Une fabrique de grenade à Paris explosa

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

C'est toute la nuance entre "vitesse" et "précipitation"... Ce débat est d'ailleurs ouvert en ce moment suite à un incendie d'un de nos plus beau monument historique ; dans une moindre mesure, certes, car le risque n'est pas le même... Mais le débat de principe est ouvert :)

a écrit : C'est toute la nuance entre "vitesse" et "précipitation"... Ce débat est d'ailleurs ouvert en ce moment suite à un incendie d'un de nos plus beau monument historique ; dans une moindre mesure, certes, car le risque n'est pas le même... Mais le débat de principe est ouvert :) Peut-être que la précipitation a mené à un accident à la marge. Mais au niveau global je pense que ça a été bénéfique pour la production. Quand on fait la guerre on peut accepter un certains risque

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : "On peut accepter un certains risque"
C'est comme quand on lis "ils ont signés ils savaient dans quoi ils embarquais" ??
Je cherche pas à lancer une polémique ni à deformer tes propos, c'est une vraie question
Je pense que ce qu'il a voulu dire c'est que l'absence de règles de sécurité sous la précipitation a été bénéfique à la production et ce malgré les incidents. Donc dans une logique purement globale, l'absence de règles a permis de faire plus de grenades donc a été positive.
Tandis que d'un point de vue humain, c'est plus contestable. (même si le contexte de guerre change bien les choses)

Posté le

android

(12)

Répondre


Tous les commentaires (13)

C'est toute la nuance entre "vitesse" et "précipitation"... Ce débat est d'ailleurs ouvert en ce moment suite à un incendie d'un de nos plus beau monument historique ; dans une moindre mesure, certes, car le risque n'est pas le même... Mais le débat de principe est ouvert :)

Tsssss et même pas un pour dire "greeeenaaaade !!!!!"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est toute la nuance entre "vitesse" et "précipitation"... Ce débat est d'ailleurs ouvert en ce moment suite à un incendie d'un de nos plus beau monument historique ; dans une moindre mesure, certes, car le risque n'est pas le même... Mais le débat de principe est ouvert :) Peut-être que la précipitation a mené à un accident à la marge. Mais au niveau global je pense que ça a été bénéfique pour la production. Quand on fait la guerre on peut accepter un certains risque

Posté le

android

(18)

Répondre

Regarde, sous mon sein la grenade...

sous ma jambe, sous mon foie... ha, sous ma cervelle aussi...

a écrit : Peut-être que la précipitation a mené à un accident à la marge. Mais au niveau global je pense que ça a été bénéfique pour la production. Quand on fait la guerre on peut accepter un certains risque "On peut accepter un certains risque"
C'est comme quand on lis "ils ont signés ils savaient dans quoi ils embarquais" ??
Je cherche pas à lancer une polémique ni à deformer tes propos, c'est une vraie question

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : "On peut accepter un certains risque"
C'est comme quand on lis "ils ont signés ils savaient dans quoi ils embarquais" ??
Je cherche pas à lancer une polémique ni à deformer tes propos, c'est une vraie question
Je pense que ce qu'il a voulu dire c'est que l'absence de règles de sécurité sous la précipitation a été bénéfique à la production et ce malgré les incidents. Donc dans une logique purement globale, l'absence de règles a permis de faire plus de grenades donc a été positive.
Tandis que d'un point de vue humain, c'est plus contestable. (même si le contexte de guerre change bien les choses)

Posté le

android

(12)

Répondre

Il me semble bien avoir étudié cet évènement tragique en Droit Administratif.
Si mes souvenirs sont bons, c'est d'un arrêt en découlant que sont posés les prémices de la responsabilité de l'Etat en l'absence de faute par le Conseil d'Etat (ici, l'Etat n'a eu qu'un rôle passif, à savoir ne pas avoir prévenu le danger).
Si un juriste plus attentif que moi durant son cursus peut confirmer, je lui en serai gré :)

Edit: après vérification, ce n'est pas le cas. C'est à travers l'Arrêt Regnault-Desroziers de 1919, dans une affaire qui présente de grosses similitudes. Vu la faible réglementation concernant ces lieux de stockages, j'imagine que ce genre d'événements a eu lieu plus d'une fois...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il me semble bien avoir étudié cet évènement tragique en Droit Administratif.
Si mes souvenirs sont bons, c'est d'un arrêt en découlant que sont posés les prémices de la responsabilité de l'Etat en l'absence de faute par le Conseil d'Etat (ici, l'Etat n'a eu qu'un rôle pas
sif, à savoir ne pas avoir prévenu le danger).
Si un juriste plus attentif que moi durant son cursus peut confirmer, je lui en serai gré :)

Edit: après vérification, ce n'est pas le cas. C'est à travers l'Arrêt Regnault-Desroziers de 1919, dans une affaire qui présente de grosses similitudes. Vu la faible réglementation concernant ces lieux de stockages, j'imagine que ce genre d'événements a eu lieu plus d'une fois...
Afficher tout
C'est encore le cas aujourd'hui !!
A partir du moment ou les enjeux financiers ne sont pas enormes la securite est tres presente et tres stricte
Par co tre des que le chantier est enorme comme par hasard la securite disparait !!!
Quand le client decide d'ouvrir le 4 janvier par exemple il n'ouvrira pas le 5
Et le toutes les regles de securite n'existe plus

Posté le

android

(3)

Répondre

Une fabrique de Grenade? Ou une fabrique de grenades?

"La demande était tellement forte que les règles de sécurité étaient quasiment absentes."

Qu'est-ce que ca veut dire? L'explosion a detruit les regles de securite?

Anecdote super mal racontee.