La France possède une langue sifflée

Proposé par
le

La France est l’un des rares pays au monde qui possèdent une langue sifflée. Le sifflé est propre à un petit village niché dans les Pyrénées : le village d’Aas. Utilisé par les bergers pour communiquer d’une montagne à l’autre, ce langage permet de presque tout dire.

Il se construit autour de 4 voyelles (i,é,a,o) et 4 consonnes (que, ye, tche et gue). Les derniers siffleurs sont en train de disparaitre, mais la pratique est maintenue grâce à une association et est dorénavant enseignée à l’Université de Pau.


Commentaires préférés (3)

En fait, on retrouve ces sifflements dans tous les pays où il y a des montagnes et forêts denses, comme en Guyane, dans les Andes, en Grèce, en Papouasie etc.

Cette forme de communication est utilisée par les bergers/chevriers depuis des siècles et permet la communication de montagne en montagne sur des kilomètres, la voix seule n'étant pas assez puissante pour se faire entendre d'aussi loin. Le sifflement passe également inaperçu chez le gibier, de plus le son se répend très rapidement et ce même dans un environnement dense (forêts, etc). Le langage sifflé n'est pas indépendant, il est une extension de la langue locale. Les inflexions ascendantes et descendantes servent à marquer l'accent tonique. La fréquence utilisée est assez basse, ce qui permet au son de ne pas se déformer avec la distance. La parole sifflée atteint les 120 décibels (lorsque l'on crie on est au environs de 100dB), c'est une pratique très fatiguante pour les cordes vocales sur le long terme (elles fatiguent vers 90dB). En fonction de la distance à couvrir, quelques outils peuvent être utilisés, comme des feuilles, des flûtes ou les doigts dans la bouche.

Les explorateurs de l'Antiquité ont rapporté que les habitants des Canaries de l'époque, outre leur langage parlé, pratiquaient couramment un langage sifflé, le silbo. En 2009, le silbo a été ajouté au Patrimoine culturel de l'humanité. Basé aujourd'hui sur la langue espagnole, le silbo est obligatoire en complément à l'école, et de plus en plus de professeurs sont formés depuis vingt ans.

Posté le

android

(90)

Répondre

a écrit : Y a t'il une forme écrite de ce language ? Un peu comme une partition ? La transmission ne ce fait qu'à l'oral ? Je pense qu'on part sur une forme de transmission orale. Ce n'est ni comparable au chant, ni aux onomatopées, ce langage sifflé ne constitue pas une langue en soi mais un moyen spécifique d'exprimer une langue déjà existante. S'il existe de nombreux moyens pour retranscrire la musique ou la phonétique, je pense qu'il est quasi impossible de retranscrire fidèlement à l'écrit les infinies nuances et subtilités d'un sifflement.
Ce langage fait intervenir de manière complexe les dents, la langue, les doigts, toutes ces subtilités qui semblent condamner un apprentissage écrit, ce qui a d'ailleurs de fortes chances de nuire -ou a déjà nuit- à la survie de ces langues à long terme...

Posté le

android

(23)

Répondre

Plus de 60 langues sifflées sont recensées de par le monde, dont certaines considérées comme "disparues". La palme revient au Mexique, où une dizaine sont recensés.

Une quarantaine de langages sifflés font l'objet d'études.
Elles sont ou étaient utilisées dans des situations orographiques spécifiques, telles comme les montagnes, les forêts denses, ou encore en mer. Les Inuits en font/faisaient usage, lors de la chasse à la baleine, par exemple.
Le grand avantage des langages sifflés, est la portée des sons émis : jusqu'à 8 kilomètres.

Une théorie séduisante avance que cette forme de langage, serait la base des langues parlées, ainsi que de la musique.

Posté le

android

(25)

Répondre


Tous les commentaires (23)

Pourtant dans les métros c'est pas les siffleurs qui manquent ...

Anecdote partielle, il reste un certain nombre de gros siffleurs en France, on en voit régulièrement dans les PMUs.
Source : les tireuses des dits bistrots

En fait, on retrouve ces sifflements dans tous les pays où il y a des montagnes et forêts denses, comme en Guyane, dans les Andes, en Grèce, en Papouasie etc.

Cette forme de communication est utilisée par les bergers/chevriers depuis des siècles et permet la communication de montagne en montagne sur des kilomètres, la voix seule n'étant pas assez puissante pour se faire entendre d'aussi loin. Le sifflement passe également inaperçu chez le gibier, de plus le son se répend très rapidement et ce même dans un environnement dense (forêts, etc). Le langage sifflé n'est pas indépendant, il est une extension de la langue locale. Les inflexions ascendantes et descendantes servent à marquer l'accent tonique. La fréquence utilisée est assez basse, ce qui permet au son de ne pas se déformer avec la distance. La parole sifflée atteint les 120 décibels (lorsque l'on crie on est au environs de 100dB), c'est une pratique très fatiguante pour les cordes vocales sur le long terme (elles fatiguent vers 90dB). En fonction de la distance à couvrir, quelques outils peuvent être utilisés, comme des feuilles, des flûtes ou les doigts dans la bouche.

Les explorateurs de l'Antiquité ont rapporté que les habitants des Canaries de l'époque, outre leur langage parlé, pratiquaient couramment un langage sifflé, le silbo. En 2009, le silbo a été ajouté au Patrimoine culturel de l'humanité. Basé aujourd'hui sur la langue espagnole, le silbo est obligatoire en complément à l'école, et de plus en plus de professeurs sont formés depuis vingt ans.

Posté le

android

(90)

Répondre

Y a t'il une forme écrite de ce language ? Un peu comme une partition ? La transmission ne ce fait qu'à l'oral ?

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Y a t'il une forme écrite de ce language ? Un peu comme une partition ? La transmission ne ce fait qu'à l'oral ? Je pense qu'on part sur une forme de transmission orale. Ce n'est ni comparable au chant, ni aux onomatopées, ce langage sifflé ne constitue pas une langue en soi mais un moyen spécifique d'exprimer une langue déjà existante. S'il existe de nombreux moyens pour retranscrire la musique ou la phonétique, je pense qu'il est quasi impossible de retranscrire fidèlement à l'écrit les infinies nuances et subtilités d'un sifflement.
Ce langage fait intervenir de manière complexe les dents, la langue, les doigts, toutes ces subtilités qui semblent condamner un apprentissage écrit, ce qui a d'ailleurs de fortes chances de nuire -ou a déjà nuit- à la survie de ces langues à long terme...

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : En fait, on retrouve ces sifflements dans tous les pays où il y a des montagnes et forêts denses, comme en Guyane, dans les Andes, en Grèce, en Papouasie etc.

Cette forme de communication est utilisée par les bergers/chevriers depuis des siècles et permet la communication de montagne en montagne sur des ki
lomètres, la voix seule n'étant pas assez puissante pour se faire entendre d'aussi loin. Le sifflement passe également inaperçu chez le gibier, de plus le son se répend très rapidement et ce même dans un environnement dense (forêts, etc). Le langage sifflé n'est pas indépendant, il est une extension de la langue locale. Les inflexions ascendantes et descendantes servent à marquer l'accent tonique. La fréquence utilisée est assez basse, ce qui permet au son de ne pas se déformer avec la distance. La parole sifflée atteint les 120 décibels (lorsque l'on crie on est au environs de 100dB), c'est une pratique très fatiguante pour les cordes vocales sur le long terme (elles fatiguent vers 90dB). En fonction de la distance à couvrir, quelques outils peuvent être utilisés, comme des feuilles, des flûtes ou les doigts dans la bouche.

Les explorateurs de l'Antiquité ont rapporté que les habitants des Canaries de l'époque, outre leur langage parlé, pratiquaient couramment un langage sifflé, le silbo. En 2009, le silbo a été ajouté au Patrimoine culturel de l'humanité. Basé aujourd'hui sur la langue espagnole, le silbo est obligatoire en complément à l'école, et de plus en plus de professeurs sont formés depuis vingt ans.
Afficher tout
Par ailleurs un artiste français - Féloche - a réalisé une chanson assez sympa sur le Silbo de La Gomera

Plus de 60 langues sifflées sont recensées de par le monde, dont certaines considérées comme "disparues". La palme revient au Mexique, où une dizaine sont recensés.

Une quarantaine de langages sifflés font l'objet d'études.
Elles sont ou étaient utilisées dans des situations orographiques spécifiques, telles comme les montagnes, les forêts denses, ou encore en mer. Les Inuits en font/faisaient usage, lors de la chasse à la baleine, par exemple.
Le grand avantage des langages sifflés, est la portée des sons émis : jusqu'à 8 kilomètres.

Une théorie séduisante avance que cette forme de langage, serait la base des langues parlées, ainsi que de la musique.

Posté le

android

(25)

Répondre

Je voulais simplement apporter quelques petites définitions linguistiques.
Il faut bien distinguer les termes
- Langage: c'est la capacité à exprimer un message à l'aide d'un système de signes.
Un langage peut-être exprimé graphiquement, visuellement, vocalement, etc.
- Langue: c'est une manifestation particulière de la capacité de langage. C'est un système de signes.

S'agissant des "langues" sifflées, on devrait plutôt parler de "codes". Ce ne sont pas des systèmes structurés de signes qui permettent d'exprimer un message ou une pensée, ce sont des systèmes qui permettent d'encoder des langues préexistantes.

L'enseignement dispensé à l'université ne doit pas être très bon si l'auteur estime, malgré le fait qu'il existe cet enseignement, et dans la même phrase, que les derniers siffleurs sont en train de disparaître...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : L'enseignement dispensé à l'université ne doit pas être très bon si l'auteur estime, malgré le fait qu'il existe cet enseignement, et dans la même phrase, que les derniers siffleurs sont en train de disparaître... Ou que, tout simplement, ce qui suivent cet enseignement sont trop peu nombreux.

a écrit : Ou que, tout simplement, ce qui suivent cet enseignement sont trop peu nombreux. Je crois plutôt que le rédacteur de l'anecdote pense que ceux qui apprennent à l'école ne sont pas des vrais siffleurs : ceux qui ont appris par la tradition orale, en gardant les troupeaux, sont âgés et disparaissent, et ceux qui apprennent cette langue à l'école l'apprennent comme une langue morte, comme le latin, mais ça n'en fait pas des siffleurs.

Posté le

android

(1)

Répondre

En Guyane il existe un langage sifflet spécial BMC...

Moi même ayant étudié à Pau, j'ai présenté mon doctorat de philosophie en sifflant, à l'instar de tous les meilleurs penseurs palois depuis l'Antiquité.

Source: mon petit doigt mythomane

a écrit : Moi même ayant étudié à Pau, j'ai présenté mon doctorat de philosophie en sifflant, à l'instar de tous les meilleurs penseurs palois depuis l'Antiquité.

Source: mon petit doigt mythomane
Ah, c'est donc pour ça que je me prends des râteaux dans la gueule à chaque fois que je siffle une fille, c'est parce qu'elle sait pas siffler?! ;)

Sur l'île de La Gomera, dans les Canaries (Espagne), il y a une langue encore pratiquée de nos jours appelée "Silbo", qui veut dire sifflement en Espagnol.
fr.wikipedia.org/wiki/Silbo

En rapport avec le film Roumain,les siffleurs où l'on découvre la pratique à travers ce film.

Posté le

android

(1)

Répondre

Tiens ça me rappelle The Last of Us 2 pour les connaisseurs !

J'étais persuadé d'avoir lu ça sur SCMB un jour mais peut-être que je me trompe ! Il me semble que dans les Canaries c'est aussi pratiqué (comme l'a souligné Moe0150, une région montagneuse et à forêt dense). Très intéressant, il existe des vidéos youtube sur le sujet c'est sympa de les voir faire !

Il y a aussi l’Espagne , avec le silbo, un langage sifflé aux Îles Canaries