Les Passantes de Brassens écrit grâce à un poème trouvé aux puces

Proposé par
le
dans

Considérée comme la plus belle chanson de Georges Brassens, "Les Passantes" n'a pas été écrite par celui-ci. Brassens avait trouvé aux puces un petit recueil datant de 1918 d'Antoine Pol, poète inconnu. Cherchant à rencontrer l'auteur, Pol décéda une semaine avant le rendez-vous.

Quelques mots de G. Brassens en réponse à une lettre à propos de cette chanson : " C'est en 1942, au marché aux puces de la Porte de Vanves, à quatre pas de ma maison, que j'ai chiné, pour quelques sous, une plaquette de poésie. Au moment de graver cette chanson sur mon onzième 33 tours, mon secrétaire Gibraltar déploya sa très efficace ténacité à retrouver ce trop discret Antoine Pol. Un rendez-vous fut fixé où je souhaitais offrir à l'auteur la primeur de ma chanson et recueillir son autorisation. Mais le brave octogénaire eut la malencontreuse idée de casser sa pipe juste avant notre rencontre. Il n'a jamais entendu la chanson qui, il faut bien l'avouer, risque d'être le seul lien qui lui évite de sombrer dans le gouffre de l'oubli, possiblement la hantise de tout poète."


Tous les commentaires (28)

a écrit : Je viens à nouveau vous partager une vidéo YouTube !
Pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore vu, il s'agit d'un clip de "Les passantes" de Brassens réalisé par la photographe Charlotte Abramow : www.youtube.com/watch?v=wKTt8Tdeb5Y
Certains n'aiment pas, trou
vent que ça va à l'encontre du texte. Je trouve que ça le complète, le sublime même peut-être. On y voit des femmes qui ne sont pas idéalisées, vues dans la réalité de leurs corps, et non plus à travers un regard d'homme. C'est une interprétation plus que valide que je vous invite à découvrir ou à revoir ! Afficher tout
Merci beaucoup pour cette découverte, quelle merveille !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : « Cherchant à rencontrer l'auteur, Pol décéda une semaine avant le rendez-vous » : aïe aïe aïe la syntaxe... Gros problème d’énonciation ici.
—> « Brassens chercha à rencontrer l’auteur, qui mourut une semaine avant le rendez-vous »
C’est français.

Merci pour cette anecdote ;)

Voici une adaptation en anglais de cette chanson dans un style différent mais fort appréciable: youtu.be/3Yjd48Dv1XE

Posté le

android

(5)

Répondre

concernant la porte de Vanves indiquée dans l'anecdote, elle se situe à Paris. Brassens habitait exactement rue Santos Dumont dans le 15eme, juste à côté d'un parc qui ojd est le parc Georges Brassens. (source : j'habite l'immeuble en face son ancienne maison, et je vois d'ailleurs souvent des caméras de cinéma qui filment l'intérieur :) )

a écrit : A noter que Brassens durant sa carrière, a adapté en chanson de nombreux poèmes. Certains sont tirés de grands noms de la poésie comme Paul Fort (Le petit cheval), Louis Aragon (Il n'y a pas d'amour heureux), Victor Hugo (Gastibelza), Paul Verlaine (Colombine)... Et j'en oublie beaucoup d'autres, désolé ^^ Ne t'excuse pas de ce que tu ne sais plus, mais félicite toi déjà de ce que tu sais !

Posté le

android

(3)

Répondre

Il n'y a que moi qui soit dérangé par le début de l'anecdote qui me semble très subjectif ? "Considérée comme la plus belle chanson de Georges Brassens"
Je trouve cette chanson magnifique mais je me demande où elle aurait gagné ce titre...

Considérée comme la plus belle ? Vraiment. On sait pas d'où mais d'accord.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : « Cherchant à rencontrer l'auteur, Pol décéda une semaine avant le rendez-vous » : aïe aïe aïe la syntaxe... Gros problème d’énonciation ici.
—> « Brassens chercha à rencontrer l’auteur, qui mourut une semaine avant le rendez-vous »
Anacoluthe