L'air sec est plus lourd que l'air humide

Proposé par
le
dans

C'est contre-intuitif mais l'air sec est plus lourd que l'air humide. En effet, les molécules de vapeur d'eau remplaçant celles de l'air sec (diazote, dioxygène) sont plus légères. Voilà pourquoi dans l'atmosphère instable, quand l'air s'humidifie, des orages se déclenchent.


Commentaires préférés (3)

et c'est pour ca aussi que lorsque l'on dit que l'air est lourd, c'est qu'il est plus léger.

Je comprend pas vraiment les deux dernières sources et le rapport avec l’anecdote.
La dernière phrase de l’anecdote est étrange aussi. L’air humide est plus instable que l’air sec oui. Mais dire qu’un atmosphère instable provoque des orages une fois humide, je ne comprend pas.

Oui, enfin on dit que la vapeur d'eau monte comme si on en était témoins tous les jours.
On ne peut pas l'être : ce que l'on voit "monter" et qu'on appel vulgairement "vapeur d'eau", n'est pas de la vapeur d'eau. Cette dernier est en fait un gaz, qui est invisible.
On voit des micro-goutellettes, du à la condensation de la vapeur d'eau.
Celle-ci est alors (généralement) entrainée vers le haut, car elle est issue d'une source chaude qui fait monter l'air au tour.
On peut cependant aussi en voir qui descend : si vous avez une glace, ou que vous vous promenez autour d'un congélo ouvert dans un super marché, vous voyez ce qu'on appel par erreur de la vapeur d'eau au-tour, et si vous faites bien attention, elle descend. Car l'air est refroidie par la source froide, et donc, tombe... tandis que la vrais vapeur d'eau contenue dans l'air condense en micro-gouttelettes, et suis le mouvement.
Pour ce qui est de l'affirmation première de l'anecdote, je l'ignorais en tous cas.
JMCMB (après avoir vérifier l'info cependant)


Tous les commentaires (17)

et c'est pour ca aussi que lorsque l'on dit que l'air est lourd, c'est qu'il est plus léger.

a écrit : et c'est pour ca aussi que lorsque l'on dit que l'air est lourd, c'est qu'il est plus léger. J'ai cliqué sur SCMB parce que je ne m'étais jamais posé la question. Mais ça reste très logique puisque la vapeur monte...

Posté le

android

(2)

Répondre

Je comprend pas vraiment les deux dernières sources et le rapport avec l’anecdote.
La dernière phrase de l’anecdote est étrange aussi. L’air humide est plus instable que l’air sec oui. Mais dire qu’un atmosphère instable provoque des orages une fois humide, je ne comprend pas.

a écrit : J'ai cliqué sur SCMB parce que je ne m'étais jamais posé la question. Mais ça reste très logique puisque la vapeur monte... La vapeur monte parce qu’elle est plus chaude que l’air, enfin dans les conditions standards que nous rencontrons quotidiennement.

Oui, enfin on dit que la vapeur d'eau monte comme si on en était témoins tous les jours.
On ne peut pas l'être : ce que l'on voit "monter" et qu'on appel vulgairement "vapeur d'eau", n'est pas de la vapeur d'eau. Cette dernier est en fait un gaz, qui est invisible.
On voit des micro-goutellettes, du à la condensation de la vapeur d'eau.
Celle-ci est alors (généralement) entrainée vers le haut, car elle est issue d'une source chaude qui fait monter l'air au tour.
On peut cependant aussi en voir qui descend : si vous avez une glace, ou que vous vous promenez autour d'un congélo ouvert dans un super marché, vous voyez ce qu'on appel par erreur de la vapeur d'eau au-tour, et si vous faites bien attention, elle descend. Car l'air est refroidie par la source froide, et donc, tombe... tandis que la vrais vapeur d'eau contenue dans l'air condense en micro-gouttelettes, et suis le mouvement.
Pour ce qui est de l'affirmation première de l'anecdote, je l'ignorais en tous cas.
JMCMB (après avoir vérifier l'info cependant)

a écrit : Je comprend pas vraiment les deux dernières sources et le rapport avec l’anecdote.
La dernière phrase de l’anecdote est étrange aussi. L’air humide est plus instable que l’air sec oui. Mais dire qu’un atmosphère instable provoque des orages une fois humide, je ne comprend pas.
Les orages résultent des charges d'électricité statique accumulées au sein des nuages. Et cette électricité est produite par la friction des particules qui se déplacent. Donc quand il y a de l'instabilité, il y a des courants de convection donc des particules qui se déplacent et produisent de l'électricité statique qui finit par donner des éclairs.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Je comprend pas vraiment les deux dernières sources et le rapport avec l’anecdote.
La dernière phrase de l’anecdote est étrange aussi. L’air humide est plus instable que l’air sec oui. Mais dire qu’un atmosphère instable provoque des orages une fois humide, je ne comprend pas.
C'est plus visualisable sur un emagramme. Mais bon avec les mains quand tu as un profil d'atmosphère instable mais qu'il fait trop sec en basse couche rien ne se déclenche car le pied lui reste stable. Si l'air s'humidifie par la base (virga), les ascendances d'air humidifié se déclenchent jusqu'à des hauteurs suffisantes pour avoir des Cumulonimbus

a écrit : La vapeur monte parce qu’elle est plus chaude que l’air, enfin dans les conditions standards que nous rencontrons quotidiennement. Attention ne pas confondre vapeur d'eau (gaz INVISIBLE) et les fumées qui sortent d'une bouilloire par exemple. Ça c'est de la condensation. La lumière qui diffuse dessus font qu'on la voit

a écrit : Attention ne pas confondre vapeur d'eau (gaz INVISIBLE) et les fumées qui sortent d'une bouilloire par exemple. Ça c'est de la condensation. La lumière qui diffuse dessus font qu'on la voit Attention, ne pas confondre fumée et vapeur ou eau en suspension dans l’air.
La vapeur d’eau est un gaz invisible, et quand elle se condense (dans des conditions de température et de pression idéales) en eau LIQUIDE, elle peut rester en suspension dans l’air : les nuages en sont un exemple.
La fumée est un SOLIDE résidu de combustion (du bois dans ta cheminée par exemple)

a écrit : C'est plus visualisable sur un emagramme. Mais bon avec les mains quand tu as un profil d'atmosphère instable mais qu'il fait trop sec en basse couche rien ne se déclenche car le pied lui reste stable. Si l'air s'humidifie par la base (virga), les ascendances d'air humidifié se déclenchent jusqu'à des hauteurs suffisantes pour avoir des Cumulonimbus Afficher tout Ok merci pour la précision ;)

a écrit : La vapeur monte parce qu’elle est plus chaude que l’air, enfin dans les conditions standards que nous rencontrons quotidiennement. Donc, l'air humide étant plus léger que l'air sec est-il plus chaud ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Effectivement si ces gaz respectent la loi des gaz parfaits c'est vrai. En effet une môle de gaz fait 22,4 l dans les conditions normales de température et de pression. Sachant que H =1 g , N= 14 et O=16 une môle d'eau à une masse de 18g , O2 = 32 g et N2 = 28 g.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Donc, l'air humide étant plus léger que l'air sec est-il plus chaud ? Ça dépend de sa température. De l'air sec à 20°C est plus chaud que de l'air humide à 16°C.

Posté le

android

(2)

Répondre

Donc, d'après ce qu'il m'a été dit plus haut et dans les conditions que tu cites, l'air sec sera plus léger que l'air humide.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Donc, d'après ce qu'il m'a été dit plus haut et dans les conditions que tu cites, l'air sec sera plus léger que l'air humide. Ça dépend aussi du taux d'humidité. Il n'y a pas seulement un air sec et un air humide, mais une infinité de possibilités entre un air parfaitement sec et un air saturé à 100% d'humidité. Ce que dit l'anecdote c'est que dans les mêmes conditions de température et de pression, un air plus humide sera plus léger qu'un air plus sec. De même, dans les mêmes conditions de pression, le même air, avec autant d'humidité, sera plus léger s'il est plus chaud. Mais si tu fais varier plusieurs paramètres il faut faire le calcul, et je ne peux pas te dire d'emblée combien d'humidité en moins il faudrait pour qu'un air plus chaud de 4°C ait la même densité. Et c'est d'autant plus compliqué que l'humidité de l'air est mesurée en % qui sont exprimés en fonction d'un air entièrement saturé d'humidité et que la quantité de vapeut d'eau qu'il faut pour saturer l'air dépend de la température : quand un air saturé d'humidité se refroidit, l'eau se condense car l'air ne peut pas contenir autant d'humidité, mais il reste à 100% d'humidité quand même puisqu'il est toujours saturé (c'est pourquoi les climatiseurs produisent de l'eau et c'est aussi pourquoi des nuages apparaissent quand l'air s'élève).

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Ça dépend aussi du taux d'humidité. Il n'y a pas seulement un air sec et un air humide, mais une infinité de possibilités entre un air parfaitement sec et un air saturé à 100% d'humidité. Ce que dit l'anecdote c'est que dans les mêmes conditions de température et de pression, un air plus humide sera plus léger qu'un air plus sec. De même, dans les mêmes conditions de pression, le même air, avec autant d'humidité, sera plus léger s'il est plus chaud. Mais si tu fais varier plusieurs paramètres il faut faire le calcul, et je ne peux pas te dire d'emblée combien d'humidité en moins il faudrait pour qu'un air plus chaud de 4°C ait la même densité. Et c'est d'autant plus compliqué que l'humidité de l'air est mesurée en % qui sont exprimés en fonction d'un air entièrement saturé d'humidité et que la quantité de vapeut d'eau qu'il faut pour saturer l'air dépend de la température : quand un air saturé d'humidité se refroidit, l'eau se condense car l'air ne peut pas contenir autant d'humidité, mais il reste à 100% d'humidité quand même puisqu'il est toujours saturé (c'est pourquoi les climatiseurs produisent de l'eau et c'est aussi pourquoi des nuages apparaissent quand l'air s'élève). Afficher tout Je me doutais bien que c'était un peu plus compliqué que ce que l'anecdote laisse à penser en ne proposant qu'une condition parlais tant d'autres.
Merci... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je me doutais bien que c'était un peu plus compliqué que ce que l'anecdote laisse à penser en ne proposant qu'une condition parlais tant d'autres.
Merci... ;-)
Tu as mal compris car tu n'as pas l'habitude de ce genre d'énoncés, mais il sous-entend forcément "toutes choses égales par ailleurs", sinon on ne pourrait même pas comparer. Ce n'est pas précisé car on en a tellement l'habitude, mais effectivement pour quelqu'un qui n'en a pas l'habitude, ça peut être trompeur, donc je précise qu'il ne faut pas déduire de l'anecdote que de l'air sec est toujours plus lourd que de l'air humide, mais que l'air sec est plus lourd que l'air humide *pour une température et une pression identiques* !