James Polk a considérablement agrandi les Etats-Unis

Proposé par
le
dans

James Polk n'est pas le plus célèbre des présidents américains, mais son mandat (1845-1849) marqua pourtant la plus forte progression territoriale du pays, grâce à une guerre contre le Mexique et une négociation avec l'Angleterre, permettant de récupérer entre autres l'Oregon, le Texas, le Nouveau-Mexique ou la Californie.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Pourquoi « ou la Californie » et pas « et la Californie » ? Une manière de contracter l'expression "ou encore" ?

Posté le

android

(68)

Répondre

Parce que l'auteur de l' anecdote a précédemment écrit " entre autres".
Ceci signifie que la liste des actuels États des USA, qui furent sous Souveraineté Mexicaine, n' est pas complète dans son énoncée.
La voici: Oregon, Texas, Nouveau-Mexique, Californie, Nevada, Utah, ainsi que parties des États actuels suivants: Arizona, Colorado, Wyoming, Kansas et Oklahoma.

L' origine Hispanique de certains noms d' États des USA, est on ne peut plus claire, dans certains d' entre-deux: " Nevada" signifie " enneigée/couverte de neige". "Colorado" tire son nom du fleuve qui y prend sa source, et signifie " coloré" . D' origines plus incertaines, quoique citées, sont le cas de "Utah", qui est probablement passé d'une langue amérindienne au vocable espagnol, signifiant "haut/ altitude". Il en serait de même pour le Texas, où le mot serait arrivé à l'espagnol, signifiant " ami/ allié". Une autre version du mot "Texas" trouverait son origine dans le mot espagnol " tejo" ( If, en français, qui est un arbre). A la origine, des forêts de ifs y poussaient, tout comme en Espagne. La ressemblance aurait mené à lui attribuer ce nom.
Hors du territoire qui fut en son jour, Mexicain, les États du Montana et de la Floride, tirent aussi leur noms de l' espagnol. Le premier signifie " montagne" , au- travers de " montaña", et le second signifie " fleurie", ( florida)

Mais l' origine du nom d' État méritant d' être citée, - et pourrait même faire l' objet d' une anecdote- est celle de la Californie: il est directement inspiré d' une nouvelle littéraire publiée en 1510, appelée " Las sergas de Esplandian" ( les prouesses d' Esplandian), de l' écrivain Garcia Rodriguez de Montalvo. Les paysages décrits dans cette nouvelle, sont similaires à la région, et l' auteur y situe un lieu imaginaire nommé : l' île de Californie.

a écrit : Une manière de contracter l'expression "ou encore" ? À ce propos, le « ou » en français est inclusif par défaut. Écrire « et/ou » est donc redondant, un simple « ou » suffit : il inclut déjà la nation de « et ».

Par exemple : « Une place réservée aux personnes handicapées ou âgées » n’exclue en rien une personne à la fois handicapée et âgée.
En revanche, si on avait mis « et » à la place du « ou », alors ça serait une place uniquement accessible aux personnes à la fois âgées et handicapées.

La grammaire est exacte (en français, le « ou » est inclusif, point.), mais parfois cela dépend du contexte quand-même : dans un restaurant, c’est généralement « menu “fromage ou dessert” », et là le contexte fait que c’est exclusif, mais ce sont des cas particuliers.
Dans ces cas-là, le « ou » est parfois mis en emphase : souligné, insistance sur la notion de choix à faire, emploi du « soit dessert, soit fromage », du « ou bien », voire une distinction claire avec le « menu fromage et dessert ».

Parfois il faut faire attention ! Les deux phrases suivantes n’ont pas le même « ou », le premier est exclusif, le second inclusif :
– « Un fromage ou un dessert est compris dans le menu. »
– « Un fromage ou un dessert sont compris dans le menu. »

C’est casse-gueule, mais c’est beau.


Tous les commentaires (15)

Une anecdote en une phrase pas mal ^^

Posté le

android

(7)

Répondre

Pourquoi « ou la Californie » et pas « et la Californie » ?

a écrit : Pourquoi « ou la Californie » et pas « et la Californie » ? Une manière de contracter l'expression "ou encore" ?

Posté le

android

(68)

Répondre

C’est amusant mais il a un petit côté Mel Gibson sur la photo .. ou plutôt Mel Gibson a un petit côté James Polk, ce serait plus juste.

Parce que l'auteur de l' anecdote a précédemment écrit " entre autres".
Ceci signifie que la liste des actuels États des USA, qui furent sous Souveraineté Mexicaine, n' est pas complète dans son énoncée.
La voici: Oregon, Texas, Nouveau-Mexique, Californie, Nevada, Utah, ainsi que parties des États actuels suivants: Arizona, Colorado, Wyoming, Kansas et Oklahoma.

L' origine Hispanique de certains noms d' États des USA, est on ne peut plus claire, dans certains d' entre-deux: " Nevada" signifie " enneigée/couverte de neige". "Colorado" tire son nom du fleuve qui y prend sa source, et signifie " coloré" . D' origines plus incertaines, quoique citées, sont le cas de "Utah", qui est probablement passé d'une langue amérindienne au vocable espagnol, signifiant "haut/ altitude". Il en serait de même pour le Texas, où le mot serait arrivé à l'espagnol, signifiant " ami/ allié". Une autre version du mot "Texas" trouverait son origine dans le mot espagnol " tejo" ( If, en français, qui est un arbre). A la origine, des forêts de ifs y poussaient, tout comme en Espagne. La ressemblance aurait mené à lui attribuer ce nom.
Hors du territoire qui fut en son jour, Mexicain, les États du Montana et de la Floride, tirent aussi leur noms de l' espagnol. Le premier signifie " montagne" , au- travers de " montaña", et le second signifie " fleurie", ( florida)

Mais l' origine du nom d' État méritant d' être citée, - et pourrait même faire l' objet d' une anecdote- est celle de la Californie: il est directement inspiré d' une nouvelle littéraire publiée en 1510, appelée " Las sergas de Esplandian" ( les prouesses d' Esplandian), de l' écrivain Garcia Rodriguez de Montalvo. Les paysages décrits dans cette nouvelle, sont similaires à la région, et l' auteur y situe un lieu imaginaire nommé : l' île de Californie.

a écrit : Une manière de contracter l'expression "ou encore" ? À ce propos, le « ou » en français est inclusif par défaut. Écrire « et/ou » est donc redondant, un simple « ou » suffit : il inclut déjà la nation de « et ».

Par exemple : « Une place réservée aux personnes handicapées ou âgées » n’exclue en rien une personne à la fois handicapée et âgée.
En revanche, si on avait mis « et » à la place du « ou », alors ça serait une place uniquement accessible aux personnes à la fois âgées et handicapées.

La grammaire est exacte (en français, le « ou » est inclusif, point.), mais parfois cela dépend du contexte quand-même : dans un restaurant, c’est généralement « menu “fromage ou dessert” », et là le contexte fait que c’est exclusif, mais ce sont des cas particuliers.
Dans ces cas-là, le « ou » est parfois mis en emphase : souligné, insistance sur la notion de choix à faire, emploi du « soit dessert, soit fromage », du « ou bien », voire une distinction claire avec le « menu fromage et dessert ».

Parfois il faut faire attention ! Les deux phrases suivantes n’ont pas le même « ou », le premier est exclusif, le second inclusif :
– « Un fromage ou un dessert est compris dans le menu. »
– « Un fromage ou un dessert sont compris dans le menu. »

C’est casse-gueule, mais c’est beau.

a écrit : À ce propos, le « ou » en français est inclusif par défaut. Écrire « et/ou » est donc redondant, un simple « ou » suffit : il inclut déjà la nation de « et ».

Par exemple : « Une place réservée aux personnes handicapées ou âgées » n’exclue en rien une personne à la fois handicapée et âgée.
En revanch
e, si on avait mis « et » à la place du « ou », alors ça serait une place uniquement accessible aux personnes à la fois âgées et handicapées.

La grammaire est exacte (en français, le « ou » est inclusif, point.), mais parfois cela dépend du contexte quand-même : dans un restaurant, c’est généralement « menu “fromage ou dessert” », et là le contexte fait que c’est exclusif, mais ce sont des cas particuliers.
Dans ces cas-là, le « ou » est parfois mis en emphase : souligné, insistance sur la notion de choix à faire, emploi du « soit dessert, soit fromage », du « ou bien », voire une distinction claire avec le « menu fromage et dessert ».

Parfois il faut faire attention ! Les deux phrases suivantes n’ont pas le même « ou », le premier est exclusif, le second inclusif :
– « Un fromage ou un dessert est compris dans le menu. »
– « Un fromage ou un dessert sont compris dans le menu. »

C’est casse-gueule, mais c’est beau.
Afficher tout
Un p'tit peu de logique combinatoire et le tour est joué... ;-)

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Parce que l'auteur de l' anecdote a précédemment écrit " entre autres".
Ceci signifie que la liste des actuels États des USA, qui furent sous Souveraineté Mexicaine, n' est pas complète dans son énoncée.
La voici: Oregon, Texas, Nouveau-Mexique, Californie, Nevada, Utah, ains
i que parties des États actuels suivants: Arizona, Colorado, Wyoming, Kansas et Oklahoma.

L' origine Hispanique de certains noms d' États des USA, est on ne peut plus claire, dans certains d' entre-deux: " Nevada" signifie " enneigée/couverte de neige". "Colorado" tire son nom du fleuve qui y prend sa source, et signifie " coloré" . D' origines plus incertaines, quoique citées, sont le cas de "Utah", qui est probablement passé d'une langue amérindienne au vocable espagnol, signifiant "haut/ altitude". Il en serait de même pour le Texas, où le mot serait arrivé à l'espagnol, signifiant " ami/ allié". Une autre version du mot "Texas" trouverait son origine dans le mot espagnol " tejo" ( If, en français, qui est un arbre). A la origine, des forêts de ifs y poussaient, tout comme en Espagne. La ressemblance aurait mené à lui attribuer ce nom.
Hors du territoire qui fut en son jour, Mexicain, les États du Montana et de la Floride, tirent aussi leur noms de l' espagnol. Le premier signifie " montagne" , au- travers de " montaña", et le second signifie " fleurie", ( florida)

Mais l' origine du nom d' État méritant d' être citée, - et pourrait même faire l' objet d' une anecdote- est celle de la Californie: il est directement inspiré d' une nouvelle littéraire publiée en 1510, appelée " Las sergas de Esplandian" ( les prouesses d' Esplandian), de l' écrivain Garcia Rodriguez de Montalvo. Les paysages décrits dans cette nouvelle, sont similaires à la région, et l' auteur y situe un lieu imaginaire nommé : l' île de Californie.
Afficher tout
Ça c’est du commentaire comme je les aime! Aussi intéressant que l’anecdote elle-même, bravo et surtout merci, je me coucherai doublement moins bête!

a écrit : Ça c’est du commentaire comme je les aime! Aussi intéressant que l’anecdote elle-même, bravo et surtout merci, je me coucherai doublement moins bête! Merci, ...et merci à tous et toutes qui m' ont félicité ces dernières semaines.

A ce rythme là, je monterai un club de fans en 2020.

Sauf que la plus forte progression territoriale fût faite lors de l'achat de l'Alaska en 1867, qui couvre l'ensemble des 4 états cités plus haut. De quelques 30.000m2.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Sauf que la plus forte progression territoriale fût faite lors de l'achat de l'Alaska en 1867, qui couvre l'ensemble des 4 états cités plus haut. De quelques 30.000m2. Je suppose que tu as obtenu un chiffre de superficie Mexicaine passé sous contrôle des USA, en cumulant les chiffres des superficies des États cités dans le anecdote. Le résultat que tu as obtenu, est de: 1 689 852 km2. Ce chiffre est effectivement inférieur à la superficie de l' Alaska (1 718 000 km2)
Sauf que l' auteur de cette anecdote avait précisé "entre autres", signifiant que sa liste n' était pas complète. Aux 4 États cités, se rajoutent le Nevada et l' Utah, ainsi que des parties de territoires qui sont actuellement situés en Arizona, au Colorado, au Wyoming, au Kansas et en Oklahoma. L' extension territoriale perdue par le Mexique, fut en réalité supérieur à 2 100 000 km2, représentant une perte nette de l'ordre de 55%.

Saches que les États-Unis ne voulurent pas en rester là, et planifierent ulterieurement l' annexion des actuels États Mexicains du Chihuahua, de Sonora et de la Basse-Californie.

a écrit : Je suppose que tu as obtenu un chiffre de superficie Mexicaine passé sous contrôle des USA, en cumulant les chiffres des superficies des États cités dans le anecdote. Le résultat que tu as obtenu, est de: 1 689 852 km2. Ce chiffre est effectivement inférieur à la superficie de l' Alaska (1 718 000 km2)
Sa
uf que l' auteur de cette anecdote avait précisé "entre autres", signifiant que sa liste n' était pas complète. Aux 4 États cités, se rajoutent le Nevada et l' Utah, ainsi que des parties de territoires qui sont actuellement situés en Arizona, au Colorado, au Wyoming, au Kansas et en Oklahoma. L' extension territoriale perdue par le Mexique, fut en réalité supérieur à 2 100 000 km2, représentant une perte nette de l'ordre de 55%.

Saches que les États-Unis ne voulurent pas en rester là, et planifierent ulterieurement l' annexion des actuels États Mexicains du Chihuahua, de Sonora et de la Basse-Californie.
Afficher tout
J'ai bien noté le ''entre autres'' sauf que la source Wikipedia ne cite ''que'' les 4 de l'anecdote, et que, par exemple le Nevada (que tu cites) n'est intégré qu'après le mandat de Polk. Sinon, autant inclure Hawaï dans le calcul

Posté le

android

(0)

Répondre

Les deux sites mis en lien à l''anecdote, comportant des imprécisions et des erreurs d' interprétation Historique des faits relatifs à la guerre Mexicano-Americaine.
Sur les deux sites, ses auteurs confondent ce qui est la Californie ( l'Etat Californien) actuelle, et la Californie Mexicaine de 1848.
Cette Californie Mexicaine était un territoire bien plus ample que l'État qui porte actuellement ce nom. Elle englobait une vaste zone aujourd'hui occupée par l'État Californien en soi, le Nevada, l'Utah, l'Arizona, et une partie du Wyoming.
A mesure de la fondation des États, la Californie ( Mexicaine) se verra tronquée de parties de son territoire, tel et comme le cas du Nevada, en 1868. Cependant, cette ancienne portion de territoire Mexicain, fut bel et bien cédé au Pouvoir de Washington, par obligation, par le Mexique, au travers du Traité de Guadalupe Hidalgo, signé 20 ans plus tôt. Pour que nous nous entendons bien: durant ces deux décennies, le territoire correspondant actuellement à l'Etat du Nevada, etait bien de Souveraineté Américaine, mais ne correspondait pas encore à un État de la confédération.

Pour argumenter encore les erreurs d'interprétation Historique des auteurs de ces deux sites mis en lien:
L'un precise une extension territoriale de 1 350 000 km2, et l' autre 1 500 000, disant représenter un tiers du territoire du Mexique de 1848. J' ai repassé plusieurs sites Mexicains en langue espagnole, et tous parlent d'une extension territoriale de 2 100 000 km2.
J'espère avoir été précis dans mon commentaire.
PS : la Californie Mexicaine incluait aussi, jusqu'en 1948, ce qui est actuellement appelée "Basse-Californie", territoire qui est toujours sous Souveraineté Mexicaine. J'ai fait exprès de ne pas la citer dans le développement ci- dessus, pour ne pas compliquer la compréhension.

a écrit : À ce propos, le « ou » en français est inclusif par défaut. Écrire « et/ou » est donc redondant, un simple « ou » suffit : il inclut déjà la nation de « et ».

Par exemple : « Une place réservée aux personnes handicapées ou âgées » n’exclue en rien une personne à la fois handicapée et âgée.
En revanch
e, si on avait mis « et » à la place du « ou », alors ça serait une place uniquement accessible aux personnes à la fois âgées et handicapées.

La grammaire est exacte (en français, le « ou » est inclusif, point.), mais parfois cela dépend du contexte quand-même : dans un restaurant, c’est généralement « menu “fromage ou dessert” », et là le contexte fait que c’est exclusif, mais ce sont des cas particuliers.
Dans ces cas-là, le « ou » est parfois mis en emphase : souligné, insistance sur la notion de choix à faire, emploi du « soit dessert, soit fromage », du « ou bien », voire une distinction claire avec le « menu fromage et dessert ».

Parfois il faut faire attention ! Les deux phrases suivantes n’ont pas le même « ou », le premier est exclusif, le second inclusif :
– « Un fromage ou un dessert est compris dans le menu. »
– « Un fromage ou un dessert sont compris dans le menu. »

C’est casse-gueule, mais c’est beau.
Afficher tout
Moi, j'aurai écrit "nOtion", au lieu de "nAtion"
je viens de jeter un œil sur le Larousse pour vérifier le sens inclusif, que je me permets de mettre en doute, ben cette nOtion n'est pas reprise
www.larousse.fr/dictionnaires/francais/ou/56840

Se faire opérer des calculs biliaires sans anesthésie et juste avec un coup de Brandy..... il fallait qu'il en souffre sacrément le lascar !

Posté le

android

(0)

Répondre