Les drogues de synthèse sont aussi un désastre écologique

Proposé par
le
dans

Si l'on connaît l'effet néfaste des drogues de synthèse sur la santé, on néglige souvent d'aborder l'impact environnemental de la production de ces substances. Ainsi, la production clandestine de 1 kg de MDMA (ecstasy) engendre 6 à 10 kg de déchets toxiques qui, souvent, sont abandonnés en pleine nature.


Commentaires préférés (3)

Sans parler de la déforestation du Sassafras pour produire du Safrole, un précurseur de la MDMA.

Posté le

android

(58)

Répondre

Pour nuancer un peu, l’ecstasy est plus un nom générique qu’une drogue bien précise. Il y a de moins en moins de MDMA dans les cachets d’ecsta voire parfois pas du tout et de plus en plus de vente de cristaux de MDMA pure ou quasi pure. Ça se vent plus cher et plus besoin de fabriquer des cachets.
La MD est sensé être la substance active de l’ecsta mais les doses varient beaucoup d’un produit à l’autre. Bref ce n’est pas exactement la même chose.
Pour le reste, je ne suis pas certain que les consommateurs de MD soient très portés sur l’empreinte écologique de leur actions ;)

a écrit : Pour nuancer un peu, l’ecstasy est plus un nom générique qu’une drogue bien précise. Il y a de moins en moins de MDMA dans les cachets d’ecsta voire parfois pas du tout et de plus en plus de vente de cristaux de MDMA pure ou quasi pure. Ça se vent plus cher et plus besoin de fabriquer des cachets.
La MD est sen
sé être la substance active de l’ecsta mais les doses varient beaucoup d’un produit à l’autre. Bref ce n’est pas exactement la même chose.
Pour le reste, je ne suis pas certain que les consommateurs de MD soient très portés sur l’empreinte écologique de leur actions ;)
Afficher tout
La production pollue oui, certes mais il est bon de mettre les choses en perspective. (Je tiens à préciser que je ne cautionne pas pour autant quoi que ce soit).

Un élément très polluant à produire mais consommé en quantité infimes a probablement moins d'impact qu'un produit plus "propre" consommé en masse.
Dans ce cas, la quantité de substance consommée est dérisoire comparée à d'autres produits de tous les jours auxquels on ne fait plus attention.


Par ailleurs, il faut cibler la source du problème. Ces déchets sont relâchés dans la nature. Pourquoi ? En bonne partie car cette production est illégale. (Je vois mal un fabricant se pointer au centre de recyclage du quartier avec ses bidons usagés).
Produire des drogues de synthèse n'a a priori pas plus d'impact que la production massive de médicaments. A condition de donner le même traitement aux déchets que celà génère bien sûr...


Tous les commentaires (38)

Sans parler de la déforestation du Sassafras pour produire du Safrole, un précurseur de la MDMA.

Posté le

android

(58)

Répondre

Pour nuancer un peu, l’ecstasy est plus un nom générique qu’une drogue bien précise. Il y a de moins en moins de MDMA dans les cachets d’ecsta voire parfois pas du tout et de plus en plus de vente de cristaux de MDMA pure ou quasi pure. Ça se vent plus cher et plus besoin de fabriquer des cachets.
La MD est sensé être la substance active de l’ecsta mais les doses varient beaucoup d’un produit à l’autre. Bref ce n’est pas exactement la même chose.
Pour le reste, je ne suis pas certain que les consommateurs de MD soient très portés sur l’empreinte écologique de leur actions ;)

a écrit : Pour nuancer un peu, l’ecstasy est plus un nom générique qu’une drogue bien précise. Il y a de moins en moins de MDMA dans les cachets d’ecsta voire parfois pas du tout et de plus en plus de vente de cristaux de MDMA pure ou quasi pure. Ça se vent plus cher et plus besoin de fabriquer des cachets.
La MD est sen
sé être la substance active de l’ecsta mais les doses varient beaucoup d’un produit à l’autre. Bref ce n’est pas exactement la même chose.
Pour le reste, je ne suis pas certain que les consommateurs de MD soient très portés sur l’empreinte écologique de leur actions ;)
Afficher tout
La production pollue oui, certes mais il est bon de mettre les choses en perspective. (Je tiens à préciser que je ne cautionne pas pour autant quoi que ce soit).

Un élément très polluant à produire mais consommé en quantité infimes a probablement moins d'impact qu'un produit plus "propre" consommé en masse.
Dans ce cas, la quantité de substance consommée est dérisoire comparée à d'autres produits de tous les jours auxquels on ne fait plus attention.


Par ailleurs, il faut cibler la source du problème. Ces déchets sont relâchés dans la nature. Pourquoi ? En bonne partie car cette production est illégale. (Je vois mal un fabricant se pointer au centre de recyclage du quartier avec ses bidons usagés).
Produire des drogues de synthèse n'a a priori pas plus d'impact que la production massive de médicaments. A condition de donner le même traitement aux déchets que celà génère bien sûr...

A quand la légalisation de l'ecstasy pour que les déchets soient fièrement recyclés

Posté le

android

(10)

Répondre

Des substances qui polluent l'environnement & le corps (imo)...
Sait-on si la production de cannabis a aussi un impact significatif ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Des substances qui polluent l'environnement & le corps (imo)...
Sait-on si la production de cannabis a aussi un impact significatif ?
Le cannabis n'a pas besoin de traitement avant d'être consommé, donc à part sa culture, ça n'a aucun impact environnemental.

Pour l'anecdote, on est carrément dans l'effet pervers de l'interdiction bête et méchante qui créé toujours plus de problèmes qu'elle n'en résout.

a écrit : Le cannabis n'a pas besoin de traitement avant d'être consommé, donc à part sa culture, ça n'a aucun impact environnemental.

Pour l'anecdote, on est carrément dans l'effet pervers de l'interdiction bête et méchante qui créé toujours plus de problèmes qu'elle n'en résout.
Ou plutôt dans la consommation dans ce qu'elle a de plus bête et méchant, qui se prétend rebelle mais n'est qu'égo-centrée.

a écrit : Ou plutôt dans la consommation dans ce qu'elle a de plus bête et méchant, qui se prétend rebelle mais n'est qu'égo-centrée. Je me demande où tu veux en venir ? Tu as une solution pour rendre les gens moins bêtes, méchants et ego-centrés ? Ou tu constates, toi aussi, qu'avec une population aussi bête, méchante et ego-centrée, l'interdiction du cannabis crée plus de problèmes qu'elle n'en résous ?

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Des substances qui polluent l'environnement & le corps (imo)...
Sait-on si la production de cannabis a aussi un impact significatif ?
Si l'on considère l utilisation quasi complète des déchets de la culture ( fibre pour tissus,) consommation de fleurs il ne reste quasiment rien à jeter après la culture. Mais l utilisation de pot en plastique et leur fabrication ainsi que certains matériaux ou fabrication de lampe , de ballast qui utilise des métaux lourd dont la production et l'extraction polluent....dur de répondre à cette question

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Si l'on considère l utilisation quasi complète des déchets de la culture ( fibre pour tissus,) consommation de fleurs il ne reste quasiment rien à jeter après la culture. Mais l utilisation de pot en plastique et leur fabrication ainsi que certains matériaux ou fabrication de lampe , de ballast qui utilise des métaux lourd dont la production et l'extraction polluent....dur de répondre à cette question Afficher tout Ok merci pour ces 2 compléments, ça éclaircit un peu + la chose.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : La production pollue oui, certes mais il est bon de mettre les choses en perspective. (Je tiens à préciser que je ne cautionne pas pour autant quoi que ce soit).

Un élément très polluant à produire mais consommé en quantité infimes a probablement moins d'impact qu'un produit plus "propre&qu
ot; consommé en masse.
Dans ce cas, la quantité de substance consommée est dérisoire comparée à d'autres produits de tous les jours auxquels on ne fait plus attention.


Par ailleurs, il faut cibler la source du problème. Ces déchets sont relâchés dans la nature. Pourquoi ? En bonne partie car cette production est illégale. (Je vois mal un fabricant se pointer au centre de recyclage du quartier avec ses bidons usagés).
Produire des drogues de synthèse n'a a priori pas plus d'impact que la production massive de médicaments. A condition de donner le même traitement aux déchets que celà génère bien sûr...
Afficher tout
La législation changera certainement le recyclage des précurseurs mais ne changera rien aux déchets finaux, y a qu'à voir les magots par terre pour s'en rendre compte ou les bouteilles de protoxyde d'azote, tu vois pas des boîtes de doliprane par tout par terre... et d'un point de vue humain sur sa légalisation (surtout pour les jeunes), n'en parlons pas. Parce que si le marché noir n'a plus beaucoup d'accès à sa clientèle adulte, vers qui vont-ils se tourner ?

a écrit : Ou plutôt dans la consommation dans ce qu'elle a de plus bête et méchant, qui se prétend rebelle mais n'est qu'égo-centrée. C'est qui cette tâche vieille dans sa tête ?
Visiblement tu consomme pas. Tais toi

Posté le

android

(0)

Répondre

Les impôts polluent également, vu la quantité d'arbres qui ont du être abbatus pour imprimer les déclarations... Je propose donc de les rendre illégaux !

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Pour nuancer un peu, l’ecstasy est plus un nom générique qu’une drogue bien précise. Il y a de moins en moins de MDMA dans les cachets d’ecsta voire parfois pas du tout et de plus en plus de vente de cristaux de MDMA pure ou quasi pure. Ça se vent plus cher et plus besoin de fabriquer des cachets.
La MD est sen
sé être la substance active de l’ecsta mais les doses varient beaucoup d’un produit à l’autre. Bref ce n’est pas exactement la même chose.
Pour le reste, je ne suis pas certain que les consommateurs de MD soient très portés sur l’empreinte écologique de leur actions ;)
Afficher tout
Sincèrement tu devrais aller jouer à qui veut gagner des millions... je suis persuadée que tu gagnerais ! **hors sujet je sais**

a écrit : La législation changera certainement le recyclage des précurseurs mais ne changera rien aux déchets finaux, y a qu'à voir les magots par terre pour s'en rendre compte ou les bouteilles de protoxyde d'azote, tu vois pas des boîtes de doliprane par tout par terre... et d'un point de vue humain sur sa légalisation (surtout pour les jeunes), n'en parlons pas. Parce que si le marché noir n'a plus beaucoup d'accès à sa clientèle adulte, vers qui vont-ils se tourner ? Afficher tout C'est pourquoi certaines pistes de réflexion qui préconisent la légalisation du cannabis proposent de donner un statut aux dealers avec prélèvement d'une taxe au passage, comme les buralistes pour le tabac. Tu crois vraiment que tu es le seul à t'être posé la question et que les autres sont tous des abrutis ?

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : C'est qui cette tâche vieille dans sa tête ?
Visiblement tu consomme pas. Tais toi
Houla. Apparemment toi si.
Vas y molo quand même ça a l’air d’esquinter le cerveau.

a écrit : La production pollue oui, certes mais il est bon de mettre les choses en perspective. (Je tiens à préciser que je ne cautionne pas pour autant quoi que ce soit).

Un élément très polluant à produire mais consommé en quantité infimes a probablement moins d'impact qu'un produit plus "propre&qu
ot; consommé en masse.
Dans ce cas, la quantité de substance consommée est dérisoire comparée à d'autres produits de tous les jours auxquels on ne fait plus attention.


Par ailleurs, il faut cibler la source du problème. Ces déchets sont relâchés dans la nature. Pourquoi ? En bonne partie car cette production est illégale. (Je vois mal un fabricant se pointer au centre de recyclage du quartier avec ses bidons usagés).
Produire des drogues de synthèse n'a a priori pas plus d'impact que la production massive de médicaments. A condition de donner le même traitement aux déchets que celà génère bien sûr...
Afficher tout
Je suis à 100% d’accord avec toi.

a écrit : La production pollue oui, certes mais il est bon de mettre les choses en perspective. (Je tiens à préciser que je ne cautionne pas pour autant quoi que ce soit).

Un élément très polluant à produire mais consommé en quantité infimes a probablement moins d'impact qu'un produit plus "propre&qu
ot; consommé en masse.
Dans ce cas, la quantité de substance consommée est dérisoire comparée à d'autres produits de tous les jours auxquels on ne fait plus attention.


Par ailleurs, il faut cibler la source du problème. Ces déchets sont relâchés dans la nature. Pourquoi ? En bonne partie car cette production est illégale. (Je vois mal un fabricant se pointer au centre de recyclage du quartier avec ses bidons usagés).
Produire des drogues de synthèse n'a a priori pas plus d'impact que la production massive de médicaments. A condition de donner le même traitement aux déchets que celà génère bien sûr...
Afficher tout
Bien entendu, l'abandon des déchets dans la nature est complètement liée à la clandestinité des labos. Mais il faut faire la part des choses, on parle de labos immenses ici, d'installations industrielles, pas du chimiste en herbe qui fabrique sa conso du weekend dans son garage.
Et la clandestinité adoptée par ces labos n'est pas subie, elle est assumée. Pourquoi ces types font de la production clandestine de drogues ? Parce que c'est très rentable. C'est tout.
Et votre comparaison avec un labo pharmaceutique est très pertinente. Imaginons qu'on légalise la production de MDMA. Il faudrait que les fabricants de drogue:
- Organisent et financent des tests longs et coûteux avant la mise sur le marché des produits
- Financent une sécurité sociale, un droit à la formation et des congés payés à leurs "employés", des weekends et un temps de travail hebdo conformes à la loi.
- Faudrait qu'ils respectent leurs employés, qu'ils investissent dans des installations respectant les normes de sécurité: aération, masques, combis, douche de décontamination, détecteur multi-gaz, sas d'étanchéité en le lieu de production et le lieu de restauration...
- Faudrait surtout qu'il déclarent leur chiffres d'affaires et payent l'impôt sur les sociétés.

Pas sûr, qu'avec toutes ces contraintes, ces types se tournent vers le marché légal. D'ailleurs l'encadrement légal de la production de médocs n'a jamais empêché la production clandestine de médocs contrefaits.

a écrit : La législation changera certainement le recyclage des précurseurs mais ne changera rien aux déchets finaux, y a qu'à voir les magots par terre pour s'en rendre compte ou les bouteilles de protoxyde d'azote, tu vois pas des boîtes de doliprane par tout par terre... et d'un point de vue humain sur sa légalisation (surtout pour les jeunes), n'en parlons pas. Parce que si le marché noir n'a plus beaucoup d'accès à sa clientèle adulte, vers qui vont-ils se tourner ? Afficher tout C'est vrai que les déchets finaux ne seront pas mieux traités.
Après pour les dolipranes, je pense que c'est plus lié à l'usage qui est fait des produits.
Je veux dire que les déchets (mégots, bouteilles...) sont laissés là car c'est qqch que l'on consomme sur le moment et qu'on oublie ensuite. Exactement de la même manière que l'on trouve partout des emballages de tacos/kebab ou des sac macdo.
Il reste rare de consommer des médicaments rapidement, comme ça dans la rue. Ne serait-ce que parce qu'il faut souvent un verre d'eau avec. Du coup c'est logiquement pas qqqch que l'on trouvera dans la rue (enfin on pars dans du détail là...)

Comment ça ? Les adultes se tourneraient vers le marché légal et laisseraient le marché noir aux jeunes ? Pourquoi ça ? Ce n'est pas ce que l'on observe avec l'alcool. Si le marché est géré correctement, je ne pense pas que les "drogues" seraient différentes de l'alcool.

Je préfère largement un problème géré par la prévention et la connaissance plutôt qu'un problème à la fois complètement ignoré et traité comme le mal ou le vice absolue (il ne faut surtout pas parler de drogues, mais quand qqn est touché, alors il est méprisé et poursuivit, pour simplifier...).
Il faut garder à l'esprit que les jeunes (j'en suis un...) prennent ce genre de substances surtout pour l'aspect social, mais aussi pour braver l'interdit.
Légaliser certaines substances augmenterait à court terme la consommation car l'accès serait simplifié, mais la diminuerait à long terme en supprimant cet aspect "rébellion".

Toute décision engendre des conséquences et de nouveaux problèmes. A nous de les prendre en main, faire l'autruche ne peut qu'empirer la situation.

fin du pavé ;)