Un bassin portuaire fut détruit pour ne pas pouvoir accueillir un bateau

Proposé par
le
dans

Le 27 mai 1942, les Britanniques précipitèrent un destroyer bourré d'explosif contre la forme Joubert, un bassin du port de Saint-Nazaire. Le bassin était alors le seul de la côte Atlantique capable d'accueillir le Tirpitz, le plus gros cuirassé jamais mis à flot en Europe. L'opération fut un succès.

Le port et les installations resteront inutilisables jusqu'à la fin de la guerre.


Commentaires préférés (3)

Le cuirasser Tirpitz, c’est 2600 hommes d’équipage pour un bateau de 251 mètres de long. Il n’est pas loin du plus grand cuirasser jamais construit, le Yamato évoqué il n’y a pas longtemps dans une autre anecdote (2750 hommes et 263 mètres).

Le Tirpitz était, avec le Bismarck, le plus gros cuirassé de la marine allemande.

Le Bismarck avait tenté une sortie dans l'atlantique et s'était retrouvé coulé après avoir infligé des dégats à la marine Britannique.
De peur que le même sort arrive au Tirpitz, le cuirassé resta pendant la majorité de la guerre cantonné à la mer Baltique avant d'être coulé en 1944 par un raid d'avion britannique.

a écrit : Grâce aux porte-avions, il etait justement impossible de se mettre "à l'abri de l'aviation".
Exemple : le Bismarck justement. Traqué puis coulé par l'aviation embarquée.
Le Bismarck ne fut qu'endommagé par les Swordfish britanniques. Un pilote réussit à toucher le Bismarck au niveau de sa poupe, avec une torpille. Le gouvernail et dès lors inutilisable. L'avarie ne pouvait être réparé qu'à terre et le Bismarck commence à tourner en rond. l'amiral Lütjens commandant du navire envoie un message à Hitler "Navire incontrôlable. Nous combattrons jusqu'au dernier obus. Longue vie au Führer". Il est rattrapé par les cuirassés Rodney et King George V et est gravement mit à mal par leurs obus puis l'équipage finit par saborder le navire. Le cuirassé avait encaissé près de 400 obus et continuait de flotter. Il n'y eut que 114 survivants sur 2200 membres d'équipage. Enfin quelques heures après la bataille le destroyer britannique HMS Cossack trouva sur une planche un chat, qu'il secourut. C'est le fameux Sam l'Insubmersible qui survivra à deux autres naufrages

Posté le

android

(102)

Répondre


Tous les commentaires (15)

Le cuirasser Tirpitz, c’est 2600 hommes d’équipage pour un bateau de 251 mètres de long. Il n’est pas loin du plus grand cuirasser jamais construit, le Yamato évoqué il n’y a pas longtemps dans une autre anecdote (2750 hommes et 263 mètres).

Le Tirpitz était, avec le Bismarck, le plus gros cuirassé de la marine allemande.

Le Bismarck avait tenté une sortie dans l'atlantique et s'était retrouvé coulé après avoir infligé des dégats à la marine Britannique.
De peur que le même sort arrive au Tirpitz, le cuirassé resta pendant la majorité de la guerre cantonné à la mer Baltique avant d'être coulé en 1944 par un raid d'avion britannique.

Pour l'anecdote le rôle de ce navire ainsi que du Bismarck était de foncer jusque dans l'atlantique hors de portée de l'aviation britannique, une fois atteint il aurait ravitaillé en france et opéré en attaque de convoi marchand, et un navire de ce gabarit qui tombe sur un convoie je vous laisse imaginer les dégâts, sachant que les cuirassés Anglais n'étaient pas assez rapide pour l'intercepter

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Pour l'anecdote le rôle de ce navire ainsi que du Bismarck était de foncer jusque dans l'atlantique hors de portée de l'aviation britannique, une fois atteint il aurait ravitaillé en france et opéré en attaque de convoi marchand, et un navire de ce gabarit qui tombe sur un convoie je vous laisse imaginer les dégâts, sachant que les cuirassés Anglais n'étaient pas assez rapide pour l'intercepter Afficher tout Grâce aux porte-avions, il etait justement impossible de se mettre "à l'abri de l'aviation".
Exemple : le Bismarck justement. Traqué puis coulé par l'aviation embarquée.

L'enjeu de l'opération était très important pour les alliés et les participants conscients que saborder un navire de sa sorte revenait à ne pas pouvoir s'échapper après s'être écrasé contre la forme Joubert. C'était une opération suicide.

a écrit : Grâce aux porte-avions, il etait justement impossible de se mettre "à l'abri de l'aviation".
Exemple : le Bismarck justement. Traqué puis coulé par l'aviation embarquée.
Le Bismarck ne fut qu'endommagé par les Swordfish britanniques. Un pilote réussit à toucher le Bismarck au niveau de sa poupe, avec une torpille. Le gouvernail et dès lors inutilisable. L'avarie ne pouvait être réparé qu'à terre et le Bismarck commence à tourner en rond. l'amiral Lütjens commandant du navire envoie un message à Hitler "Navire incontrôlable. Nous combattrons jusqu'au dernier obus. Longue vie au Führer". Il est rattrapé par les cuirassés Rodney et King George V et est gravement mit à mal par leurs obus puis l'équipage finit par saborder le navire. Le cuirassé avait encaissé près de 400 obus et continuait de flotter. Il n'y eut que 114 survivants sur 2200 membres d'équipage. Enfin quelques heures après la bataille le destroyer britannique HMS Cossack trouva sur une planche un chat, qu'il secourut. C'est le fameux Sam l'Insubmersible qui survivra à deux autres naufrages

Posté le

android

(102)

Répondre

Merci pour les complément d'information. Aux première lectures de l'anecdote je n'ai absolument rien compris mise a part que mes anglais ont attaqué les français dans une mission suicide

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Merci pour les complément d'information. Aux première lectures de l'anecdote je n'ai absolument rien compris mise a part que mes anglais ont attaqué les français dans une mission suicide Pour clarifier la situation de l'époque, St Nazaire était occupé par l'armée allemande, qui avait construit une très importante base sous-marine dans la zone portuaire. Le chantier naval déjà existant représentait une base militaire précieuse pour l'occupant.
St Nazaire n'a été libéré que très tardivement, bombardée et rasé à 90% par l'aviation alliée. C'était le triste sort de beaucoup d'autres villes portuaires françaises rasées par l'aviation américaine, canadienne ou anglaise (Lorient, Brest, Le Havre....). Les bombardements américains étaient redoutés par la population car les bombes larguées en haute altitude faisaient de gros dégâts collatéraux.... Les anglais avaient des frappes plus 'chirurgicales' en basse altitude mais plus risquées pour les pilotes. C'était très déroutant pour les civils qui se faisaient détruire par les alliés pour la bonne cause...

Quel plaisir de lire cette anecdote, moi qui suis de Saint Nazaire. J'ai 35 ans et ca me rappelle les longues discussions avec mon papy qui travaillait au Chantier de l'Atlantique pendant la guerre. Dur pour nous d'imaginer cette époque. Ils continuaient de travailler malgré les risques de bombardements. Certaines personnes manquaient aux appels après les attaques et restaient introuvables... Plusieurs semaines après ils se rendirent compte qu'avec les explosions certains corps avaient été projetés sur les toitures. Les bombardements avaient quasiment entièrement rasé la ville. Il restait très peu de bâtiment intact dont "la gare routière" qui est aujourd'hui réhabilité en théâtre. Pour les connaisseurs la base sous marine est toujours intacte et sur pied. Difficile d'imaginer l'horreur...mais depuis la forme Joubert est toujours en activité et les Chantiers de l'Atlantique ne sont plus français mais "internationaux"... Ils y font les plus grands paquebots du Monde. Si vous passez par la, arrêtez vous!

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : Quel plaisir de lire cette anecdote, moi qui suis de Saint Nazaire. J'ai 35 ans et ca me rappelle les longues discussions avec mon papy qui travaillait au Chantier de l'Atlantique pendant la guerre. Dur pour nous d'imaginer cette époque. Ils continuaient de travailler malgré les risques de bombardements. Certaines personnes manquaient aux appels après les attaques et restaient introuvables... Plusieurs semaines après ils se rendirent compte qu'avec les explosions certains corps avaient été projetés sur les toitures. Les bombardements avaient quasiment entièrement rasé la ville. Il restait très peu de bâtiment intact dont "la gare routière" qui est aujourd'hui réhabilité en théâtre. Pour les connaisseurs la base sous marine est toujours intacte et sur pied. Difficile d'imaginer l'horreur...mais depuis la forme Joubert est toujours en activité et les Chantiers de l'Atlantique ne sont plus français mais "internationaux"... Ils y font les plus grands paquebots du Monde. Si vous passez par la, arrêtez vous! Afficher tout Ça fait bizarre de lire une anecdote concernant sa ville. J’ai grandi dans cette ville et y habite actuellement, et j’avoue que j’ai jamais trop approfondi les différentes périodes qui ont marqué son Histoire. Mais si vous voulez connaître par exemple comment ça s’est fini à Saint Nazaire le débarquement, je conseille le livre d’Hervé Huguen « Les empochés de Saint Nazaire  »!