Henri II et Catherine de Médicis ont dû changer de position pour avoir des enfants

Proposé par
le
dans

Le roi Henri II était atteint d'une déformation de la verge, dénommée la maladie de La Peyronie. Cela l'empêcha un temps d'avoir une descendance avec la reine mais curieusement pas avec sa maîtresse. Son premier médecin Jean Fernel comprit la nature du problème (Catherine de Médicis avait elle une rétroversion utérine) et invita le royal couple à changer de position avec succès.


Tous les commentaires (31)

a écrit : Tu as des sources ?
Car il me semble que, certes le rôle premier d’une reine était effectivement d’assurer la pérennité de la couronne, mais le plaisir n’était pas interdit.
Ce qui fait que les rois avaient du plaisir avec leurs maîtresses et pas leur femme, c’est simplement que les maîtresses ils les cho
isissaient alors que souvent les reines étaient un mariage politique et par conséquent l’acte sexuel n’avait pour but que la procréation.
Certains rois et reines ont eu des mariages heureux y compris sur le plan sexuel (je pense à Victoria et Albert par exemple )
Afficher tout
Tu as des sources sur le fait que Victoria prenait son pied avec Albert ? Ami de Victoria ou proche parent sans doute ? Ou alors ils déclaraient publiquement qu'au lit c'était génial et racontaient tout ? 'Bon sauf hier soir où Albert ne bandait pas très dur...'

a écrit : À cette époque et pendant très longtemps après la femme "officiel" n'était pas là pour avoir un plaisir érotique, son rôle était de porter des enfants légitimes et vouloir avoir du plaisir avec elle c'était l'insulter de catin.
Le plaisir et s'amuser c'était avec les maîtresses.
Sauf pour Louis XVI qui n’a jamais voulu avoir de favorites. Pour les autres, j’imagine que cela était souvent vrai effectivement.

a écrit : Sauf pour Louis XVI qui n’a jamais voulu avoir de favorites. Pour les autres, j’imagine que cela était souvent vrai effectivement. Oui, tellement honteux pour la réputation des français au pieux que la population a préférer lui couper la tête.

a écrit : Tu as des sources sur le fait que Victoria prenait son pied avec Albert ? Ami de Victoria ou proche parent sans doute ? Ou alors ils déclaraient publiquement qu'au lit c'était génial et racontaient tout ? 'Bon sauf hier soir où Albert ne bandait pas très dur...' Étant donné que les vies des rois et reines étaient minutieusement scrutés et que « intimité » n’était pas vraiment un mot du quotidien pour eux, oui, il y a de nombreuses sources.
J’en ai pas sous la main parce que je suis en déplacement et que je n’ai pas le temps de faire une recherche approfondie pour te contenter, mais si vraiment le sujet t’intéresse, il y a des bouquins à ce sujet, ou il suffit de regarder certaines émissions de « Secret d’histoire », ou une rapide recherche sur Google, ou l’excellent blog « raconte moi l’Histoire »
Si j’ai demandé à Hoope des sources, c’est parce que le contenu de son commentaire me fait penser aux vieilles légendes tenaces comme « le roi Henri III était homosexuel » (alors qu’on sait aujourd’hui que ça n’était pas le cas).
Pour moi, son commentaire relève plus de la légende urbaine, c’est tout ...
A cause de certains écrits, certains actes et certains évènements, on s’est très longtemps fait une fausse idée des mœurs du Moyen-Âge et de la Renaissance (enfin... l’époque moderne comme on l’appelle aujourd’hui)

a écrit : À cette époque et pendant très longtemps après la femme "officiel" n'était pas là pour avoir un plaisir érotique, son rôle était de porter des enfants légitimes et vouloir avoir du plaisir avec elle c'était l'insulter de catin.
Le plaisir et s'amuser c'était avec les maîtresses.
Par avec toutes.... certains rois, je pense notamment à Louis IX entre autres, avaient beaucoup de plaisirs avec leur épouse.

a écrit : ah ouais j'oubliai de dire que bien entendu c'est Catherine de Médicis qui fut remis en cause. elle tenta tous les remèdes de rebouteux même les plus débiles. Elle frôla la répudiation car l'infertilité était un motif valable pour le Vatican je pense (qualité essentielle manquante) Répudier Catherine de Médicis aurait été une très grave erreur. Elle n’était absolument pas en faute même avec son utérus inversé qui n’empêche pas d’avoir des enfants.... la preuve.
Mais le roi tenait effectivement une place quasi divine et surtout.... c’était un homme dans une société déjà patriarcale....
il n’a jamais eu d’enfant avec Diane mais ils se sont beaucoup amusés au pont de casser un lit lors de leurs ébats...

a écrit : Étant donné que les vies des rois et reines étaient minutieusement scrutés et que « intimité » n’était pas vraiment un mot du quotidien pour eux, oui, il y a de nombreuses sources.
J’en ai pas sous la main parce que je suis en déplacement et que je n’ai pas le temps de faire une recherche approfondie pour te con
tenter, mais si vraiment le sujet t’intéresse, il y a des bouquins à ce sujet, ou il suffit de regarder certaines émissions de « Secret d’histoire », ou une rapide recherche sur Google, ou l’excellent blog « raconte moi l’Histoire »
Si j’ai demandé à Hoope des sources, c’est parce que le contenu de son commentaire me fait penser aux vieilles légendes tenaces comme « le roi Henri III était homosexuel » (alors qu’on sait aujourd’hui que ça n’était pas le cas).
Pour moi, son commentaire relève plus de la légende urbaine, c’est tout ...
A cause de certains écrits, certains actes et certains évènements, on s’est très longtemps fait une fausse idée des mœurs du Moyen-Âge et de la Renaissance (enfin... l’époque moderne comme on l’appelle aujourd’hui)
Afficher tout
Ce n'est pas une légende mais une "tradition" qui est très ancienne.
Déjà à la Rome antique les femmes des hommes de pouvoir avaient ce même rôle (des enfants et non du plaisir) avec le même côté insulte. Ils avaient des esclaves pour ça.

Pour en revenir aux roi et reine, bien entendu il y avait toujours des exceptions, ce n'était pas une règle écrite, mais ces exceptions pour les rois de France par exemple on peut les compter sur les doigts d'une main.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : À cette époque et pendant très longtemps après la femme "officiel" n'était pas là pour avoir un plaisir érotique, son rôle était de porter des enfants légitimes et vouloir avoir du plaisir avec elle c'était l'insulter de catin.
Le plaisir et s'amuser c'était avec les maîtresses.
*À cette époque et encore aujourd’hui les hommes ... (certains hommes)

Je l'ai appris récemment d'un chirurgien spécialiste de la main, cette maladie est la variante pénienne de la maladie de Dupuytren que l'on retrouve à la main.

Posté le

android

(1)

Répondre

MDR mais c’est quoi cette anecdote ??? Qui peut prouver ça sérieux ?

Petite question les enfant iligitime du roi ils sont devenu quoi.... Enfin que leur est il arrivé....

Posté le

android

(0)

Répondre