Vassili Arkhipov évita un conflit nucléaire

Proposé par
le
dans

En 1962, l'équipage d'un sous-marin soviétique naviguant à Cuba et mis sous pression par des navires américains faillit lancer une attaque nucléaire. Vassili Arkhipov, alors âgé de 34 ans, garda la tête froide et refusa le lancement d'une torpille à tête nucléaire. L'administration Kennedy commenta l'évènement de la manière suivante : « Il s’agissait du moment le plus dangereux de l’histoire de l’humanité ».

Le sous-marin était en pleine avarie et l'équipage dans une chaleur accablante se persuada que les grenades sous-marines d'entraînement envoyées par des navires américains étaient des charges lourdes et que la Troisième Guerre mondiale était déjà lancée. Arkhipov fut le seul à avoir gardé la tête froide et à convaincre l'équipage de refaire surface. Les Américains voulaient simplement que le sous-marin sorte de la zone de tension, et cette manoeuvre permit au sous-marin de repartir très simplement vers l'Est, sans qu'aucun Américain ne monte à bord.


Commentaires préférés (3)

Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire.

Posté le

android

(43)

Répondre

Vassili Arkhipov n'était "que" second dans le sous marin. L'officier politique avait quand même donné l'ordre de tirer une charge nucléaire sur un porte avion américain ; mais ce cher Vassili a réussi à l'en dissuader et l'autoriser à remonter en surface... Les américains, qui tiraient seulement des grenades d'entrainement pour prévenir qu'ils savaient que le sous marin était là, et lui demander "gentiment" de quitter les lieux (ce qu'ils ont fait quand il est remonté).
Sans lui (Vassili) que ce serait-il passé ? On ne peut pas trop tirer de plan sur la comète, mais il y a fort à parier que derrière ça aurait été une boucherie ! Pour Cuba qui détenait les seuls missiles soviétiques capables d'atteindre les USA à l'époque ; et pour l'Europe ; URSS (bien sûr, car les USA avaient, eux, les missiles longue portée) et l'Angleterre, selon la source du Guardian, qui aurait été en tête de liste de la "représailles de la représaille".

Ça mériterait une anecdote à part entière mais il existe des armes nucléaires dites "tactiques" de ( relative ) faible puissance ( de 10 tonnes équivalent TNT à 1 Kt ) utilisables sur le champ de bataille. Il existait ainsi des canons nucléaires, des lance-roquettes nucléaires et des torpilles nucléaire ( dont parle l'anedocte).

À ne pas confondre avec les armes nucléaires dites "stratégique" ( qui concerne une échelle spatiale supérieure et des objectifs aussi bien civils, qu'industriels et militaires) beaucoup plus puissantes ( de 100kt à 25 Mégatonnes) capables de tuer de quelques dizaines de millier jusqu'à plusieurs millions de civils par bombe.

Bien que d'une puissance 10 à 20 fois moindre que la bombe d'Hiroshima, une seule torpille aurait pu couler le porte-avion quelle que soit la partie touchée voire les navires alentours s'ils étaient assez rapprochés. La ou une torpille classique n'aurait sûrement pas suffi.

Le risque ici, c'était l'escalade vers une guerre nucléaire totale.
Car l'utilisation d'une arme nucléaire, tactique ou stratégique viole la doctrine de non emploi en première frappe adoptés par les 2 superpuissance. Le tabou de la dissuasion nucléaire est brisé et l'adversaire n'a aucune raison de penser que son ennemi se limitera aux seules armes tactiques. Dans le doute, il lui apparaîtra raisonnable et moins risqué de lancer une attaque nucléaire massives pour anéantir l'autre bloc avant que celui-ci passe à l'étape supérieure.

A noter que ce n'est pas la seule fois où le monde est passé près de la catastrophe. Il est arrivé ainsi une dizaine de "close calls" ou le sort du monde c'est joué sur un coup de dés, une grande dose de sang froid, et quelques minutes d'analyse que les acteurs n'aurait peut-être pas aujourd'hui avec les nouveaux missiles russes hypersoniques et le retrait de Trump des accords New Start et Open Skies..

Posté le

android

(83)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire.

Posté le

android

(43)

Répondre

Vassili Arkhipov n'était "que" second dans le sous marin. L'officier politique avait quand même donné l'ordre de tirer une charge nucléaire sur un porte avion américain ; mais ce cher Vassili a réussi à l'en dissuader et l'autoriser à remonter en surface... Les américains, qui tiraient seulement des grenades d'entrainement pour prévenir qu'ils savaient que le sous marin était là, et lui demander "gentiment" de quitter les lieux (ce qu'ils ont fait quand il est remonté).
Sans lui (Vassili) que ce serait-il passé ? On ne peut pas trop tirer de plan sur la comète, mais il y a fort à parier que derrière ça aurait été une boucherie ! Pour Cuba qui détenait les seuls missiles soviétiques capables d'atteindre les USA à l'époque ; et pour l'Europe ; URSS (bien sûr, car les USA avaient, eux, les missiles longue portée) et l'Angleterre, selon la source du Guardian, qui aurait été en tête de liste de la "représailles de la représaille".

a écrit : Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire. Quelle est la différence du coup?

a écrit : Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire. La source Wikipedia parle bien de « torpille nucléaire » mais les distinctions sont trop subtiles pour moi. Si c’était une torpille alors ce devait être le navire américain qui bombardait qui était la cible mais dans ce cas pourquoi la torpille devait elle être nucléaire ?
Si c’est bien un missile à destination des villes alors peut être que si c’est tiré depuis la mer on peut appeler ça une torpille je ne sais pas.

a écrit : Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire. Selon Wikipédia : « Une ogive est la partie antérieure d'un projectile, missile, roquette ou torpille, contenant la charge destructive. »
Il s’agissait peut-être d’une torpille à ogive nucléaire

Cela dit je suis d’accord avec un commentaire au dessus : une charge nucléaire c’est pour détruire une ville (ou un point clé) en principe, pas un navire...
Et dans ce cas là il s’agit d’un missile.

Du coup il y a débat...

Une torpille à charge nucléaire est capable de générer une onde de choc sous-marine de nature à détruire une flotte de surface et sous-marine en 1 coup. C'est une arme adapté pour frapper un groupe aéronavale composé d'un porte avions, de frégate anti-sous-marine, anti-aérienne et fréquemment d'un sous-marin nucléaire d'attaque.

Posté le

android

(10)

Répondre

Le sous marin protagoniste de cette anecdote, était de classe Foxtrot ( classement de l'OTAN) ou de classe Projet 641 ( classement Soviétique), qui étaient des bâtiments de propulsion diésel- électrique, possédant 10 tubes pour torpilles. Il semble donc bien qu'il s'agisse de torpilles, et non pas de missiles.

Le sous marin de l'anecdote portait l'identification de "B-59"
Les torpilles étaient des T-5 portant une ogive nucléaire RDS-9, d'une puissance de 5 kilotonnes, c'est à dire ni la moitié de la puissance de la bombe lancée sur Hiroshima.
Sa finalité n'était pas d'atteindre un objectif sur terre ferme, mais de provoquer une onde de choc sous marine, afin d'endommager ou détruire la coque d'un bateau ou d'un sous marin ennemi.

CEPENDANT, ne vous fiez pas trop de ce que je reporte ci-dessus, car il y a une incohérence en référence à la puissance de l'ogive nucléaire.

Posté le

android

(9)

Répondre

Toute l’humanité ? Toujours à exagérer les états-uniens.

Ça mériterait une anecdote à part entière mais il existe des armes nucléaires dites "tactiques" de ( relative ) faible puissance ( de 10 tonnes équivalent TNT à 1 Kt ) utilisables sur le champ de bataille. Il existait ainsi des canons nucléaires, des lance-roquettes nucléaires et des torpilles nucléaire ( dont parle l'anedocte).

À ne pas confondre avec les armes nucléaires dites "stratégique" ( qui concerne une échelle spatiale supérieure et des objectifs aussi bien civils, qu'industriels et militaires) beaucoup plus puissantes ( de 100kt à 25 Mégatonnes) capables de tuer de quelques dizaines de millier jusqu'à plusieurs millions de civils par bombe.

Bien que d'une puissance 10 à 20 fois moindre que la bombe d'Hiroshima, une seule torpille aurait pu couler le porte-avion quelle que soit la partie touchée voire les navires alentours s'ils étaient assez rapprochés. La ou une torpille classique n'aurait sûrement pas suffi.

Le risque ici, c'était l'escalade vers une guerre nucléaire totale.
Car l'utilisation d'une arme nucléaire, tactique ou stratégique viole la doctrine de non emploi en première frappe adoptés par les 2 superpuissance. Le tabou de la dissuasion nucléaire est brisé et l'adversaire n'a aucune raison de penser que son ennemi se limitera aux seules armes tactiques. Dans le doute, il lui apparaîtra raisonnable et moins risqué de lancer une attaque nucléaire massives pour anéantir l'autre bloc avant que celui-ci passe à l'étape supérieure.

A noter que ce n'est pas la seule fois où le monde est passé près de la catastrophe. Il est arrivé ainsi une dizaine de "close calls" ou le sort du monde c'est joué sur un coup de dés, une grande dose de sang froid, et quelques minutes d'analyse que les acteurs n'aurait peut-être pas aujourd'hui avec les nouveaux missiles russes hypersoniques et le retrait de Trump des accords New Start et Open Skies..

Posté le

android

(83)

Répondre

Pour info voici une vidéo d'un essai de torpille nucléaire soviétique :

youtu.be/7sa9DbqHgS8
youtu.be/LJ6TB2_PGWM

Ainsi qu'un tir d'obus atomique

youtu.be/UTdy1Yp1h5A

Et enfin un lance-roquette nucléaire ( 20kg seulement pour la roquette) et manœuvrable par 2 hommes seulement :

youtu.be/tLEAuapfwHc

J'avais oublié de mentionner la bombe à neutrons qui est également une arme nucléaire tactique. Elle est plus spécialement destinée aux colonnes de blindées, car elle dégage quand même un effet de souffle et de chaleur non négligeables bien que fortement réduits.

Posté le

android

(15)

Répondre

Balancer deux têtes nucléaires au dessus du Japon, ça n'a rien de grave "pour l'humanité" vu que c'est loin de chez soi. Par contre, quand c'est aux portes du pays, ça devient dangereux... La notion de danger est toute relative selon qui est concerné et qui parle.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Quelle est la différence du coup? Un missile est lancé dans les airs et une torpille dans l'eau.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Balancer deux têtes nucléaires au dessus du Japon, ça n'a rien de grave "pour l'humanité" vu que c'est loin de chez soi. Par contre, quand c'est aux portes du pays, ça devient dangereux... La notion de danger est toute relative selon qui est concerné et qui parle. Même si les armes nucléaires stratégiques étaient encore peu nombreuses, il y avait déjà largement assez d'engins nucléaires pour déclencher un hiver (nucléaire) sur toute la planète, tout le monde aurait subi de graves conséquences d'une guerre atomique à cette époque. Radiations, effondrement de l'économie, famine générale... Un peu comme dans le jeu Fallout.

P.S, les bombes à hydrogène existaient déja...

Ce moment restera cependant second dans mon classement des plus dangereux de l'histoire, un certain stanislav petrov dont personne ne se souvient aura sauvé le monde d'une 3ème guerre mo diale avant d'être puni et oublié pour son choix...
Paix à leur âme tout de même, espérons que plus personne n'aura ce genre de décision à prendre.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Ce moment restera cependant second dans mon classement des plus dangereux de l'histoire, un certain stanislav petrov dont personne ne se souvient aura sauvé le monde d'une 3ème guerre mo diale avant d'être puni et oublié pour son choix...
Paix à leur âme tout de même, espérons que plus personne n&#
039;aura ce genre de décision à prendre. Afficher tout
J'admet, mais Il y aura certainement un événement futur qui surclassera celui la, tant qu'on aura des bombes nucléaires, on prendra le risque de se les prendre dans la tronche.

A chaque fois que le courant saute chez moi, je me dis: soit c'est la foudre, soit c'est le disjoncteur qui a sauté, soit c'est une attaque nucléaire.

MOAAAH? Paranoïaque? Si peu... si peu... ^^

a écrit : Une torpille à charge nucléaire est capable de générer une onde de choc sous-marine de nature à détruire une flotte de surface et sous-marine en 1 coup. C'est une arme adapté pour frapper un groupe aéronavale composé d'un porte avions, de frégate anti-sous-marine, anti-aérienne et fréquemment d'un sous-marin nucléaire d'attaque. Afficher tout Du coup, pour ne pas être détruit par son propre tir, à quelle distance le sous-marin devait-il être de sa cible ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Balancer deux têtes nucléaires au dessus du Japon, ça n'a rien de grave "pour l'humanité" vu que c'est loin de chez soi. Par contre, quand c'est aux portes du pays, ça devient dangereux... La notion de danger est toute relative selon qui est concerné et qui parle. La grosse différence tiens au nombre de possesseurs de la bombe : au temps d'Hiroshima, seul les USA la possédait, plus tard lors de cet événement, l'URSS en était équipé également, ce qui exposait bien l'humanité entière à une guerre nucléaire, car quasiment tout les pays du monde avaient une alliance avec l'un ou l'autre, risquant donc le sort du Japon, avec une puissance bien supérieur a little boy.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Petite rectification, il s'agit d'un missile avec ogive nucléaire et pas d'une torpille nucléaire. Les sous marins de classe Foxtrot ne sont pas conçus pour etre des lanceurs de missiles.
Il s’agit bien de torpilles à ogives nucléaires, conçues pour détruire un groupe aéronaval (porte avion + son escadre d’escorte) ou des infrastructures maritimes (port militaire/civil)

Ces torpilles ont été développées par les 2 camps.

Cette histoire me rappelle beaucoup celle de Stanislav Petrov. En 1983, il a lui aussi empêché une riposte nucléaire de l'Union Soviétique en ne rapportant pas une fausse alerte détectée par un système informatique anti-missile
fr.m.wikipedia.org/wiki/Stanislav_Petrov

Posté le

android

(4)

Répondre

Rien à voir. Octobre rouge. Très bon livre avec adaptation cinématographique.

Posté le

android

(1)

Répondre