Les premières combinaisons anti-G s'inspiraient des libellules

Proposé par
le
dans
  • aucune catégorie

Les libellules encaissent des accélérations importantes subissant jusqu'à 30 fois leur poids, un prodige possible grâce à des organes baignant directement dans leur sang. Andreas Reinhard s'en inspira pour fabriquer les premières combinaisons à eau anti-g afin d’éviter le voile noir des pilotes dû au manque de sang dans le cerveau.


Commentaires préférés (2)

Le biomimetisme de la libellule, cherche egalement a reproduire son vol, pour une application dans le domaine des mini-drones.
Des travaux de recherche ont bien ete efectues dans ce domaine, durant les 30 dernieres annees, mais ils buttent encore sur bien des obstacles d'ordre technique, avant d'en voir un voler au stade commercial, fusse pour un usage militaire (surveillance et espionage de l'ennemi, par ex.)

a écrit : Scientifiques et ingénieurs se laissent littéralement instruire par les plantes et les animaux.
Ils étudient les êtres vivants et copient leurs caractéristiques afin d’améliorer les performances de produits existants ou d’en élaborer de nouveaux (c’est ce qu’on appelle la bionique).
La nature inspire tant
de bonnes idées que les scientifiques se sont constitué une base de données répertoriant déjà des milliers de systèmes biologiques. Ils peuvent la consulter pour trouver des “ solutions naturelles à leurs problèmes techniques ” (appelés brevets biologiques)

Où la nature a-t-elle trouvé toutes ces idées géniales ? Pour de nombreux chercheurs, elle les doit aux millions d’années de tâtonnements de l’évolution. D’autres, en revanche, arrivent à une conclusion différente. Michael Behe, microbiologiste, a écrit dans le New York Times du 7 février 2005 : “ L’empreinte très visible d’une conception [dans la nature] permet ce raisonnement d’une simplicité désarmante : Ça ressemble à un canard, ça marche comme un canard et ça cancane comme un canard ? Alors, sauf preuve irréfutable du contraire, nous avons tout lieu de conclure que c’est un canard. ”
Selon lui, “ cette conception est tellement évidente qu’on ne devrait pas en faire abstraction ”.
Afficher tout
Ce monsieur Michael Behe a l'air très sûr de lui et il me semble qu'il faut être très prudent sur ses affirmations, qui prônent le créationnisme (dessein intelligent ou autre nom entourloupant)
il ne faut pas traîner longtemps sur internet pour voir ce genre de message:

"L'Académie nationale des sciences des États-Unis a décrit le dessein intelligent comme étant de la pseudo-science. Les critiques affirment que le dessein intelligent est une tentative pour réexprimer les dogmes religieux sous forme pseudo-scientifique, afin de forcer les institutions scolaires à enseigner la théorie du créationnisme. Le chef astronome du Vatican, le révérend George Coyne, a affirmé que le dessein intelligent "n'est pas de la science, même s'il en a la prétention"."

Il y a beaucoup de -vrais- scientifiques beaucoup plus sérieux sur la méthode qui proposent des hypothèses tout à fait valables (et également créationnistes, dans une certaine mesure) mais qui mettent de côté leurs conviction, ce que tout bon chercheur doit faire.
Par exemple, voir le concept de panspermie.

Attention à ne pas y voir des vérités. Il y a les gentils qui proposent des hypothèses pour faire avancer la science, les méchants qui sont omniscients et font des affirmations irréfutables en lien avec leurs convictions, et enfin les très méchants (difficiles à identifier) qui font des hypothèses uniquement pour mettre le doute afin d'imposer plus facilement leurs affirmations irréfutables en lien avec leurs convictions.


Tous les commentaires (7)

Le biomimetisme de la libellule, cherche egalement a reproduire son vol, pour une application dans le domaine des mini-drones.
Des travaux de recherche ont bien ete efectues dans ce domaine, durant les 30 dernieres annees, mais ils buttent encore sur bien des obstacles d'ordre technique, avant d'en voir un voler au stade commercial, fusse pour un usage militaire (surveillance et espionage de l'ennemi, par ex.)

Scientifiques et ingénieurs se laissent littéralement instruire par les plantes et les animaux.
Ils étudient les êtres vivants et copient leurs caractéristiques afin d’améliorer les performances de produits existants ou d’en élaborer de nouveaux (c’est ce qu’on appelle la bionique).
La nature inspire tant de bonnes idées que les scientifiques se sont constitué une base de données répertoriant déjà des milliers de systèmes biologiques. Ils peuvent la consulter pour trouver des “ solutions naturelles à leurs problèmes techniques ” (appelés brevets biologiques)

Où la nature a-t-elle trouvé toutes ces idées géniales ? Pour de nombreux chercheurs, elle les doit aux millions d’années de tâtonnements de l’évolution. D’autres, en revanche, arrivent à une conclusion différente. Michael Behe, microbiologiste, a écrit dans le New York Times du 7 février 2005 : “ L’empreinte très visible d’une conception [dans la nature] permet ce raisonnement d’une simplicité désarmante : Ça ressemble à un canard, ça marche comme un canard et ça cancane comme un canard ? Alors, sauf preuve irréfutable du contraire, nous avons tout lieu de conclure que c’est un canard. ”
Selon lui, “ cette conception est tellement évidente qu’on ne devrait pas en faire abstraction ”.

a écrit : Scientifiques et ingénieurs se laissent littéralement instruire par les plantes et les animaux.
Ils étudient les êtres vivants et copient leurs caractéristiques afin d’améliorer les performances de produits existants ou d’en élaborer de nouveaux (c’est ce qu’on appelle la bionique).
La nature inspire tant
de bonnes idées que les scientifiques se sont constitué une base de données répertoriant déjà des milliers de systèmes biologiques. Ils peuvent la consulter pour trouver des “ solutions naturelles à leurs problèmes techniques ” (appelés brevets biologiques)

Où la nature a-t-elle trouvé toutes ces idées géniales ? Pour de nombreux chercheurs, elle les doit aux millions d’années de tâtonnements de l’évolution. D’autres, en revanche, arrivent à une conclusion différente. Michael Behe, microbiologiste, a écrit dans le New York Times du 7 février 2005 : “ L’empreinte très visible d’une conception [dans la nature] permet ce raisonnement d’une simplicité désarmante : Ça ressemble à un canard, ça marche comme un canard et ça cancane comme un canard ? Alors, sauf preuve irréfutable du contraire, nous avons tout lieu de conclure que c’est un canard. ”
Selon lui, “ cette conception est tellement évidente qu’on ne devrait pas en faire abstraction ”.
Afficher tout
Ce monsieur Michael Behe a l'air très sûr de lui et il me semble qu'il faut être très prudent sur ses affirmations, qui prônent le créationnisme (dessein intelligent ou autre nom entourloupant)
il ne faut pas traîner longtemps sur internet pour voir ce genre de message:

"L'Académie nationale des sciences des États-Unis a décrit le dessein intelligent comme étant de la pseudo-science. Les critiques affirment que le dessein intelligent est une tentative pour réexprimer les dogmes religieux sous forme pseudo-scientifique, afin de forcer les institutions scolaires à enseigner la théorie du créationnisme. Le chef astronome du Vatican, le révérend George Coyne, a affirmé que le dessein intelligent "n'est pas de la science, même s'il en a la prétention"."

Il y a beaucoup de -vrais- scientifiques beaucoup plus sérieux sur la méthode qui proposent des hypothèses tout à fait valables (et également créationnistes, dans une certaine mesure) mais qui mettent de côté leurs conviction, ce que tout bon chercheur doit faire.
Par exemple, voir le concept de panspermie.

Attention à ne pas y voir des vérités. Il y a les gentils qui proposent des hypothèses pour faire avancer la science, les méchants qui sont omniscients et font des affirmations irréfutables en lien avec leurs convictions, et enfin les très méchants (difficiles à identifier) qui font des hypothèses uniquement pour mettre le doute afin d'imposer plus facilement leurs affirmations irréfutables en lien avec leurs convictions.

l'amortisseur, en gros.

C'est marrant, dans notre crâne, on a la même chose, mais c'est pas aussi efficace. Faut dire que notre cerveau est plus gros...

La création... ok, mais qui a créé le créateur? c'est gonflant ce genre de débat.

La nature a encore bien des choses à nous apprendre donc protégeons la.

Pour ceux qui se demandent comment ça fonctionne, en gros de l’eau se balade dans la combinaison et en cas de forte accélération, elle vient se plaquer au corps pour éviter les afflux brusques de sang en comprimant la peau.

Question bête, mais ça se dit « un prodige possible » ? J’aurai plutôt dit « une prouesse ».

En tout cas anecdote super intéressante ! Une fois de plus l’homme s’inspire de la nature pour évoluer et s’améliorer dans un domaine.