Le dernier transport de passagers par locomotive à vapeur a été fait en 1969

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Il faut dire que les locomotives à vapeur avaient fait beaucoup de progrès par rapport à ce qu'on peut voir dans les vieux films : il n'y avait plus besoin de pelleter le charbon à la main, en étant exposé à la chaleur et à la fumée ! Sur ces modèles fabriqués après-guerre, le conducteur commandait la marche du train au moyen de leviers tout en étant assis dans un poste de conduite fermé. Le chargement du charbon était automatique et il y avait même des modèles qui fonctionnaient au fioul lourd, encore plus simple à mettre en oeuvre, avec un réservoir et une pompe comme sur n'importe quel véhicule moderne sauf que le fioul était utilisé pour chauffer de l'eau afin de produire de la vapeur.

J'en profite pour faire de la publicité pour mon département : VENEZ à Martel (Lot) faire la balade à flanc de falaise en locomotive à vapeur. C'est un point de vue exceptionnel sur la vallée de la Dordogne. Et surtout, il y a quelque chose de très fort et de très émouvant à sentir cette vieille mécanique (90 ans environ) qui se lance, qui nous tire avec des à-coups, qui souffle et halète mais accélère progressivement jusqu'au "tchou-tchou" bien connu... C'est quelque chose qu'il faut vivre, même sans être passionné de machines. La locomotive, c'est l'homme qui s'émancipe de la distance par son génie, c'est la machine la plus esthétique qui existe. Je vous renvoie aux lignes de Huysmans dans À rebours , ch. II : "L'une, la Crampton, une adorable blonde, à la voix aigüe, à la grande taille frêle, emprisonnée dans son étincelant corset de cuivre, au souple et nerveux allongement de chatte, une blonde pimpante et dorée, dont l'extraordinaire grâce épouvante lorsque, raidissant ses muscles d'acier, activant la sueur de ses flancs tièdes, elle met en branle l'immense rosace de sa fine roue et s'élance toute vivante, en tête des rapides et des marées !
L'autre, l'Engerth, une monumentale et sombre brune aux cris sourds et rauques, aux reins trapus, étranglés dans une cuirasse en fonte, une monstrueuse bête, à la crinière échevelée de fumée noire, aux six roues basses et accouplées ; quelle écrasante puissance lorsque, faisant trembler la terre, elle remorqué pesamment, lentement, la lourde queue de ses marchandises !
Il n'est certainement pas, parmi les frêles beautés blondes et les majestueuses beautés brunes, de pareils types de sveltesse délicate et de terrifiante force (...)"

Et pour se mettre l'eau à la bouche : trainduhautquercy.info/

a écrit : Autant que l'utilisation des locomotives à vapeur pour le tourisme, je comprends, mais pour les convois exceptionnels ? ... :-/ Convoi exceptionnel ça ne veut pas dire que c'est pour transporter des gros engins comme sur les routes, ça veut dire, dans ce cas, que des convois tirés par des locomotives à vapeur circulent exceptionnellement sur les voies des autres trains par autorisation spéciale pour faire plaisir aux associations qui maintiennent ce matériel en état de marche, alors que le reste du temps les locomotives à vapeur sont cantonnées sur d'anciennes voies désaffectées qui leur sont réservées.


Tous les commentaires (25)

Il faut dire que les locomotives à vapeur avaient fait beaucoup de progrès par rapport à ce qu'on peut voir dans les vieux films : il n'y avait plus besoin de pelleter le charbon à la main, en étant exposé à la chaleur et à la fumée ! Sur ces modèles fabriqués après-guerre, le conducteur commandait la marche du train au moyen de leviers tout en étant assis dans un poste de conduite fermé. Le chargement du charbon était automatique et il y avait même des modèles qui fonctionnaient au fioul lourd, encore plus simple à mettre en oeuvre, avec un réservoir et une pompe comme sur n'importe quel véhicule moderne sauf que le fioul était utilisé pour chauffer de l'eau afin de produire de la vapeur.

Une autre époque, un autre art de vie. Une fois, quand j'étais petit, j'ai eu un escarbille dans l’œil, ça c'est bien terminé, j'ai eu juste à pleurer. Qui connait ou se rappelle du mot escarbille?

a écrit : Une autre époque, un autre art de vie. Une fois, quand j'étais petit, j'ai eu un escarbille dans l’œil, ça c'est bien terminé, j'ai eu juste à pleurer. Qui connait ou se rappelle du mot escarbille? Je le dis encore à mon fils quand il est trop près de la cheminée ;)

Existe-t-il encore des loco à vapeur commerciales dans le reste du monde ?

Autant que l'utilisation des locomotives à vapeur pour le tourisme, je comprends, mais pour les convois exceptionnels ? ... :-/

J'en profite pour faire de la publicité pour mon département : VENEZ à Martel (Lot) faire la balade à flanc de falaise en locomotive à vapeur. C'est un point de vue exceptionnel sur la vallée de la Dordogne. Et surtout, il y a quelque chose de très fort et de très émouvant à sentir cette vieille mécanique (90 ans environ) qui se lance, qui nous tire avec des à-coups, qui souffle et halète mais accélère progressivement jusqu'au "tchou-tchou" bien connu... C'est quelque chose qu'il faut vivre, même sans être passionné de machines. La locomotive, c'est l'homme qui s'émancipe de la distance par son génie, c'est la machine la plus esthétique qui existe. Je vous renvoie aux lignes de Huysmans dans À rebours , ch. II : "L'une, la Crampton, une adorable blonde, à la voix aigüe, à la grande taille frêle, emprisonnée dans son étincelant corset de cuivre, au souple et nerveux allongement de chatte, une blonde pimpante et dorée, dont l'extraordinaire grâce épouvante lorsque, raidissant ses muscles d'acier, activant la sueur de ses flancs tièdes, elle met en branle l'immense rosace de sa fine roue et s'élance toute vivante, en tête des rapides et des marées !
L'autre, l'Engerth, une monumentale et sombre brune aux cris sourds et rauques, aux reins trapus, étranglés dans une cuirasse en fonte, une monstrueuse bête, à la crinière échevelée de fumée noire, aux six roues basses et accouplées ; quelle écrasante puissance lorsque, faisant trembler la terre, elle remorqué pesamment, lentement, la lourde queue de ses marchandises !
Il n'est certainement pas, parmi les frêles beautés blondes et les majestueuses beautés brunes, de pareils types de sveltesse délicate et de terrifiante force (...)"

Et pour se mettre l'eau à la bouche : trainduhautquercy.info/

a écrit : Je le dis encore à mon fils quand il est trop près de la cheminée ;)

Existe-t-il encore des loco à vapeur commerciales dans le reste du monde ?
Oh que oui, on en trouve dans pas mal de pays en voie de développement où ils font durer le matos jusqu'à ce que, même avec la meilleure volonté du monde, elles soient irréparables, mais même là bas, elles commencent à se faire rares, car plus aucune usine ne fabrique de loco à vapeur, alors à force de récupérer des pièces sur les tas de ferrailles rouillées, un jour, il n'y en aura plus, ne restera que des lignes touristiques comme chez nous.

Pour les exemplaires touristiques en France (une poignée), elles sont bichonnées, pour les mêmes problèmes, une pièce importante qui casse, il faut l'usiner où la couler, et ça rend en général ces lignes tout sauf rentables, les passionnés bénévoles y vont presque toujours de leur poche.

a écrit : J'en profite pour faire de la publicité pour mon département : VENEZ à Martel (Lot) faire la balade à flanc de falaise en locomotive à vapeur. C'est un point de vue exceptionnel sur la vallée de la Dordogne. Et surtout, il y a quelque chose de très fort et de très émouvant à sentir cette vieille mécanique (90 ans environ) qui se lance, qui nous tire avec des à-coups, qui souffle et halète mais accélère progressivement jusqu'au "tchou-tchou" bien connu... C'est quelque chose qu'il faut vivre, même sans être passionné de machines. La locomotive, c'est l'homme qui s'émancipe de la distance par son génie, c'est la machine la plus esthétique qui existe. Je vous renvoie aux lignes de Huysmans dans À rebours , ch. II : "L'une, la Crampton, une adorable blonde, à la voix aigüe, à la grande taille frêle, emprisonnée dans son étincelant corset de cuivre, au souple et nerveux allongement de chatte, une blonde pimpante et dorée, dont l'extraordinaire grâce épouvante lorsque, raidissant ses muscles d'acier, activant la sueur de ses flancs tièdes, elle met en branle l'immense rosace de sa fine roue et s'élance toute vivante, en tête des rapides et des marées !
L'autre, l'Engerth, une monumentale et sombre brune aux cris sourds et rauques, aux reins trapus, étranglés dans une cuirasse en fonte, une monstrueuse bête, à la crinière échevelée de fumée noire, aux six roues basses et accouplées ; quelle écrasante puissance lorsque, faisant trembler la terre, elle remorqué pesamment, lentement, la lourde queue de ses marchandises !
Il n'est certainement pas, parmi les frêles beautés blondes et les majestueuses beautés brunes, de pareils types de sveltesse délicate et de terrifiante force (...)"

Et pour se mettre l'eau à la bouche : trainduhautquercy.info/
Afficher tout
Wouaow! Ca c'est de la passion où je m'y connais pas!!!

Je suis monté qu'une seule fois dans un convoi vapeur (train des Cévennes, pas aussi spectaculaire que le tien mais on fait avec ce qu'on trouve^^), ça couine, ça secoue, ça crache, ça siffle, ça grince un peu, ça vomit une fumée noire dégueulasse pendant les phases d'accélération... une pure merveille, inoubliable, c'est ce souvenir qui m'a fait fouiner sur le net et trouvé une idée d'anecdote. :)

a écrit : Autant que l'utilisation des locomotives à vapeur pour le tourisme, je comprends, mais pour les convois exceptionnels ? ... :-/ Convoi exceptionnel ça ne veut pas dire que c'est pour transporter des gros engins comme sur les routes, ça veut dire, dans ce cas, que des convois tirés par des locomotives à vapeur circulent exceptionnellement sur les voies des autres trains par autorisation spéciale pour faire plaisir aux associations qui maintiennent ce matériel en état de marche, alors que le reste du temps les locomotives à vapeur sont cantonnées sur d'anciennes voies désaffectées qui leur sont réservées.

"-ça c'est touche pas à ça p'tit con...
Ah non ça aussi c'est touche pas à ça p'tit con...
TUUUUUUUT !!!! Ah non, ça c'est le sifflet car quand mon père...
-oui ça va ça va on a compris !"

Dans ma jolie ville de Mortagne-sur-Sèvre, en Vendée, nous avons des trains à vapeur touristiques. Vous pouvez par exemple manger dans un train-restaurant style Orient-Express tout en effectuant une belle balade commentée. Les trains passent d'ailleurs sur plusieurs viaducs et le panorama est superbe. Tout cela est possible grâce à des passionnés qui nous font revivre l'époque des trains à vapeur.

a écrit : Autant que l'utilisation des locomotives à vapeur pour le tourisme, je comprends, mais pour les convois exceptionnels ? ... :-/ C'est pour qu' on voie comment elles fonctionnent ailleurs...

(Minigame : cette phrase cache un calembour)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est pour qu' on voie comment elles fonctionnent ailleurs...

(Minigame : cette phrase cache un calembour)
Trouvééééé... XD

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Une autre époque, un autre art de vie. Une fois, quand j'étais petit, j'ai eu un escarbille dans l’œil, ça c'est bien terminé, j'ai eu juste à pleurer. Qui connait ou se rappelle du mot escarbille? Les petites étincelles qui « pètent » dans la cheminée non? Ou un truc dans le genre?

D'ailleurs, si je ne dis pas de bêtises, l'Orient Express (du moins ce qu'il en reste et ce qui a été restauré) marche encore avec une de ses locomotives à vapeur, il est d'ailleurs, moyennant finance, toujours possible, lors de rares occasions, de faire Londres-Istanbul, pour tous les passionnés de luxe d'antan.
Si vous pouvez encore le trouver, l'excellent documentaire "Le Voyage d'une légende" d'Arte retrace toute son histoire jusqu'à aujourd'hui et est très impressionnant.

Habitant l'Ardèche je connais le Mastrou qui est un train à vapeur et la balade est sympa à faire, c'est d'ailleurs le seul et unique train à passer en Ardèche mdr

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je sens venir le commentaire qui ronchonne parce que les cheminots touchent quand même la prime de Charbon depuis tout ce temps.
Nan. Plus depuis 1974 (ça tombe bien, c'est justement la date du dernier voyage vapeur).
Source :
www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/06/18/prime-charbon-
prime-pour-absence-de-prime-les-legendes-urbaines-de-la-sncf_4439497_4355770.html Afficher tout
Et qui a râlé pour la suppression de la prime de l'œil dans les années 90/2000? Celle-ci même qui donne aux cheminots une prime de risque car ils peuvent devenir aveugle quand ils regardent par la fenêtre pour vérifier si tout va bien avec leur cargaison... De charbon?

a écrit : D'ailleurs, si je ne dis pas de bêtises, l'Orient Express (du moins ce qu'il en reste et ce qui a été restauré) marche encore avec une de ses locomotives à vapeur, il est d'ailleurs, moyennant finance, toujours possible, lors de rares occasions, de faire Londres-Istanbul, pour tous les passionnés de luxe d'antan.
Si vous pouvez encore le trouver, l'excellent documentaire "Le Voyage d'une légende" d'Arte retrace toute son histoire jusqu'à aujourd'hui et est très impressionnant.
Afficher tout
Malheureusement, il n'est plus "Express", l'orient.
Avant il ne s'arrêtait que pour changer les locomotives où faire le plein, toutes les frontières étaient franchies à toute vapeur, les contrôles étant fait dans le train, et qu'une seule fois pour plusieurs frontières, un véritable exploit à l'époque, d'où le nom de cette ligne mythique, mais l'Europe a bien changé...
P.S, il fallait quand même prendre le bateau au moins une fois pour traverser la Manche, c'est un détail mais bon. ^^
Enfin c'est sympa d'avoir réouvert cette ligne, ça doit être un super voyage à faire.

a écrit : Malheureusement, il n'est plus "Express", l'orient.
Avant il ne s'arrêtait que pour changer les locomotives où faire le plein, toutes les frontières étaient franchies à toute vapeur, les contrôles étant fait dans le train, et qu'une seule fois pour plusieurs frontières, un véritable
exploit à l'époque, d'où le nom de cette ligne mythique, mais l'Europe a bien changé...
P.S, il fallait quand même prendre le bateau au moins une fois pour traverser la Manche, c'est un détail mais bon. ^^
Enfin c'est sympa d'avoir réouvert cette ligne, ça doit être un super voyage à faire.
Afficher tout
Il y a au moins deux erreurs dans ton PS : 1) l'Orient Express partait de Paris vers l'Est (comme son nom l'indique) donc il n'avait pas besoin de traverser la Manche et 2) il y a eu une ligne de wagons-lits entre Londres et Paris, qui traversait la Manche, et il n'y avait pas besoin de descendre du train car les rails se prolongeaient à bord du ferry-boat pour que le train puisse monter à bord et poursuivre son voyage après la traversée. C'était très courant à l'époque que les trains montent sur ou entrent dans les bateaux. Il reste quelques exemples dans le monde de trains qui prennent le ferry-boat et ce sont des attractions touristiques, je te le signale puisque, apparemment, tu es fan de trains et des attractions touristiques qui vont avec !

a écrit : Il y a au moins deux erreurs dans ton PS : 1) l'Orient Express partait de Paris vers l'Est (comme son nom l'indique) donc il n'avait pas besoin de traverser la Manche et 2) il y a eu une ligne de wagons-lits entre Londres et Paris, qui traversait la Manche, et il n'y avait pas besoin de descendre du train car les rails se prolongeaient à bord du ferry-boat pour que le train puisse monter à bord et poursuivre son voyage après la traversée. C'était très courant à l'époque que les trains montent sur ou entrent dans les bateaux. Il reste quelques exemples dans le monde de trains qui prennent le ferry-boat et ce sont des attractions touristiques, je te le signale puisque, apparemment, tu es fan de trains et des attractions touristiques qui vont avec ! Afficher tout J'ai jamais dit qu'il fallait descendre du train, j'ai dit qu'il fallait prendre le bateau (c'était compris dans le prix du billet), ensuite, de Terminus à Terminus de la ligne, c'est Londres-Istanbul, mais si tu veux on peux aussi compter toutes les gares où le train s'arrêtait pour faire descendre où monter des passagers, charger du charbon, faire le plein d'eau... ça en fait un paquet des arrêts entre Paris et Milan pour un train à vapeur! ^^

L'Orient Express, c'est une ligne de chemin de fer, ce n'est pas un train.

Et non, je ne suis pas fan de trains, je les aime, c'est tout ;)