La Bastille devait être détruite avant la Révolution

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Je me demande comment cette place aurait été nommée...
Place de la Bastille?


La Bastille a fini sa carrière (humour) comme fournisseuse de pierres pour le pont de la Concorde (vrai)

a écrit : La Bastille n'était effectivement sous Louis XVI pas une prison aussi symbolique que sous Louis XIV. Elle n'en était pas moins redoutablement bien gardée (ce qui explique peut-être une partie des frais de la couronne:)) : une centaine de soldats et une vingtaine de canons pour... 7prisonniers !
Sur le
moment, les assaillants recherchent moins le coup d'éclat que des munitions !
C'est l'Histoire qui en fera un Symbole... Et une Fête Nationale :)
Afficher tout
Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.

Posté le

android

(116)

Répondre

a écrit : Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.
Afficher tout
En fait, elle célèbre les 2 événements à la fois pour contenter tout le monde:

Benjamin Raspail dépose le 21 mai 1880 une proposition de loi afin d'adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale. Mais le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) est jugé par quelques parlementaires comme une journée trop sanglante, la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, elle, permet d'atteindre un consensus. Cette date « à double acception » qui permettra d'unir tous les républicains.


Tous les commentaires (27)

Je me demande comment cette place aurait été nommée...
Place de la Bastille?


La Bastille a fini sa carrière (humour) comme fournisseuse de pierres pour le pont de la Concorde (vrai)

La Bastille n'était effectivement sous Louis XVI pas une prison aussi symbolique que sous Louis XIV. Elle n'en était pas moins redoutablement bien gardée (ce qui explique peut-être une partie des frais de la couronne:)) : une centaine de soldats et une vingtaine de canons pour... 7prisonniers !
Sur le moment, les assaillants recherchent moins le coup d'éclat que des munitions !
C'est l'Histoire qui en fera un Symbole... Et une Fête Nationale :)

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : La Bastille n'était effectivement sous Louis XVI pas une prison aussi symbolique que sous Louis XIV. Elle n'en était pas moins redoutablement bien gardée (ce qui explique peut-être une partie des frais de la couronne:)) : une centaine de soldats et une vingtaine de canons pour... 7prisonniers !
Sur le
moment, les assaillants recherchent moins le coup d'éclat que des munitions !
C'est l'Histoire qui en fera un Symbole... Et une Fête Nationale :)
Afficher tout
Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.

Posté le

android

(116)

Répondre

a écrit : Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.
Afficher tout
Pour la fête de la fédération, sachant qu'elle a eu lieu le 14juillet 1790, ne serait-ce pas la commémoration de la prise de la Bastille ?

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.
Afficher tout
En fait, elle célèbre les 2 événements à la fois pour contenter tout le monde:

Benjamin Raspail dépose le 21 mai 1880 une proposition de loi afin d'adopter le 14 juillet comme jour de fête nationale. Mais le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) est jugé par quelques parlementaires comme une journée trop sanglante, la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, elle, permet d'atteindre un consensus. Cette date « à double acception » qui permettra d'unir tous les républicains.

a écrit : Pour la fête de la fédération, sachant qu'elle a eu lieu le 14juillet 1790, ne serait-ce pas la commémoration de la prise de la Bastille ? C'est plus un symbole de la reunification du peuple français, avec un espoir de retour à la paix à un moment ou un régime de monarchie parlementaire semble être l'avenir de la France. La date est symbolique mais elle ne commémore pas la prise de la bastille (le roi n'aurait pas voulu participer à ça).

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Le 14 juillet ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la bastille comme on l'entends si souvent mais celui de la fête de la fédération, symbole de l'unification national. L'histoire a d'ailleurs été très injuste avec Louis XVI dont la plus grande faute était de ne pas être à la hauteur de son héritage. Il aurait été célébré comme un roi extrêmement moderne quelques années plus tard sous une monarchie parlementaire (il souhaitait lui même un système à l'anglaise). Loin du roi stupide pour lequel on a essayé de le faire passer il s'intéressait à beaucoup de domaines (sciences, géographie... La serrurerie était un passé temps, il était normal pour un roi d'avoir un passe temps terre à terre), et a voulu soumettre à l'impôt la noblesse et le clergé dès le début de son règne, mais le pouvoir royal était trop affaibli pour le faire. Enfin da relation avec sa famille a énormément choqué à l'époque, en effet il n'avait pas de maîtresse officielle et s'occupait avec sa femme de ses enfants, indigne d'un roi ! Il a même osé demander le report d'une assemblée pour la mort de son fils aîné !
Au passage Marie-Antoinette n'a jamais dit "qu'ils mangent de la brioche", ni personne d'autre. Cette anecdote est inventée par Rousseau et attribuée plus tard à Marie-Antoinette.
Afficher tout
Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.

a écrit : Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.
Afficher tout
Au contraire, il a senti les problèmes dès le début, peut être pas au point d'imaginer une révolution, mais il a tenté de sauver la situation. Ilba essayé de forcer la noblesse à payer des impôts dès le début de son règne. La convocation des États généraux avaient d'ailleurs cet objectif. D'ailleurs il a énormément soutenu la création des états unis (avec des conséquences catastrophique pour les finances françaises) pour faire chier les anglais (quand on peut on ne se gêne pas) mais aussi parce qu'il croyait en toutes ces idées nouvelles

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Au contraire, il a senti les problèmes dès le début, peut être pas au point d'imaginer une révolution, mais il a tenté de sauver la situation. Ilba essayé de forcer la noblesse à payer des impôts dès le début de son règne. La convocation des États généraux avaient d'ailleurs cet objectif. D'ailleurs il a énormément soutenu la création des états unis (avec des conséquences catastrophique pour les finances françaises) pour faire chier les anglais (quand on peut on ne se gêne pas) mais aussi parce qu'il croyait en toutes ces idées nouvelles Afficher tout Est-ce que c'était à un homme seul, ne représentant que lui-même, que revenait la charge de modifier le fonctionnement d'une société aux relations figées depuis quasiment Clovis et la fin de l'Empire romain?

a écrit : Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.
Afficher tout
Louis XVI est très loin de tous ce que tu dis. Il arrive et subit les conséquences des politiques de Louis XIV et Louis XV, et n'est plus dans une position de force comme le roi soleil pour modifier la société comme il le veut.
Il subit les choix et conséquences politiques de Louis XV, qui n'avait pas l'envergure de son arrière-grand père. Il était hésitant, pas sûr de lui et même dépressif. Cela va se ressentir au cours de son règne et va directement impacté celui de son successeur.

Yamm a déjà bien résumé, la seul grande faute de Louis XVI c'est d'être arrivé à la mauvaise époque. Et on ne peut le blamer de ne pas avoir réussi à modifier en profondeur une société qui depuis des siècles faisait de la centralisation à outrance.

a écrit : Louis XVI est très loin de tous ce que tu dis. Il arrive et subit les conséquences des politiques de Louis XIV et Louis XV, et n'est plus dans une position de force comme le roi soleil pour modifier la société comme il le veut.
Il subit les choix et conséquences politiques de Louis XV, qui n'avait pas
l'envergure de son arrière-grand père. Il était hésitant, pas sûr de lui et même dépressif. Cela va se ressentir au cours de son règne et va directement impacté celui de son successeur.

Yamm a déjà bien résumé, la seul grande faute de Louis XVI c'est d'être arrivé à la mauvaise époque. Et on ne peut le blamer de ne pas avoir réussi à modifier en profondeur une société qui depuis des siècles faisait de la centralisation à outrance.
Afficher tout
D'ailleurs la convocation des États Généraux est en elle même représentative du pouvoir que possède le roi. Les précédents État généraux du royaume de France ont été convoqué par Louis XIII, en 1614, presque deux cents ans plus tôt.

A la base, au Moyen Age, ils sont convoqué pour discuter de nouveaux impôts, souvent ponctuels.
Il va sans dire que ni Louis XIV, ni Louis XV, souverains absolu, n'ont eu besoin d'en convoquer pour faire voter quoi que ce soit par les États du Royaume.

Quant à Louis XVI, il les convoque tous d'abord pour discuter du déficit du budget et des solutions pour y remédier.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.
Afficher tout
Vraiment, c'est beau ce que la propagande Républicaine a réussi à nous apprendre...

Posté le

android

(2)

Répondre

Anecdote partielle: les urbanistes royaux avaient prévu une place mais surtout un station de métro. Cette partie du projet fut reportée temporairement car le métro n'existait pas.

a écrit : Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.
Afficher tout
Attention, ce n'est pas parce qu'on est roi dans une monarchie absolue qu'on peut tout se permettre, faire payer l'impôt aux nobles, c'est facile à dire, il se serait mis à dos énormément de gens très influents, probablement aussi à l'étranger. Apparemment, il essayait de faire évoluer les choses, peut être un peu trop lentement, un peu comme de nos jours, quoi!^^

Il n'avait probablement pas les épaules pour réformer une France dans un monde qui change, mais l'accabler ainsi est un peu réducteur.

Quand on voit ce que Napoléon a fait, il aurait largement mérité la guillotine lui aussi, sauf que lui a réussi à se faire aimer du peuple et SURTOUT, à prendre, lui, le contrôle quasi absolu de toutes les institutions.

Pour l'anecdote, la Bastille n'a jamais eu pour vocation d'être une prison, c'était plutôt un fort, qui, étant donné que la ville l'a rattrapé, ne servait plus à grand chose, comme beaucoup d'autres exemples, d'ailleurs.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. ;)

a écrit : Anecdote partielle: les urbanistes royaux avaient prévu une place mais surtout un station de métro. Cette partie du projet fut reportée temporairement car le métro n'existait pas. Un métro tracté par des chevaux, peut être? Pourquoi pas! Ca me fait penser aux premiers projets de tunnel sous la Manche, destiné aux diligences, avec des puits d'aération remontant jusqu'à la surface, histoire de ne pas mourir asphyxié, pas très réaliste, mais y'avait de l'idée! ^^

a écrit : Je me demande comment cette place aurait été nommée...
Place de la Bastille?


La Bastille a fini sa carrière (humour) comme fournisseuse de pierres pour le pont de la Concorde (vrai)
Les pierres de la Bastille ont servi à beaucoup de bâtiments

a écrit : Attention, ce n'est pas parce qu'on est roi dans une monarchie absolue qu'on peut tout se permettre, faire payer l'impôt aux nobles, c'est facile à dire, il se serait mis à dos énormément de gens très influents, probablement aussi à l'étranger. Apparemment, il essayait de faire évoluer les choses, peut être un peu trop lentement, un peu comme de nos jours, quoi!^^

Il n'avait probablement pas les épaules pour réformer une France dans un monde qui change, mais l'accabler ainsi est un peu réducteur.

Quand on voit ce que Napoléon a fait, il aurait largement mérité la guillotine lui aussi, sauf que lui a réussi à se faire aimer du peuple et SURTOUT, à prendre, lui, le contrôle quasi absolu de toutes les institutions.

Pour l'anecdote, la Bastille n'a jamais eu pour vocation d'être une prison, c'était plutôt un fort, qui, étant donné que la ville l'a rattrapé, ne servait plus à grand chose, comme beaucoup d'autres exemples, d'ailleurs.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. ;)
Afficher tout
Au tout départ, les bastilles étaient de petits ouvrages en bois destinés à fortifier les positions lors d'un siège. D'ailleurs, le verbe "embastiller" était synonyme de "fortifier" avant que la notoriété de la Bastille (transformée en prison) ne transforme également le sens du terme en "emprisonner". Plus tard, on parlera de bastille pour les fortifications d'une ville.

Le terme est d'ailleurs de la même famille que bâtiment, bâtir, bastion, bastide, etc.

a écrit : Attention, ce n'est pas parce qu'on est roi dans une monarchie absolue qu'on peut tout se permettre, faire payer l'impôt aux nobles, c'est facile à dire, il se serait mis à dos énormément de gens très influents, probablement aussi à l'étranger. Apparemment, il essayait de faire évoluer les choses, peut être un peu trop lentement, un peu comme de nos jours, quoi!^^

Il n'avait probablement pas les épaules pour réformer une France dans un monde qui change, mais l'accabler ainsi est un peu réducteur.

Quand on voit ce que Napoléon a fait, il aurait largement mérité la guillotine lui aussi, sauf que lui a réussi à se faire aimer du peuple et SURTOUT, à prendre, lui, le contrôle quasi absolu de toutes les institutions.

Pour l'anecdote, la Bastille n'a jamais eu pour vocation d'être une prison, c'était plutôt un fort, qui, étant donné que la ville l'a rattrapé, ne servait plus à grand chose, comme beaucoup d'autres exemples, d'ailleurs.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. ;)
Afficher tout
Non seulement il avait besoin de conserver l'appui de la grande noblesse mais le parlement a aussi utilisé son droit de remontrance contre Louis XVI (droit qui leur permet de s'opposer au roi et d'empêcher la promulgation d'une loi (dans certaines limites) que le parlement avait perdu sous Louis XIV et retrouvé sous la régence.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Tu dis que Louis XVI aurait été un Roi "célébré comme moderne dans une monarchie constitutionnelle"... Mais encore aurait-il fallu que cette monarchie là ne lui soit pas imposée par la force de la Révolution. Il était l'héritier d'une monarchie absolue et n'a rien fait pour arranger les choses, malgré la crise économique terrible qui traversait le pays. Le "Tiers état" continuait seul de payer des impôts, pendant que les Nobles et le Clergé se gobergeaient... Outre les impôts de l'Etat il y avait pour les paysans, en plus, les impôts seigneuriaux qui devenaient de plus en plus lourds (tant en argent qu'en travaux).
Ce Louis XVI n'a rien vu venir de sa "tour dorée", et on se fiche bien qu'il avait des connaissances en serrurerie ou que Marie Antoinette n'ait pas parlé de brioches ! :)
Il n'a pas senti le vent venir ; il n'a pas tenu compte des exemples qui se présentaient à lui, notamment la naissance des Etats Unis et, déjà en Angleterre, l'exemple d'une monarchie constitutionnelle... Il est resté confortablement sur des positions "absolues" de l'héritage de Louis XIV. Il a payé les conséquences d'une inertie politique qui, elle, était "remarquable" :) Ce n'était donc pas pas un chef d'Etat digne de ce nom.
De là à dire qu'il a, et sa famille, mérité son sort ; je n'irai pas jusque là... Il a malheureusement subi ensuite les horreurs d'une révolution mal maîtrisée, avec ses exactions terribles. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité, s'il n'avait pas été le Roi sans envergure qu'il était.
Afficher tout
Typiquement le genre d'historien pensant que Louis XVI a appris la prise de la Bastille sur BFM.

Posté le

android

(0)

Répondre