De Gaulle a tout fait pour ne pas que les britanniques rejoignent l'Europe

Proposé par
le
dans

Les Britanniques ont voté en faveur du "Brexit" mais la Grande Bretagne avait pourtant tout fait pour entrer dans l'Europe économique. En 1961, Londres avait demandé à entrer dans le marché commun, mais un véto en 1963 du général De Gaulle avait empêché la chose. Le même scénario s'était produit en 1967. De Gaulle suspectait Londres de vouloir être un "cheval de Troie" au service des Etats-Unis, menaçant l'indépendance de l'union. Ils sont finalement entrés dans l'Europe économique en 1973.


Commentaires préférés (3)

La formulation du titre est... Étonnante dirons-nous.

En fait les british c’est des chats, ils grattent pour rentrés par la porte mais une fois ouverte ils sont indécis

a écrit : La formulation du titre est... Étonnante dirons-nous. "De Gaulle a tout fait pour empêcher les Britanniques de rejoindre l'Europe." aurait été plus littéraire dirons-nous. ;)


Tous les commentaires (79)

La formulation du titre est... Étonnante dirons-nous.

-Europe ?
-Non
-Pas Europe ?
-Non
-Brexit ?
-Non
-Pas de Brexit ?
-Non
-Autre chose ?
-Non
-Banane ?
-Non !
Parapluie ?
-Non !
-Ça marché avec n'importe quoi
-Non !

En fait les british c’est des chats, ils grattent pour rentrés par la porte mais une fois ouverte ils sont indécis

a écrit : La formulation du titre est... Étonnante dirons-nous. "De Gaulle a tout fait pour empêcher les Britanniques de rejoindre l'Europe." aurait été plus littéraire dirons-nous. ;)

Maintenant une partie de la population demande un nouveau référendum. J'ai l'impression que pour ces gens là la démocratie est seulement à sens unique !

a écrit : En fait les british c’est des chats, ils grattent pour rentrés par la porte mais une fois ouverte ils sont indécis J'allais commenter " les Anglais, les chats de l'Europe" mais tu as été plus rapide :D

Ils veulent juste le beurre, l'argent du beurre et la crémière.

a écrit : Maintenant une partie de la population demande un nouveau référendum. J'ai l'impression que pour ces gens là la démocratie est seulement à sens unique ! La crédibilité du 1er scrutin est remise en cause, beaucoup persuadé que le "stay" gagnerait n'ont meme pas fait le déplacement pour voter (mais bon l'absentéisme n'a pas d'excuse)
Les arguments des défenseurs du "leave" se sont avérés être faux aussi, le plus grand défenseur du leave a même démissionné dans la foulée du référendum à cause de ses mensonges.
Il y aussi une histoire de conflit de génération, les plus jeunes veulent majoritairement rester et les plus vieux quitter.

De plus beaucoup critique qu'une si grande question ne devrait pas être prise avec une si petite majorité 51% pour leave 49% pour stay.

A la base le brexit était une bête promesse électorale de David Cameron l'ex premier ministre anglais. Il était à peu près sûr que de toutes façons le "remain" serait vainqueur. Sauf que non. Le lendemain du référendum pour le brexit, la phrase "what is brexit" était la plus recherchée. Le lendemain. Le référendum naît surtout d'un ras le bol de limmigration, et d'une croyance populaire disant que le balance de ce que payait et recevait le royaume uni était trop en faveur de l'Europe ( ce qui était faux) Principalement votée par les personnes de 50 ans et plus, conservateurs(les jeunes étant majoritairement pour un remain mais ont eu une participation très inferieure, allez voter bordel) le brexit est complètement insoluble. D'une part le royaume uni ne représente que quelques pour cent du commerce européen, mais reçoit presque 40% des flux entrant depuis l'Europe, et n'est donc pas en mesure de négocier, d'autant qu'ils ont souvent été en désaccord avec le reste des états européens. Leur demande consiste principalement à laisser librement circuler les flux de capitaux mais à contrôler les flux de personnes, en bref s'en sortir avec le beurre et l'argent du beurre. D'un point de vue économique c'est une catastrophe puisque la livre fait du yo-yo, (et va intrinsèquement continuer à perdre la confiance des investisseurs et eventuellement attirer les spéculateurs, le pire pour une monnaie), la croissance s'apprete a plonger avec lemploi, et 30%(je crois) des entreprises se disent prêtes à quitter le RU en cas de brexit dur. Sans parler de la bourse de Londres qui ne pourra pas rester à Londres si aucun accord n'est passé (ce qui pour le coup sera trouvé étant donné son aspect emblematique). On peut voir beaucoup d'interviews de personnes qui ont voté pour le brexit, sans savoir les aboutissants, et regrettent amèrement. Ce genre de référendum me pousse à penser que la démocratie c'est pas toujours le mieux, parce que le peuple sait être vraiment débile et mal informé.

a écrit : Maintenant une partie de la population demande un nouveau référendum. J'ai l'impression que pour ces gens là la démocratie est seulement à sens unique ! Bha on a pareil en france, a chaque scrutin tout le monde le conteste... c'est la nature humaine

a écrit : En fait les british c’est des chats, ils grattent pour rentrés par la porte mais une fois ouverte ils sont indécis Il y a plus élaboré comme version de cette blague : les chats miaulent pour sortir mais quand tu leur ouvres la porte ils restent dans l'entrebaillement sans savoir s'ils veulent entrer ou sortir et, si tu les mets dehors, ils te jettent un regard noir. Quand Nathalie Loiseau (qui était ministre des affaires européennes (jusqu'à hier)) a dit à des journalistes qu'elle avait appelé son chat "Brexit" pour cette raison, c'était tellement réaliste qu'ils ont répété que la ministre a un chat nommé Brexit. Elle a dû faire un démenti officiel le lendemain en disant que c'était une blague et qu'elle n'a pas de chat. D'habitude quand il faut expliquer les blagues, c'est que c'est pas drôle, mais en l'occurrence je trouve que c'est encore plus drôle que les journalistes se soient fait avoir et qu'elle ait dû démentir ! On peut noter que Loiseau est son nom d'épouse, elle n'a pas gardé son nom de jeune fille accolé comme ça se fait souvent quand on est déjà un peu connu, parce que Loiseau-Ducoulombier c'était vraiment trop ridicule...

a écrit : En fait les british c’est des chats, ils grattent pour rentrés par la porte mais une fois ouverte ils sont indécis Et avant de sortir ils ralent si on leur donne pas assez de croquettes alors qu'ils ont déjà mangé toute la journée et qu'ils même pas participé à l'achat des croquettes !!

a écrit : La crédibilité du 1er scrutin est remise en cause, beaucoup persuadé que le "stay" gagnerait n'ont meme pas fait le déplacement pour voter (mais bon l'absentéisme n'a pas d'excuse)
Les arguments des défenseurs du "leave" se sont avérés être faux aussi, le plus grand défense
ur du leave a même démissionné dans la foulée du référendum à cause de ses mensonges.
Il y aussi une histoire de conflit de génération, les plus jeunes veulent majoritairement rester et les plus vieux quitter.

De plus beaucoup critique qu'une si grande question ne devrait pas être prise avec une si petite majorité 51% pour leave 49% pour stay.
Afficher tout
Il y a surtout que la très grande majorité de ceux qui ont voté "leave" voulaient seulement protester et n'avaient aucune idée des conséquences en pratique. S'il devait y avoir un vote pour l'accord de divorce tel qu'il a été négocié par Theresa May, il serait très très loin de recueillir une majorité des voix. Il faut dire que la séparation du Royaume-Uni et du reste de l'Europe s'est avérée être un casse-tête notamment à cause de la frontière terrestre entre les deux parties de l'Irlande qui a en plus une histoire de guerre sanglante qu'il ne faut pas réveiller. Mais Theresa May s'accroche et prétend que maintenant que les Britanniques ont voté en majorité pour quitter l'Europe, elle ira jusqu'au bout, quelles qu'en soient les conséquences... Nous avons un peu la même chose en France : si les électeurs avaient su à l'avance quelles seraient les conséquences de l'élection d'Emmanuel Macron et notamment les cadeaux fiscaux en faveur des ultra-riches et vendre au privé des joyaux tels que la Française des jeux ou les Aéroports de Paris, est-ce qu'il aurait seulement atteint le 2e tour ? Mais quand on voit la montée de l'extrême droite dans le monde avec notamment Trump et Bolsonaro, on peut se demander si notre prochain président (ou présidente) régulièrement élu au suffrage universel ne sera pas un choix encore pire, dont une majorité se mordra les doigts après 1 an ou 2...

a écrit : A la base le brexit était une bête promesse électorale de David Cameron l'ex premier ministre anglais. Il était à peu près sûr que de toutes façons le "remain" serait vainqueur. Sauf que non. Le lendemain du référendum pour le brexit, la phrase "what is brexit" était la plus recherchée. Le lendemain. Le référendum naît surtout d'un ras le bol de limmigration, et d'une croyance populaire disant que le balance de ce que payait et recevait le royaume uni était trop en faveur de l'Europe ( ce qui était faux) Principalement votée par les personnes de 50 ans et plus, conservateurs(les jeunes étant majoritairement pour un remain mais ont eu une participation très inferieure, allez voter bordel) le brexit est complètement insoluble. D'une part le royaume uni ne représente que quelques pour cent du commerce européen, mais reçoit presque 40% des flux entrant depuis l'Europe, et n'est donc pas en mesure de négocier, d'autant qu'ils ont souvent été en désaccord avec le reste des états européens. Leur demande consiste principalement à laisser librement circuler les flux de capitaux mais à contrôler les flux de personnes, en bref s'en sortir avec le beurre et l'argent du beurre. D'un point de vue économique c'est une catastrophe puisque la livre fait du yo-yo, (et va intrinsèquement continuer à perdre la confiance des investisseurs et eventuellement attirer les spéculateurs, le pire pour une monnaie), la croissance s'apprete a plonger avec lemploi, et 30%(je crois) des entreprises se disent prêtes à quitter le RU en cas de brexit dur. Sans parler de la bourse de Londres qui ne pourra pas rester à Londres si aucun accord n'est passé (ce qui pour le coup sera trouvé étant donné son aspect emblematique). On peut voir beaucoup d'interviews de personnes qui ont voté pour le brexit, sans savoir les aboutissants, et regrettent amèrement. Ce genre de référendum me pousse à penser que la démocratie c'est pas toujours le mieux, parce que le peuple sait être vraiment débile et mal informé. Afficher tout Je suis d'accord avec tout ce que tu dis, sauf la dernière phrase (dommage ;)... La démocratie, c'est ce qu'il faut (sinon quoi !?) ; mais il faut savoir et comprendre comment ça marche ! Le problème aujourd'hui c'est que les gens ne votent pas "pour", mais "contre". Résultat ils sont toujours déçus, et c'est un éternel recommencement. Le "peuple" comme tu dis n'est pas "débile" ni vraiment "mal informé" : je dirais qu'il est "déformé" : par les fake news... et il y croit dur comme fer ! Exemple en ce moment sur les "fameux" enlèvements d'enfants : des mecs cassent tout parce qu'ils y croient ! D'autres sont tellement persuadés que c'est vrai qu'ils en rajoutent pour qu'on y croit : "je l'ai vu" ! Et tout est faux...
Bref, pour revenir sur le Brexit et le referendum : comment veux-tu que le "peuple" comprenne tous les tenants et aboutissants du truc ? Même les plus branchés sur ça, les spécialistes, découvrent aujourd'hui des contraintes qu'ils n'avaient pas vues. Le "peuple" a succombé à certaines sirènes populistes de l'époque qui aujourd'hui encore ne pense qu'à déstabiliser le pouvoir... pour le prendre ! On rencontre ça partout et à tous les niveaux.
Mais tout cela ne doit en aucun cas remettre en cause le principe de la démocratie.

C'est bien la première fois qu'un gouvernement SEMBLE accepter la réponse d'un referendum au sujet de l'UE. Les gouvernements qui ont organisé des referendums où le refus s'est exprimé se sont assis dessus

Bla bla bla le peuple ci, le peuple ça. Le peuple ne savait pas ci, le peuple n'aurait pas dû faire ça...
Bien sûr ici que des élites éclairées, probablement détentrices de doubles doctorats sciences économiques/sciences politiques, dans les plus prestigieuses universités...
C'est d'ailleurs à se demander comment vous trouvez le temps à commenter ici ?...
Vous n'êtes même pas Britannique, ce serait trop vous demander de les laisser faire leur choix, quel qu'il soit, et de l'assumer (incluant les nuées de criquets, l'élévation de la Tamise de 8 mètres et le transfère de Mitroglou à Manchester City) ??!

a écrit : Je suis d'accord avec tout ce que tu dis, sauf la dernière phrase (dommage ;)... La démocratie, c'est ce qu'il faut (sinon quoi !?) ; mais il faut savoir et comprendre comment ça marche ! Le problème aujourd'hui c'est que les gens ne votent pas "pour", mais "contre". Résultat ils sont toujours déçus, et c'est un éternel recommencement. Le "peuple" comme tu dis n'est pas "débile" ni vraiment "mal informé" : je dirais qu'il est "déformé" : par les fake news... et il y croit dur comme fer ! Exemple en ce moment sur les "fameux" enlèvements d'enfants : des mecs cassent tout parce qu'ils y croient ! D'autres sont tellement persuadés que c'est vrai qu'ils en rajoutent pour qu'on y croit : "je l'ai vu" ! Et tout est faux...
Bref, pour revenir sur le Brexit et le referendum : comment veux-tu que le "peuple" comprenne tous les tenants et aboutissants du truc ? Même les plus branchés sur ça, les spécialistes, découvrent aujourd'hui des contraintes qu'ils n'avaient pas vues. Le "peuple" a succombé à certaines sirènes populistes de l'époque qui aujourd'hui encore ne pense qu'à déstabiliser le pouvoir... pour le prendre ! On rencontre ça partout et à tous les niveaux.
Mais tout cela ne doit en aucun cas remettre en cause le principe de la démocratie.
Afficher tout
Heureusement que tu finis par "Mais tout cela ne doit en aucun cas remettre en cause le principe de la démocratie", sinon on pourrait penser que ton mépris de l'intelligence "du peuple" ressemblerait à de la technocratie : "nous avons raison, puisque nous sommes les seuls à pouvoir comprendre"
fr.wikipedia.org/wiki/Technocratie

a écrit : Il y a surtout que la très grande majorité de ceux qui ont voté "leave" voulaient seulement protester et n'avaient aucune idée des conséquences en pratique. S'il devait y avoir un vote pour l'accord de divorce tel qu'il a été négocié par Theresa May, il serait très très loin de recueillir une majorité des voix. Il faut dire que la séparation du Royaume-Uni et du reste de l'Europe s'est avérée être un casse-tête notamment à cause de la frontière terrestre entre les deux parties de l'Irlande qui a en plus une histoire de guerre sanglante qu'il ne faut pas réveiller. Mais Theresa May s'accroche et prétend que maintenant que les Britanniques ont voté en majorité pour quitter l'Europe, elle ira jusqu'au bout, quelles qu'en soient les conséquences... Nous avons un peu la même chose en France : si les électeurs avaient su à l'avance quelles seraient les conséquences de l'élection d'Emmanuel Macron et notamment les cadeaux fiscaux en faveur des ultra-riches et vendre au privé des joyaux tels que la Française des jeux ou les Aéroports de Paris, est-ce qu'il aurait seulement atteint le 2e tour ? Mais quand on voit la montée de l'extrême droite dans le monde avec notamment Trump et Bolsonaro, on peut se demander si notre prochain président (ou présidente) régulièrement élu au suffrage universel ne sera pas un choix encore pire, dont une majorité se mordra les doigts après 1 an ou 2... Afficher tout Ton commentaire était intéressant et objectif jusqu'à ta tirade sur Emmanuel Macron, qui n'est alors que ton opinion (très) discutable.
Evitons la politique sur SCMB, essayons d'en rester aux faits et d'apprendre des choses !

On voit vraiment l’empreinte de la fin de la seconde guerre vise à vis de toutes les décisions en rapport avec les usa chez Charles De Gaulle