher tout
Et comment l'évolution mène-t-elle les femelles babirossas à préférer les grandes défenses ? Recourbées par ailleurs... ?

+ de défenses -> + fort et + imposant -> + sécurité -> + de survie des enfants -> sélection naturelle et sexuelle. CQFD.

a écrit : Ça me fait penser aux tigres à dents de sabre qui avaient hérité de dents tellement grandes que ça en été devenu handicapant. C'est un peu près ça... Les femelles choisissaient les mâles avec la plus grosse paire... de dent, du coup la génétique a favorisé les tigres aux longues dents sauf que la plus part ne pouvais pas manger leurs dents étaient trop longue...

a écrit : Belle réussite de l'évolution ! ^^ L'évolution favorise la survie d'une espèce, pas celle d'un individu. Si une mutation te dote d'une très grosse paire de testicules et que cela favorise (imaginons...) tes chances de trouver un (des ?) partenaire(s), tu pourras perpétuer ton espèce ! Mais si la roue de la brouette qui te sert à te trimballer avec, un jour casse et que c'est pas pris en charge par ton assurance, bah tu creveras de faim ! Doesn't matter, you had sex !

a écrit : L'évolution favorise la survie d'une espèce, pas celle d'un individu. Si une mutation te dote d'une très grosse paire de testicules et que cela favorise (imaginons...) tes chances de trouver un (des ?) partenaire(s), tu pourras perpétuer ton espèce ! Mais si la roue de la brouette qui te sert à te trimballer avec, un jour casse et que c'est pas pris en charge par ton assurance, bah tu creveras de faim ! Doesn't matter, you had sex ! Afficher tout L’évolution, l’apparition ou la disparition d’un caractère part de l’individu pour se propager à l’espèce entière.
Évidement que l’évolution favorise la survie de l’individu avant celle de l’espèce !

Reprenons l’exemple des testicules. Si les chances de s’accoupler sont proportionnelles à la taille des jumelles, on pourrait se dire qu’après un passage dans la machine à laver de la sélection naturelle, les individus avec la paire la plus énorme resteraient.
Mais si la taille imposante devient un obstacle pour se déplacer (et donc pour survivre), moins d’individus arriveront à se reproduire.
In fine, en laissant faire les choses, on ne finirait pas avec un individu dont les bijoux de famille atteindraient la taille d’une montgolfière mais avec un individu aux parties suffisamment importante pour être sexy et suffisamment petite pour survivre.

a écrit : Et comment l'évolution mène-t-elle les femelles babirossas à préférer les grandes défenses ? Recourbées par ailleurs... ? De la même manière qu’elle mène un homme à préférer une femme avec des seins volumineux et des hanches larges (en moyenne).
Je n’ai pas de réponse mais si je devais émettre une hypothèse, je dirais que la vue de certaines formes déclenche dans le cerveau la libération de substances agréables. Je pense par exemple au paon faisant la roue. Les motifs et les couleurs enclenchent peut-être des réactions différentes chez la femelle en fonction de leurs dispositions sur les plumes.

a écrit : L'évolution n'a jamais eu pour but de créer des êtres parfait.

L'évolution des espèces n'est que la somme de modification aléatoire dont seul celles donnant un avantage (de survie, reproduction...) au porteur ce sont propager dans la population.

Ainsi, de grandes défenses a
ttire les femelles, et donc ceux qui ont les plus grandes ce reproduisent le plus. Ce qui donne ce genre de problème... Afficher tout
Très légère erreur : c'est pas ceux qui ont un avantage qui vont se propager, c'est ceux qui n'ont pas de désavantage.
C'est une toute petite nuance mais ma prof de génétique m'a intérieurement crier dessus alors voilà... xD

a écrit : Très légère erreur : c'est pas ceux qui ont un avantage qui vont se propager, c'est ceux qui n'ont pas de désavantage.
C'est une toute petite nuance mais ma prof de génétique m'a intérieurement crier dessus alors voilà... xD
Si une mutation est à l’origine d’un caractère avantageux chez un individu, ça n’implique pas que les autres individus soient désavantagés par rapport à leur environnement puisque rien n’aura changé pour eux à part l’emergence d’un individu mieux adaptés. Si une concurrence intra-espèce s’installe, ce seront les individus avantagés qui persisteront (et à ce moment on peut considérer que l’absence d’avantage est un désavantage mais c’est jouer sur les mots et pas vrai tout le temps).

Si une mutation entraîne une perte ou un gain de fonction désavantageux chez un individu alors votre exemple fait sens. Mais de toute façon un caractère désavantageux à l’instant t ne sera globalement pas transmis.

Votre tournure de phrase impliquerait que seul l’environnement change et qu’en changeant il désavantage certains individus. Sauf que les mutations génétiques permettent également à un individus de prendre l’avantage dans un environnement qui ne change pas.

Pour moi les deux tournures sont correctes selon le contexte.