La souris blanche fut recherchée par la gestapo

Proposé par
le
dans

L’australienne Nancy Wake surnommée "la souris blanche" par la gestapo a longtemps été la résistante la plus recherchée de France. Elle est l'une des femmes les plus décorées de cette guerre notamment car avec son mari elle créa un réseau de résistance aidant les pilotes anglais abattus.

Il existe un film inspiré de sa vie : Charlotte Gray.


Commentaires préférés (3)

Un décès la veille de ces 99 ans avec une consommation quotidienne de 6 gins tonic ;)

Dans une de ses dernières interviews, elle a eu cette phrase : « si un gars comme Saint-Pierre existe, je vais lui faciliter la tâche tout de suite : je plaide coupable pour absolument tout. » (wikipédia)

Une sacrée femme.

Si vous vous demandez, comme moi, pourquoi nommer un film "Charlotte Gray" alors qu'il serait inspiré de la vie de Nancy Wake, voici ce que j'ai trouvé : 1) en tant qu'agent de la Résistance ou femme mariée, elle a porté différents noms mais aucun d'eux n'était ni même ne ressemblait à Charlotte Grey. 2) ce film est adapté du roman éponyme qui était librement inspiré de la vie de plusieurs femmes résistantes, dont Nancy Wake, mais aussi de plusieurs autres. D'ailleurs l'héroïne du film est écossaise alors que Nancy Wake était australienne. Donc ce film n'a finalement qu'un lointain rapport avec Nancy Wake et le titre du film (et du livre) est un nom inventé pour ne correspondre à aucune, ou à toutes, les femmes qui l'ont inspiré... D'ailleurs j'ai toujours trouvé bizarre de donner à un film le nom du personnage principal (comme Agathe Cléry ou Will Hunting), comme si le scénariste était tellement fier du nom qu'il a inventé pour son personnage principal et pensait que ce nom résume à lui seul l'esprit du film...


Tous les commentaires (20)

Un décès la veille de ces 99 ans avec une consommation quotidienne de 6 gins tonic ;)

Une souris blan-che,
Qui courait dans l'her-be,
Je l'attrape par... Ah non.

Dans une de ses dernières interviews, elle a eu cette phrase : « si un gars comme Saint-Pierre existe, je vais lui faciliter la tâche tout de suite : je plaide coupable pour absolument tout. » (wikipédia)

Une sacrée femme.

Si vous vous demandez, comme moi, pourquoi nommer un film "Charlotte Gray" alors qu'il serait inspiré de la vie de Nancy Wake, voici ce que j'ai trouvé : 1) en tant qu'agent de la Résistance ou femme mariée, elle a porté différents noms mais aucun d'eux n'était ni même ne ressemblait à Charlotte Grey. 2) ce film est adapté du roman éponyme qui était librement inspiré de la vie de plusieurs femmes résistantes, dont Nancy Wake, mais aussi de plusieurs autres. D'ailleurs l'héroïne du film est écossaise alors que Nancy Wake était australienne. Donc ce film n'a finalement qu'un lointain rapport avec Nancy Wake et le titre du film (et du livre) est un nom inventé pour ne correspondre à aucune, ou à toutes, les femmes qui l'ont inspiré... D'ailleurs j'ai toujours trouvé bizarre de donner à un film le nom du personnage principal (comme Agathe Cléry ou Will Hunting), comme si le scénariste était tellement fier du nom qu'il a inventé pour son personnage principal et pensait que ce nom résume à lui seul l'esprit du film...

a écrit : Si vous vous demandez, comme moi, pourquoi nommer un film "Charlotte Gray" alors qu'il serait inspiré de la vie de Nancy Wake, voici ce que j'ai trouvé : 1) en tant qu'agent de la Résistance ou femme mariée, elle a porté différents noms mais aucun d'eux n'était ni même ne ressemblait à Charlotte Grey. 2) ce film est adapté du roman éponyme qui était librement inspiré de la vie de plusieurs femmes résistantes, dont Nancy Wake, mais aussi de plusieurs autres. D'ailleurs l'héroïne du film est écossaise alors que Nancy Wake était australienne. Donc ce film n'a finalement qu'un lointain rapport avec Nancy Wake et le titre du film (et du livre) est un nom inventé pour ne correspondre à aucune, ou à toutes, les femmes qui l'ont inspiré... D'ailleurs j'ai toujours trouvé bizarre de donner à un film le nom du personnage principal (comme Agathe Cléry ou Will Hunting), comme si le scénariste était tellement fier du nom qu'il a inventé pour son personnage principal et pensait que ce nom résume à lui seul l'esprit du film... Afficher tout Les romans et films ayant un héros éponyme sont tout de même légion. Tu trouves étrange par exemple que Voltaire appelle "Candide", le conte racontant l'histoire du personnage Candide ?

Du "haut" de mon statut de petit français vivant en paix depuis toujours dans un confort envié par la moitié de la planète, je n'éprouve que du respect pour toutes ces personnes ayant sacrifié leur vie pour le salut des autres.

a écrit : Les romans et films ayant un héros éponyme sont tout de même légion. Tu trouves étrange par exemple que Voltaire appelle "Candide", le conte racontant l'histoire du personnage Candide ? Tu as remarqué que je disais que c'est justifié si le scénariste est fier du choix du nom de son heros et si ce nom colle à l'oeuvre ? C'est le cas justement pour Candide qui est aussi un adjectif qui dépeint le héros dont dépend l'histoire, et qui n'a donc pas été choisi au hasard. De même pour Gargantua et même, plus récemment, Tanguy, comme ça a été démontré par le fait que c'est plus ou moins devenu une antonomase... Mais, franchement, Agathe Cléry ou Will Hunting ? Le scénariste n'a pu réussi à trouver un autre nom pour son film ?

a écrit : Tu as remarqué que je disais que c'est justifié si le scénariste est fier du choix du nom de son heros et si ce nom colle à l'oeuvre ? C'est le cas justement pour Candide qui est aussi un adjectif qui dépeint le héros dont dépend l'histoire, et qui n'a donc pas été choisi au hasard. De même pour Gargantua et même, plus récemment, Tanguy, comme ça a été démontré par le fait que c'est plus ou moins devenu une antonomase... Mais, franchement, Agathe Cléry ou Will Hunting ? Le scénariste n'a pu réussi à trouver un autre nom pour son film ? Afficher tout Oui ok. Tu différencies la volonté réelle de l’auteur de la paresse de certains.

Peut être que justement les paresseux que tu dénonces voulaient faire comme les grands auteurs mais leur personnage manquait de substance.

a écrit : Pas sûr que ça change ton opinion, mais le titre original est " Good Will Hunting". Alors ce titre est un jeu de mots (qui pourrait se traduire par "à la recherche de la bonne volonté") permis par ce nom... C'est un peu mieux en V.O. en effet !

a écrit : Tu as remarqué que je disais que c'est justifié si le scénariste est fier du choix du nom de son heros et si ce nom colle à l'oeuvre ? C'est le cas justement pour Candide qui est aussi un adjectif qui dépeint le héros dont dépend l'histoire, et qui n'a donc pas été choisi au hasard. De même pour Gargantua et même, plus récemment, Tanguy, comme ça a été démontré par le fait que c'est plus ou moins devenu une antonomase... Mais, franchement, Agathe Cléry ou Will Hunting ? Le scénariste n'a pu réussi à trouver un autre nom pour son film ? Afficher tout Pas sûr que ça change ton opinion, mais le titre original est " Good Will Hunting".

a écrit : Si vous vous demandez, comme moi, pourquoi nommer un film "Charlotte Gray" alors qu'il serait inspiré de la vie de Nancy Wake, voici ce que j'ai trouvé : 1) en tant qu'agent de la Résistance ou femme mariée, elle a porté différents noms mais aucun d'eux n'était ni même ne ressemblait à Charlotte Grey. 2) ce film est adapté du roman éponyme qui était librement inspiré de la vie de plusieurs femmes résistantes, dont Nancy Wake, mais aussi de plusieurs autres. D'ailleurs l'héroïne du film est écossaise alors que Nancy Wake était australienne. Donc ce film n'a finalement qu'un lointain rapport avec Nancy Wake et le titre du film (et du livre) est un nom inventé pour ne correspondre à aucune, ou à toutes, les femmes qui l'ont inspiré... D'ailleurs j'ai toujours trouvé bizarre de donner à un film le nom du personnage principal (comme Agathe Cléry ou Will Hunting), comme si le scénariste était tellement fier du nom qu'il a inventé pour son personnage principal et pensait que ce nom résume à lui seul l'esprit du film... Afficher tout Tout d'abord, merci pour ce complément d'information pertinent... Cela dit, je ne saisis pas bien votre position en ce qui concerne les titres de films comportant le nom du protagoniste principal, dans le cas de biopic ce n'est en rien gênant. Au delà du fait de montrer quelque forme de fierté que ce soit de la part de l'auteur, il nous indique(le titre) plutôt une chronologie ou tout du moins une logique de narration centrée sur le personnage principal, justifiant ainsi le montage ainsi que le fil conducteur du métrage... Pour exemple je pourrais prendre le film "Bohemian rapsody" qu'il ne m'aurait pas dérangé de voir renommé en "The rising of Queen", "Queen: the story"ou un truc dans le genre. A partir du moment ou le film traite de la vie d'une entité, je ne vois pas de raison rationnelle de se préserver de nommer l'oeuvre à l'image de son protagoniste.

a écrit : Une souris blan-che,
Qui courait dans l'her-be,
Je l'attrape par... Ah non.
Non !

a écrit : Tout d'abord, merci pour ce complément d'information pertinent... Cela dit, je ne saisis pas bien votre position en ce qui concerne les titres de films comportant le nom du protagoniste principal, dans le cas de biopic ce n'est en rien gênant. Au delà du fait de montrer quelque forme de fierté que ce soit de la part de l'auteur, il nous indique(le titre) plutôt une chronologie ou tout du moins une logique de narration centrée sur le personnage principal, justifiant ainsi le montage ainsi que le fil conducteur du métrage... Pour exemple je pourrais prendre le film "Bohemian rapsody" qu'il ne m'aurait pas dérangé de voir renommé en "The rising of Queen", "Queen: the story"ou un truc dans le genre. A partir du moment ou le film traite de la vie d'une entité, je ne vois pas de raison rationnelle de se préserver de nommer l'oeuvre à l'image de son protagoniste. Afficher tout Il dit juste que c'est aussi ennuyeux que d'appeler un chat un chat, et que le cinéma étant un milieu artistique ils pourraient se permettre de trouver moins évident. .. et plus parlant. Un vrai titre quoi... je le comprends moi c'est quand on donne comme titre de chanson la phrase répétée 30 dedans qui me déçoit. Baudelaire, ça, c'est un mec qui savait titrer! Tu sais à peu près sur quel registre il va t'emmener, mais ça reste assez mystérieux et intriguant pour avoir envie de lire l'oeuvre

a écrit : Il dit juste que c'est aussi ennuyeux que d'appeler un chat un chat, et que le cinéma étant un milieu artistique ils pourraient se permettre de trouver moins évident. .. et plus parlant. Un vrai titre quoi... je le comprends moi c'est quand on donne comme titre de chanson la phrase répétée 30 dedans qui me déçoit. Baudelaire, ça, c'est un mec qui savait titrer! Tu sais à peu près sur quel registre il va t'emmener, mais ça reste assez mystérieux et intriguant pour avoir envie de lire l'oeuvre Afficher tout Vu comme ça, c'est un avis défendable... Mais, chat (1) ou chat (2) de Baudelaire on en parle ? :) Là en l'occurrence il appelle un chat un chat.

a écrit : Il dit juste que c'est aussi ennuyeux que d'appeler un chat un chat, et que le cinéma étant un milieu artistique ils pourraient se permettre de trouver moins évident. .. et plus parlant. Un vrai titre quoi... je le comprends moi c'est quand on donne comme titre de chanson la phrase répétée 30 dedans qui me déçoit. Baudelaire, ça, c'est un mec qui savait titrer! Tu sais à peu près sur quel registre il va t'emmener, mais ça reste assez mystérieux et intriguant pour avoir envie de lire l'oeuvre Afficher tout Si on prend l'exemple de Baudelaire, il a employé le même procédé avec "l'Albatros" par exemple. C'est probablement pour donner plus de force au personnage et souligner son rôle primordial même s'il n'est pas le plus présent.

a écrit : Tout d'abord, merci pour ce complément d'information pertinent... Cela dit, je ne saisis pas bien votre position en ce qui concerne les titres de films comportant le nom du protagoniste principal, dans le cas de biopic ce n'est en rien gênant. Au delà du fait de montrer quelque forme de fierté que ce soit de la part de l'auteur, il nous indique(le titre) plutôt une chronologie ou tout du moins une logique de narration centrée sur le personnage principal, justifiant ainsi le montage ainsi que le fil conducteur du métrage... Pour exemple je pourrais prendre le film "Bohemian rapsody" qu'il ne m'aurait pas dérangé de voir renommé en "The rising of Queen", "Queen: the story"ou un truc dans le genre. A partir du moment ou le film traite de la vie d'une entité, je ne vois pas de raison rationnelle de se préserver de nommer l'oeuvre à l'image de son protagoniste. Afficher tout Je réexplique : je n'ai rien contre le fait d'appeler Queen ou même Rising of Queen un film sur Queen. Ce que je déplorais (et expliquais) dans mon commentaire c'est que Agathe Cléry, dans mon exemple, ou Charlotte Grey, dont parle l'anecdote, sont des noms inventés qui n'ont aucun rapport avec l'histoire et qui, en plus, sont quelconques. Les films pourraient être exactement les mêmes si leurs héroïnes s'appelaient respectivement Chantal Dupuis et Heather Smith. Et pour être tout à fait clair, je n'ai rien contre les noms Agathe Cléry et Charlotte Grey : il faut bien donner un nom au personnage. Mais de là à trouver que ce nom est tellement important qu'il mérite d'être aussi le titre du film... Donc si un film sur la vie de Nancy Wake s'appelle Nancy Wake, au moins c'est respectueux (à défaut d'être original), mais si on invente un nom au hasard, pour pouvoir faire un film dont l'histoire ne correspond à aucune ou plusieurs personnes, ce nom n'a pas assez d'importance pour être le titre du film et il vaudrait mieux appeler le film "A bold spy" ou "Resist" ou "The Mouse", etc. On a l'embarras du choix.

a écrit : Du "haut" de mon statut de petit français vivant en paix depuis toujours dans un confort envié par la moitié de la planète, je n'éprouve que du respect pour toutes ces personnes ayant sacrifié leur vie pour le salut des autres. Oh, j'en ai les larmes aux yeux.

L'anecdote evoque une grande héroïne de la résistance et finalement le sujet des coms est sur le cinema
Les effets secondaires et mystérieux de SCMB !!!!

a écrit : L'anecdote evoque une grande héroïne de la résistance et finalement le sujet des coms est sur le cinema
Les effets secondaires et mystérieux de SCMB !!!!
Tout commentaire est une occasion de se coucher moins bête!
Évidemment, il est parfois difficile de savoir en quoi! Une occasion de saluer tous les trolls et rageux présents sur l’appli.

Voilà donc qui est la souris dans le dessin animé « Vaillant pigeon de combat » !!