Le peuple fut déçu par la rapidité de la guillotine

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Il y avait même de la bienséance à cette époque, puisque Marie-Antoinette, avant de se faire guillotiner, a marché sur le pied de son bourreau et lui a dit : "Excusez-moi, je ne l'ai pas fait exprès". (Anecdote du 09.09.2014)

"Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : Vous êtes de la famille du pendu ? C'était sa soeur. Bonjour l'approche !"

C'est aussi la première fois qu'on hua un fonctionnaire pour avoir fait son travail vite et bien.


Tous les commentaires (67)

Il y avait même de la bienséance à cette époque, puisque Marie-Antoinette, avant de se faire guillotiner, a marché sur le pied de son bourreau et lui a dit : "Excusez-moi, je ne l'ai pas fait exprès". (Anecdote du 09.09.2014)

"Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : Vous êtes de la famille du pendu ? C'était sa soeur. Bonjour l'approche !"

C'est aussi la première fois qu'on hua un fonctionnaire pour avoir fait son travail vite et bien.

Le condamné à mort, Nicolas Jacques Pelletier, était un voleur qui avait poignardé un passant pour de l'argent.

Et je ne le redirais jamais assez ici, mais lisez la bibliographie de Charles Henri Sanson (le bourreau).
Voire même sa fiche Wiki pour les plus flemmards ;)

a écrit : Il y avait même de la bienséance à cette époque, puisque Marie-Antoinette, avant de se faire guillotiner, a marché sur le pied de son bourreau et lui a dit : "Excusez-moi, je ne l'ai pas fait exprès". (Anecdote du 09.09.2014) Si on veut continuer dans le "bon mot", anecdote publiée le 29/05/2011 sur François Lacenaire, guillotiné un lundi, qui aurait dit avant de monter à l'échafaud : "la semaine commence mal".

Allez, encore une autre pour la route.

William Palmer a été exécuté par pendaison en 1856.
Sur l'échafaud, il regarde la trappe prête à s'ouvrir sous ses pieds et demande au bourreau:
"Vous êtes sûr que c'est sans danger ?"

En même temps, si je me déplace pour voir un gars se faire torturer et exécuter, j’en veux pour mon argent. Je comprend la foule.

C'était pas une sinécure d'être bourreau :) Il y a pas mal "d'histoires de grands mères", de superstitions, sur le sujet : notamment que poser le pain à l'envers (sur le dos) sur la table porte malheur. Cela viendrait du fait que, dans les boulangeries, le pain destiné au bourreau était présenté et préparé sur l'étal ainsi (sur le dos). Ainsi, personne ne touchait au pain du bourreau.
On a aussi que "passer sous une échelle" porte malheur ; il s'agirait de l'échelle de l'échafaud sous laquelle il valait mieux ne pas passer, c'est sûr...

On savait se distraire à l'époque...

a écrit : "Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : Vous êtes de la famille du pendu ? C'était sa soeur. Bonjour l'approche !" Une bien belle anecdote de provençal le gaulois.

a écrit : Une bien belle anecdote de provençal le gaulois. C'est con, pour une fois qu'il arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, y se goure quand on lui demande son nom...

Arf, c'est encore un truc à perdre la tête...

Ça a pas tellement changer avec les gens qui s'arrête pour voir les accident ou prennent des photo ect...

a écrit : Ça a pas tellement changer avec les gens qui s'arrête pour voir les accident ou prennent des photo ect... Quand on prenait la voiture par le massif central, sous la neige pour aller passer noel, une fois sur deux quand il y avait un accident, y'en avait un autre dans l'autre sens ^^

a écrit : C'est con, pour une fois qu'il arrive à faire quelque chose de ses dix doigts, y se goure quand on lui demande son nom... Pas foutu de savoir son nom!

-Il paraît que Louis XVI ressemblait trait pour trait à Louis XIV
-Pas du tout, il faisait une tête de moins

La guillotine n'est pas une invention de la Révolution. En effet, s'est en s'inspirant de gravures de machines anciennes déjà utilisées en Italie, en Allemagne, en Angleterre, en Ecosse dès le XIIe siècle, et même en France (selon les mémoires de Puységur, elle servit le 30 octobre 1632 à l'éxécution d'Henri II de Montmorency, maréchal de France, à Toulouse), qu'Antoine Louis, aidé de Guillotin, conçoit une machine placée sur un échafaud.

a écrit : Le condamné à mort, Nicolas Jacques Pelletier, était un voleur qui avait poignardé un passant pour de l'argent.

Et je ne le redirais jamais assez ici, mais lisez la bibliographie de Charles Henri Sanson (le bourreau).
Voire même sa fiche Wiki pour les plus flemmards ;)
La question que je me pose: les exécutions en publiques on-t-il fait baisser le taux de criminalité? Le but était si je comprends bien de montrer l’exemple en cas de délit.

Nb: je ne suis pas pour la condamnation,
Mais de comprendre si tuer quelqu’un sur une place publique pour rendre justice avais un impact sur les statistiques d’une ville, région...

Le dernier à avoir été guillotiné en public est le Eugene Wiedmann guillotiné en 1939 à Versailles. Certaines personnes auraient trempé leur mouchoir dans son sang. Cela a horrifié le président de la république qui a fait interdire les exécutions publiques. La vidéo est sur YouTube.