Le funeste usage de l'arme d'un président américain

Proposé par
Invité
le
dans

L'arme du président américain William Howard Taft servit à un tueur en série pour exécuter ses victimes. Carl Panzram réussit en effet à entrer par effraction chez l'ancien président, lui vola de l'argent et son Colt M1911, qui lui servit ensuite pour assassiner une dizaine de victimes.


Commentaires préférés (3)

Je vous invite à lire les sources. Ce Carl Panzram était visiblement un garçon très sympathique.

Lu dans les sources :

Exécuté par pendaison le 5 septembre 1930 à la prison fédérale de Leavenworth, Panzram aurait répondu au bourreau, lorsque ce dernier lui demanda s'il avait une dernière volonté: « Oui. Dépêche-toi, espèce de connard ! Depuis que tu tournes en rond, j'aurais eu le temps d'en pendre une dizaine »

Posté le

android

(133)

Répondre

a écrit : Lu dans les sources :

Exécuté par pendaison le 5 septembre 1930 à la prison fédérale de Leavenworth, Panzram aurait répondu au bourreau, lorsque ce dernier lui demanda s'il avait une dernière volonté: « Oui. Dépêche-toi, espèce de connard ! Depuis que tu tournes en rond, j'aurais eu le temps d'en pendre une dizaine »
En tout cas, il était pragmatique, faute d’être équilibré


Tous les commentaires (18)

Je vous invite à lire les sources. Ce Carl Panzram était visiblement un garçon très sympathique.

Lu dans les sources :

Exécuté par pendaison le 5 septembre 1930 à la prison fédérale de Leavenworth, Panzram aurait répondu au bourreau, lorsque ce dernier lui demanda s'il avait une dernière volonté: « Oui. Dépêche-toi, espèce de connard ! Depuis que tu tournes en rond, j'aurais eu le temps d'en pendre une dizaine »

Posté le

android

(133)

Répondre

a écrit : Lu dans les sources :

Exécuté par pendaison le 5 septembre 1930 à la prison fédérale de Leavenworth, Panzram aurait répondu au bourreau, lorsque ce dernier lui demanda s'il avait une dernière volonté: « Oui. Dépêche-toi, espèce de connard ! Depuis que tu tournes en rond, j'aurais eu le temps d'en pendre une dizaine »
En tout cas, il était pragmatique, faute d’être équilibré

Bien plus courtes que les dernieres paroles de Panzman, furent celles du condamné à mort Gary Gilmore.
Juste avant de terminer fusillé devant un peloton d'exécution, le 17 janvier 1977, il déclarera " let's do It".
Cette très courte phrase serait passée plutôt inaperçue... Si elle n'avait été reprise, légèrement modifiée en "just do it" en 1988, par l' agence de publicité Wieden & Kennedy, pour la promotion d'une célèbre marque de vêtements, de chaussures et d' articles de sport.
Cette marque ("Nike" pour ne pas la citer) ne répond pas sur l'origine de son slogan, ou donne des explications évasives destinées à semer le doute, quand un journaliste curieux abordé ce sujet.

Une anecdote sur cette multinationale: il lui est interdit de faire usage de son nom commercial dans toute publicité visuelle ou parlée, relative à de la confection de vêtements de sport, sur tout le territoire Espagnol. Seuls peuvent apparaître son logo ( le swooch) en forme d'aile, ainsi que "just do it", sur ses vêtements.
Le nom " Nike" fut déposé en 1932, par une entreprise de confection de Catalogne, qui demanda judiciairement cette entreprise américaine en 1990, et a obtenu gain de cause par le tribunal suprême espagnol en 1998.

a écrit : Bien plus courtes que les dernieres paroles de Panzman, furent celles du condamné à mort Gary Gilmore.
Juste avant de terminer fusillé devant un peloton d'exécution, le 17 janvier 1977, il déclarera " let's do It".
Cette très courte phrase serait passée plutôt inaperçue... Si elle
n'avait été reprise, légèrement modifiée en "just do it" en 1988, par l' agence de publicité Wieden & Kennedy, pour la promotion d'une célèbre marque de vêtements, de chaussures et d' articles de sport.
Cette marque ("Nike" pour ne pas la citer) ne répond pas sur l'origine de son slogan, ou donne des explications évasives destinées à semer le doute, quand un journaliste curieux abordé ce sujet.

Une anecdote sur cette multinationale: il lui est interdit de faire usage de son nom commercial dans toute publicité visuelle ou parlée, relative à de la confection de vêtements de sport, sur tout le territoire Espagnol. Seuls peuvent apparaître son logo ( le swooch) en forme d'aile, ainsi que "just do it", sur ses vêtements.
Le nom " Nike" fut déposé en 1932, par une entreprise de confection de Catalogne, qui demanda judiciairement cette entreprise américaine en 1990, et a obtenu gain de cause par le tribunal suprême espagnol en 1998.
Afficher tout
Encore un paragraphe et on avait le droit à l’histoire de la Catalogne sur une anecdote concernant un tueur en série ;)
Je blague, tes commentaires sont super intéressant et mériterait que tu écrives des anecdotes.

Je ne sais pas comment faire pour poster l'en-tête d'un lien dans le cadre " source".
Peut-être trop vieux pour celà. Je suis de la génération de celle qui a connu l' installation des lignes téléphoniques fixes dans les campagnes françaises. C'est dire !!!
Publier des anecdotes ? Pourquoi pas. . Sais-tu si Philippe et son staff acceptent les liens en langues autres que le Français et l'Anglais?
Il y a sujets en la matière, mais un manque cruel de liens équivalents en français, dans bien des cas.

Quant à l' Espagne (dont la Catalogne fait partie), j'y habite depuis des décennies. C'est le monde qui m'entoure quotidiennement et qui m'a apporté une source de connaissances qui s'étend jusqu'à une Amérique Latine dont j'ignorais presque tout.
Ah!, ...et je suis totalement contre les tentatives d'Indépendance qui s'opèrent par ici. Ce serait un suicide.

a écrit : Je vous invite à lire les sources. Ce Carl Panzram était visiblement un garçon très sympathique. Oui un chic type.

a écrit : Je ne sais pas comment faire pour poster l'en-tête d'un lien dans le cadre " source".
Peut-être trop vieux pour celà. Je suis de la génération de celle qui a connu l' installation des lignes téléphoniques fixes dans les campagnes françaises. C'est dire !!!
Publier des an
ecdotes ? Pourquoi pas. . Sais-tu si Philippe et son staff acceptent les liens en langues autres que le Français et l'Anglais?
Il y a sujets en la matière, mais un manque cruel de liens équivalents en français, dans bien des cas.

Quant à l' Espagne (dont la Catalogne fait partie), j'y habite depuis des décennies. C'est le monde qui m'entoure quotidiennement et qui m'a apporté une source de connaissances qui s'étend jusqu'à une Amérique Latine dont j'ignorais presque tout.
Ah!, ...et je suis totalement contre les tentatives d'Indépendance qui s'opèrent par ici. Ce serait un suicide.
Afficher tout
En effet, ton commentaire m’a assez intrigué pour que j’aille fouiner sur internet et j’ai seulement trouvé un article du Libé qui relate les mêmes faits :

www.google.fr/amp/s/www.liberation.fr/amphtml/futurs/1999/09/27/nike-boute-hors-d-espagne_284542

Mais quelle vie!!!! Lisez sa fiche Wikipedia, j aurai jamais cru cela possible...

Posté le

android

(1)

Répondre

Les prisons américaines de l'époque étaient de vrais moulins vu le nombre de fois où il s'est évadé !

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Lu dans les sources :

Exécuté par pendaison le 5 septembre 1930 à la prison fédérale de Leavenworth, Panzram aurait répondu au bourreau, lorsque ce dernier lui demanda s'il avait une dernière volonté: « Oui. Dépêche-toi, espèce de connard ! Depuis que tu tournes en rond, j'aurais eu le temps d'en pendre une dizaine »
c’est pas la mieux !!! Le meilleur c’est quand les défenseurs des droits de l’homme le contacte pour l’aider à ne pas se faire condamner à mort , et qu’il répond qu’il veut les tuer aussi ! C’est magique

a écrit : Les prisons américaines de l'époque étaient de vrais moulins vu le nombre de fois où il s'est évadé ! C'est surtout qu'à l'époque, les prisons de haute sécurité pour détenus ultra dangereux n'existaient pas encore vraiment, on entassait tout et n'importequoi dans la même taule, du pickpocket au braqueur de banque avec meurtre à la clé. Les gardiens ne savaient jamais vraiment à qui ils avaient à faire et se laissaient surprendre plus facilement. Ce mec tuait n'importe qui pour un oui où pour un non, où pour le plaisir aussi, et c'était pas écrit sur son front, et c'est quand même excessivement rare comme type de criminel.

Ça aurait été pas mal de mettre l'année ou la période, on n'est pas trop calés niveau présidents US (je sais, y a les sources mais une anecdote datée fait toujours plus soignée :)

Sinon, le gars était un vrai ravagé. Et personnellement, je trouve que l'exposition de ses écrits biographiques est d'un très mauvais goût.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je vous invite à lire les sources. Ce Carl Panzram était visiblement un garçon très sympathique. Effectivement, il a l'air très cool...

Posté le

android

(0)

Répondre