Le spécialiste français des tueurs en série en a été victime

Proposé par
le

Stéphane Bourgoing est le spécialiste français des tueurs en série. S'il a cherché à partir de 1976 à comprendre la psyché des tueurs en série, c'est suite à un drame personnel : sa compagne de l'époque fut violée, tuée et découpée par un tueur en série lorsqu'il vivait aux Etats-Unis.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Eh bien c'est précisément pour ça que des gens cherchent à les comprendre.

Posté le

android

(146)

Répondre

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Comprendre leur fonctionnement peut aussi permettre d'anticiper un éventuel passage à l'acte. J'imagine qu'avant de commettre plusieurs meurtres, il devait déjà y avoir quelques signes.
Et quand tu dis qu'ils ne méritent pas d'être compris, je ne suis pas vraiment d'accord. Comprendre ne veut pas dire excuser.

Posté le

android

(118)

Répondre

Les études de ces individus ont également montré que beaucoup d'entre eux ne seraient jamais devenus de grands tueurs si leur enfance n'avaient pas été fracassée.
Mais on s'en doutait déjà avant j'imagine.


Tous les commentaires (61)

Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qui sévissent dans le monde.

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Eh bien c'est précisément pour ça que des gens cherchent à les comprendre.

Posté le

android

(146)

Répondre

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Comprendre leur fonctionnement peut aussi permettre d'anticiper un éventuel passage à l'acte. J'imagine qu'avant de commettre plusieurs meurtres, il devait déjà y avoir quelques signes.
Et quand tu dis qu'ils ne méritent pas d'être compris, je ne suis pas vraiment d'accord. Comprendre ne veut pas dire excuser.

Posté le

android

(118)

Répondre

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Oui, mais tu oublies que sans des messieurs comme lui, Esprits Criminels n'existerait pas. Et ça, c'est pas bath.

Plus sérieusement, ce que tu dis met précisément en lumière l'intérêt de ces études : par exemple, est-ce que, sans elles, on se serait aperçu que les psychopathes adorent qu'on s'intéresse à et parle d'eux ? Comment se fait-il que cette pathologie combine souvent hypertrophie de l'ego et grande intelligence ? Après, la vraie question, c'est de savoir si ça permet effectivement de coincer les criminels, ou si ça ne fonctionne justement que dans Esprits Criminels, et que dans la réalité la recherche d'indices et de témoignages à la sauce Les petits meurtres d'Agatha Christie est plus efficace.

Si un policier passe par ici, soyez bon, dites-nous tout ! :)

Posté le

android

(13)

Répondre

Je ne suis pas certain que les sciences du comportement soient d'une grande utilité dans la recherche des tueurs en série.
D'ailleurs, je trouve ridicules les affirmations que font les protagonistes d' "esprits criminels" sur les tueurs.
Dans les faits, on peut voir que la plupart des arrestations pour ce genre d'individus se font par hasard, soit parce-que le tueur fait une erreur soit parce qu'une victime réussit à s'echapper.

Posté le

android

(1)

Répondre

Les études de ces individus ont également montré que beaucoup d'entre eux ne seraient jamais devenus de grands tueurs si leur enfance n'avaient pas été fracassée.
Mais on s'en doutait déjà avant j'imagine.

a écrit : Je ne suis pas certain que les sciences du comportement soient d'une grande utilité dans la recherche des tueurs en série.
D'ailleurs, je trouve ridicules les affirmations que font les protagonistes d' "esprits criminels" sur les tueurs.
Dans les faits, on peut voir que la plupart
des arrestations pour ce genre d'individus se font par hasard, soit parce-que le tueur fait une erreur soit parce qu'une victime réussit à s'echapper. Afficher tout
C'est un vaste sujet, mais je pense de mon coté que oui, ça fonctionne, peut être pas à la perfection, pas à tout les coups, mais sans les américains précurseurs dans ce domaine, on serait encore en France à être persuadés que les tueurs en série, ça n'existe pas chez nous et les Fourniret, Dutroux &co n'auraient probablement pas été inculpés pour tous leurs crimes (à priori), peut être un seul, voir aucun.

Après dans notre pays on a quand même un gros problème de communication entre services, voir dans un même service mais dans deux départements différents, à quand un central d'information Européen efficace? On y travaille mais ca aurait du être fait y'a longtemps, quoi! Un système comme ça existe déjà aux U.S, inter-état et inter- services, pour recouper presque automatiquement des affaires qui se ressemblent, et c'est redoutable comme arme contre ces tarés.

ce qui est incroyable, c'est que la notion de crime en série reste l'impensable du système punitif. La police, encore aujourd'hui, répugne à faire des liens entre des meurtres qui pourraient la mettre sur la piste d'un tueur en série. On ne les arrête que quand ils ont déjà de nombreux meurtres à leur actif

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Perso je suis fasciné par ce dont l'Homme est capable que ce soit sportivement, créativement, intellectuellement, par amour ou par haine ou oeu importe. Les extrêmes comme les tueurs en série n'échappent pas à la règle. Suis-je aussi un sous-homme pour ça ?

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Je ne suis pas certain que les sciences du comportement soient d'une grande utilité dans la recherche des tueurs en série.
D'ailleurs, je trouve ridicules les affirmations que font les protagonistes d' "esprits criminels" sur les tueurs.
Dans les faits, on peut voir que la plupart
des arrestations pour ce genre d'individus se font par hasard, soit parce-que le tueur fait une erreur soit parce qu'une victime réussit à s'echapper. Afficher tout
C'est parce que tu regardes la mauvaise série (esprits criminels) que tu penses que ça ne sert à rien. Si on voit comment ça se passe dans cette série, effectivement on se dit que tout à l'air si facile et si rapide pour être vrai. Il y a des séries qui traitent du sujet qui sont beaucoup plus prenantes et plus réalistes ( ex mindhunter sur Netflix). Ce qui différentie un tueur en série d'un tueur lambda c'est que le serial killer a un mode opératoire, une touche et une façon de faire propre à lui. On sait aussi que les 1ers meurtres se passent souvent dans leur zone de confort c'est à dire pas loin de leur domicile. Sans le travail des profilers qui ont remarqué que beaucoup de serial killers ont des points communs (une enfance souvent difficile, souvent un QI supérieur à la moyenne..) pas mal d'entre eux seraient encore en liberté.

Posté le

android

(21)

Répondre

a écrit : C'est un vaste sujet, mais je pense de mon coté que oui, ça fonctionne, peut être pas à la perfection, pas à tout les coups, mais sans les américains précurseurs dans ce domaine, on serait encore en France à être persuadés que les tueurs en série, ça n'existe pas chez nous et les Fourniret, Dutroux &co n'auraient probablement pas été inculpés pour tous leurs crimes (à priori), peut être un seul, voir aucun.

Après dans notre pays on a quand même un gros problème de communication entre services, voir dans un même service mais dans deux départements différents, à quand un central d'information Européen efficace? On y travaille mais ca aurait du être fait y'a longtemps, quoi! Un système comme ça existe déjà aux U.S, inter-état et inter- services, pour recouper presque automatiquement des affaires qui se ressemblent, et c'est redoutable comme arme contre ces tarés.
Afficher tout
Les USA ont un plus grand problème que nous pour la communication inter état.
L'avantage qu'ils ont c'est d'avoir une police fédérale très largement subventionnée qui s'occupe de ce genre de problèmes.
Mais avant de faire le lien entre des crimes commis dans des États différent il peut se passer beaucoup de temps.
Quant à nous, nous avons Interpol et Europol qui fonctionnent plutôt bien malgré nos peu de moyens financiers.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Ces sous-êtres humains ne méritent pas d’être compris. Le pire c’est que ça leur procure souvent de la satisfaction qu’on s’intéresse à eux. Un peu comme un peintre qui est fier qu’on s’intéresse à sa toile.

La seule plus value à les comprendre est de pouvoir les cibler pour trouver plus facilement ceux qu
i sévissent dans le monde. Afficher tout
Ça serait intéressant pourtant de savoir qu'est ce qui peut pousser quelqu'un à écrire ce genre de commentaire.

Posté le

android

(8)

Répondre

Il vaudrait mieux employer psychisme plutôt que psyché car, si psyché peut parfois être interprété de la même façon, c'est surtout un mot qui est employé avec un sens bien précis (et différent) en psychanalyse et qui est encore plus couramment employé pour désigner un grand miroir dans lequel on se voit en pied.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : C'est parce que tu regardes la mauvaise série (esprits criminels) que tu penses que ça ne sert à rien. Si on voit comment ça se passe dans cette série, effectivement on se dit que tout à l'air si facile et si rapide pour être vrai. Il y a des séries qui traitent du sujet qui sont beaucoup plus prenantes et plus réalistes ( ex mindhunter sur Netflix). Ce qui différentie un tueur en série d'un tueur lambda c'est que le serial killer a un mode opératoire, une touche et une façon de faire propre à lui. On sait aussi que les 1ers meurtres se passent souvent dans leur zone de confort c'est à dire pas loin de leur domicile. Sans le travail des profilers qui ont remarqué que beaucoup de serial killers ont des points communs (une enfance souvent difficile, souvent un QI supérieur à la moyenne..) pas mal d'entre eux seraient encore en liberté. Afficher tout Je suis en train de suivre cette série, ça a l air passionnant (mindhunter)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : C'est parce que tu regardes la mauvaise série (esprits criminels) que tu penses que ça ne sert à rien. Si on voit comment ça se passe dans cette série, effectivement on se dit que tout à l'air si facile et si rapide pour être vrai. Il y a des séries qui traitent du sujet qui sont beaucoup plus prenantes et plus réalistes ( ex mindhunter sur Netflix). Ce qui différentie un tueur en série d'un tueur lambda c'est que le serial killer a un mode opératoire, une touche et une façon de faire propre à lui. On sait aussi que les 1ers meurtres se passent souvent dans leur zone de confort c'est à dire pas loin de leur domicile. Sans le travail des profilers qui ont remarqué que beaucoup de serial killers ont des points communs (une enfance souvent difficile, souvent un QI supérieur à la moyenne..) pas mal d'entre eux seraient encore en liberté. Afficher tout En fait je ne regarde plus ces séries avec serial killer, violeurs, pédophiles et autres erreurs de la nature.
J'ai par contre vu toutes les émissions de S Bourgoing et d'autres sur les tueurs en série et il me semble que la police met beaucoup de temps pour les arrêter. À part pour les crimes de masses, tuer 10,20,50 ou 100 personnes comme dans certains cas, ça prend du temps, parfois des dizaines d'années. Sans compter ceux qui ne sont jamais arrêtes.
Alors que les sciences du comportement puissent aider la police... Pourquoi pas? Mais bon je reste dubitatif quant à ce que l'on veut nous faire croire sur leur réelle utilité.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : En fait je ne regarde plus ces séries avec serial killer, violeurs, pédophiles et autres erreurs de la nature.
J'ai par contre vu toutes les émissions de S Bourgoing et d'autres sur les tueurs en série et il me semble que la police met beaucoup de temps pour les arrêter. À part pour les crimes de masse
s, tuer 10,20,50 ou 100 personnes comme dans certains cas, ça prend du temps, parfois des dizaines d'années. Sans compter ceux qui ne sont jamais arrêtes.
Alors que les sciences du comportement puissent aider la police... Pourquoi pas? Mais bon je reste dubitatif quant à ce que l'on veut nous faire croire sur leur réelle utilité.
Afficher tout
Justement hier je regardais une interview de Bourgoin (il me semble qu,il n'y a pas de g à la fin) où il analysait des séries et films qui parlent de tueurs en série et les fictions sont en général inspirées de vrais serials killers qu'il a lui même interviewé.

youtu.be/1ELcRlhBtPo si ça t'intéresse. À partir de cette interview je pense qu'il y a moyen de sortir pas mal d'anecdotes à la Bourgoin :D
Par contre il faut s'accrocher pendant les 40 minutes. Il ressort des détails qui ne sont pas très joyeux.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Je suis en train de suivre cette série, ça a l air passionnant (mindhunter) C'est inspiré entre autre de l'histoire d'un vrai tueur en série. Dans le lien que j'ai envoyé dans un autre commentaire, Bourgoin explique que l'interogatoire de la 1ère saison a été repris mot par mot de celui d'Ed Kemper, un psychopathe de 2m qui a sévi dans les années 70-80.

Posté le

android

(1)

Répondre

Bouguoin est super compétent. Mais sa dentition a fait jaser

a écrit : ce qui est incroyable, c'est que la notion de crime en série reste l'impensable du système punitif. La police, encore aujourd'hui, répugne à faire des liens entre des meurtres qui pourraient la mettre sur la piste d'un tueur en série. On ne les arrête que quand ils ont déjà de nombreux meurtres à leur actif Beh forcément, un tueur en série, on peut le définir comme ça qu'après trois crimes distincts, c'est extrêmement rare, aussi, en rapport aux nombres total de meurtres qui sont presque toujours uniques (le mec qui a tué l'amant de sa femme, par exemple, qui, en soi, n'est pas dangereux pour toute la population, donc -->moins<-- urgent à pincer)
Après, dire que la police répugne à faire les liens, je dirai plutôt qu'elle n'en a pas l'habitude et pas forcément les moyens, les outils... s'il faut qu'un commissariat téléphone à tous les commissariats du pays pour qu'ils aillent retourner leurs archives... c'est juste pas possible, d'où un système informatique, où plusieurs, qui centraliseraient TOUTES les données criminelles, c'est aussi là dessus qu'il faut travailler, nous sommes d'accord.

a écrit : En fait je ne regarde plus ces séries avec serial killer, violeurs, pédophiles et autres erreurs de la nature.
J'ai par contre vu toutes les émissions de S Bourgoing et d'autres sur les tueurs en série et il me semble que la police met beaucoup de temps pour les arrêter. À part pour les crimes de masse
s, tuer 10,20,50 ou 100 personnes comme dans certains cas, ça prend du temps, parfois des dizaines d'années. Sans compter ceux qui ne sont jamais arrêtes.
Alors que les sciences du comportement puissent aider la police... Pourquoi pas? Mais bon je reste dubitatif quant à ce que l'on veut nous faire croire sur leur réelle utilité.
Afficher tout
Si on le fait, c'est que ça marche, après, bon, les séries, c'est des séries, perso je regarde plus non plus, voir des gens se faire découper lentement en rondelles juste pour le plaisir de voir le meurtrier se faire arrêter... franchement, un épisode de Columbo, c'est 10 fois mieux et 100 fois moins glauque. ;)