On a recruté très tôt sur concours en Chine

Proposé par
le
dans

Dès le VIIe siècle, les fonctionnaires de l'empire chinois étaient recrutés sur concours. Les candidats étaient fouillés, isolés, identifiés par un numéro et leur copie était recopiée par une autre personne pour éviter que leur écriture ne soit reconnue du jury. Ce système a duré 1200 ans.


Tous les commentaires (30)

a écrit : "Je pense qu'on peut dire sans se tromper que des intellectuels se sont fait massacrés par les communistes juste parce qu'ils étaient intellectuels, et que certains étaient même communistes..."
Je ne suis pas vraiment d'accord. En Chine, les intellectuels ont morflé, pas parce qu'ils
sont intellectuels, mais parce que les intellectuels sont plus enclins à la révolte et à aller au feu que le petit chinois qui n'a pas fait d"étude et qui comprends moins bien ce qui se passe. A Tien-an-men, les étudiants se sont fait tirer dessus, mais les militaires ne sont pas allés chercher les étudiants qui sont restés chez eux et ont fermé leur g..., enfin, il me semble.
Au Cambodge par contre là oui, les intellectuels étaient tous visés, justement parce que les intellectuels, ben ça pense un peu trop et dans le cerveau malade de ce taré paranoïaque de Pol Pot, TOUS les intellectuels étaient ses ennemis, ce qui n'a pas été le cas en Chine.

Point de vue personnel hein, je n'y étais pas. ^^
Afficher tout
Je suis complètement d'accord. On n'a pas éliminé des intellectuels parce qu'ils étaient des intellectuels mais parce qu'ils étaient contestataires ou parce qu'ils étaient des élites occupant les postes-clefs.
Éliminer les élites est une constante qu'on retrouve à chaque révolution, partout dans le monde.

@Gilgawesh: C'est vrai, évoquer Tchang Kai Chek quand on parle de la Révolution culturelle est complètement hors de propos, ne serait-ce que parce que c'est anachronique. Je voulais simplement montrer que les hommes d'états chinois étaient cultivés et que beaucoup avaient étudié en Occident.

Par contre, comparer Tchang Kai Chek au Général de Gaulle, c'est très fort de café.
De Gaulle ne s'est jamais allié aux nazis (qui sont les communistes chinois, dans ta comparaison) contrairement aux nationalistes chinois, qui se sont alliés aux communistes (au moins un temps). Et ce type était, quoi qu'il en soit, un dictateur militaire séduit par le fascisme, qui interdisait le multipartisme et la liberté d'expression.

a écrit : Je suis complètement d'accord. On n'a pas éliminé des intellectuels parce qu'ils étaient des intellectuels mais parce qu'ils étaient contestataires ou parce qu'ils étaient des élites occupant les postes-clefs.
Éliminer les élites est une constante qu'on retrouve à chaque révolution,
partout dans le monde.

@Gilgawesh: C'est vrai, évoquer Tchang Kai Chek quand on parle de la Révolution culturelle est complètement hors de propos, ne serait-ce que parce que c'est anachronique. Je voulais simplement montrer que les hommes d'états chinois étaient cultivés et que beaucoup avaient étudié en Occident.

Par contre, comparer Tchang Kai Chek au Général de Gaulle, c'est très fort de café.
De Gaulle ne s'est jamais allié aux nazis (qui sont les communistes chinois, dans ta comparaison) contrairement aux nationalistes chinois, qui se sont alliés aux communistes (au moins un temps). Et ce type était, quoi qu'il en soit, un dictateur militaire séduit par le fascisme, qui interdisait le multipartisme et la liberté d'expression.
Afficher tout
Effectivement ça fait une différence. Je suis sur qu'on peut en trouver d'autre :)
C'était juste une comparaison sur le décalage opposition/appartenance, aucunement sur la personnalité ou les valeurs ou tout autre chose.

Mais sinon l'anecdote est super intéressante ! :)

a écrit : Effectivement ça fait une différence. Je suis sur qu'on peut en trouver d'autre :)
C'était juste une comparaison sur le décalage opposition/appartenance, aucunement sur la personnalité ou les valeurs ou tout autre chose.

Mais sinon l'anecdote est super intéressante ! :)
Ton résumé de l'histoire de le Chine récente en 15 lignes est brillant, j'aurai d'ailleurs bien aimé l'avoir sous la main quand, étant lycéen, on m'a obligé à lire "La Condition humaine" de Malraux (l'histoire d'un groupe de révolutionnaires dans la Chine de 1927), très complexe pour un gamin de 16 ans (c'est mon avis en tous cas).

Pour revenir à l'anecdote, j'ignorai que les Chinois étaient aussi exigeants en matière d'égalité des chances lors des concours (anonymisation des copies...), c'est impressionnant.
Alors, a-t-on davantage de chances de réussir quand on vit en France plutôt qu'en Chine ? Je me suis posé la question et j'ai fait une petite recherche.
Alors selon une étude de l'OCDE datant de 2018 appelée "L'ascenceur social est-il en panne ?" (un truc du genre). La France est un des pays avancés les plus inégalitaires du monde. On estime qu'il faut 6 générations (150 ans) à un Français modeste pour accéder à la classe moyenne. Et la Chine communiste et dictatoriale ? Et ben c'est 7 générations, la différence n'est pas flagrante...
Pour info, la Scandinavie c'est 2 ou 3 générations, la Belgique ou l'Espagne c'est 4 générations.
A-t-on vraiment des leçons à donner ??

"A-t-on vraiment des leçons à donner ??"

Des leçons à donner certainement je pense. Et des leçons à recevoir...c'est tout aussi certain.
Mais c'est vrai qu'on a plus de facilité pour l'un que pour l'autre.
Et effectivement cette continuité de plus d'un millénaire d'un système à vertu égalitaire en est une belle.

a écrit : Le recrutement sur concours, invention chinoise, est bien plus vieux que cela. Il date du IIIème siècle avant J.C. Et ils auraient perduré jusqu'en 1911. 1905 l’abolition des examens mandarinaux dans le cadre de la Nouvelle Politique impériale (1901-1911)

Les colons français aussi tuaient les intellectuels religieux quand ils on découvert l’ Afrique.

a écrit : Mao Ze Dong n'avait rien à envier aux Khmers rouges en ce qui concerne la chasse aux intellectuels. Ce qui n'a pas empêché de nombreux intellectuels occidentaux, et notamment français, d'admirer le "Grand Timonier" et son œuvre, parfois jusqu'à la vénération. Comme cela s'était déjà produit avec Staline... Regardez par exemple certains textes de Sollers ou BHL, qui révèrent le style, la pensée, le courage et la politique de Mao, et pensez qu'ils ne se sont jamais dédit de cette faute innommable, et qu'ils ont au contraire continué à nous faire la morale sur tout, tout le temps...

Posté le

android

(0)

Répondre

Cela me fait penser aux livres de Robert Van Gulik qui racontent les histoires du juge Ti dans la Chine du VII ème siècle.

il est souvent fait mention de cet examen que le juge a dû passer pour accéder à son poste et qui est très difficile.
S'il était possible à tout le monde de le passer, il fallait beaucoup d'argent pour se payer les cours permettant d'avoir les connaissances suffisantes, réservant par conséquent cet examen à une certaine élite.

a écrit : Ce qui n'a pas empêché de nombreux intellectuels occidentaux, et notamment français, d'admirer le "Grand Timonier" et son œuvre, parfois jusqu'à la vénération. Comme cela s'était déjà produit avec Staline... Regardez par exemple certains textes de Sollers ou BHL, qui révèrent le style, la pensée, le courage et la politique de Mao, et pensez qu'ils ne se sont jamais dédit de cette faute innommable, et qu'ils ont au contraire continué à nous faire la morale sur tout, tout le temps... Afficher tout Le problème ce n'est pas qu'ils ne se sont jamais dédits et qu'ils continuent à nous faire la morale, c'est surtout qu'il y a encore des gens pour les écouter ! Alors qu'il suffirait que les gens n'achètent plus pour que ça ne se vende pas (comme disait Coluche)...