L'incinérateur sur lequel on peut faire du ski et de l'escalade

Proposé par
le

Située à Copenhague, la colline d'Amager est un bâtiment accueillant un incinérateur de déchets. Construit entre 2013 et 2016 sur les plans de l'architecte Bjarke Ingels, son enveloppe extérieure permet d'accueillir des pistes de ski sèches, des sentiers de randonnée et même un mur d'escalade de 80 mètres.


Commentaires préférés (3)

Voilà une façon intelligente de marier la gestion des déchets (par le brûlage) et la valorisation d'un site industriel souvent décrié.
Les sources nous parlent de la récupération qui permet de chauffer des quartiers entiers de la ville ; cela existe en France sur pratiquement tous les incinérateurs... Mais je n'en connais pas un chez nous qui mette en valeur comme ça le site, avec des activités sportives, etc... En plus, cela n'a rien dû coûter à la collectivité qui a, je pense, imposé ça au privé gestionnaire de l'usine dans un cahier des charges. Bonne idée ; à reprendre :)

D'ailleurs, cet incinérateur a besoin de tellement de déchets pour fonctionner que le Danemark est obligé d'acheter des déchets à sa voisine la Suède pour le faire tourner...

Posté le

android

(22)

Répondre

La colline Amager, tient également le nom de "CopenHill". A part les installations déjà citées, elle possède aussi un ascenseur permettant d'accéder à son sommet, et de contempler la capitale depuis une hauteur de 85 mètres.
Cet incinérateur s' inscrit dans la volonté de la municipalité, d'atteindre un bilan carbone nul, à l'horizon 2050.

Aux Pays-Bas, une ancienne décharge a également été transformée en base de loisirs, permettant même la pratique de ski sur herbe, vu le dénivelé de cette colline artificielle. Si quelqu'un connait son nom et son emplacement, d'avance merci.

A Vienne, Autriche, l'architecte Friedenreich Hundertwasser ( de son véritable nom: Friedrich Stowasser ), a été chargé de la construction de l'usine d'incinération de Spittelau. C'est principalement ses façades qui sont à citer, permettant l'intégration d'un bâtiment industriel, dans une zone résidentielle. Passez donc voir des photos sur le Net ! C'est assez surprenant.
Ce même architecte a aussi été choisi pour le revêtement de l'incinérateur Maishima de Osaka, Japon. Allez également voir les photos sur le Net. On dirait le dessin d'un château fort imaginé par un enfant. En tout cas, c'est original, unique.

Dans le cadre de la reconversion d'anciennes décharges au Japon, celle de Yume no shima (l'ile aux rêves), a Tokio, est à citer. S'y trouvent aujourd'hui trois serres tropicales, chauffées par la chaleur procédant... d'un des 19 incinérateurs à ordures de la capitale.

Même les cendres issues des incinérateurs à ordures sont valorisables ! Celles de celui de Osaka cité plus haut, vont à quelques kilomètres de là, pour créer une nouvelle île artificielle.
Il en est de même à Singapour, où celles produites par ses cinq incinérateurs, participent à la construction de l'île artificielle dénommée "Semakau". Il y a des vidéos sur YouTube, la présentant.

Pour terminer: la petite ville Japonaise de Kamikatsu, (1700 habitants) au Japon, a fait le choix de TOUT séparer et revendre le contenu non-organique de ses poubelles, au travers d'une cinquantaine de poubelles différentes disposées à la déchetterie municipale. Le petit incinérateur n'était plus aux normes environnementales et en construire un nouveau ou transporter les ordures vers un autre lieu, aurait coûté trop cher. Au final, la municipalité de Kamikatsu a pu diviser la "taxe ordures ménagères"/habitant, par trois.
Vous avez des vidéos sur YouTube, pour plus d'infos. C'est instructif et pourrait donner des idées à des élus locaux dans bien d'autres lieux du monde.


Tous les commentaires (29)

Très bonne idée, presque parfait, mise à part la fumée toxique

Posté le

android

(0)

Répondre

Voilà une façon intelligente de marier la gestion des déchets (par le brûlage) et la valorisation d'un site industriel souvent décrié.
Les sources nous parlent de la récupération qui permet de chauffer des quartiers entiers de la ville ; cela existe en France sur pratiquement tous les incinérateurs... Mais je n'en connais pas un chez nous qui mette en valeur comme ça le site, avec des activités sportives, etc... En plus, cela n'a rien dû coûter à la collectivité qui a, je pense, imposé ça au privé gestionnaire de l'usine dans un cahier des charges. Bonne idée ; à reprendre :)

Quid de la fumée toxique ?

L'incinérateur de Vitry, brûle 1,5mT de déchets et chauffe 150K personnes pour des fumées même filtrée qui égale le périphérique en heure de pointe jouxtant. Sauf que c'est 365j 24h.

D'ailleurs, cet incinérateur a besoin de tellement de déchets pour fonctionner que le Danemark est obligé d'acheter des déchets à sa voisine la Suède pour le faire tourner...

Posté le

android

(22)

Répondre

La colline Amager, tient également le nom de "CopenHill". A part les installations déjà citées, elle possède aussi un ascenseur permettant d'accéder à son sommet, et de contempler la capitale depuis une hauteur de 85 mètres.
Cet incinérateur s' inscrit dans la volonté de la municipalité, d'atteindre un bilan carbone nul, à l'horizon 2050.

Aux Pays-Bas, une ancienne décharge a également été transformée en base de loisirs, permettant même la pratique de ski sur herbe, vu le dénivelé de cette colline artificielle. Si quelqu'un connait son nom et son emplacement, d'avance merci.

A Vienne, Autriche, l'architecte Friedenreich Hundertwasser ( de son véritable nom: Friedrich Stowasser ), a été chargé de la construction de l'usine d'incinération de Spittelau. C'est principalement ses façades qui sont à citer, permettant l'intégration d'un bâtiment industriel, dans une zone résidentielle. Passez donc voir des photos sur le Net ! C'est assez surprenant.
Ce même architecte a aussi été choisi pour le revêtement de l'incinérateur Maishima de Osaka, Japon. Allez également voir les photos sur le Net. On dirait le dessin d'un château fort imaginé par un enfant. En tout cas, c'est original, unique.

Dans le cadre de la reconversion d'anciennes décharges au Japon, celle de Yume no shima (l'ile aux rêves), a Tokio, est à citer. S'y trouvent aujourd'hui trois serres tropicales, chauffées par la chaleur procédant... d'un des 19 incinérateurs à ordures de la capitale.

Même les cendres issues des incinérateurs à ordures sont valorisables ! Celles de celui de Osaka cité plus haut, vont à quelques kilomètres de là, pour créer une nouvelle île artificielle.
Il en est de même à Singapour, où celles produites par ses cinq incinérateurs, participent à la construction de l'île artificielle dénommée "Semakau". Il y a des vidéos sur YouTube, la présentant.

Pour terminer: la petite ville Japonaise de Kamikatsu, (1700 habitants) au Japon, a fait le choix de TOUT séparer et revendre le contenu non-organique de ses poubelles, au travers d'une cinquantaine de poubelles différentes disposées à la déchetterie municipale. Le petit incinérateur n'était plus aux normes environnementales et en construire un nouveau ou transporter les ordures vers un autre lieu, aurait coûté trop cher. Au final, la municipalité de Kamikatsu a pu diviser la "taxe ordures ménagères"/habitant, par trois.
Vous avez des vidéos sur YouTube, pour plus d'infos. C'est instructif et pourrait donner des idées à des élus locaux dans bien d'autres lieux du monde.

a écrit : Quid de la fumée toxique ?

L'incinérateur de Vitry, brûle 1,5mT de déchets et chauffe 150K personnes pour des fumées même filtrée qui égale le périphérique en heure de pointe jouxtant. Sauf que c'est 365j 24h.
Je pense que vous confondez avec Ivry-sur-Seine et sur le soit disant taux de pollution

a écrit : D'ailleurs, cet incinérateur a besoin de tellement de déchets pour fonctionner que le Danemark est obligé d'acheter des déchets à sa voisine la Suède pour le faire tourner... ... à la grande joie des municipalités Suédoises d'ailleurs, qui, -comme TOUS les pays développés !- ne savent plus trop bien quoi faire des millions de tonnes de détritus plastiques procédant de la collecte sélective, et que la Chine en refuse désormais l'importation.
Le chef de l'Etat Argentin a d'ailleurs signé récemment un très polémique Décret, facilitant son importation par bateaux entiers navigant sur des milliers ou dizaines de milliers de kilomètres, pour arriver à "bon port", et cacher la poussière sous le tapis.
"Corruption" diront certains, "opportunité industrielle" diront d'autres. En tout cas, ce pays Austral est en voie de se convertir en l'un des pays-poubelle de notre planète.
Un constat sans équivoque : notre société de consommation est absolument incapable de gérer ses montagnes de détritus, de forme définitive.
En attendant, les brûler, les enterrer, les refiler aux pays du Tiers- monde???....

a écrit : Quid de la fumée toxique ?

L'incinérateur de Vitry, brûle 1,5mT de déchets et chauffe 150K personnes pour des fumées même filtrée qui égale le périphérique en heure de pointe jouxtant. Sauf que c'est 365j 24h.
Les incinérateurs modernes sont capables de filtrer presque tout les polluants des fumées, qui sont ensuite intégrés aux cendres (de toute façon toxiques), les vieux incinérateurs sont effectivement dangereux mais ferment les uns après les autres en Europe.

Par contre, reste toujours le CO2 et là... effectivement, ca reste des usines à ges, pas encore vraiment de solution.

Il faut aussi se mettre à la place du Danemark, pas bien grand, très peuplé, les ordures, après un tri plutôt exemplaire en rapport à ses voisins européens, ont trois pistes d'élimination:
1) les bonnes vieilles décharges, c'est polluant, ca prend de la place et ca pue.
2)L'incinération, quoi qu'on en pense et comme je l'ai déjà dit, les unités modernes sont bien moins sales qu'avant, même si... disons qu'elles sont suffisamment étudiées pour qu'on puisse les construire en ville sans trop en souffrir.
3) L'export, mais les pays qui veulent bien de nos déchets sont de moins en moins nombreux (il reste pratiquement que l'Afrique, mais cette filière est aux mains de trafiquants, ca ne devrait plus exister normalement)

Que faire? A part consommer moins? Plus facile à dire qu'à faire!

Pour l'anecdote, c'est le plus chouette incinérateur que j'ai jamais vu, et j'imagine qui si des gens vont y faire de l'exercice, c'est qu'il doit pas être si polluant que ça, les écolos veillent au grain dans ce pays, je vous le garantis. ;)

a écrit : Les incinérateurs modernes sont capables de filtrer presque tout les polluants des fumées, qui sont ensuite intégrés aux cendres (de toute façon toxiques), les vieux incinérateurs sont effectivement dangereux mais ferment les uns après les autres en Europe.

Par contre, reste toujours le CO2 et là... effect
ivement, ca reste des usines à ges, pas encore vraiment de solution.

Il faut aussi se mettre à la place du Danemark, pas bien grand, très peuplé, les ordures, après un tri plutôt exemplaire en rapport à ses voisins européens, ont trois pistes d'élimination:
1) les bonnes vieilles décharges, c'est polluant, ca prend de la place et ca pue.
2)L'incinération, quoi qu'on en pense et comme je l'ai déjà dit, les unités modernes sont bien moins sales qu'avant, même si... disons qu'elles sont suffisamment étudiées pour qu'on puisse les construire en ville sans trop en souffrir.
3) L'export, mais les pays qui veulent bien de nos déchets sont de moins en moins nombreux (il reste pratiquement que l'Afrique, mais cette filière est aux mains de trafiquants, ca ne devrait plus exister normalement)

Que faire? A part consommer moins? Plus facile à dire qu'à faire!

Pour l'anecdote, c'est le plus chouette incinérateur que j'ai jamais vu, et j'imagine qui si des gens vont y faire de l'exercice, c'est qu'il doit pas être si polluant que ça, les écolos veillent au grain dans ce pays, je vous le garantis. ;)
Afficher tout
En parlant des pays qui acceptent les déchets : Face à la pénurie, il y a une vraie mafia qui s'est développé sur le marché. Naples par exemple et en Afrique noire aussi pour les déchets électroniques bien polluants.

C'est moi ou dans le virage y'a juste un filet ?

Posté le

android

(2)

Répondre

Pour ceux qui passent sur le périphérique de Lille, il y a bâtiment de Rabot Dutilleuil en construction après Euralille. C'est le projet SHAKE de l'architecte PCA (lien : www.pcastream.com/fr/projets/shake-40).
Comme quoi les bonnes idée sont souvent plagiées

a écrit : Pour ceux qui passent sur le périphérique de Lille, il y a bâtiment de Rabot Dutilleuil en construction après Euralille. C'est le projet SHAKE de l'architecte PCA (lien : www.pcastream.com/fr/projets/shake-40).
Comme quoi les bonnes idée sont souvent plagiées
Quand j'ai lu l'anecdote ce matin, je m'étais déjà demandé si la colline Amager (ou CopenHill), n'est pas une copie (plagiat ?) du travail architectural de Friedenreich Hundertwasser.
Tel et comme je citais cet Autrichien dans mon précédent commentaire, en référence à deux usines d'incinération d'ordures ménagères à Vienne et à Osaka, il faut parler de son ultime construction: la Waldspirale (la forêt spirale). Passez sur le Net, pour l'apprécier en images et vidéos.
Édifiée à Darmstadt (Allemagne), en 1998-2000, ce grand bâtiment de logements de douze étages, possède un toit végétalisé accessible... dès le niveau du sol. On peut donc grimper jusqu'au sommet, en se promenant entre les tilleuls et les érables, puis s' installer soit dans le café ou le bar à cocktail qui s'y trouvent, tout en admirant la vue. Un parc pour enfants y est également aménagé.
Les façades de la Waldspirale, sont peintes dans le plus pur style de l'architecte.
Malheureusement, il ne put jamais le voir terminé. Il décéda quelques mois avant son inauguration.

Et parlant de bar et d'incinerateur...
Je cite aussi le Gomi pit, à Tokyo.
Il s'agit d'un bar éphémère, ouvert à tout public, avec vue sur... les monceaux d'ordures ménagères prêtes à être brûlées dans la chaudière de l'usine d'incinération.
La finalité de ce bar hors du commun, est de sensibiliser le public aux excès du mode de vie consummiste.

Ca ne pose pas de problème pour la santé de faire du sport juste sous une cheminée d'incinérateur ?

Posté le

android

(1)

Répondre

La source indique que cet incinérateur fait aussi des signaux de fumée, comme les indiens ! Il est équipé d'un dispositif qui peut produire un anneau de vapeur d'une vingtaine de mètres de diamètre, visible depuis le centre-ville et qui est déclenché à chaque fois que l'incinérateur à rejeté une tonne de carbone (je suppose qu'il faut comprendre CO2), pour sensibiliser la population aux gaz à effet de serre.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : La source indique que cet incinérateur fait aussi des signaux de fumée, comme les indiens ! Il est équipé d'un dispositif qui peut produire un anneau de vapeur d'une vingtaine de mètres de diamètre, visible depuis le centre-ville et qui est déclenché à chaque fois que l'incinérateur à rejeté une tonne de carbone (je suppose qu'il faut comprendre CO2), pour sensibiliser la population aux gaz à effet de serre. Afficher tout J’ai lu la même chose et je me demande bien comment ils font car si c’est de la vapeur d’eau, cela ne risque pas d’être visible...
Mais vu l’imprécision que tu soulignes sur le terme carbone, j’imagine qu’on n’est plus à ça près.

a écrit : J’ai lu la même chose et je me demande bien comment ils font car si c’est de la vapeur d’eau, cela ne risque pas d’être visible...
Mais vu l’imprécision que tu soulignes sur le terme carbone, j’imagine qu’on n’est plus à ça près.
Ne fais pas comme si tu n'avais pas compris : la vapeur d'eau se condense et ça fait un nuage blanc comme au-dessus des tours de réfrigération des centrales nucléaires. Je suppose qu'ils précisent que c'est de la vapeur d'eau histoire de dire que c'est pas fait avec la fumée pas très propre qui sort de l'incinérateur.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ne fais pas comme si tu n'avais pas compris : la vapeur d'eau se condense et ça fait un nuage blanc comme au-dessus des tours de réfrigération des centrales nucléaires. Je suppose qu'ils précisent que c'est de la vapeur d'eau histoire de dire que c'est pas fait avec la fumée pas très propre qui sort de l'incinérateur. Du coup, on est d’accord ce n’est pas un anneau de vapeur d’eau.

a écrit : Du coup, on est d’accord ce n’est pas un anneau de vapeur d’eau. Ah non ! Je ne suis pas d'accord du tout ! Je pense qu'il produit bien un anneau de vapeur d'eau (qui devient presque immédiatement visible une fois que la vapeur d'eau a condensé dans l'air). ;-)

Posté le

android

(1)

Répondre

Ces 4 pays que ce soit la Norvège le Danemark la Suède où la Hollande sont beaucoup en avance par rapport à la France et l'Allemagne où il reste des pays de l'Europe quand il s'agit de l'écologie nous en France on préfère construire des centrales nucléaires que de mettre des parcs éoliens bien avec toutes les côtes la France a ils n'ont pas encore trouvé le moyen de faire de l'électricité avec l'eau de mer et ses courants rappelons-nous que la Norvège a aussi un fond de pension qu'on appelle fond souverain qui pèse plus de 1000 milliards de dollars grâce aux revenus du pétrole ce qui fais plus de 200000 dollars pour chaque norvégiens.nous en france ont marché sur la tête et ont est gouverné part un roi.et sa basse-cour. Et les français sont des vache à lait et ce plaigne tout le temps mais ne se bouge jamais le cul juste bon a toujours ce plaindre.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Du coup, on est d’accord ce n’est pas un anneau de vapeur d’eau. Ben si, le CO² est invisible!

Allez, on va dire que c'est un mélange des deux. ;) Mais à ce que j'ai compris, le système qui produit cet anneau n'envoie QUE de l'eau, probablement en pulvérisant de l'eau à l'intérieur de la cheminée, sans se préoccuper du reste, je ne sais pas.

En tout cas je trouve l'idée intéressante, un peu comme sur les compteurs Linky qui clignotent une fois à chaque watt consommé...