La Malinche est-elle la mère ou la traitresse du Mexique ?

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Il faut tout de même préciser qu'elle a était vendu comme esclave par sa famille (probablement aux mayas) avant d'être de nouveau offerte aux espagnols, toujours en tant qu'esclave.
Traîtresse c'est un peu fort comme mot du coup...

a écrit : Et oui les traitres, les vendus ça existe. Cortés n'aurait pas pu s'imposer sans le soutien de tribus autochtones ennemi des maya. Un collaboration qui n'est pas sans rappeler celles des gaulois face a césar. Diviser pour mieux régner "Vendu", "Traitre", je vois plutôt dans cette histoire, comme le dit @Valcing, la vie d'une pauvre femme qui a bien souffert (vendue aux mayas par son frère, ballottée comme esclave d'un homme à l'autre, puis aux espagnols conquérants, etc...) et qui était dans la survie. Elle a réussi (et encore !) grâce à sa vraisemblable beauté et sûrement aussi son "bagout"... Et puis pour elle on peut dire que SA civilisation n'était pas tendre ! Alors ma foi, pourquoi ne pas aider les conquistadores ; pour ce qu'elle perdait :)
Enfin, on trouve les héros ou les traitres en fonction de qui gagne ;) Si l'Allemagne nazi avait gagné, nous aurions aujourd'hui des avenues Hitler et Laval, des boulevards Pétain, etc... :) Tout est "relatif"...

Je pense que de notre point d'aujourd'hui, il n'est pas facile de dire si cette femme était une héroïne ou une traîtresse. Les enjeux politiques et les mentalités de l'époque nous dépassent. Quand Cléopâtre accueille César en Alexandrie et scelle une alliance (avec pas mal de parties de jambes en l'air quand même) pour détrôner le pharaon , est-elle une habile stratège ou une traîtresse? Et les gens qui ont, d'une manière ou d'une autre, "collaboré" avec l'ennemi pendant la WW2 méritent-ils tous d'être fusillés? Qu'aurions nous fait à cette époque?
Même au Mexique, cette question divise donc à chacun son interprétation.

Posté le

android

(46)

Répondre


Tous les commentaires (14)

Il faut tout de même préciser qu'elle a était vendu comme esclave par sa famille (probablement aux mayas) avant d'être de nouveau offerte aux espagnols, toujours en tant qu'esclave.
Traîtresse c'est un peu fort comme mot du coup...

Certains peuples dominés par les Incas ou les Aztèques, ont pu voir les Espagnols comme une opportunité de renverser le joug, erreur qu'on retrouve de ci de là au cours de l Histoire comme en Gaule, en Afrique, en Russie..

a écrit : Il faut tout de même préciser qu'elle a était vendu comme esclave par sa famille (probablement aux mayas) avant d'être de nouveau offerte aux espagnols, toujours en tant qu'esclave.
Traîtresse c'est un peu fort comme mot du coup...
Et oui les traitres, les vendus ça existe. Cortés n'aurait pas pu s'imposer sans le soutien de tribus autochtones ennemi des maya. Un collaboration qui n'est pas sans rappeler celles des gaulois face a césar. Diviser pour mieux régner

a écrit : Et oui les traitres, les vendus ça existe. Cortés n'aurait pas pu s'imposer sans le soutien de tribus autochtones ennemi des maya. Un collaboration qui n'est pas sans rappeler celles des gaulois face a césar. Diviser pour mieux régner "Vendu", "Traitre", je vois plutôt dans cette histoire, comme le dit @Valcing, la vie d'une pauvre femme qui a bien souffert (vendue aux mayas par son frère, ballottée comme esclave d'un homme à l'autre, puis aux espagnols conquérants, etc...) et qui était dans la survie. Elle a réussi (et encore !) grâce à sa vraisemblable beauté et sûrement aussi son "bagout"... Et puis pour elle on peut dire que SA civilisation n'était pas tendre ! Alors ma foi, pourquoi ne pas aider les conquistadores ; pour ce qu'elle perdait :)
Enfin, on trouve les héros ou les traitres en fonction de qui gagne ;) Si l'Allemagne nazi avait gagné, nous aurions aujourd'hui des avenues Hitler et Laval, des boulevards Pétain, etc... :) Tout est "relatif"...

Je pense que de notre point d'aujourd'hui, il n'est pas facile de dire si cette femme était une héroïne ou une traîtresse. Les enjeux politiques et les mentalités de l'époque nous dépassent. Quand Cléopâtre accueille César en Alexandrie et scelle une alliance (avec pas mal de parties de jambes en l'air quand même) pour détrôner le pharaon , est-elle une habile stratège ou une traîtresse? Et les gens qui ont, d'une manière ou d'une autre, "collaboré" avec l'ennemi pendant la WW2 méritent-ils tous d'être fusillés? Qu'aurions nous fait à cette époque?
Même au Mexique, cette question divise donc à chacun son interprétation.

Posté le

android

(46)

Répondre

a écrit : Certains peuples dominés par les Incas ou les Aztèques, ont pu voir les Espagnols comme une opportunité de renverser le joug, erreur qu'on retrouve de ci de là au cours de l Histoire comme en Gaule, en Afrique, en Russie.. Les indiens d'Amérique du Nord aussi, les éclaireurs autochtones étaient monnaie courante dans l'armée U.S.

Je pense que la première victime dans cette histoire, c’est bien cette femme qui a été faite esclave et vendue à des hommes. Elle doit plutôt être considérée comme une vaillante personne qui a réussi à survivre comme elle pouvait.

''mere'', ''traitresse'' ou ''heroine''... qui sommes nous pour juger ?..

Posté le

windowsphone

(5)

Répondre

a écrit : ''mere'', ''traitresse'' ou ''heroine''... qui sommes nous pour juger ?.. Des gens qui commentons scmb en 2019 sur leurs smartphones...
Bon sinon à écouter, La Malinche de feu chatterton et Cortez the killer de Neil Young.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : ''mere'', ''traitresse'' ou ''heroine''... qui sommes nous pour juger ?.. Ca dépend du point de vue, comme d'hab ;)

Perso, je rejoins certains commentaires, c'était juste une femme qui s'est démerdée pour survivre du mieux possible.

Quand j'étais plus jeune, j'avais lu un roman pour ado qui racontait son histoire (j'ai oublié le titre) et dedans elle était nommée Malintzin.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : "Vendu", "Traitre", je vois plutôt dans cette histoire, comme le dit @Valcing, la vie d'une pauvre femme qui a bien souffert (vendue aux mayas par son frère, ballottée comme esclave d'un homme à l'autre, puis aux espagnols conquérants, etc...) et qui était dans la survie. Elle a réussi (et encore !) grâce à sa vraisemblable beauté et sûrement aussi son "bagout"... Et puis pour elle on peut dire que SA civilisation n'était pas tendre ! Alors ma foi, pourquoi ne pas aider les conquistadores ; pour ce qu'elle perdait :)
Enfin, on trouve les héros ou les traitres en fonction de qui gagne ;) Si l'Allemagne nazi avait gagné, nous aurions aujourd'hui des avenues Hitler et Laval, des boulevards Pétain, etc... :) Tout est "relatif"...
Afficher tout
Ce genre de commentaire qui n'apporte rien et mélange des principes douteux. Elle est le symbole du métissage hispano-américain, et comme tout symbole il clive. De la a dire que les vainqueurs écrivent l'histoire c'est totalement faux, même si la maxime est courante.

Je me suis intéressé à certains personnages historiques qu'on a pu considérer comme des traîtres : Benedict Arnold, Marmont et La Malinche. Les deux premiers ont agit de manière assez impulsive avec un rôle au final assez anecdotique et ont de toute façon était dépassé par les événements. Dona Marina elle par contre c'est une autre histoire. On peut dire qu’elle a était submergé par ces événements mais l'ensemble des récits rapportés montre que son rôle n'était pas juste accessoire mais qu'il y avait une volonté affiché d’aider les personnes qui allait détruire 80% des habitants d'un continent, les langues, les cultures. Ces actions étaient vraiment réfléchis et ont mener au désastre pour son peuple. Pour considérer La Malinche comme quelqu'un de positif il faut soit être en accord avec le génocide des populations d’Amérique du sud soit faire preuve d'un relativisme facile.