On pensait déjà au commerce équitable au XIXe siècle

Proposé par
le
dans

Les principes de "consommation responsable" ou de "commerce équitable" ne sont pas du tout contemporains. Dès la fin du XIXe siècle, la Ligue Sociale d'Acheteurs incitait les citoyens à prendre en considération les conditions de travail des ouvrières et des ouvriers dans le domaine du textile.

Pour ce faire, les membres de la ligue pratiquaient des enquêtes dans les ateliers afin de contrôler les conditions de travail des employés. Si ceux-ci dépassaient les horaires légaux, une "listes blanche" dénonçant l'entreprise était effectuée et diffusée dans des tracts.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
c'est ce que j'ai pensé
maintenant les codes couleurs ont peut être évolué et ce n'est peut être pas une coquille.

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
Une liste "blanche" du coup, et au féminin puisque c'est bien son nom.

La consommation responsable ou Consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et collective. Tu fais référence à la consommation éco-responsable, qui est autre chose.
Et admettons qu'on ne distingue plus ces deux aspects aujourd'hui, l'anecdote raconte au moins que ce principe est plus vieux qu'on ne pourrait l'imaginer.

Désolé, je ne fais que râler, mais j'ai lu les sources et l'anecdote est juste. Les sources renvoient à d'autres sources qui permettent de croiser les informations.

L'auteur aurait même pu dire que cette pratique est apparue à Paris avec les enquêtes pour les "marmitons-patissiers".

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
Bonsoir Arkeen,

Cette faute assez grave est une faute de frappe : j'en suis assez gêné. Savez-vous si je peux la corriger ?

Concernant "les listes blanches", c'est effectivement cette appellation qu'utilisaient les leplaysiens de la Ligue Sociale d'Acheteurs. Je suppose donc qu'elle est juste. Le pronom "Ceux-ci" évoque "les employés" et non les conditions de travail. Quant à l'unique source, elle a du mérite : Marie-Emmanuelle Chessel est la seule historienne française a avoir "révélé" aux "historiens" (élèves et/ou chercheurs) l'existence de cette Ligue Sociale d'Acheteurs. Tu ne trouveras pas d'autres sources aussi sérieuses...

La consommation" responsable" évoquée par Naomi Klein dans son livre "No logo" exprime la même idée : celle de responsabiliser les consommateurs et de les inciter, soit à consommer moins, soit à ne plus acheter tel ou tel produit provenant de telle entreprise (en l'occurrence des vêtements durant le contexte de l'anecdote).

Le boycott social, dans ce cas précis, supposerait le déploiement d'une propagande massive à l'encontre des achats dans les grands magasins (tel que le Grand Bazar de Lyon, ou le Bon Marché de Paris). Or, les tracts ou les papillons distribués par cette ligue invitaient simplement les consommateurs à ne plus acheter le samedi soir et le dimanche. Enfin, les leplaysiens, qui n'étaient pas des socialistes, mais des "catholiques conservateurs" proches du pouvoir en place, ne souhaitaient ni des grèves ni un boycott social. Ils cherchaient simplement un "équilibre"...une responsabilisation des consommateurs : d'où le terme de "responsabilité".

Le but de mon anecdote est ainsi de remettre en question une sur-consommation remarquée, remise en question et critiquée depuis les années 60's-70's ( en gros, depuis "le moment hippie"). C'est tout.

Je vous souhaite une excellente soirée.

PS : heureusement que vous râlez : ça permet d'approfondir le sujet -- et de se marrer au passage. Vive les grincheux ! Eheh


Tous les commentaires (12)

Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sous ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
c'est ce que j'ai pensé
maintenant les codes couleurs ont peut être évolué et ce n'est peut être pas une coquille.

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
Une liste "blanche" du coup, et au féminin puisque c'est bien son nom.

La consommation responsable ou Consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et collective. Tu fais référence à la consommation éco-responsable, qui est autre chose.
Et admettons qu'on ne distingue plus ces deux aspects aujourd'hui, l'anecdote raconte au moins que ce principe est plus vieux qu'on ne pourrait l'imaginer.

Désolé, je ne fais que râler, mais j'ai lu les sources et l'anecdote est juste. Les sources renvoient à d'autres sources qui permettent de croiser les informations.

L'auteur aurait même pu dire que cette pratique est apparue à Paris avec les enquêtes pour les "marmitons-patissiers".

a écrit : Une liste "blanche" du coup, et au féminin puisque c'est bien son nom.

La consommation responsable ou Consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et colle
ctive. Tu fais référence à la consommation éco-responsable, qui est autre chose.
Et admettons qu'on ne distingue plus ces deux aspects aujourd'hui, l'anecdote raconte au moins que ce principe est plus vieux qu'on ne pourrait l'imaginer.

Désolé, je ne fais que râler, mais j'ai lu les sources et l'anecdote est juste. Les sources renvoient à d'autres sources qui permettent de croiser les informations.

L'auteur aurait même pu dire que cette pratique est apparue à Paris avec les enquêtes pour les "marmitons-patissiers".
Afficher tout
Une liste qui "dénonce", c'est bien une liste noire. Une liste blanche c'est l'inverse (dans le cadre de l’anecdote ça serait une liste d'entreprises respectant les horaires légaux, et c'est bel et bien ce qui était présent sur les tracts). J'ai pas saisi la référence au féminin.
Pour le terme "consommation responsable", j'aurais dû être plus clair : aujourd'hui le terme englobe effectivement l'aspect écologique, alors qu'il était totalement absent à l'époque. Du coup, son emploi me parait quelque peu galvaudé, quand celui de "commerce équitable" cité me parait bien plus pertinent.

Quand aux sources du cairn, elles renvoient toutes à des œuvres littéraires (aucun hyperlien), quasiment impossibles à recouper sur Internet. D'ailleurs, même une recherche de "Ligue Sociale d'Acheteurs" sur votre moteur de recherche favori renvoie vers l'auteure des articles du cairn (Marie-Emmanuelle Chessel).

Je ne vois pas où est la notion de commerce equitable ? Droit du travail oui.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
Bonsoir Arkeen,

Cette faute assez grave est une faute de frappe : j'en suis assez gêné. Savez-vous si je peux la corriger ?

Concernant "les listes blanches", c'est effectivement cette appellation qu'utilisaient les leplaysiens de la Ligue Sociale d'Acheteurs. Je suppose donc qu'elle est juste. Le pronom "Ceux-ci" évoque "les employés" et non les conditions de travail. Quant à l'unique source, elle a du mérite : Marie-Emmanuelle Chessel est la seule historienne française a avoir "révélé" aux "historiens" (élèves et/ou chercheurs) l'existence de cette Ligue Sociale d'Acheteurs. Tu ne trouveras pas d'autres sources aussi sérieuses...

La consommation" responsable" évoquée par Naomi Klein dans son livre "No logo" exprime la même idée : celle de responsabiliser les consommateurs et de les inciter, soit à consommer moins, soit à ne plus acheter tel ou tel produit provenant de telle entreprise (en l'occurrence des vêtements durant le contexte de l'anecdote).

Le boycott social, dans ce cas précis, supposerait le déploiement d'une propagande massive à l'encontre des achats dans les grands magasins (tel que le Grand Bazar de Lyon, ou le Bon Marché de Paris). Or, les tracts ou les papillons distribués par cette ligue invitaient simplement les consommateurs à ne plus acheter le samedi soir et le dimanche. Enfin, les leplaysiens, qui n'étaient pas des socialistes, mais des "catholiques conservateurs" proches du pouvoir en place, ne souhaitaient ni des grèves ni un boycott social. Ils cherchaient simplement un "équilibre"...une responsabilisation des consommateurs : d'où le terme de "responsabilité".

Le but de mon anecdote est ainsi de remettre en question une sur-consommation remarquée, remise en question et critiquée depuis les années 60's-70's ( en gros, depuis "le moment hippie"). C'est tout.

Je vous souhaite une excellente soirée.

PS : heureusement que vous râlez : ça permet d'approfondir le sujet -- et de se marrer au passage. Vive les grincheux ! Eheh

a écrit : Prémices des syndicats aussi ?! Bonsoir Lazarojule,

Les syndicats ont été (ré)autorisés en 1884 en France (loi Waldeck-Rousseau). Mais ils existaient déjà depuis 1870, dans l'industrie textile ou la métallurgie par exemple. (source : archives du Rhône-Alpes du XIXe s.). Cependant, ces derniers n'étaient absolument pas efficaces avant 1906 (date aussi précise à nuancer toutefois. voir : Chartes d'Amiens et CGT).

Bonne soirée.

a écrit : Une liste "blanche" du coup, et au féminin puisque c'est bien son nom.

La consommation responsable ou Consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et colle
ctive. Tu fais référence à la consommation éco-responsable, qui est autre chose.
Et admettons qu'on ne distingue plus ces deux aspects aujourd'hui, l'anecdote raconte au moins que ce principe est plus vieux qu'on ne pourrait l'imaginer.

Désolé, je ne fais que râler, mais j'ai lu les sources et l'anecdote est juste. Les sources renvoient à d'autres sources qui permettent de croiser les informations.

L'auteur aurait même pu dire que cette pratique est apparue à Paris avec les enquêtes pour les "marmitons-patissiers".
Afficher tout
Bonsoir Rapsa,

Oui, tu as raison de préciser cela. Je n'ai pas assez insisté sur les enquêtes leplaysiennes; et l'exemple si précis que tu as donné est important. Je te remercie beaucoup.

Bonne soirée.

Ps : sais-tu si je peux corriger cette horrible faute à "listes" ?

a écrit : Prémices des syndicats aussi ?! Les syndicats ne sont apparus que lorsqu'ils n'ont plus été interdit pour faire simple.
Et fin du XIXème ça correspondrait effectivement à la création des premiers syndicats tels qu'on les connaît actuellement (CGT - 1895). Également la fédération des bourses du travail (1892) qui ont succédées à la Fédération Nationale des Syndicats (1886).
Enfin ce n'est pas véritablement une succession mais une évolution de l'organisation du mouvements ouvrier grandissant à cette époque en France.
La loi Waldeck-Rousseau (1884) autorise la création des syndicats et fait suite et complète la loi Ollivier (1864) et surtout elles abrogent la loi Le Chapelier qui avait instauré en 1791 le délit de coalition. (Drôle de loi au sortir de la révolution non?)

Pour revenir à ta question effectivement je pense aussi que c'est lié, le mouvement ouvrier est fort, la commune de Paris (1871) est fin XIXème également. La pensée Marxiste traverse l'Europe à cette époque, etc...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Une liste *noire* du coup, et au singulier ...
Et vu qu'on parle de conditions de travail, c'est *celles*-ci dans la phrase qui suit.
Et y'a qu'une seule source, c'est carrément limite ...

Sinon, ça s'appelle du boycott social, et ça existe depuis longtemps sou
s ce nom là. Et aujourd'hui quand on parle de "consommation responsable", c'est surtout à l'aspect écologique qu'on fait référence.

(Désolé je fais que râler, mais je trouve l'anecdote assez mal construite, bien qu'intéressante sur le fond)
Afficher tout
C'est les employés et non pas les conditions qui dépassent les horaires légaux, donc c'est bien "ceux-ci"...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Bonsoir Rapsa,

Oui, tu as raison de préciser cela. Je n'ai pas assez insisté sur les enquêtes leplaysiennes; et l'exemple si précis que tu as donné est important. Je te remercie beaucoup.

Bonne soirée.

Ps : sais-tu si je peux corriger cette horrible faute à "listes" ?
Non tu ne peux pas, si ce n'est espérer qu'un admin la corrige pour toi.

Pour les enquêtes des marmitons-patissiers, c'est une suggestion :) Tu ne pouvais pas tout mettre non plus, surtout que les caractères sont limités. L'anecdote résume très bien tout cela.