On peut faire atterrir un avion sans jamais avoir piloté

Proposé par
le
dans

En 2013, dans l'est de l'Angleterre, le seul passager d'un petit avion de tourisme eut la mauvaise surprise de voir le pilote faire un malaise avant de rendre l'âme. Le passager, guidé par des instructeurs, garda son sang-froid et réussit à atterrir sans n’avoir jamais piloté de sa vie.

Les instructeurs lui parlaient en permanence afin qu'il ne cède pas à la panique, et il réussit l'atterrissage après 4 tentatives, et à l'aveuglette, toutes les lumières étant éteintes.


Tous les commentaires (44)

a écrit : Toute la différence tient peut-être justement là. Sa vie étant en danger, le stress aidant, sa concentration était maximale. Contrairement à un simulateur où l'on peut recommencer à l'infini. À noter que un avion de ligne et de tourisme c’est très différent et je pense tu le sais, personnelement j’ai passé mon BIA pendant le lycée, à la fin on avait une heure de vol assisté par un moniteur, franchement c’est vraiment beaucoup moins whoa que ce qu’on s’imagine.
La le gars est de nuit avec la peur c’est sur que c’est différent mais de mon point de vue son exploit tient plus du sang froid et du courage que de la difficulté surmonté de l’atterissage. Mais quand même c’est vrai que c’est pas rien.

a écrit : Donc voilà c'est pas plus compliqué que d'apprendre à conduire une twingo ok? Sauf pour l'atterrissage, là on peut pas être autant bourré qu'en twingo. Twingo ⇒ TWIst, sWING, taNGO.
Compliqué de conduire droit.

Posté le

android

(8)

Répondre

Pour avoir reçu 1 lesson de 1h en cadeaux
Un avion 2 place type cesna se conduit exactement comme dans gta le pilote ma laisser le guidons et je ne suis pas surpris qu'il est pu atterrir
Je le recommande a tous meilleur cadeaux de fete de ma vie

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Quand ils disent sans lumière, ce n'est pas plutôt sans feu extérieur? Peut-être mais je trouve ça bizarre de dire à l'aveugle car dans un avion c'est avec les instruments qu'on se repère et pas les phares...

Si il fait sombre et que tu ne vois pas les indicateurs / cadrans car les lumières ne marchent pas c'est plus emmerdant.

Il y a une émission qui reconstitue l'évènement avec les dialogues:

- Vous êtes sur le siège de droite?
- Oui, je ne suis pas le pilote. Le pilote est mort.
- Oh mon Dieu!

ici:
youtu.be/sOKQ8wPwdSY

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Pour avoir reçu 1 lesson de 1h en cadeaux
Un avion 2 place type cesna se conduit exactement comme dans gta le pilote ma laisser le guidons et je ne suis pas surpris qu'il est pu atterrir
Je le recommande a tous meilleur cadeaux de fete de ma vie
-Vous avez déjà piloté un avion?
-Non! ET... et vous?

Ta leçon de pilotage, tu l'a certainement faite dans un avion à double commande, et l'instructeur qui guidait tes mouvements sur les commandes en plus de te guider à la voix, alors certes, finalement, c'est pas très compliqué de piloter un petit avion, comme il n'est pas très compliqué de conduire une voiture tout seul pour la première fois.
Quand on ne sait pas faire, ben, on ne sait pas! Cela dit, c'est vrai que c'est un truc à faire au moins une fois, je confirme. :)

Actuellement il existe pour les avions de tourisme de nouvelle génération un système optionnel dénommé "Autoland" qui permet suite à la perte du pilote, après une pression sur le bouton dédié par un passager, de placer l’appareil en pilotage automatique, et qui guidé par GPS définira le terrain le plus proche (avec une liaison meteo pour éviter les intempéries et les reliefs) pour ramener des occupants sains et sauf apres avoir effectué un atterrissage tout automatique.

a écrit : Toute la différence tient peut-être justement là. Sa vie étant en danger, le stress aidant, sa concentration était maximale. Contrairement à un simulateur où l'on peut recommencer à l'infini. Sur le coup ça a été fu bon stress. Le simulateur c'est pour se rendre compte que c'est extrêmement difficile et je le confirme, c'est super chaud!

Posté le

android

(1)

Répondre

j'ai trouvé ça (attention, il y a une suite)
Ah, je me souviens de cette fois où j'ai posé un bœing 747 en pleine Pampa.

Ah, l'autre, je l'entend encore, je vous jure : - « Non ? C'est pas vrai ! ».
- « Comme tu peux être naïve Véronique ! »

Enfin je veux dire il n'y a rien d'extraordinaire à poser un bœing 7-4-7 en pleine Pampa entre Caracas et Puerto Rico...
J'allais au Maroc...
Donc là, j'étais tranquille dans les toilettes, je faisais l'amour avec une hôtesse...
- Quoi vous prenez jamais l'avion ou quoi ?
Et là tout à coup, PAF, une secousse.
Ni une ni deux je cours à la cabine de pilotage...
E tlà j'aperçois le capitaine écroulé dans les bras du sous pilote, lui-même complètement groguis.

Tout de suite je leur dis : - "Surtout ne vous inquiétez pas. Je suis comédien."
Alors là, si la panique t'envahis t'es foutu..
Non parce qu'un bateau qui coule, ça va, tu peux toujours nager...
Mais un avion qui s'écrase, tu vas pas t'envoler !
Ah, ça, la nature est stricte là-dessus, un homme en l'air : il tombe.
Ah, moi j'invente rien, il y a un mec qui l'a démontré avec une pomme : c'est la loi de la gravité.
Je vous dis, on est peu de chose.
Un homme, à 2000 mètres d'altitude, s'il n'a pas de parachute, c'est une pomme.
Et là, dans mon Boeing, j'ai tout de suite vu la compote.
350 pommes dans le même panier, dis donc.
Aussi sec, j'ai pris les commandes du Boeing - pousse toi capitaine - :
« Oui allo Fox Bravo ici Tango Charlie, 2-0 quart sud-est, vent de tribord, 0 en visuel à deux heures... ».
- Non je déconne j'y connais rien.
Non j'y suis allé pudique : « Allo, il y a quelqu'un ?
Oui bonjour voilà je m'appelle Franck Dubosc, voilà, c'est dit, c'est moi qui conduis l'avion.
Comment ???
Non je ne plaisante pas, c'est moi qui tiens le volant ou le guidon d'ailleurs, je ne sais pas comment vous dites...
Oui c'est la première fois monsieur, et je suis fier que ce soit sur votre compagnie.
Je crois qu'on va faire du bon boulot.
Pardon ? Ma position ? Assis.
Mon taux de pressurisation ? ».
Ah non attends là, il m'énervait le mec !
Il arrivait pas à comprendre que j'avais jamais conduis un avion.
Je suis désolé, ça peut quand même arriver, mince.
Je me suis dis, tant pis, je vais le poser tout seul.
J'ai coupé le truc.

Et là ils sont cons les mecs parce que mes 350 pommes c'est pas de la compote que je risque d'en faire, c'est du cidre.

Alors j'ai pris le micro et j'ai prévenu mes passagers :
« Bonjour mesdames et messieurs, ici Franck Dubosc qui vous parle, au commande de ce Boeing 747 à destination de...
Ben de la terre déjà, ce sera pas mal.
Alors je vais vous demander d'accrocher vos ceintures ,parce que je vais descendre un petit peu pour voir où on est.
Ah, Rock and Roll !
Ladies and gentleman, yesterday all my troubles seem so far away, oh I believed and yesterday and good luck. »

Donc là je me suis saisi des commandes, et j'ai amorçé une descente pour voir quelque chose.

Hop hop hop, pas trop, je remonte.
Un coup d'œil sur l'autre côté.

Là que je l'ais bien en main, j'ai fais un looping, deux loopings pour la rigolade !
Là j'ai écris Franck dans le ciel avec la fumée du moteur qui avait explosé.
Après, j'ai volé 300 mètres sur le coté genre Top Gun, puis après j'ai vomi.
Et là je me suis dis, bon faut atterrir, alors je suis allé voir mes passagers :
« Bonjour Messieurs Dames - Hop hop hop hop, je vois qu'il y en a qui ont pas supporté les looping dis donc !
On va redistribuer des petits sacs en papier pour l'atterrissage là parce que je ne suis pas sûr que ça se passe tout seul tout seul. »

voilà la suite :
Et là j'ai senti dans leurs yeux comme une lueur d'inquiétude.
Alors je les ais regardés comme ça, je leur ais dis : « Un jour un homme a dit : - « Partir c'est mourir un peu »
Et ben disons que quand la mort vous tend les bras, il faut savoir... - oh pardon excusez moi -...
il faut savoir lui dire « Bonjour je t'attendais et tu ne me fais pas peur ».
BAAAAH. Je plaisante !!!
Ah ben, elle est morte !

Et si certains d'entre vous s'en sortent, toi peut-être, ou toi, ou, non pas toi, je suis désolé tout le monde ne va pas s'en sortir.
J'espère qu'un jour ils pourront dire « J'y étais ».
Enfin je vous dis ça, normalement ça se passera sans problème.
En revanche je vais vous demander de relever vos sièges et de redresser vos tablettes...
- Il parait que ça fait moins mal quand on s'écrase...

Donc là je suis retourné au poste de pilotage, et j'ai prévenu la tour de contrôle :
« Ecoutez moi bien vous qui m'écoutez... Je ne sais pas qui vous êtes...
Tout ce que je sais c'est que j'ai avec moi 350 pommes que je suis bien décidé à poser sur notre bonne vieille terre.
Je vous préviens, je vole à la hauteur des mouettes.
Je suis déjà bien bas.
Et si qui qui ce soit s'y oppose, même une jolie fille, je n'aurais de cesse que de la poursuivre...

Terminé. »

Donc là j'ai pris un petit verre de Tequila pour me donner du courage...
« Attention, c'est parti mon kiki ! » - (Musique : "Tu vuo far l'americano" de Dany Brillant).

J'ai coupé les moteurs, j'ai enlevé l'autoradio, je l'ai caché dans la boite à gants et je suis sorti de l'avion pour aller rejoindre les passagers qui commençaient à descendre aussi émus et en même temps troublés face à moi.
- (Musique : "Everybody's talking at me" d'Harry Nilson).

Et c'est marrant parce qu'est-ce que j'ai fais ?
J'ai poussé deux manettes, j'ai plané sur 30 noeutiques, j'ai sorti le train de secours sans hydraulique en inversant les variateurs...
And so what ? Et si quoi ?
C'est marrant comme les gens ont besoin de se fabriquer des leaders, des chamanes comme on dit chez moi.
Maintenant là bas on m'appelle « l'homme qui parle avec les oiseaux », « el hombre que parla con les cui cui ».
On dit qu'un aigle m'a tendu les mains, que les montagnes se sont écartées sur mon passage et que désormais je vis, là haut...
... Dans la Sierra...
... Avec Florent Pagny...

©Franck Dubosc

a écrit : voilà la suite :
Et là j'ai senti dans leurs yeux comme une lueur d'inquiétude.
Alors je les ais regardés comme ça, je leur ais dis : « Un jour un homme a dit : - « Partir c'est mourir un peu »
Et ben disons que quand la mort vous tend les bras, il faut savoir... - oh pardon excusez moi
-...
il faut savoir lui dire « Bonjour je t'attendais et tu ne me fais pas peur ».
BAAAAH. Je plaisante !!!
Ah ben, elle est morte !

Et si certains d'entre vous s'en sortent, toi peut-être, ou toi, ou, non pas toi, je suis désolé tout le monde ne va pas s'en sortir.
J'espère qu'un jour ils pourront dire « J'y étais ».
Enfin je vous dis ça, normalement ça se passera sans problème.
En revanche je vais vous demander de relever vos sièges et de redresser vos tablettes...
- Il parait que ça fait moins mal quand on s'écrase...

Donc là je suis retourné au poste de pilotage, et j'ai prévenu la tour de contrôle :
« Ecoutez moi bien vous qui m'écoutez... Je ne sais pas qui vous êtes...
Tout ce que je sais c'est que j'ai avec moi 350 pommes que je suis bien décidé à poser sur notre bonne vieille terre.
Je vous préviens, je vole à la hauteur des mouettes.
Je suis déjà bien bas.
Et si qui qui ce soit s'y oppose, même une jolie fille, je n'aurais de cesse que de la poursuivre...

Terminé. »

Donc là j'ai pris un petit verre de Tequila pour me donner du courage...
« Attention, c'est parti mon kiki ! » - (Musique : "Tu vuo far l'americano" de Dany Brillant).

J'ai coupé les moteurs, j'ai enlevé l'autoradio, je l'ai caché dans la boite à gants et je suis sorti de l'avion pour aller rejoindre les passagers qui commençaient à descendre aussi émus et en même temps troublés face à moi.
- (Musique : "Everybody's talking at me" d'Harry Nilson).

Et c'est marrant parce qu'est-ce que j'ai fais ?
J'ai poussé deux manettes, j'ai plané sur 30 noeutiques, j'ai sorti le train de secours sans hydraulique en inversant les variateurs...
And so what ? Et si quoi ?
C'est marrant comme les gens ont besoin de se fabriquer des leaders, des chamanes comme on dit chez moi.
Maintenant là bas on m'appelle « l'homme qui parle avec les oiseaux », « el hombre que parla con les cui cui ».
On dit qu'un aigle m'a tendu les mains, que les montagnes se sont écartées sur mon passage et que désormais je vis, là haut...
... Dans la Sierra...
... Avec Florent Pagny...

©Franck Dubosc
Afficher tout
So tu n'as pas fait de copier coller, tu es toi aussi bien courageux et aussi patient...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : voilà la suite :
Et là j'ai senti dans leurs yeux comme une lueur d'inquiétude.
Alors je les ais regardés comme ça, je leur ais dis : « Un jour un homme a dit : - « Partir c'est mourir un peu »
Et ben disons que quand la mort vous tend les bras, il faut savoir... - oh pardon excusez moi
-...
il faut savoir lui dire « Bonjour je t'attendais et tu ne me fais pas peur ».
BAAAAH. Je plaisante !!!
Ah ben, elle est morte !

Et si certains d'entre vous s'en sortent, toi peut-être, ou toi, ou, non pas toi, je suis désolé tout le monde ne va pas s'en sortir.
J'espère qu'un jour ils pourront dire « J'y étais ».
Enfin je vous dis ça, normalement ça se passera sans problème.
En revanche je vais vous demander de relever vos sièges et de redresser vos tablettes...
- Il parait que ça fait moins mal quand on s'écrase...

Donc là je suis retourné au poste de pilotage, et j'ai prévenu la tour de contrôle :
« Ecoutez moi bien vous qui m'écoutez... Je ne sais pas qui vous êtes...
Tout ce que je sais c'est que j'ai avec moi 350 pommes que je suis bien décidé à poser sur notre bonne vieille terre.
Je vous préviens, je vole à la hauteur des mouettes.
Je suis déjà bien bas.
Et si qui qui ce soit s'y oppose, même une jolie fille, je n'aurais de cesse que de la poursuivre...

Terminé. »

Donc là j'ai pris un petit verre de Tequila pour me donner du courage...
« Attention, c'est parti mon kiki ! » - (Musique : "Tu vuo far l'americano" de Dany Brillant).

J'ai coupé les moteurs, j'ai enlevé l'autoradio, je l'ai caché dans la boite à gants et je suis sorti de l'avion pour aller rejoindre les passagers qui commençaient à descendre aussi émus et en même temps troublés face à moi.
- (Musique : "Everybody's talking at me" d'Harry Nilson).

Et c'est marrant parce qu'est-ce que j'ai fais ?
J'ai poussé deux manettes, j'ai plané sur 30 noeutiques, j'ai sorti le train de secours sans hydraulique en inversant les variateurs...
And so what ? Et si quoi ?
C'est marrant comme les gens ont besoin de se fabriquer des leaders, des chamanes comme on dit chez moi.
Maintenant là bas on m'appelle « l'homme qui parle avec les oiseaux », « el hombre que parla con les cui cui ».
On dit qu'un aigle m'a tendu les mains, que les montagnes se sont écartées sur mon passage et que désormais je vis, là haut...
... Dans la Sierra...
... Avec Florent Pagny...

©Franck Dubosc
Afficher tout
D’ailleurs il dit « je vol à hauteur des mouettes » car une fille est morte de rire dans le publique et qu’elle à un rire...particulier.

a écrit : voilà la suite :
Et là j'ai senti dans leurs yeux comme une lueur d'inquiétude.
Alors je les ais regardés comme ça, je leur ais dis : « Un jour un homme a dit : - « Partir c'est mourir un peu »
Et ben disons que quand la mort vous tend les bras, il faut savoir... - oh pardon excusez moi
-...
il faut savoir lui dire « Bonjour je t'attendais et tu ne me fais pas peur ».
BAAAAH. Je plaisante !!!
Ah ben, elle est morte !

Et si certains d'entre vous s'en sortent, toi peut-être, ou toi, ou, non pas toi, je suis désolé tout le monde ne va pas s'en sortir.
J'espère qu'un jour ils pourront dire « J'y étais ».
Enfin je vous dis ça, normalement ça se passera sans problème.
En revanche je vais vous demander de relever vos sièges et de redresser vos tablettes...
- Il parait que ça fait moins mal quand on s'écrase...

Donc là je suis retourné au poste de pilotage, et j'ai prévenu la tour de contrôle :
« Ecoutez moi bien vous qui m'écoutez... Je ne sais pas qui vous êtes...
Tout ce que je sais c'est que j'ai avec moi 350 pommes que je suis bien décidé à poser sur notre bonne vieille terre.
Je vous préviens, je vole à la hauteur des mouettes.
Je suis déjà bien bas.
Et si qui qui ce soit s'y oppose, même une jolie fille, je n'aurais de cesse que de la poursuivre...

Terminé. »

Donc là j'ai pris un petit verre de Tequila pour me donner du courage...
« Attention, c'est parti mon kiki ! » - (Musique : "Tu vuo far l'americano" de Dany Brillant).

J'ai coupé les moteurs, j'ai enlevé l'autoradio, je l'ai caché dans la boite à gants et je suis sorti de l'avion pour aller rejoindre les passagers qui commençaient à descendre aussi émus et en même temps troublés face à moi.
- (Musique : "Everybody's talking at me" d'Harry Nilson).

Et c'est marrant parce qu'est-ce que j'ai fais ?
J'ai poussé deux manettes, j'ai plané sur 30 noeutiques, j'ai sorti le train de secours sans hydraulique en inversant les variateurs...
And so what ? Et si quoi ?
C'est marrant comme les gens ont besoin de se fabriquer des leaders, des chamanes comme on dit chez moi.
Maintenant là bas on m'appelle « l'homme qui parle avec les oiseaux », « el hombre que parla con les cui cui ».
On dit qu'un aigle m'a tendu les mains, que les montagnes se sont écartées sur mon passage et que désormais je vis, là haut...
... Dans la Sierra...
... Avec Florent Pagny...

©Franck Dubosc
Afficher tout
C'est pas son meilleur sketche, mais j'aime bien quand même ;)

sinon j'ai ça:
www.youtube.com/watch?v=HlMRMCAne1Q

a écrit : Ne pas croire que, guidé dans ses manoeuvres par radio par deux instructeurs au sol, c'était facile pour le gars... Il suffit de faire une fois du "vrai" simulateur pour se rendre compte qu'on crash les avions comme qui rigole :) Et en plus, dans des conditions de rigolade, de décontraction, tranquille..; Lā, le gars jouait sa vie et peu imaginer son stress ! Il s'y est pris à 4 fois, mais il a réussi ; bravo l'artiste :) Afficher tout Tout dépend du modèle d'avion. Les avions de ligne sont presques totalement automatisés pour l'atterrissage. Avec du sang froid et les instructions du sol, ça ne pose pas tant de difficulté d'après cette vidéo en "vrai" simulateur. youtu.be/rdhrEaSDIYU

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : J'aurai plutôt dit "un conducteur" au lieu du pilote... Mais bon... Tu m'as quand même fait peur ! A force d'être terre à terre on met l'humour sous terre et ça m'atterre

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : So tu n'as pas fait de copier coller, tu es toi aussi bien courageux et aussi patient... J'ai fait un "pur" copié-collé, je ne suis même pas repassé sur les fote d'ortograf

a écrit : J'ai fait un "pur" copié-collé, je ne suis même pas repassé sur les fote d'ortograf Feaute*

Merci.

a écrit : Il m’est arrivé la même chose et pourtant je ne m’en vante pas !

En effet, lors d’un voyage en Asie, en compagnie de ma femme, notre pilote se blesse grièvement. Impossible pour lui de continuer à piloter. Ma femme panique et le pilote finit par tomber dans les pommes. Je garde mon sang-froid, prends sa p
lace et commence à piloter sans aucune instruction ! Alors que je n’avais JAMAIS piloté de pousse-pousse !! Afficher tout
RIP Emiliano Sala

« Sans avoir jamais », ou « en ayant jamais ». Mais « sans n’avoir jamais »... C’est contreproductif !

a écrit : Il m’est arrivé la même chose et pourtant je ne m’en vante pas !

En effet, lors d’un voyage en Asie, en compagnie de ma femme, notre pilote se blesse grièvement. Impossible pour lui de continuer à piloter. Ma femme panique et le pilote finit par tomber dans les pommes. Je garde mon sang-froid, prends sa p
lace et commence à piloter sans aucune instruction ! Alors que je n’avais JAMAIS piloté de pousse-pousse !! Afficher tout
Si si tu t'en vantes

Posté le

android

(0)

Répondre