En Antarctique, on trouve le seul poisson à sang transparent au monde

Proposé par
le
dans

Les Channichthyidae sont des poissons que l'on trouve en Antarctique et dont le sang, transparent, contient une substance spéciale qui l’empêche de geler dans l’eau glacée. Au lieu d’avoir des écailles, leur peau est couverte de mucus. Ils peuvent vivre sans hémoglobine grâce à la taille de leur coeur et utilisent leur plasma sanguin pour faire circuler l'oxygène à travers le corps. Il semble également que le "poisson glace" absorbe de l'oxygène via sa peau.


Commentaires préférés (3)

Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ?

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ? Non, puisque la cryogénie, c'est justement de sur-sur-surgeler très vite à très basse température, en revanche, pour une hibernation à température négative mais sans congélation, pourquoi pas. Si on pouvais refroidir un corps humain à -2 par exemple, il vieillirait, je sais pas, 100 fois moins vite, ca serait ptêt pas suffisant pour aller visiter Andromède, mais pour les étoiles proches, oui.

a écrit : Non, puisque la cryogénie, c'est justement de sur-sur-surgeler très vite à très basse température, en revanche, pour une hibernation à température négative mais sans congélation, pourquoi pas. Si on pouvais refroidir un corps humain à -2 par exemple, il vieillirait, je sais pas, 100 fois moins vite, ca serait ptêt pas suffisant pour aller visiter Andromède, mais pour les étoiles proches, oui. Afficher tout Peut-être ai-je utilisé le mauvais terme mais tu as compris l'idée.
Le problème aujourd'hui est que l'eau, que contient le corps humain, augmente de volume en gelant, créant des blessures irrémédiables et mortelles.
Cette substance pourrait peut-être empêcher cette eau de geler tout en préservant les tissus et le sang ?

Posté le

android

(19)

Répondre


Tous les commentaires (10)

Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ?

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ? Non, puisque la cryogénie, c'est justement de sur-sur-surgeler très vite à très basse température, en revanche, pour une hibernation à température négative mais sans congélation, pourquoi pas. Si on pouvais refroidir un corps humain à -2 par exemple, il vieillirait, je sais pas, 100 fois moins vite, ca serait ptêt pas suffisant pour aller visiter Andromède, mais pour les étoiles proches, oui.

a écrit : Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ? Le but de la cryogénie est de figer le métabolisme. Hors si le sang n'est pas également gelé, il aura sûrement besoin de se renouveler.

Difficile dans un corps gelé

a écrit : Le but de la cryogénie est de figer le métabolisme. Hors si le sang n'est pas également gelé, il aura sûrement besoin de se renouveler.

Difficile dans un corps gelé
Les cellules composant le sang ont une durée de vie très limitée.

a écrit : Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ? Ben justement, la cryogénie consiste à geler le corps humain, entre autres le sang, donc une substance qui empêche le sang de geler me paraît très contre-productive... À la limite peut-être serait-il plus utile pour hiberner sans se manger une hypothermie carabinée :D

a écrit : Cette substance empêchant au sang de geler pourrait-il servir à la cryogénie pour un voyage intergalactique ? Bonne idée... toutefois sans activités physique ou meme l'attraction terrestre, nos corps deviennent comme des guimauves car les muscles s'atrophient. Les cosmonautes qui restent plusieurs moins dans l'espace sont incapables meme de marcher. A moins de se teleporter ou de voyager a la vitesse de la lumière, en arrivant on serait comme des bébés.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Non, puisque la cryogénie, c'est justement de sur-sur-surgeler très vite à très basse température, en revanche, pour une hibernation à température négative mais sans congélation, pourquoi pas. Si on pouvais refroidir un corps humain à -2 par exemple, il vieillirait, je sais pas, 100 fois moins vite, ca serait ptêt pas suffisant pour aller visiter Andromède, mais pour les étoiles proches, oui. Afficher tout Peut-être ai-je utilisé le mauvais terme mais tu as compris l'idée.
Le problème aujourd'hui est que l'eau, que contient le corps humain, augmente de volume en gelant, créant des blessures irrémédiables et mortelles.
Cette substance pourrait peut-être empêcher cette eau de geler tout en préservant les tissus et le sang ?

Posté le

android

(19)

Répondre

a écrit : Peut-être ai-je utilisé le mauvais terme mais tu as compris l'idée.
Le problème aujourd'hui est que l'eau, que contient le corps humain, augmente de volume en gelant, créant des blessures irrémédiables et mortelles.
Cette substance pourrait peut-être empêcher cette eau de geler tout en préser
vant les tissus et le sang ? Afficher tout
Le problème n’est pas que l’eau augmente de volume, c’est qu’elle forme des cristaux en gelant lentement. Les cristaux percent la paroi des cellules, ce qui la détruit.

Une solution serait donc de geler les cellules rapidement, ce qui réduit les cristaux. On y arrive convenablement avec des échantillons ou des petits organismes, mais il est impossible de geler rapidement un petit mammifère, la masse et l’épaisseur fait que l’intérieur mets trop de temps à se refroidir. Le challenge est donc de trouver une méthode pour diminuer la formation de cristaux sur des corps imposants.
Après pour la cryogenisation d’un corps il y a encore d’autres problèmes à résoudre, mais celui-ci est un des principaux.

Je rajoute quelques éléments sur l'anecdote.

Les Channichthyidae (poissons des glaces) sont au sens taxonomique une famille de poissons perciformes comportant onze genres et quinze espèces.
La plupart des espèces de cette famille ont un sang jaunâtre mais certains comme le grande-gueule ocellée et le grande-gueule antarctique ont effectivement un sang transparent. Cette transparence est due à l'absence d'hémoglobine dans le sang et l'absence de myoglobine dans les muscles. Ces espèces ont connu une mutation de deux gênes liés à la myoglobine et l'hémoglobine. L'oxygène n'est donc plus transporté grâce aux globules rouges mais passe directement du sang aux organes par capillarité.

C'est le seul vertébré au monde a posséder du sang transparent sans hémoglobine. Par contre ce n'est pas le seul animal a être "transparent".

Autre élément donné en information dans l'anecdote et aucunement dans les sources concerne le produit "antigel" contenu dans le sang de ces poissons. Il s'agit de protéine antigel (possiblement du glycérol comme ce qu'on met dans les voitures). Les poissons sont des animaux ectothermes (à sang froid), ils doivent donc trouver un moyen de ne pas geler lorsque la température de l’eau dans laquelle ils vivent est en dessous de zéro. C’est là que les protéines antigel entrent en jeu. Pour fonctionner, les protéines antigel ont de longs segments de répétitions d’acides aminés qui peuvent se lier aux cristaux de glace. Comme précisé dans un autre commentaire, leur formation dans le sang entraîne la mort cellulaire "par perforation". Afin d’entraver cette croissance, les protéines antigel se lient aux petits cristaux les empêchant de grossir et prévenant ainsi le sang de geler.

a écrit : Peut-être ai-je utilisé le mauvais terme mais tu as compris l'idée.
Le problème aujourd'hui est que l'eau, que contient le corps humain, augmente de volume en gelant, créant des blessures irrémédiables et mortelles.
Cette substance pourrait peut-être empêcher cette eau de geler tout en préser
vant les tissus et le sang ? Afficher tout
J'avais bien compris ta question, j'ai expliqué pourquoi cette idée est incompatible avec la cryogénie car il s'agit là de geler un corps, et le danger, comme dit juste avant, c'est que l'eau forme des cristaux en gelant.
Question: Quelle est la différence entre un mrfreeze que l'on gèle soi-même au congel et un autre que l'on achète dans le commerce?
La vitesse où la glace a été formée, plusieurs dizaines de minutes chez soi et quelques dizaines de secondes dans un surgélateur industriel (-50°)

A noter: Ces poissons vivent dans une eau à température négative car cette eau est salée, tandis que le corps du poisson ne l'est presque pas, et vu que c'est un animal à sang froid, il a développé cette mutation.

DONC même avec cette "technique" et même à -100°, si on empêche le sang de geler, on sera en hibernation quelle que soit la température, ce qui veut dire que les fonctions vitales continueront de facto à fonctionner. Ca pourrait marcher mais le souci c'est que tout notre corps ne sera pas soumis à cette "eau", comme nos globules rouges qui ont leur propre système vital quasi autonome, il faudrait modifier l'intégralité de notre patrimoine génétique pour que ça fonctionne.

Bref, c'est une idée à creuser, ca fait un siècle qu'on travaille sur la cryogénie sans grand succès, pourquoi pas travailler la dessus aussi, après tout! Il faudrait trouver, soit le moyen de congeler un corps sans le détruire (cryogénie), soit trouver le moyen de stopper toute activité moléculaire sans congélation via des ondes où chépaquoi, soit ralentir les fonctions vitales à l’extrême en abaissant la température (hibernation, comme les ours^^)

Bref, vaste sujet!