Le fourmilion tend des pièges mortels

Proposé par
le
dans

Le fourmilion est un insecte dont la méthode de chasse des larves est de creuser un trou en forme de cône inversé dans lequel ses proies tombent. Si elles ne se laissent pas faire, il peut les aider à tomber dans le trou en leur jetant du sable. Une fois tombées, il les attrape et les ensevelit pour les manger.


Commentaires préférés (3)

Ces animaux sont très communs en France : quand j'étais petit je jetais des insectes dans ces cratères pour observer leur capture, et il n'y avait pas besoin d'aller bien loin pour trouver des cratères de fourmilions, il y en avait près du seuil de la porte de la maison.

Posté le

android

(33)

Répondre

J'ai vu tout récemment un reportage ("national géo", plutôt sérieux) sur cette bestiole assez peu sympatoche en vérité... mais bon, elle a le droit de vivre :)
La nature est quand même incroyable : Quand on voit une fourmi (principale victime du fourmilion) on se dit que rien ne l'arrête : elle marche sur des surfaces lisses à la verticale, elles passent partout, etc... Et bien là, rien du tout ! Ce petit trou qui n'a l'air de rien est le piège parfait pour elles : juste la pente qu'Il faut pour qu'elle glisse dans du sable qui a juste la finesse qu'il faut ! Le même trou ailleurs, elle remonte... Un trou dans le même sable mais avec une pente à peine moins pentue, la fourmi remonte aussi... Cette "bestiole" qui a un cerveau gros comme une tête d'épingle sait exactement l'endoit où il faur creuser, et quelle pente il faut y mettre ! Et en plus comme le dit l'anecdote, si la fourmi s'accroche un peu elle lui balance trois grains de sable qui lui font perdre l'équilibre...
Notre esprit humain (au moins le mien :) se demande comment elle "sait" tout ça... Personne ne lui a apprit quoi que ce soit ! C'est une larve sans cervelle...

a écrit : J'ai vu tout récemment un reportage ("national géo", plutôt sérieux) sur cette bestiole assez peu sympatoche en vérité... mais bon, elle a le droit de vivre :)
La nature est quand même incroyable : Quand on voit une fourmi (principale victime du fourmilion) on se dit que rien ne l'arrête : ell
e marche sur des surfaces lisses à la verticale, elles passent partout, etc... Et bien là, rien du tout ! Ce petit trou qui n'a l'air de rien est le piège parfait pour elles : juste la pente qu'Il faut pour qu'elle glisse dans du sable qui a juste la finesse qu'il faut ! Le même trou ailleurs, elle remonte... Un trou dans le même sable mais avec une pente à peine moins pentue, la fourmi remonte aussi... Cette "bestiole" qui a un cerveau gros comme une tête d'épingle sait exactement l'endoit où il faur creuser, et quelle pente il faut y mettre ! Et en plus comme le dit l'anecdote, si la fourmi s'accroche un peu elle lui balance trois grains de sable qui lui font perdre l'équilibre...
Notre esprit humain (au moins le mien :) se demande comment elle "sait" tout ça... Personne ne lui a apprit quoi que ce soit ! C'est une larve sans cervelle...
Afficher tout
En lisant La Trilogie des fourmis de Bernard Werber, on se rend compte que ces petits insectes avec un cerveau prequ'invisible pour l'oeil humain ont la vie bien régie et n'ont pas grand chose à envier à l'humain et son gros cerveau. Division du travail, construction d'un habitat avec des compartiments spéciaux pour chaque fonction (stockage de nourriture, des endroits pour se reposer et même pour s'amuser pendant le repos!) entraide en cas de problème ou d'accident, le fait d'aider ses congénères en cas de blessures, des scientifiques ont même assisté à une sorte d'opération chirurgicale sur une fourmi qui avait été attaquée par un autre insecte, faites par ses congénères qui voulaient lui sauver la vie et qui y sont parvenus en la portant sur leur dos jusqu'à la maison. Au final, la taille du cerveau importe peu pour certaines espèces animales (ou même végétales qui n'ont pas de cerveau mais qui ont quand même une capacité d'adaptation à l'environnement incroyable). Tous ces savoirs se transmettent de génération en génération par exercice, mimétisme et instinct de survie.

Posté le

android

(44)

Répondre


Tous les commentaires (18)

Ces animaux sont très communs en France : quand j'étais petit je jetais des insectes dans ces cratères pour observer leur capture, et il n'y avait pas besoin d'aller bien loin pour trouver des cratères de fourmilions, il y en avait près du seuil de la porte de la maison.

Posté le

android

(33)

Répondre

Dans un passage du livre fantastique " la forêt d' Iscambre", de l' écrivain français Christian Charrière, l' auteur fait intervenir un fourmillion de proportions gigantesques.

J'ai vu tout récemment un reportage ("national géo", plutôt sérieux) sur cette bestiole assez peu sympatoche en vérité... mais bon, elle a le droit de vivre :)
La nature est quand même incroyable : Quand on voit une fourmi (principale victime du fourmilion) on se dit que rien ne l'arrête : elle marche sur des surfaces lisses à la verticale, elles passent partout, etc... Et bien là, rien du tout ! Ce petit trou qui n'a l'air de rien est le piège parfait pour elles : juste la pente qu'Il faut pour qu'elle glisse dans du sable qui a juste la finesse qu'il faut ! Le même trou ailleurs, elle remonte... Un trou dans le même sable mais avec une pente à peine moins pentue, la fourmi remonte aussi... Cette "bestiole" qui a un cerveau gros comme une tête d'épingle sait exactement l'endoit où il faur creuser, et quelle pente il faut y mettre ! Et en plus comme le dit l'anecdote, si la fourmi s'accroche un peu elle lui balance trois grains de sable qui lui font perdre l'équilibre...
Notre esprit humain (au moins le mien :) se demande comment elle "sait" tout ça... Personne ne lui a apprit quoi que ce soit ! C'est une larve sans cervelle...

a écrit : J'ai vu tout récemment un reportage ("national géo", plutôt sérieux) sur cette bestiole assez peu sympatoche en vérité... mais bon, elle a le droit de vivre :)
La nature est quand même incroyable : Quand on voit une fourmi (principale victime du fourmilion) on se dit que rien ne l'arrête : ell
e marche sur des surfaces lisses à la verticale, elles passent partout, etc... Et bien là, rien du tout ! Ce petit trou qui n'a l'air de rien est le piège parfait pour elles : juste la pente qu'Il faut pour qu'elle glisse dans du sable qui a juste la finesse qu'il faut ! Le même trou ailleurs, elle remonte... Un trou dans le même sable mais avec une pente à peine moins pentue, la fourmi remonte aussi... Cette "bestiole" qui a un cerveau gros comme une tête d'épingle sait exactement l'endoit où il faur creuser, et quelle pente il faut y mettre ! Et en plus comme le dit l'anecdote, si la fourmi s'accroche un peu elle lui balance trois grains de sable qui lui font perdre l'équilibre...
Notre esprit humain (au moins le mien :) se demande comment elle "sait" tout ça... Personne ne lui a apprit quoi que ce soit ! C'est une larve sans cervelle...
Afficher tout
En lisant La Trilogie des fourmis de Bernard Werber, on se rend compte que ces petits insectes avec un cerveau prequ'invisible pour l'oeil humain ont la vie bien régie et n'ont pas grand chose à envier à l'humain et son gros cerveau. Division du travail, construction d'un habitat avec des compartiments spéciaux pour chaque fonction (stockage de nourriture, des endroits pour se reposer et même pour s'amuser pendant le repos!) entraide en cas de problème ou d'accident, le fait d'aider ses congénères en cas de blessures, des scientifiques ont même assisté à une sorte d'opération chirurgicale sur une fourmi qui avait été attaquée par un autre insecte, faites par ses congénères qui voulaient lui sauver la vie et qui y sont parvenus en la portant sur leur dos jusqu'à la maison. Au final, la taille du cerveau importe peu pour certaines espèces animales (ou même végétales qui n'ont pas de cerveau mais qui ont quand même une capacité d'adaptation à l'environnement incroyable). Tous ces savoirs se transmettent de génération en génération par exercice, mimétisme et instinct de survie.

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : J'ai vu tout récemment un reportage ("national géo", plutôt sérieux) sur cette bestiole assez peu sympatoche en vérité... mais bon, elle a le droit de vivre :)
La nature est quand même incroyable : Quand on voit une fourmi (principale victime du fourmilion) on se dit que rien ne l'arrête : ell
e marche sur des surfaces lisses à la verticale, elles passent partout, etc... Et bien là, rien du tout ! Ce petit trou qui n'a l'air de rien est le piège parfait pour elles : juste la pente qu'Il faut pour qu'elle glisse dans du sable qui a juste la finesse qu'il faut ! Le même trou ailleurs, elle remonte... Un trou dans le même sable mais avec une pente à peine moins pentue, la fourmi remonte aussi... Cette "bestiole" qui a un cerveau gros comme une tête d'épingle sait exactement l'endoit où il faur creuser, et quelle pente il faut y mettre ! Et en plus comme le dit l'anecdote, si la fourmi s'accroche un peu elle lui balance trois grains de sable qui lui font perdre l'équilibre...
Notre esprit humain (au moins le mien :) se demande comment elle "sait" tout ça... Personne ne lui a apprit quoi que ce soit ! C'est une larve sans cervelle...
Afficher tout
Merci de ton com!

Posté le

android

(1)

Répondre

Lu dans le livre de Weber, Les fourmis :) à lire .

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Lu dans le livre de Weber, Les fourmis :) à lire . Werber et non pas Weber : )

Posté le

android

(2)

Répondre

Bien que particulièrement fan de Bernar Werber, il ne faut pas oublier qu'il écrit de la fiction et même si certain point des ses livres sont exacte scientifiquement beaucoup sont aussi faux.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Bien que particulièrement fan de Bernar Werber, il ne faut pas oublier qu'il écrit de la fiction et même si certain point des ses livres sont exacte scientifiquement beaucoup sont aussi faux. Beaucoup d’anecdotes de « l’encyclopédie » de Werber ne passeraient pas la modération de scmb car elles sont fausses ou non vérifiables :)

C'est un peu le sarlac miniature en fait

Posté le

android

(1)

Répondre

à noter que ce sont les larves qui creuse ces pièges.
une fois adulte, l'insecte devient ailé et ressemble à une libellule ( bien qu'il ne soit pas du même ordre )

a écrit : En lisant La Trilogie des fourmis de Bernard Werber, on se rend compte que ces petits insectes avec un cerveau prequ'invisible pour l'oeil humain ont la vie bien régie et n'ont pas grand chose à envier à l'humain et son gros cerveau. Division du travail, construction d'un habitat avec des compartiments spéciaux pour chaque fonction (stockage de nourriture, des endroits pour se reposer et même pour s'amuser pendant le repos!) entraide en cas de problème ou d'accident, le fait d'aider ses congénères en cas de blessures, des scientifiques ont même assisté à une sorte d'opération chirurgicale sur une fourmi qui avait été attaquée par un autre insecte, faites par ses congénères qui voulaient lui sauver la vie et qui y sont parvenus en la portant sur leur dos jusqu'à la maison. Au final, la taille du cerveau importe peu pour certaines espèces animales (ou même végétales qui n'ont pas de cerveau mais qui ont quand même une capacité d'adaptation à l'environnement incroyable). Tous ces savoirs se transmettent de génération en génération par exercice, mimétisme et instinct de survie. Afficher tout Une superbe trilogie. Qui continue avec le cycle des anges et le cycle des dieux.
Mais attention avec les descriptions de Weber. Certes c’est vrai mais l’auteur a regroupé toutes les pratiques dans une seule espèce. Dans le livre les fourmis rousses pratiquent l’élevage des pucerons et la culture des champignons agaric.
En réalité la culture de l’agaric est pratiquée par la fourmi parasol. L’élevage des pucerons par la rousse fédérée. Le tissage par la tisserande.

Le regroupement de toutes ces pratiques dans le livre est certes chouette mais pas réel.

a écrit : Une superbe trilogie. Qui continue avec le cycle des anges et le cycle des dieux.
Mais attention avec les descriptions de Weber. Certes c’est vrai mais l’auteur a regroupé toutes les pratiques dans une seule espèce. Dans le livre les fourmis rousses pratiquent l’élevage des pucerons et la culture des champignons
agaric.
En réalité la culture de l’agaric est pratiquée par la fourmi parasol. L’élevage des pucerons par la rousse fédérée. Le tissage par la tisserande.

Le regroupement de toutes ces pratiques dans le livre est certes chouette mais pas réel.
Afficher tout
Désolé si j'insiste avec ça (je l'ai souligné plus haut en réponse à un autre commentaire) mais c'est bien Bernard Werber et non pas Weber (Max Weber qui est un sociologue du 20ème siècle). Je précise car quand on m'a parlé de Werber la 1ère fois, j'ai passé des mois à chercher des livres au nom de Weber et je ne comprenais pas pourquoi je ne trouvais pas ce que je cherchais :D je lisais des livres sur la sociologie en attendant que la fourmi apparaisse...
Blague à part, si on veut donner envie aux autres de lire ces livres, il faut être précis avec les noms. Merci pour ton message.

Posté le

android

(2)

Répondre

Fourmillion c est pas plutôt un super héros composé d un million de fourmi

Posté le

android

(0)

Répondre

Je suis le seul à me croire en plein dans Star Wars ou quoi ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Désolé si j'insiste avec ça (je l'ai souligné plus haut en réponse à un autre commentaire) mais c'est bien Bernard Werber et non pas Weber (Max Weber qui est un sociologue du 20ème siècle). Je précise car quand on m'a parlé de Werber la 1ère fois, j'ai passé des mois à chercher des livres au nom de Weber et je ne comprenais pas pourquoi je ne trouvais pas ce que je cherchais :D je lisais des livres sur la sociologie en attendant que la fourmi apparaisse...
Blague à part, si on veut donner envie aux autres de lire ces livres, il faut être précis avec les noms. Merci pour ton message.
Afficher tout
Ou alors plus contemporain il y a Jacques Weber...un comédien, écrivain... de théâtre avec une sacré présence sur scène

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ou alors plus contemporain il y a Jacques Weber...un comédien, écrivain... de théâtre avec une sacré présence sur scène Il y a aussi George Stephen, l'inventeur des barbecues Weber.

Posté le

android

(0)

Répondre