Un drone était capable d'aller à Mach 20

Proposé par
Invité
le
dans

Le drone le plus rapide du monde jamais construit est le Falcon htv 2, un engin hypersonique américain sans pilote capable d'atteindre la vitesse de Mach 20 après avoir été largué par une fusée. Il avait pour but de pouvoir relier n'importe quel point de la Terre en 2 heures. Si son premier vol fut un succès, son contrôle fut perdu lors du second vol, en raison de problèmes avec son bouclier thermique dus à sa grande vitesse.


Commentaires préférés (3)

Mach 20 correspond à 24696 km/h

Je n'ose imaginer la chaleur dégagé par les frottement et la dilatation des matériaux

Posté le

android

(101)

Répondre

Falcon pour Force Application and Launch from CONtinental United States
HTV-2 pour Hypersonic Technology Vehicle 2

Posté le

android

(51)

Répondre

Pour ceux qui auraient du mal avec les sources en anglais, la vitesse de déplacement du HTV-2 avoisinant les 13000 mph (environ 20921 km/h) crée un échauffement, dû à son déplacement dans l'atmosphère, de 3500 degrés Fahrenheit (environ 1926 degrés Celsius).
À cette température, le bouclier thermique métallique de l'engin s'est "épluché", endommageant les systèmes de communication et de contrôle (aéronef sans pilote).
À partir de ce moment là, l'engin est entré en mode "système de sécurité de vol".
Une fois que ce système a analysé que la situation était irrécupérable, il a précipité l'appareil dans l'océan.

Autre information donnée dans les sources : le vol hypersonique est défini pour tout appareil, habité ou non, permettant des vitesses de vol supérieures à Mach 5 (6174 km/h).

Posté le

android

(118)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Mach 20 correspond à 24696 km/h

Je n'ose imaginer la chaleur dégagé par les frottement et la dilatation des matériaux

Posté le

android

(101)

Répondre

Falcon pour Force Application and Launch from CONtinental United States
HTV-2 pour Hypersonic Technology Vehicle 2

Posté le

android

(51)

Répondre

L’anecdote est plutôt optimiste. L’idée n’était pas de se rendre à un point donné en deux heures, ce qui sous entendrait un transport éventuel de passager mais bien de détruire une cible. C’est je trouve un objectif bien différent ;)

Pour le reste, mach20 c’est selon la source 3500 degrés farhenheit sur le fuselage, soit 1930 degrés Celsius. L’engin n’aurait pas supporté la température, ce qui l’aurait fait dévier de sa trajectoire au second vol. Cela reste tout de même très rare que l’on arrête un programme de test après seulement deux essais. C’était soit très cher soit très mal conçu dès le départ.

Pour ceux qui auraient du mal avec les sources en anglais, la vitesse de déplacement du HTV-2 avoisinant les 13000 mph (environ 20921 km/h) crée un échauffement, dû à son déplacement dans l'atmosphère, de 3500 degrés Fahrenheit (environ 1926 degrés Celsius).
À cette température, le bouclier thermique métallique de l'engin s'est "épluché", endommageant les systèmes de communication et de contrôle (aéronef sans pilote).
À partir de ce moment là, l'engin est entré en mode "système de sécurité de vol".
Une fois que ce système a analysé que la situation était irrécupérable, il a précipité l'appareil dans l'océan.

Autre information donnée dans les sources : le vol hypersonique est défini pour tout appareil, habité ou non, permettant des vitesses de vol supérieures à Mach 5 (6174 km/h).

Posté le

android

(118)

Répondre

Au final, c'est plus lent qu'un missile balistique classique pour le même travail et probablement pour plus cher, c'est peut être aussi une raison qui explique pourquoi le développement de cet engin a été arrêté non?

a écrit : L’anecdote est plutôt optimiste. L’idée n’était pas de se rendre à un point donné en deux heures, ce qui sous entendrait un transport éventuel de passager mais bien de détruire une cible. C’est je trouve un objectif bien différent ;)

Pour le reste, mach20 c’est selon la source 3500 degrés farhenheit sur
le fuselage, soit 1930 degrés Celsius. L’engin n’aurait pas supporté la température, ce qui l’aurait fait dévier de sa trajectoire au second vol. Cela reste tout de même très rare que l’on arrête un programme de test après seulement deux essais. C’était soit très cher soit très mal conçu dès le départ. Afficher tout
Détruire une cible ou transporter un objet peut-être

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Au final, c'est plus lent qu'un missile balistique classique pour le même travail et probablement pour plus cher, c'est peut être aussi une raison qui explique pourquoi le développement de cet engin a été arrêté non? Plus lent qu’un missile balistique? À quelle vitesse vont ils?? 0_0

a écrit : Plus lent qu’un missile balistique? À quelle vitesse vont ils?? 0_0 Une fois qu'ils sont en orbite et après avoir largué le lanceur (la fusée, ne laissant que le projectile), environ 35 000 kmh. Presque le double de ce drone. Ca donne le vertige hein? ^^

a écrit : Pour ceux qui auraient du mal avec les sources en anglais, la vitesse de déplacement du HTV-2 avoisinant les 13000 mph (environ 20921 km/h) crée un échauffement, dû à son déplacement dans l'atmosphère, de 3500 degrés Fahrenheit (environ 1926 degrés Celsius).
À cette température, le bouclier thermique métalli
que de l'engin s'est "épluché", endommageant les systèmes de communication et de contrôle (aéronef sans pilote).
À partir de ce moment là, l'engin est entré en mode "système de sécurité de vol".
Une fois que ce système a analysé que la situation était irrécupérable, il a précipité l'appareil dans l'océan.

Autre information donnée dans les sources : le vol hypersonique est défini pour tout appareil, habité ou non, permettant des vitesses de vol supérieures à Mach 5 (6174 km/h).
Afficher tout
Merci pour la traduction... ;-)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Une fois qu'ils sont en orbite et après avoir largué le lanceur (la fusée, ne laissant que le projectile), environ 35 000 kmh. Presque le double de ce drone. Ca donne le vertige hein? ^^ Ah ! En fait tu viens de m’apprendre que ce qu’on appelait missile balistique était ces fameux missiles qui passait par l’espace, ça a beaucoup plus de sens dans ma tête maintenant merci! Cela dit ça reste énorme, l’ISS n’a qu’à bien se tenir ;)

a écrit : Ah ! En fait tu viens de m’apprendre que ce qu’on appelait missile balistique était ces fameux missiles qui passait par l’espace, ça a beaucoup plus de sens dans ma tête maintenant merci! Cela dit ça reste énorme, l’ISS n’a qu’à bien se tenir ;) C'est justement ça que je comprends pas avec le drone de l'anecdote, il est lancé via une fusée normale mais reste dans l'atmosphère, donc a besoin d'un moteur, donc... au final, une fusée classique juste un peu plus puissante, c'est plus efficace, cela dit, la technologie du drone en question pourrait être intéressante pour faire voler des avions plus vite et plus haut, voire pour faire des avions capables d'aller dans l'espace...

Ouais, on en parle beaucoup je sais mais on les voit pas venir! ^^

Captain Falcon n'aurait jamais eu ce problème

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est justement ça que je comprends pas avec le drone de l'anecdote, il est lancé via une fusée normale mais reste dans l'atmosphère, donc a besoin d'un moteur, donc... au final, une fusée classique juste un peu plus puissante, c'est plus efficace, cela dit, la technologie du drone en question pourrait être intéressante pour faire voler des avions plus vite et plus haut, voire pour faire des avions capables d'aller dans l'espace...

Ouais, on en parle beaucoup je sais mais on les voit pas venir! ^^
Afficher tout
Effectivement les scientifiques se cassent pas mal les dents là dessus, mais j’avais cru entendre parler d’un appareil entre la navette spatiale et l’avion de chasse, enfin du moins du moteur (moteur Sabre je crois) qui devait refroidir l’air entrant à Mach 5 à -150 degrés pour s’en servir directement comme carburant...

Edit: l’appareil s’appelle le Skylon et il est encore en développement.

a écrit : Koro-sensei <3
Je ne pouvais que donner un cœur à ce commentaire.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Mach 20 correspond à 24696 km/h

Je n'ose imaginer la chaleur dégagé par les frottement et la dilatation des matériaux
Mach 20 ne correspond pas nécessairement à cette vitesse puisque, je cite : "Le nombre de Mach est un nombre sans dimension, noté Ma, qui exprime le rapport de la vitesse locale d'un fluide à la vitesse du son dans ce même fluide. La vitesse du son dans un gaz variant avec sa nature et sa température, le nombre de Mach ne correspond pas à une vitesse fixe, il dépend des conditions locales."

La densité de l'air étant plus faible à haute altitude, la son s'y déplace plus lentement, et la vitesse Mach n'est donc plus la même qu'au niveau du sol.

Source : fr.m.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Mach

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Effectivement les scientifiques se cassent pas mal les dents là dessus, mais j’avais cru entendre parler d’un appareil entre la navette spatiale et l’avion de chasse, enfin du moins du moteur (moteur Sabre je crois) qui devait refroidir l’air entrant à Mach 5 à -150 degrés pour s’en servir directement comme carburant...

Edit: l’appareil s’appelle le Skylon et il est encore en développement.
Afficher tout
Je viens de regarder, ce n'est pas que l'appareil se sert de l'air comme carburant (plutôt comme comburant ^^) mais qu'il fonctionne avec l'oxygène de l'air au début, puis utilise de l'oxygène embarqué quand il se fait trop rare dans la haute atmosphère (il passe en mode "fusée" mais avec le même moteur, donc grosse économie de masse au décollage)
L'idée est séduisante ;)

a écrit : Mach 20 correspond à 24696 km/h

Je n'ose imaginer la chaleur dégagé par les frottement et la dilatation des matériaux
Attention, c’est la chaleur crée par les frottements qui est la source d’éventuelles dilatations, et non l’inverse ! Un matériau ne se dilate pas parce qu’il subit des contraintes/frottements, mais bien parce sa température est modifiée

a écrit : Attention, c’est la chaleur crée par les frottements qui est la source d’éventuelles dilatations, et non l’inverse ! Un matériau ne se dilate pas parce qu’il subit des contraintes/frottements, mais bien parce sa température est modifiée Et la chaleur n’est pas uniquement créée par les frottements mais également par la compression de l’air à l´avant du fuselage.