On peut vacciner des oeufs

Proposé par
le
dans

Dans les élevages de volaille, il est possible de réaliser une vaccination directement dans l’œuf, dite "in ovo". Pratiquée peu de temps avant l’éclosion, elle consiste à percer la coquille et injecter le vaccin dans le liquide amniotique ou dans l’embryon, ce qui permet une stimulation précoce de l’immunité des poulets.


Commentaires préférés (3)

[entre 30000 à 60000 oeufs par heure]...
La taille critique est d’environ 300 000 éclosions par semaine.
Si les exploitations étaient de taille plus raisonnable il n'y aurait peut-être pas besoin de ça.

A la lecture de la source, je lis que l'équipement est adaptable à des couvoirs de 300000 œufs par semaine. On est donc dans de la production de poulets en masse, très certainement en batterie. Le besoin de vaccination de ces pauvres bête est donc lié à leur mode honteux d'élevage. Par principe j'évite de consommer des poulets élevés ainsi.

Posté le

android

(94)

Répondre

En élevage de volaille, l'un des obstacles à la vaccination c'est le mode d'administration du vaccin : quand vous avez un lot de 10000 poulets, c'est pas facile de les attraper tous les 15 jours pour faire une piqûre à tout le monde (même si c'est fait, notamment pour les auto-vaccins). Du coup certains vaccins ont été développés pour passer dans l'eau de boisson, ou par nebullisation (dans l'air).
Mais la vaccination au couvoir ça présente l'avantage de stimuler précocement, notamment pour la maladie de Marek pour laquelle l'immunité maternelle est inutile, et c'est également pratique. Ça nécessite un matériel important qui ne pourrait pas être disposé dans tous les élevages bien sûr mais ça ne pose pas de problème dans la filière avicole de par son mode de fonctionnement à trois étages : l'étage de sélection, qui choisit les reproducteurs, l'étage de multiplication qui produits les œufs et fournit des poussins de 1 jour à l'étage de production. Les machines sont donc installées dans les élevages de multiplcation, moins nombreux et qui peuvent disposer de ce genre de matériel.
C'est à noter que cette structure (sélection, multiplication, production) est la même en production de porc, et c'est assez intéressant je trouve de voir la différence avec l'élevage bovin et ce que ça relève du fossé entre les deux du point de vue de l'intensité de ces élevages.

Posté le

android

(33)

Répondre


Tous les commentaires (12)

Ou comment chopper l'autisme in ovo... ^^ #troll

Posté le

android

(0)

Répondre

[entre 30000 à 60000 oeufs par heure]...
La taille critique est d’environ 300 000 éclosions par semaine.
Si les exploitations étaient de taille plus raisonnable il n'y aurait peut-être pas besoin de ça.

D'après les sources, c'est principalement pour se protéger de la maladie de Marek, qui touche particulièrement les jeunes animaux (5 à 25 semaines d'après wikipedia) et est très contagieuse (mais pas pour l'homme). En plus de tout un tas de problème, elle peut être mortelle, et c'est donc pour éviter tout cela que le vaccin se fait aussi tôt. Si c'est déjà cool de voir qu'on peut vacciner dans l’œuf, voir qu'on peut faire ça de façon "industrielle", donc automatisée, est super impressionnant !

A la lecture de la source, je lis que l'équipement est adaptable à des couvoirs de 300000 œufs par semaine. On est donc dans de la production de poulets en masse, très certainement en batterie. Le besoin de vaccination de ces pauvres bête est donc lié à leur mode honteux d'élevage. Par principe j'évite de consommer des poulets élevés ainsi.

Posté le

android

(94)

Répondre

a écrit : D'après les sources, c'est principalement pour se protéger de la maladie de Marek, qui touche particulièrement les jeunes animaux (5 à 25 semaines d'après wikipedia) et est très contagieuse (mais pas pour l'homme). En plus de tout un tas de problème, elle peut être mortelle, et c'est donc pour éviter tout cela que le vaccin se fait aussi tôt. Si c'est déjà cool de voir qu'on peut vacciner dans l’œuf, voir qu'on peut faire ça de façon "industrielle", donc automatisée, est super impressionnant ! Afficher tout Maintenant ça se développe aussi pour d'autres maladies, comme Gumboro par exemple qui est fait systématiquement au couvoir. Mais, si je peux me permettre, 5 à 25 semaines, je ne sais pas si ça peut être considéré comme "jeune animal", sachant que les poulets standards sont abattus à 35 jours en moyenne...

Posté le

android

(8)

Répondre

En élevage de volaille, l'un des obstacles à la vaccination c'est le mode d'administration du vaccin : quand vous avez un lot de 10000 poulets, c'est pas facile de les attraper tous les 15 jours pour faire une piqûre à tout le monde (même si c'est fait, notamment pour les auto-vaccins). Du coup certains vaccins ont été développés pour passer dans l'eau de boisson, ou par nebullisation (dans l'air).
Mais la vaccination au couvoir ça présente l'avantage de stimuler précocement, notamment pour la maladie de Marek pour laquelle l'immunité maternelle est inutile, et c'est également pratique. Ça nécessite un matériel important qui ne pourrait pas être disposé dans tous les élevages bien sûr mais ça ne pose pas de problème dans la filière avicole de par son mode de fonctionnement à trois étages : l'étage de sélection, qui choisit les reproducteurs, l'étage de multiplication qui produits les œufs et fournit des poussins de 1 jour à l'étage de production. Les machines sont donc installées dans les élevages de multiplcation, moins nombreux et qui peuvent disposer de ce genre de matériel.
C'est à noter que cette structure (sélection, multiplication, production) est la même en production de porc, et c'est assez intéressant je trouve de voir la différence avec l'élevage bovin et ce que ça relève du fossé entre les deux du point de vue de l'intensité de ces élevages.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : A la lecture de la source, je lis que l'équipement est adaptable à des couvoirs de 300000 œufs par semaine. On est donc dans de la production de poulets en masse, très certainement en batterie. Le besoin de vaccination de ces pauvres bête est donc lié à leur mode honteux d'élevage. Par principe j'évite de consommer des poulets élevés ainsi. Afficher tout Ça n’existe pas les poulets en batterie chez nous.

Cela fonctionnerait avec tous les œufs ? D’autres espèces ?

a écrit : Cela fonctionnerait avec tous les œufs ? D’autres espèces ? Techniquement, je pense que oui, mais à ma connaissance ce n'est réalisé que chez le poulet et la dinde. Ce serait difficile de transposer ça à d'autres espèces d'une part parce que les machines sont réglées pour des œufs dont la taille est très calibrée et d'autres part parce qu'il y a peu d'études sur la vaccination chez les oiseaux autres que ceux de production (les labos n'investissent pas pour les quelques perroquets ou oiseaux de zoo) donc il y a peu de vaccins disponibles

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ça n’existe pas les poulets en batterie chez nous. Développe stp

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : A la lecture de la source, je lis que l'équipement est adaptable à des couvoirs de 300000 œufs par semaine. On est donc dans de la production de poulets en masse, très certainement en batterie. Le besoin de vaccination de ces pauvres bête est donc lié à leur mode honteux d'élevage. Par principe j'évite de consommer des poulets élevés ainsi. Afficher tout Les couvoirs, comme leur nom l'indiquent, ne font que couver... Les poussins peuvent donc aller dans plusieurs élevages différents, batterie ou plein air, voir même bio. Les couvoirs peuvent faire du poulet de chair, de la poule pondeuse et même des pintades et dindes. Donc même en privilégiant un petit producteur local et bio, l'origine des poussins peut être d'un de ces couvoirs ;)

Posté le

android

(4)

Répondre

Cette technique permet aussi d'éliminer les poussins mâles moins rentables car ils ne pondent pas ( pas pour l'instant ! )

Posté le

android

(0)

Répondre