Les scaphandriers font un métier dangereux

Proposé par
le

Tous les commentaires (27)

a écrit : Métier dangereux certes, mais pas autant que celui de président des États-Unis ! En effet, sur les 45 personnes à avoir occupé l'emploi, 8 sont mortes en l'exerçant, ce qui nous fait un taux de mortalité de 17,8%, soit 17 800 pour 100 000 environ.
Si je ne dis pas de bêtises, cette étude statistique un
peu bancale en fait le métier le plus dangereux du monde. Mais j'imagine que l'anecdote se base sur un échantillon un poil plus large héhé Afficher tout
Bonjour Relabim, je suis l’auteur de cette étude et tu as tout à fait raison de dire qu’elle est un peu bancale car les 577 accidents répertoriés durant ces quarante années sont probablement loin des chiffres réels.
Aujourd’hui grâce à internet, la plupart des accidents sont connus et signalé au bout de quelques heures.
Mais avant le web ces infos nous parvenaient uniquement via les articles de journaux ainsi que par le bouche à oreille et donc les diverses listes de référence sont (sans doute) très incomplètes.
Je ne vais pas dire que le métier de scaphandrier est le plus dangereux du monde, mais malgré le fait qu’il est de plus en plus règlementé il reste bien plus dangereux que d’autres corps de métier. J’en veux pour preuve que rien qu’en France il y a eu en 2018 pas moins de 3 accidents mortels et 2 accidents (très) graves. Si on estime qu’il y a actuellement une population active d’environ 500 à 800 (chiffre exact non connu) scaphandriers, cela constitue tout de même un pourcentage élevé.

a écrit : désolé je connais pas les prix en france mais les extra dans certain pays monte tres haut. sur les station pétrolière a 200 dollars de heure et les prime de risque et l'interressement a la fin de l'année je te jure ça monte vite.

j'ai fait une inspection a bora bora de mouillage
tres tres bien payé. et les tarif ou je suis actuellement aux bahamas sont tres haut parce que c'est tres reculé.

1900 euro par mois c'est une honte si c'est ça en france parce que je suis mieux payé a faire 1 plongée par jour avec 2 touristes en moniteur de plongée. alors risquer sa vie avec des deco et et des appreil de dingue.
j'ai un ami qui a vu son collegue lacher son karcher haute pression qui sers a faire des trou. en le lachant le tuyau est parti dans tout les sens et le collegue est remonté en deux parti . 1900 € c'est vraiment peu.
Afficher tout
Jeankikine, les prix que tu annonces sont en réalité nettement moins mirobolants.
A titre d’info voici quelques tarifs horaires :
Anglais inshore : plongeur 14,15 €/h pour 10 à 12 heures par jour.
Superviseur 23,6 €/h.
Allemand inshore : plongeur 12,5 à 40 €/h
Canadien inshore : 15,9 à 47 €/h
Américain inshore 18 à 45 €/h
En offshore sur les chantiers hors saturation et CE QUELQUE SOIT LA NATIONATITE les prix varient actuellement de 150 à 500 €/ JOUR soit 12,5 à 41,6 €/ h.
Pour les rares privilégiés qui font des plongées à saturation (c’est-à-dire ceux qui vivent confiné dans un caisson durant plusieurs jours ou semaines) une prime de saturation comprise entre 20 et 40 €/h est à ajouter au salaire de base.

Il faut savoir que depuis une bonne dizaine d’année les salaires des scaphandriers en offshore c’est à dire ceux qui assiste les pétroliers (en général il n’y a pas de scaphandriers sur les plateformes pétrolières) sont en chute libre.
Cela est dû d’une part à la chute des cours du brut, mais surtout au fait que de plus en plus de scaphandriers sont formé actuellement et donc l’offre dépasse LARGEMENT la demande. Résultat, afin de couvrir leur frais de formation, certains jeunes n’hésite pas à brader les prix du marché et accepte de partir en chantier pour des clopinettes.

a écrit : Bonjour Relabim, je suis l’auteur de cette étude et tu as tout à fait raison de dire qu’elle est un peu bancale car les 577 accidents répertoriés durant ces quarante années sont probablement loin des chiffres réels.
Aujourd’hui grâce à internet, la plupart des accidents sont connus et signalé au bout de quelque
s heures.
Mais avant le web ces infos nous parvenaient uniquement via les articles de journaux ainsi que par le bouche à oreille et donc les diverses listes de référence sont (sans doute) très incomplètes.
Je ne vais pas dire que le métier de scaphandrier est le plus dangereux du monde, mais malgré le fait qu’il est de plus en plus règlementé il reste bien plus dangereux que d’autres corps de métier. J’en veux pour preuve que rien qu’en France il y a eu en 2018 pas moins de 3 accidents mortels et 2 accidents (très) graves. Si on estime qu’il y a actuellement une population active d’environ 500 à 800 (chiffre exact non connu) scaphandriers, cela constitue tout de même un pourcentage élevé.
Afficher tout
Loin de moi l'idée de remettre en question ton anecdote, je parlais des résultats sur le poste de président américain ! Je ne prétendrais pas maîtriser assez le sujet pour minimiser sans sources les risques du métier de scaphandrier. Il s'agissait seulement d'un complément que je trouve amusant sur ce type de statistiques

a écrit : Du coup c'est quoi exactement un scaphandrier ? Le scaphandrier, c'est le type qui est dans le scaphandre. C'est comme le chevalier, le type qui est dans le chev... SUR le cheval, pardon. Mauvais exemple.

a écrit : Du coup c'est quoi exactement un scaphandrier ? Le nom de scaphandrier correspond aux mots Anglophone “Commercial diver” c’est à dire un plongeur qui travaille sous eau contre rémunération.
Ce métier a été créé en Angleterre par les frères Charles et John Deane qui en 1831 conçoivent et font fabriquer par Auguste Siebe le tout premier casque de scaphandrier, et c’est à l’aide de celui-ci qu’ils commencent à plonger dans la Tamise pour faire des récupérations diverses contre rémunération.
Ce type d’équipement, « casque de cuivre et vêtement étanche » a été utilisé jusque dans les années 1960 puis à progressivement été remplacé par des équipements plus modernes.
Depuis, le métier de travailleur sous-marin il a été scinder en plusieurs catégories parmi lesquels ont retrouves d’une part les scaphandriers, c’est-à-dire des gars qui travaillent sous eau avec des outils divers et plus ou moins lourd et qui utilisent pratiquement toujours un narghilé et d’autre part les plongeurs professionnels qui eux se retrouvent dans les secteurs de la pêche et l’aquaculture , l’archéologie ,les services de secours, la police ,les militaires, les scientifiques, les moniteurs et qui eux plongent le plus souvent en autonome.

Bonjour,

Quelqu'un qui s'y connait bien pourrait me dire en quoi ce métier est très dangereux ?

Honnêtement ça m'intrigue énormément...

Merci

a écrit : Bonjour,

Quelqu'un qui s'y connait bien pourrait me dire en quoi ce métier est très dangereux ?

Honnêtement ça m'intrigue énormément...

Merci
Sans rentrer dans les détails, c'est aussi dangereux que d'aller dans l'espace. La température du milieu, la pression extérieure, une défaillance du matériel et c'est la mort assurée.
C'est le genre de travail où l'erreur, même petite, n'est pas permise.