L'étonnant inventeur du tulle gras

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

{\racontage de vie on}
Ça a sauvé ma cuisse. Brûlure au 2ème degré, 3ème à certains endroits. Pansement de tulle gras à changer tous les deux jours (impossible de le faire tous les jours les premiers temps car mes nerfs étaient à vif). S'en est suivi une interdiction totale de mettre la cuisse au soleil...alors que nous étions en été à ce moment là de ma convalescence. Ma dermato m'a alors conseillé de mettre une genouillère trop large au niveau de ma cuisse pour la protéger du soleil (bien plus efficace que de la crème qui aurait été insuffisante).
Maintenant je n'ai des marques visibles que par moi-même. {\racontage de vie off}

Bref, le tulle gras, c'est ultra efficace et quand j'ai appris que ce n'était plus remboursé je l'ai très mal pris.

Posté le

android

(111)

Répondre

Alors attention... Ne jamais mettre de tulle gras (de gras en général) sur une brûlure qui vient d'arriver ! Toujours refroidir d'abord la plaie ; même à l'eau froide si on a rien d'autre. Quand tout est refroidi, on met du tulle gras. Sinon, ça empire la brûlure : le gras va "cuire" davantage.

Et ne jamais mettre d'eau froide ou sinon vous allez aggraver la brûlure :)
Tout comme le gras, l'eau froide... va "cuire" davantage. Le meilleur exemple est la viande sans couche protectrice dans un congélateur.

Si on n'a rien sous la main il faut mettre une eau tiède (voir anecdote sur la règle des trois 15)


Tous les commentaires (37)

{\racontage de vie on}
Ça a sauvé ma cuisse. Brûlure au 2ème degré, 3ème à certains endroits. Pansement de tulle gras à changer tous les deux jours (impossible de le faire tous les jours les premiers temps car mes nerfs étaient à vif). S'en est suivi une interdiction totale de mettre la cuisse au soleil...alors que nous étions en été à ce moment là de ma convalescence. Ma dermato m'a alors conseillé de mettre une genouillère trop large au niveau de ma cuisse pour la protéger du soleil (bien plus efficace que de la crème qui aurait été insuffisante).
Maintenant je n'ai des marques visibles que par moi-même. {\racontage de vie off}

Bref, le tulle gras, c'est ultra efficace et quand j'ai appris que ce n'était plus remboursé je l'ai très mal pris.

Posté le

android

(111)

Répondre

Il me semblait justement que de mettre du gras sur une brûlure était déconseillé, car le gras empêchait la chaleur de s'échapper et donc aggravait la blessure (maintenant il peu s'agir d'un pansements appliqué bien après que la personne se soit brûlé, pour la cicatrisation)

Posté le

android

(8)

Répondre

Alors attention... Ne jamais mettre de tulle gras (de gras en général) sur une brûlure qui vient d'arriver ! Toujours refroidir d'abord la plaie ; même à l'eau froide si on a rien d'autre. Quand tout est refroidi, on met du tulle gras. Sinon, ça empire la brûlure : le gras va "cuire" davantage.

Et ne jamais mettre d'eau froide ou sinon vous allez aggraver la brûlure :)
Tout comme le gras, l'eau froide... va "cuire" davantage. Le meilleur exemple est la viande sans couche protectrice dans un congélateur.

Si on n'a rien sous la main il faut mettre une eau tiède (voir anecdote sur la règle des trois 15)

a écrit : Il me semblait justement que de mettre du gras sur une brûlure était déconseillé, car le gras empêchait la chaleur de s'échapper et donc aggravait la blessure (maintenant il peu s'agir d'un pansements appliqué bien après que la personne se soit brûlé, pour la cicatrisation) Le pansement a été mis quelques heures après la brûlure, par ma dermato de l'époque.

Surtout ne jamais mettre de tulle gras, et encore moins de biafine sur une brûlure qui vient de se produire.

La biafine, d'après ma dermato, c'est de la m***. Autant mettre n'importe quelle crème hydratante, tant que c'est une fois la brûlure refroidie.

De toute façon, quand on a une brûlure au moins au 2ème degré, j'ose espérer que le réflexe est d'appeler en urgence son dermato ou d'aller aux urgences.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Et ne jamais mettre d'eau froide ou sinon vous allez aggraver la brûlure :)
Tout comme le gras, l'eau froide... va "cuire" davantage. Le meilleur exemple est la viande sans couche protectrice dans un congélateur.

Si on n'a rien sous la main il faut mettre une eau tiède (voir anecdote sur la règle des trois 15)
Merci de ne pas diffuser d’informations erronées. Il faut d’abord refroidir la plaie puis soigner. L’eau par ruissellement est très efficace.

a écrit : Merci de ne pas diffuser d’informations erronées. Il faut d’abord refroidir la plaie puis soigner. L’eau par ruissellement est très efficace. Merci de vous renseigner avant de commenter.

Refroidir oui, mais à l'eau tiède. Ce conseil est donné en France lors de la formation des premiers soins. Tiède ça ne veut pas dire chaud. C'est ni chaud, ni froid.

L'eau froide est mauvaise pour une brûlure. Je n'ai d'ailleurs jamais dit qu'il ne fallait pas refroidir une brûlure. En effet une eau froide va faire un choc thermique sur la plaie et aggraver la brûlure. Or on veut tout sauf ça.
Par exemple le site Améli.fr préconise de passer la brûlure sous une eau entre 15 et 25°, soit la température d'une eau tiède.
J'ai vu nombre de gens avec une brûlure aggravée car ils ont mis l'eau froide de leur robinet bien à fond. Libre à toi de me contredire et d'essayer si tu as le malheur de te brûler.

a écrit : {\racontage de vie on}
Ça a sauvé ma cuisse. Brûlure au 2ème degré, 3ème à certains endroits. Pansement de tulle gras à changer tous les deux jours (impossible de le faire tous les jours les premiers temps car mes nerfs étaient à vif). S'en est suivi une interdiction totale de mettre la cuisse au soleil...a
lors que nous étions en été à ce moment là de ma convalescence. Ma dermato m'a alors conseillé de mettre une genouillère trop large au niveau de ma cuisse pour la protéger du soleil (bien plus efficace que de la crème qui aurait été insuffisante).
Maintenant je n'ai des marques visibles que par moi-même. {\racontage de vie off}

Bref, le tulle gras, c'est ultra efficace et quand j'ai appris que ce n'était plus remboursé je l'ai très mal pris.
Afficher tout
C'est toujours remboursé

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : C'est toujours remboursé À 100 % ? On m'avait dit le contraire il y a quelques temps.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Merci de vous renseigner avant de commenter.

Refroidir oui, mais à l'eau tiède. Ce conseil est donné en France lors de la formation des premiers soins. Tiède ça ne veut pas dire chaud. C'est ni chaud, ni froid.

L'eau froide est mauvaise pour une brûlure. Je n'ai d'aill
eurs jamais dit qu'il ne fallait pas refroidir une brûlure. En effet une eau froide va faire un choc thermique sur la plaie et aggraver la brûlure. Or on veut tout sauf ça.
Par exemple le site Améli.fr préconise de passer la brûlure sous une eau entre 15 et 25°, soit la température d'une eau tiède.
J'ai vu nombre de gens avec une brûlure aggravée car ils ont mis l'eau froide de leur robinet bien à fond. Libre à toi de me contredire et d'essayer si tu as le malheur de te brûler.
Afficher tout
secouchermoinsbete.fr/2062-la-regle-des-15-a-utiliser-en-cas-de-brulures

Il est conseillé de passer 15 minutes de l'eau à 15°C à 15 cm de la brulure. La température de l'eau froide du robinet se situe en général entre 12 et 15 º C. C'est donc bien de l'eau froide et non de l'eau tiède.

Ou alors la règle des 15 est erronée.

Edit : je viens de voir que tu as corrigé. 15°C pour moi, c'est froid :)

a écrit : secouchermoinsbete.fr/2062-la-regle-des-15-a-utiliser-en-cas-de-brulures

Il est conseillé de passer 15 minutes de l'eau à 15°C à 15 cm de la brulure. La température de l'eau froide du robinet se situe en général entre 12 et 15 º C. C'est donc bien de l'eau froide et non de l
9;eau tiède.

Ou alors la règle des 15 est erronée.

Edit : je viens de voir que tu as corrigé. 15°C pour moi, c'est froid :)
Afficher tout
En effet, mais comme précisé, il faut rester entre 15° et 25°, soit une température tiède.

Il y a une grande différence entre 15° froid pour se baigner et 15° l'eau du robinet. La règle des 15 est bonne, mais est plus un guide pour les gens qui sont souvent (et on le comprend) en panique lorsqu'ils sont brulés. Si vous êtes à 20° c'est bien aussi :)
Et j'insiste sur le mot tiède. Car la plupart des gens pensent que froid c'est quand ton robinet est bien sur la partie bleue, avec une bonne sensation de froid, or pour atteindre (environ) 15° le robinet doit à peine pencher vers le froid. Ce qui en résulte des tonnes de brûlures aggravées. Il faut refroidir la brûlure, mais ne pas utiliser une eau pouvant causer un choc avec la plaie.
D'où l'utilisation du mot "tiède" lors des formations de premiers secours, justement pour éviter toute confusion.
Le filet d'eau à 15 cm de la brûlure est d'ailleurs "chauffé" par ta peau et n'arrive pas à 15° sur la brûlure. Car on parle bien d'un filet d'eau et non pas de jet d'eau. D'ailleurs chaque brûlure est "unique" et on adapte au cas par cas. Pour certains 15° ça sera très bien et pour d'autre si on va en dessous de 20° ils sentiront une sensation de frissons ou de froid et dans ce cas on arrête le refroidissement. Idem pour les personnes agées, le refroidissement doit être plus court.

Je ne dis pas ça pour faire le petit rigolo, mais bien parce que j'ai déjà géré plusieurs cas de brûlure. Je me répète mais libre à vous de faire couler de l'eau froide si vous avez envie et de prendre le risque d'aggraver la brûlure pour ceux disant que je dis des informations erronées.

a écrit : En effet, mais comme précisé, il faut rester entre 15° et 25°, soit une température tiède.

Il y a une grande différence entre 15° froid pour se baigner et 15° l'eau du robinet. La règle des 15 est bonne, mais est plus un guide pour les gens qui sont souvent (et on le comprend) en panique lorsqu
9;ils sont brulés. Si vous êtes à 20° c'est bien aussi :)
Et j'insiste sur le mot tiède. Car la plupart des gens pensent que froid c'est quand ton robinet est bien sur la partie bleue, avec une bonne sensation de froid, or pour atteindre (environ) 15° le robinet doit à peine pencher vers le froid. Ce qui en résulte des tonnes de brûlures aggravées. Il faut refroidir la brûlure, mais ne pas utiliser une eau pouvant causer un choc avec la plaie.
D'où l'utilisation du mot "tiède" lors des formations de premiers secours, justement pour éviter toute confusion.
Le filet d'eau à 15 cm de la brûlure est d'ailleurs "chauffé" par ta peau et n'arrive pas à 15° sur la brûlure. Car on parle bien d'un filet d'eau et non pas de jet d'eau. D'ailleurs chaque brûlure est "unique" et on adapte au cas par cas. Pour certains 15° ça sera très bien et pour d'autre si on va en dessous de 20° ils sentiront une sensation de frissons ou de froid et dans ce cas on arrête le refroidissement. Idem pour les personnes agées, le refroidissement doit être plus court.

Je ne dis pas ça pour faire le petit rigolo, mais bien parce que j'ai déjà géré plusieurs cas de brûlure. Je me répète mais libre à vous de faire couler de l'eau froide si vous avez envie et de prendre le risque d'aggraver la brûlure pour ceux disant que je dis des informations erronées.
Afficher tout
Merci pour les explications. Et je pense que tout le monde ici te croit. J'ai juste tiqué sur froid et tiède. Mais effectivement il vaut mieux dire tiède pour avoir une fourchette 15-25°C que froid et avoir une fourchette 5-15°C.

a écrit : Alors attention... Ne jamais mettre de tulle gras (de gras en général) sur une brûlure qui vient d'arriver ! Toujours refroidir d'abord la plaie ; même à l'eau froide si on a rien d'autre. Quand tout est refroidi, on met du tulle gras. Sinon, ça empire la brûlure : le gras va "cuire" davantage. La règle des 3 15

En secourisme on aprenanais la règle des 20 pour une brûlure : de l'eau a 20 degrés, à 20 cm pendant 20 minutes.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : {\racontage de vie on}
Ça a sauvé ma cuisse. Brûlure au 2ème degré, 3ème à certains endroits. Pansement de tulle gras à changer tous les deux jours (impossible de le faire tous les jours les premiers temps car mes nerfs étaient à vif). S'en est suivi une interdiction totale de mettre la cuisse au soleil...a
lors que nous étions en été à ce moment là de ma convalescence. Ma dermato m'a alors conseillé de mettre une genouillère trop large au niveau de ma cuisse pour la protéger du soleil (bien plus efficace que de la crème qui aurait été insuffisante).
Maintenant je n'ai des marques visibles que par moi-même. {\racontage de vie off}

Bref, le tulle gras, c'est ultra efficace et quand j'ai appris que ce n'était plus remboursé je l'ai très mal pris.
Afficher tout
As tu une photo avant/après ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Je me permets d'ajouter une autre règle dans la prise en charge d'une brûlure: si la brûlure est superieure ou égale a 18% de la surface corporelle, il ne faut surtout pas refroidir. Le corps réagit seul en se mettant en légère hypothermie du fait de l'agression, et accentuer le refroidissement sur une telle surface serait délétère dans ce cas là. Comment estimer le pourcentage me demanderez vous? Un bras = 9%, une jambe complète = 18%, une face du tronc = 18% etc... ( pour plus d'info voir la règle des 9 de Wallace).

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : En effet, mais comme précisé, il faut rester entre 15° et 25°, soit une température tiède.

Il y a une grande différence entre 15° froid pour se baigner et 15° l'eau du robinet. La règle des 15 est bonne, mais est plus un guide pour les gens qui sont souvent (et on le comprend) en panique lorsqu
9;ils sont brulés. Si vous êtes à 20° c'est bien aussi :)
Et j'insiste sur le mot tiède. Car la plupart des gens pensent que froid c'est quand ton robinet est bien sur la partie bleue, avec une bonne sensation de froid, or pour atteindre (environ) 15° le robinet doit à peine pencher vers le froid. Ce qui en résulte des tonnes de brûlures aggravées. Il faut refroidir la brûlure, mais ne pas utiliser une eau pouvant causer un choc avec la plaie.
D'où l'utilisation du mot "tiède" lors des formations de premiers secours, justement pour éviter toute confusion.
Le filet d'eau à 15 cm de la brûlure est d'ailleurs "chauffé" par ta peau et n'arrive pas à 15° sur la brûlure. Car on parle bien d'un filet d'eau et non pas de jet d'eau. D'ailleurs chaque brûlure est "unique" et on adapte au cas par cas. Pour certains 15° ça sera très bien et pour d'autre si on va en dessous de 20° ils sentiront une sensation de frissons ou de froid et dans ce cas on arrête le refroidissement. Idem pour les personnes agées, le refroidissement doit être plus court.

Je ne dis pas ça pour faire le petit rigolo, mais bien parce que j'ai déjà géré plusieurs cas de brûlure. Je me répète mais libre à vous de faire couler de l'eau froide si vous avez envie et de prendre le risque d'aggraver la brûlure pour ceux disant que je dis des informations erronées.
Afficher tout
Pour toi à quelle température est l'eau froide?
En tant que plombier hospitalier on nous demande une distribution d' EFS (Eau Froide Sanitaire) au maximum à 20 C. Par contre pour la distribution public, c'est 25 C.
Lors de nos prises de températures hebdomadaires, en hiver nous sommes plus sur du 15 C alors qu'en été c'est plutôt le 20 C et toujours aux points les plus éloignés de l'arrivée générale.

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Merci de vous renseigner avant de commenter.

Refroidir oui, mais à l'eau tiède. Ce conseil est donné en France lors de la formation des premiers soins. Tiède ça ne veut pas dire chaud. C'est ni chaud, ni froid.

L'eau froide est mauvaise pour une brûlure. Je n'ai d'aill
eurs jamais dit qu'il ne fallait pas refroidir une brûlure. En effet une eau froide va faire un choc thermique sur la plaie et aggraver la brûlure. Or on veut tout sauf ça.
Par exemple le site Améli.fr préconise de passer la brûlure sous une eau entre 15 et 25°, soit la température d'une eau tiède.
J'ai vu nombre de gens avec une brûlure aggravée car ils ont mis l'eau froide de leur robinet bien à fond. Libre à toi de me contredire et d'essayer si tu as le malheur de te brûler.
Afficher tout
D'ailleirs un jour à lecole je me suis brûlée au fer à souder.
J'ai couru lettre la main sous leau froide.
Et là sous mes yeux affolés de gamine, j'ai vu une cloque monter en vitesse accelérée dès le contact avec l'eau. Elle faisait un vrai cm de hauteur et est sortie en moins d'une seconde...

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : As tu une photo avant/après ? Non, à l'époque on n'avait pas constamment son portable avec soi. Et ils ne faisaient qu'office de téléphone d'ailleurs.
Et franchement je n'aurais jamais eu idée de prendre en photo ma cuisse avec la peau totalement fondue sur plusieurs cm carrés au centre, et des cloques sur les côtés... je trouve ça ultra glauque.
D'ailleurs je trouve ça glauque qu'on me demande une photo avant/après.

En tout cas, pour après, la cuisse a un aspect et un toucher normaux. Je suis la seule à voir les petits problèmes de pigmentation. Ils sont peut-être juste dans ma tête en fait.

Posté le

android

(9)

Répondre

Je me souviens d'un conseil que l'on m'avait donné. Appliquer du blanc œuf sur une brûlure. Le blanc d'oeuf contenant une grande quantité de collagène, il permet de protéger le peu de peau s'il reste

Posté le

android

(0)

Répondre