En 1969, un conflit entre Chinois et Soviétiques avec menaces nucléaires

Proposé par
le
dans

Un violent conflit frontalier opposa l'URSS et la Chine communiste en 1969, lié aux revendications territoriales sur une île entre les deux pays. Les affrontements firent au moins 138 morts, et l'escalade amena les Soviétiques à proférer des menaces de frappes nucléaires, finalement écartées. Les Soviétiques apaisèrent progressivement la situation et le conflit fut définitivement réglé par un accord territorial à la chute de l'URSS, en 1991.


Commentaires préférés (3)

Le complément d'anecdote n'est pas passé, mais pour information les pertes exactes sont sans doute plus importantes : les deux seules sources connues sont en effet les armées soviétiques et chinoises, aucun autre observateur indépendant n'ayant été visiblement présent lors des accrochages.
Par ailleurs, le nom de l'île en question est Zhenbao (côté chinois) ou Damanski (côté soviétique)

Sur la page wikipedia, plusieurs chiffres sont donnés, 100 morts côté chinois, 80 côté Union Soviétique. Officieusement (selon des officiers dissidents), le conflit fait jusqu'à 25000 morts.
La réalité ne correspond certainement pas aux chiffres officiels, les deux pays ayant tendances à minimiser leurs pertes pour la propagande.
Ce conflit est une aubaine pour les États Unis. Ces évènements entraîne le rapprochement avec la Chine.
Ils montrent aussi que le communisme a l'échelle planétaire ne signifie pas la paix dans le monde. Idéologiquement c'est une victoire.

Posté le

android

(47)

Répondre

110 ans plus tôt, les États-Unis et le Royaume-Uni, auraient aussi pu rentrer en conflit... Pour une dispute à propos d'un cochon. !
L' archipel San Juan, à l' extrême Nord- Ouest des États-Unis, resta en litige de délimitation territoriale, suite au Traité entre les deux pays, pour le partage de l'Oregon.
Des fermiers Britanniques et Americains y vivaient.
Le 15 juin 1859, un cochon d' une exploitation agricole gérée par un Irlandais, pénétra dans le champ de patates d' un Américain, ....qui tua le pauvre animal d' un coup de carabine.
Le citoyen du Royaume-Uni s'en plaint, et l' Américain proposa 10 $ de dédommagement, mais il en exigea 100 ! La situation s' envenima, au point que les États-Unis firent y envoyer un détachement militaire de 66 soldats, et les Britanniques placèrent trois navires de guerre près des côtes.
Deux mois plus tard, les États-Unis alignaient 461 soldats et 14 canons, el les forces Britanniques disposaient de cinq navires, 70 canons et 2140 hommes de troupe.
Puis vint la Guerre de sécession, où Washington avait des impératifs bien plus importants à régler, qu' un litige à propos d' un cochon dans un champ de patates.
Les deux puissances restèrent sur leurs positions: les Britanniques dans un campement militaire au Nord de l'île, et les Américains à l' extrême Sud.
Ce n' est que douze ans plus tard, que le litige fut réglé, par un arbitrage demandé au Kaiser Guillaume 1er D' Allemagne, au bénéfice des USA.
Pas un seul coup de feu ne fut tiré, hormis le coup de chevrotine au pauvre goret qui ne demandait qu' à s' alimenter.
En hommage à cette " guerre" absurde, les gardes forestiers de l' île, hissent les couleurs Britanniques sur le lieu de leur ancien campement.

D' autres conflits absurdes remplissent les pages de l' histoire: la guerre des pâtissiers, opposant la France et le Mexique. La guerre de la pastèque entre les États-Unis et ce qui est actuellement Panama ou la Colombie ( je cite de mémoire). Le conflit entre le Canada et le Groenland ( de Souveraineté Danoise) qui se disputent - amicalement- une île ... à coups de vols de drapeaux nationaux et d'échange d'une bouteille de whisky pour une bouteille de schnaps...

La solution idéale, pour se départager une île, est le cas Franco-Espagnol, dont l'île des faisans, sur la rivière Bidassoa ( Pyrénées- Atlantique) est le seul condominium existant au monde.
Tous les six mois, au 1er février et au 1er août, la Souveraineté de l'île passe en alternance, à l' autre.


Tous les commentaires (11)

Le complément d'anecdote n'est pas passé, mais pour information les pertes exactes sont sans doute plus importantes : les deux seules sources connues sont en effet les armées soviétiques et chinoises, aucun autre observateur indépendant n'ayant été visiblement présent lors des accrochages.
Par ailleurs, le nom de l'île en question est Zhenbao (côté chinois) ou Damanski (côté soviétique)

Sur la page wikipedia, plusieurs chiffres sont donnés, 100 morts côté chinois, 80 côté Union Soviétique. Officieusement (selon des officiers dissidents), le conflit fait jusqu'à 25000 morts.
La réalité ne correspond certainement pas aux chiffres officiels, les deux pays ayant tendances à minimiser leurs pertes pour la propagande.
Ce conflit est une aubaine pour les États Unis. Ces évènements entraîne le rapprochement avec la Chine.
Ils montrent aussi que le communisme a l'échelle planétaire ne signifie pas la paix dans le monde. Idéologiquement c'est une victoire.

Posté le

android

(47)

Répondre

a écrit : Sur la page wikipedia, plusieurs chiffres sont donnés, 100 morts côté chinois, 80 côté Union Soviétique. Officieusement (selon des officiers dissidents), le conflit fait jusqu'à 25000 morts.
La réalité ne correspond certainement pas aux chiffres officiels, les deux pays ayant tendances à minimiser leurs pert
es pour la propagande.
Ce conflit est une aubaine pour les États Unis. Ces évènements entraîne le rapprochement avec la Chine.
Ils montrent aussi que le communisme a l'échelle planétaire ne signifie pas la paix dans le monde. Idéologiquement c'est une victoire.
Afficher tout
J'approuve tout à fait. J'ajoute que c'est l'amorce d'un dégel entre soviétiques et américains qui est l'une des causes du revirement chinois, ces derniers comprenant alors que cette évolution ne leur permettra pas de récupérer Taïwan, et qu'ils doivent adapter leur stratégie.

Pour ceux qui se poseraient la question, l'île en question fait moins d'un kilomètre carré...

On en apprends vraiment tout les jours moi qui croyais que les Soviétiques et les Chinois étaient toujours plus ou moins alliés, parce que (corriger moi si je me trompe) les Soviétiques étaient bien communiste et la Chine je sais pas si c'était déjà la RPDC?
Surtout que souvent quand ont les entends on à l'impression que c'est les États-Unis et les occidentaux leurs ennemis.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On en apprends vraiment tout les jours moi qui croyais que les Soviétiques et les Chinois étaient toujours plus ou moins alliés, parce que (corriger moi si je me trompe) les Soviétiques étaient bien communiste et la Chine je sais pas si c'était déjà la RPDC?
Surtout que souvent quand ont les entends on à
l'impression que c'est les États-Unis et les occidentaux leurs ennemis. Afficher tout
Le communisme n'empêche pas les différends territoriaux. Un pays ne va pas dire à un autre : "envahissez donc tout ce que vous voulez chez nous puisque vous êtes communistes comme nous".

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : On en apprends vraiment tout les jours moi qui croyais que les Soviétiques et les Chinois étaient toujours plus ou moins alliés, parce que (corriger moi si je me trompe) les Soviétiques étaient bien communiste et la Chine je sais pas si c'était déjà la RPDC?
Surtout que souvent quand ont les entends on à
l'impression que c'est les États-Unis et les occidentaux leurs ennemis. Afficher tout
Les voies de la géopolitique sont plus impénétrables que celles de Dieu.

Posté le

android

(2)

Répondre

110 ans plus tôt, les États-Unis et le Royaume-Uni, auraient aussi pu rentrer en conflit... Pour une dispute à propos d'un cochon. !
L' archipel San Juan, à l' extrême Nord- Ouest des États-Unis, resta en litige de délimitation territoriale, suite au Traité entre les deux pays, pour le partage de l'Oregon.
Des fermiers Britanniques et Americains y vivaient.
Le 15 juin 1859, un cochon d' une exploitation agricole gérée par un Irlandais, pénétra dans le champ de patates d' un Américain, ....qui tua le pauvre animal d' un coup de carabine.
Le citoyen du Royaume-Uni s'en plaint, et l' Américain proposa 10 $ de dédommagement, mais il en exigea 100 ! La situation s' envenima, au point que les États-Unis firent y envoyer un détachement militaire de 66 soldats, et les Britanniques placèrent trois navires de guerre près des côtes.
Deux mois plus tard, les États-Unis alignaient 461 soldats et 14 canons, el les forces Britanniques disposaient de cinq navires, 70 canons et 2140 hommes de troupe.
Puis vint la Guerre de sécession, où Washington avait des impératifs bien plus importants à régler, qu' un litige à propos d' un cochon dans un champ de patates.
Les deux puissances restèrent sur leurs positions: les Britanniques dans un campement militaire au Nord de l'île, et les Américains à l' extrême Sud.
Ce n' est que douze ans plus tard, que le litige fut réglé, par un arbitrage demandé au Kaiser Guillaume 1er D' Allemagne, au bénéfice des USA.
Pas un seul coup de feu ne fut tiré, hormis le coup de chevrotine au pauvre goret qui ne demandait qu' à s' alimenter.
En hommage à cette " guerre" absurde, les gardes forestiers de l' île, hissent les couleurs Britanniques sur le lieu de leur ancien campement.

D' autres conflits absurdes remplissent les pages de l' histoire: la guerre des pâtissiers, opposant la France et le Mexique. La guerre de la pastèque entre les États-Unis et ce qui est actuellement Panama ou la Colombie ( je cite de mémoire). Le conflit entre le Canada et le Groenland ( de Souveraineté Danoise) qui se disputent - amicalement- une île ... à coups de vols de drapeaux nationaux et d'échange d'une bouteille de whisky pour une bouteille de schnaps...

La solution idéale, pour se départager une île, est le cas Franco-Espagnol, dont l'île des faisans, sur la rivière Bidassoa ( Pyrénées- Atlantique) est le seul condominium existant au monde.
Tous les six mois, au 1er février et au 1er août, la Souveraineté de l'île passe en alternance, à l' autre.

a écrit : 110 ans plus tôt, les États-Unis et le Royaume-Uni, auraient aussi pu rentrer en conflit... Pour une dispute à propos d'un cochon. !
L' archipel San Juan, à l' extrême Nord- Ouest des États-Unis, resta en litige de délimitation territoriale, suite au Traité entre les deux pays, pour le partage d
e l'Oregon.
Des fermiers Britanniques et Americains y vivaient.
Le 15 juin 1859, un cochon d' une exploitation agricole gérée par un Irlandais, pénétra dans le champ de patates d' un Américain, ....qui tua le pauvre animal d' un coup de carabine.
Le citoyen du Royaume-Uni s'en plaint, et l' Américain proposa 10 $ de dédommagement, mais il en exigea 100 ! La situation s' envenima, au point que les États-Unis firent y envoyer un détachement militaire de 66 soldats, et les Britanniques placèrent trois navires de guerre près des côtes.
Deux mois plus tard, les États-Unis alignaient 461 soldats et 14 canons, el les forces Britanniques disposaient de cinq navires, 70 canons et 2140 hommes de troupe.
Puis vint la Guerre de sécession, où Washington avait des impératifs bien plus importants à régler, qu' un litige à propos d' un cochon dans un champ de patates.
Les deux puissances restèrent sur leurs positions: les Britanniques dans un campement militaire au Nord de l'île, et les Américains à l' extrême Sud.
Ce n' est que douze ans plus tard, que le litige fut réglé, par un arbitrage demandé au Kaiser Guillaume 1er D' Allemagne, au bénéfice des USA.
Pas un seul coup de feu ne fut tiré, hormis le coup de chevrotine au pauvre goret qui ne demandait qu' à s' alimenter.
En hommage à cette " guerre" absurde, les gardes forestiers de l' île, hissent les couleurs Britanniques sur le lieu de leur ancien campement.

D' autres conflits absurdes remplissent les pages de l' histoire: la guerre des pâtissiers, opposant la France et le Mexique. La guerre de la pastèque entre les États-Unis et ce qui est actuellement Panama ou la Colombie ( je cite de mémoire). Le conflit entre le Canada et le Groenland ( de Souveraineté Danoise) qui se disputent - amicalement- une île ... à coups de vols de drapeaux nationaux et d'échange d'une bouteille de whisky pour une bouteille de schnaps...

La solution idéale, pour se départager une île, est le cas Franco-Espagnol, dont l'île des faisans, sur la rivière Bidassoa ( Pyrénées- Atlantique) est le seul condominium existant au monde.
Tous les six mois, au 1er février et au 1er août, la Souveraineté de l'île passe en alternance, à l' autre.
Afficher tout
Le prétexte de la guerre peut paraître absurde, ce sont les raisons réelles du conflits qui ne le sont moins.

Posté le

android

(0)

Répondre