Vivaldi composait plus vite que la musique écrite

Proposé par
le

Connu comme étant l’un des plus grands compositeurs de musique baroque et joueur de violon exceptionnel reconnu de son vivant, Antonio Vivaldi avait la « capacité » de composer très rapidement. En effet, il composait plus vite que le copiste ne pouvait retranscrire la partition.

Cependant, il fut très critiqué (à tort) par ses semblables, accusé de répétition et de monotonie, l’auto-plagiat était très courant au XVIIe siècle. Son travail « à la hâte » et ses nombreuses commandes peuvent être la cause de la réutilisation de mêmes procédés, d’où sa « rapidité d’écriture ». L’analyse de son œuvre prouverait le contraire et affirmerait la diversité ainsi que le génie qui en émane, sa rapidité n’étant que le fruit de son talent.


Commentaires préférés (3)

Les critiques portées par Stravinsky n'ont eu que peu d'influence sur Vivaldi...

Il lui aurait donc fallu moins d'un an pour composer "les quatre saisons" !!!???

Pour comprendre
Le compositeur écrit la musique. Cependant beaucoup de phrases sont répétées ou encore, jouées par plusieurs instruments. Il y a en effet beaucoup de doublures et me compositeur ne s'embetait pas à tout écrire, laissant seulement les indications.
Le copiste, lui est chargé de copier le matériel d'orchestre. À savoir me conducteur : la partition sur laquelle toutes les parties sont écrites, mais également la partie de chaque instrument.

À présent il y a l'informatique et le copier-coller.

Quant à "l'autoplagiat" c'est plutôt du recyclage.
Que ce soit de morceaux complets
(Choral du veilleur, chez J-S. Bach, que l'on retrouve pour orgue seul, ou version orchestrée avec ténor solo)
Ou de phrases qui seront reprises dans divers morceaux, ce qui est plus le cas chez Vivaldi. Un peu comme la toile de Vuitton qui est déclinée et réutilisée de plusieurs manières. C'est un materiau


Tous les commentaires (20)

Les critiques portées par Stravinsky n'ont eu que peu d'influence sur Vivaldi...

Il lui aurait donc fallu moins d'un an pour composer "les quatre saisons" !!!???

a écrit : Les critiques portées par Stravinsky n'ont eu que peu d'influence sur Vivaldi... Alors que Vivaldi a vivement critiqué l'oiseau de feu

Il est toujours plus facile de critiquer que d'innover...

Pour comprendre
Le compositeur écrit la musique. Cependant beaucoup de phrases sont répétées ou encore, jouées par plusieurs instruments. Il y a en effet beaucoup de doublures et me compositeur ne s'embetait pas à tout écrire, laissant seulement les indications.
Le copiste, lui est chargé de copier le matériel d'orchestre. À savoir me conducteur : la partition sur laquelle toutes les parties sont écrites, mais également la partie de chaque instrument.

À présent il y a l'informatique et le copier-coller.

Quant à "l'autoplagiat" c'est plutôt du recyclage.
Que ce soit de morceaux complets
(Choral du veilleur, chez J-S. Bach, que l'on retrouve pour orgue seul, ou version orchestrée avec ténor solo)
Ou de phrases qui seront reprises dans divers morceaux, ce qui est plus le cas chez Vivaldi. Un peu comme la toile de Vuitton qui est déclinée et réutilisée de plusieurs manières. C'est un materiau

Anecdote très intéressante
Je me coucherai moins bête
Encore une fois merci à tous ceux qui nous instruisent et qui publie ici , merci également à SCMB
Voilà , bon soir à vous

a écrit : Les critiques portées par Stravinsky n'ont eu que peu d'influence sur Vivaldi... C'est pas faux.

a écrit : C'est pas faux. C'est critique ou influence que vous avez pas compris ?!

a écrit : C'est critique ou influence que vous avez pas compris ?! J'ai rien compris.
Quelles sont ces critiques au juste ?
En quoi étaient-elles susceptibles d'influencer Vivaldi ?

Ça me fait penser à Mozart, je crois me souvenir qu'il avait un grand rival qui était jaloux de son génie. Mozart était capable de composer des chefs d'œuvre en quelques heures, mais à côté de ça il passait beaucoup de temps à s'amuser se qui rendait fou son rival (dont j'ai oublié le nom)

a écrit : Ça me fait penser à Mozart, je crois me souvenir qu'il avait un grand rival qui était jaloux de son génie. Mozart était capable de composer des chefs d'œuvre en quelques heures, mais à côté de ça il passait beaucoup de temps à s'amuser se qui rendait fou son rival (dont j'ai oublié le nom) Antonio Salieri. Il n'a pas eu de chance : il était plutôt doué mais il était contemporain de Mozart alors forcément Mozart lui a fait un peu d'ombre...

a écrit : Ça me fait penser à Mozart, je crois me souvenir qu'il avait un grand rival qui était jaloux de son génie. Mozart était capable de composer des chefs d'œuvre en quelques heures, mais à côté de ça il passait beaucoup de temps à s'amuser se qui rendait fou son rival (dont j'ai oublié le nom) Ces souvenirs sont liés au film Amadeus de Forman. C'est toutefois historiquement faux. Salieri n'était pas le jaloux qui y est dépeint.

a écrit : Pour comprendre
Le compositeur écrit la musique. Cependant beaucoup de phrases sont répétées ou encore, jouées par plusieurs instruments. Il y a en effet beaucoup de doublures et me compositeur ne s'embetait pas à tout écrire, laissant seulement les indications.
Le copiste, lui est chargé de copier le
matériel d'orchestre. À savoir me conducteur : la partition sur laquelle toutes les parties sont écrites, mais également la partie de chaque instrument.

À présent il y a l'informatique et le copier-coller.

Quant à "l'autoplagiat" c'est plutôt du recyclage.
Que ce soit de morceaux complets
(Choral du veilleur, chez J-S. Bach, que l'on retrouve pour orgue seul, ou version orchestrée avec ténor solo)
Ou de phrases qui seront reprises dans divers morceaux, ce qui est plus le cas chez Vivaldi. Un peu comme la toile de Vuitton qui est déclinée et réutilisée de plusieurs manières. C'est un materiau
Afficher tout
Peut-on dire que Vivaldi avait "l'oreille absolue" ?

a écrit : Ça me fait penser à Mozart, je crois me souvenir qu'il avait un grand rival qui était jaloux de son génie. Mozart était capable de composer des chefs d'œuvre en quelques heures, mais à côté de ça il passait beaucoup de temps à s'amuser se qui rendait fou son rival (dont j'ai oublié le nom) Salieri.
Edit: mais je vois que cela a déjà été dit et j’apprends à l’instant que c’était une fausse info, véhiculée par le film, excellent par ailleurs.

J’aime bien une fois de plus la précision de cette anecdote :
« En effet, il composait plus vite que le copiste ne pouvait retranscrire la partition. »

Source Wikipedia :
C’est un gars qui écrit à un de ses potes que « Vivaldi lui a dit que »

Deuxième source:
« Réputé pour son rythme effréné de production, on le disait animé d’une certaine vantardise, entretenant soigneusement la légende de sa rapidité de composition. Il se targuait en effet de pouvoir composer un concerto plus vite que le copiste ne pouvait transcrire. »

a écrit : Pour comprendre
Le compositeur écrit la musique. Cependant beaucoup de phrases sont répétées ou encore, jouées par plusieurs instruments. Il y a en effet beaucoup de doublures et me compositeur ne s'embetait pas à tout écrire, laissant seulement les indications.
Le copiste, lui est chargé de copier le
matériel d'orchestre. À savoir me conducteur : la partition sur laquelle toutes les parties sont écrites, mais également la partie de chaque instrument.

À présent il y a l'informatique et le copier-coller.

Quant à "l'autoplagiat" c'est plutôt du recyclage.
Que ce soit de morceaux complets
(Choral du veilleur, chez J-S. Bach, que l'on retrouve pour orgue seul, ou version orchestrée avec ténor solo)
Ou de phrases qui seront reprises dans divers morceaux, ce qui est plus le cas chez Vivaldi. Un peu comme la toile de Vuitton qui est déclinée et réutilisée de plusieurs manières. C'est un materiau
Afficher tout
Je crois que tu as un petit problème avec l'auto-correction.

a écrit : J’aime bien une fois de plus la précision de cette anecdote :
« En effet, il composait plus vite que le copiste ne pouvait retranscrire la partition. »

Source Wikipedia :
C’est un gars qui écrit à un de ses potes que « Vivaldi lui a dit que »

Deuxième source:
« Réputé pour s
on rythme effréné de production, on le disait animé d’une certaine vantardise, entretenant soigneusement la légende de sa rapidité de composition. Il se targuait en effet de pouvoir composer un concerto plus vite que le copiste ne pouvait transcrire. » Afficher tout
Je me suis dit la même chose en lisant les sources. Cela manque d’éléments concrets.

Ouais ça se trouve c'était juste le copiste qui était toujours à la ramasse.

- "Attends, attends, attends ! Antonio, attends ! Moi j'en suis resté à Si bémol après j'ai rien noté. Et puis ça se note comment déjà un si bémol"

a écrit : Ces souvenirs sont liés au film Amadeus de Forman. C'est toutefois historiquement faux. Salieri n'était pas le jaloux qui y est dépeint. J'ai vu ça sur le chapitre concernant Mozart dans secret d'histoire et il me semble que pas mal de sources et d'historiens s'accordent à dire que salieri était plus que jaloux de Mozart