Snoopy a fait la fortune de son auteur

Proposé par
le

Le dessinateur Charles Schulz, auteur de Snoopy, connut un succès phénoménal. Il publia chaque jour pendant 50 ans un strip dans 2600 journaux à travers le monde, lus par 355 millions de lecteurs. Il est encore aujourd'hui un des artistes morts à rapporter le plus d'argent, avec des revenus de plus de 30 millions de dollars par an.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Pas besoin de déposer une marque pour cela. Les droits sont renouvelés lorsque l'œuvre continue à vivre. C'est le cas lors de l'édition d'une nouvelle BD d'Astérix, de la sortie d'un film d'animation pour le petit Prince etc.... Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal.

a écrit : Ça me rappelle le cas des droits sur l’œuvre de Walt Disney et plus particulièrement de Mickey. Je sais qu’en droit français, sauf exceptions, une œuvre tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur. La stratégie de Disney (l’entreprise) pour continuer à profiter en exclusivité du personnage, a été de le déposer comme marque !

Et quand je vois que des personnages comme ceux de Snoopy et les Peanuts continuent de rapporter autant, je ne vois pas ce qui empêcherait les ayants droits de déposer également une marque. En même temps, Monsieur Shulz n’est décédé quand 2000, ses héritiers ont le temps de voir venir.
Afficher tout
En parlant de Disney, Schulz y a pendant des années soumis sa candidature, en vain.

Il réussit à faire publier son premier dessin à l'âge de 16 ans, il y mettait en scène Spike, le chien de la famille.
Mobilisé pendant la guerre, il se consacrera au dessin à son retour, notamment avec Li'l Folks, bande dessinée mettant en avant une galerie de personnages enfantins et qui sera publiée dans les journaux hebdomadaires.

Au terme de ce premier contrat, c'est une autre agence qui rachète les droits de la série, et la rebaptise Peanuts, un nom que Schulz détestera toute sa vie. Chacun de ses personnages, à sa manière, incarne un trait de personnalité de l'auteur.

Bien que Peanuts naîtra en même temps que la télévision, Schulz patientera jusqu'à avoir l'assurance de pouvoir faire une adaptation exactement selon sa vision.

Extrêmement prévoyant, il avait pris de l'avance dans sa série pour se permettre, une fois la maladie ayant pris le dessus, de continuer à publier durant celle-ci. Sentant sa fin approcher, il annoncera la fin de Peanuts pour février 2000. Il mourra finalement quelques heures avant la publication de son ultime bande dessinée.

La popularité de Peanuts fut telle que Snoopy est devenu la mascotte de la NASA dans les années 1970.

Posté le

android

(52)

Répondre

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. En fait, dans le cas ou l’oeuvre qui paraît est écrite de la main de l’auteur originel, les droits sont prolongés, c’est notamment le cas de Tintin, puisque l’éditeur conserve des planches créées par Hergé qui seront publiés en 2052 ( un an avant que l’oeuvre ne tombe dans le domaine publique) dans ce cas les droits seront renouvelés pour 70 ans supplémentaires. Dans le cas ou l’oeuvre qui parait n’est pas de la main de l’auteur originel, les droits ne sont pas renouvelés.
Source : www.google.fr/amp/s/www.numerama.com/pop-culture/27337-tintin-une-bd-en-2052-uniquement-pour-prolonger-les-droits-d-auteur.html/amp


Tous les commentaires (22)

Ça me rappelle le cas des droits sur l’œuvre de Walt Disney et plus particulièrement de Mickey. Je sais qu’en droit français, sauf exceptions, une œuvre tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur. La stratégie de Disney (l’entreprise) pour continuer à profiter en exclusivité du personnage, a été de le déposer comme marque !

Et quand je vois que des personnages comme ceux de Snoopy et les Peanuts continuent de rapporter autant, je ne vois pas ce qui empêcherait les ayants droits de déposer également une marque. En même temps, Monsieur Shulz n’est décédé quand 2000, ses héritiers ont le temps de voir venir.

a écrit : Ça me rappelle le cas des droits sur l’œuvre de Walt Disney et plus particulièrement de Mickey. Je sais qu’en droit français, sauf exceptions, une œuvre tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur. La stratégie de Disney (l’entreprise) pour continuer à profiter en exclusivité du personnage, a été de le déposer comme marque !

Et quand je vois que des personnages comme ceux de Snoopy et les Peanuts continuent de rapporter autant, je ne vois pas ce qui empêcherait les ayants droits de déposer également une marque. En même temps, Monsieur Shulz n’est décédé quand 2000, ses héritiers ont le temps de voir venir.
Afficher tout
Pas besoin de déposer une marque pour cela. Les droits sont renouvelés lorsque l'œuvre continue à vivre. C'est le cas lors de l'édition d'une nouvelle BD d'Astérix, de la sortie d'un film d'animation pour le petit Prince etc....

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Pas besoin de déposer une marque pour cela. Les droits sont renouvelés lorsque l'œuvre continue à vivre. C'est le cas lors de l'édition d'une nouvelle BD d'Astérix, de la sortie d'un film d'animation pour le petit Prince etc.... Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal.

a écrit : Ça me rappelle le cas des droits sur l’œuvre de Walt Disney et plus particulièrement de Mickey. Je sais qu’en droit français, sauf exceptions, une œuvre tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur. La stratégie de Disney (l’entreprise) pour continuer à profiter en exclusivité du personnage, a été de le déposer comme marque !

Et quand je vois que des personnages comme ceux de Snoopy et les Peanuts continuent de rapporter autant, je ne vois pas ce qui empêcherait les ayants droits de déposer également une marque. En même temps, Monsieur Shulz n’est décédé quand 2000, ses héritiers ont le temps de voir venir.
Afficher tout
En parlant de Disney, Schulz y a pendant des années soumis sa candidature, en vain.

Il réussit à faire publier son premier dessin à l'âge de 16 ans, il y mettait en scène Spike, le chien de la famille.
Mobilisé pendant la guerre, il se consacrera au dessin à son retour, notamment avec Li'l Folks, bande dessinée mettant en avant une galerie de personnages enfantins et qui sera publiée dans les journaux hebdomadaires.

Au terme de ce premier contrat, c'est une autre agence qui rachète les droits de la série, et la rebaptise Peanuts, un nom que Schulz détestera toute sa vie. Chacun de ses personnages, à sa manière, incarne un trait de personnalité de l'auteur.

Bien que Peanuts naîtra en même temps que la télévision, Schulz patientera jusqu'à avoir l'assurance de pouvoir faire une adaptation exactement selon sa vision.

Extrêmement prévoyant, il avait pris de l'avance dans sa série pour se permettre, une fois la maladie ayant pris le dessus, de continuer à publier durant celle-ci. Sentant sa fin approcher, il annoncera la fin de Peanuts pour février 2000. Il mourra finalement quelques heures avant la publication de son ultime bande dessinée.

La popularité de Peanuts fut telle que Snoopy est devenu la mascotte de la NASA dans les années 1970.

Posté le

android

(52)

Répondre

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. Pour des trucs aussi vieux, il doit y en avoir un sacré paquet, des héritiers^^ mais c'est une bonne question

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. Certainement parce que le roman original, "Frankenstein ou le Prométhée moderne" date de 1818. L'auteure, Mary Shelley est décédée en 1851, ce qui a certainement permis à Universal de l'adapter sans payer de droits en 1930.

Posté le

android

(4)

Répondre

Personnellement, mes préférences pour ce type de vignettes ou bandes dessinées courtes, vont pour Mafalda et Calvin et Hobbes.

Même si Mafalda n'a pas eut une vie aussi longue que Snoopy, relire les réflexions cinglantes de cette petite fille progressiste, est toujours un plaisir.

Quant à Calvin et Hobbes, c'est littéralement revenir à notre enfance, monde où un simple avion de papier se transformait en un avión de chasse ou une navette spatiale.

Le pouvoir de l'imagination des enfants, est illimité, et ces deux dessinateurs ont su les exprimer à merveilles.

Posté le

android

(13)

Répondre

Un auteur assez incroyable ce Charles Schulz ! Son "Peanuts" (la série culte de BD avec Charlie Brown et Snoopy entre autres) c'est environ 18000 bandes publiées ! La seule interruption de la série eut lieu pour les 75ans de l'auteur qui a pris 5semaines de congé pour l'occasion. En plus des BD, il a écrit le scénario de plus de 20films (beaucoup pour la télé) et a d'ailleurs son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood (juste à côté de Walt Disney) . Plus surprenant, il est également au Hall of Fame de Hockey. Il recevra egalement, à titre posthume, la médaille d'honneur du congres, plus haute distinction civil aux USA.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. En fait, dans le cas ou l’oeuvre qui paraît est écrite de la main de l’auteur originel, les droits sont prolongés, c’est notamment le cas de Tintin, puisque l’éditeur conserve des planches créées par Hergé qui seront publiés en 2052 ( un an avant que l’oeuvre ne tombe dans le domaine publique) dans ce cas les droits seront renouvelés pour 70 ans supplémentaires. Dans le cas ou l’oeuvre qui parait n’est pas de la main de l’auteur originel, les droits ne sont pas renouvelés.
Source : www.google.fr/amp/s/www.numerama.com/pop-culture/27337-tintin-une-bd-en-2052-uniquement-pour-prolonger-les-droits-d-auteur.html/amp

À noter qu'au début du comice strip (en 1950), Snoopy était un petit chien qui se déplaçait à quatre pattes et qui n'avait pas de maître. Il apparaissait parfois pour jouer avec les enfants. Ce n'est que plus tard qu'il est devenu le chien de Charlie Brown. Il y a eu deux étapes importantes dans son évolution : lorsque Snoopy a commencé à marcher sur deux pattes et qu'on a commencé à pouvoir lire ses pensées ; puis lorsque l'imagination débordante de Snoopy a commencé à s'exprimer, notamment lorsqu'il se prenait pour un As de la première guerre mondiale, assis sur le toit de sa niche.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Personnellement, mes préférences pour ce type de vignettes ou bandes dessinées courtes, vont pour Mafalda et Calvin et Hobbes.

Même si Mafalda n'a pas eut une vie aussi longue que Snoopy, relire les réflexions cinglantes de cette petite fille progressiste, est toujours un plaisir.

Qu
ant à Calvin et Hobbes, c'est littéralement revenir à notre enfance, monde où un simple avion de papier se transformait en un avión de chasse ou une navette spatiale.

Le pouvoir de l'imagination des enfants, est illimité, et ces deux dessinateurs ont su les exprimer à merveilles.
Afficher tout
Je suis un grand fan de Calvin et Hobbes également :) et pour s'identifier à une autre période de sa vie, je vous conseille Dilbert !

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. Parce que Dracula, comme Frankenstein, sont des romans uniques. Bram Stocker ou Mary Shelley n'ont pas écrit une série de l'un exploitant ces personnages, et eux-mêmes ou leurs ayants-droits n'ont pas confié à d'autres auteurs le soin de poursuivre ses aventures après leur mort. Il n'y a donc pas en de nouveaux livres de Frankenstein ou de Dracula avant que les romans ne tombent dans le domaine public.
En ce qui concerne le cinéma, l'oeuvre de Mary Shelley était déjà tombée dans le domaine public lors de son invention, et cela n'a donc pas posé de problèmes de droits d'auteur lors du tournage des premiers films de Frankenstein avec Boris Karloff dans les années 1930. Ce n'était pas le cas avec Dracula, qui n'était pas encore libre de droits lorsque les premiers films ont été réalisés. C'est pourquoi Murnau, bien que fidèle à la trame du roman, a dû appeler son personnage Nosferatu, et que dans La marque du vampire, le personnage interprété par Bela Lugosi ne porte pas le nom de Comte Dracula...

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Personnellement, mes préférences pour ce type de vignettes ou bandes dessinées courtes, vont pour Mafalda et Calvin et Hobbes.

Même si Mafalda n'a pas eut une vie aussi longue que Snoopy, relire les réflexions cinglantes de cette petite fille progressiste, est toujours un plaisir.

Qu
ant à Calvin et Hobbes, c'est littéralement revenir à notre enfance, monde où un simple avion de papier se transformait en un avión de chasse ou une navette spatiale.

Le pouvoir de l'imagination des enfants, est illimité, et ces deux dessinateurs ont su les exprimer à merveilles.
Afficher tout
Les réflexions de Calvin et Hobbes sont de l’ordre de la philosophie et elles sont toujours intrigantes pour une BD « pour enfants ».

a écrit : Les réflexions de Calvin et Hobbes sont de l’ordre de la philosophie et elles sont toujours intrigantes pour une BD « pour enfants ». Les dialogues, tant chez Mafalda comme chez Calvin et Hobbes ne sont clairement pas pour enfants, même si leurs dessinateurs jouent avec leurs images.
Ceci permet à l'auteur de s'affranchir d'une certaine responsabilité ( parfois juridique) au travers de l'innocence enfantine, tout en véhiculant une vérité, pouvant être cinglante ou blessante, vue que celle-ci sort, selon le dicton, de la bouche des enfants.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Je suis un grand fan de Calvin et Hobbes également :) et pour s'identifier à une autre période de sa vie, je vous conseille Dilbert ! Je ne connais pas du tout le personnage de Dilbert.
Néanmoins, merci pour le conseil.
Je regarderai ce qui existe sur le Net, cette nuit.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Mais alors pourquoi des œuvres comme Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley sont tombées dans le domaine public ? Elles ont pourtant été régulièrement adaptées et reprises, notamment par les fameux classiques du studio Universal. Il me semble qu’au bout d’un certain temps, les droits d’auteurs ne sont plus valables (je n’ai pas le nombre d’années en tête, il me semble que c’est aux alentours de 100 ans)
EDIT : c’est 70 ans

avocats-publishing.com/La-duree-de-la-protection-des
RE-EDIT: je n’avais pas lu votre précédent commentaire, dsl pour celui là qui est inutile

a écrit : En parlant de Disney, Schulz y a pendant des années soumis sa candidature, en vain.

Il réussit à faire publier son premier dessin à l'âge de 16 ans, il y mettait en scène Spike, le chien de la famille.
Mobilisé pendant la guerre, il se consacrera au dessin à son retour, notamment avec Li'l
Folks, bande dessinée mettant en avant une galerie de personnages enfantins et qui sera publiée dans les journaux hebdomadaires.

Au terme de ce premier contrat, c'est une autre agence qui rachète les droits de la série, et la rebaptise Peanuts, un nom que Schulz détestera toute sa vie. Chacun de ses personnages, à sa manière, incarne un trait de personnalité de l'auteur.

Bien que Peanuts naîtra en même temps que la télévision, Schulz patientera jusqu'à avoir l'assurance de pouvoir faire une adaptation exactement selon sa vision.

Extrêmement prévoyant, il avait pris de l'avance dans sa série pour se permettre, une fois la maladie ayant pris le dessus, de continuer à publier durant celle-ci. Sentant sa fin approcher, il annoncera la fin de Peanuts pour février 2000. Il mourra finalement quelques heures avant la publication de son ultime bande dessinée.

La popularité de Peanuts fut telle que Snoopy est devenu la mascotte de la NASA dans les années 1970.
Afficher tout
Exactement. Médaille snoopy, poster de sécurité sur les sites spaciaux.
www.capcomespace.net/dossiers/espace_US/snoopy/index.htm

Sans oublier la montre oméga speedmaster à l'effigie de snoopy

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : En fait, dans le cas ou l’oeuvre qui paraît est écrite de la main de l’auteur originel, les droits sont prolongés, c’est notamment le cas de Tintin, puisque l’éditeur conserve des planches créées par Hergé qui seront publiés en 2052 ( un an avant que l’oeuvre ne tombe dans le domaine publique) dans ce cas les droits seront renouvelés pour 70 ans supplémentaires. Dans le cas ou l’oeuvre qui parait n’est pas de la main de l’auteur originel, les droits ne sont pas renouvelés.
Source : www.google.fr/amp/s/www.numerama.com/pop-culture/27337-tintin-une-bd-en-2052-uniquement-pour-prolonger-les-droits-d-auteur.html/amp
Afficher tout
Source : numérama. :)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Source : numérama. :) J’ai effectivement pris le premier lien disponible, d’autant qu’il est simple à comprendre, mais je te laisse aller vérifier par toi même sur des sites qui te sembleront plus sérieux ou simplement plus précis, je ne vais pas non plus balancer 10 sources concordantes pour un petit commentaire explicatif. :)

a écrit : Personnellement, mes préférences pour ce type de vignettes ou bandes dessinées courtes, vont pour Mafalda et Calvin et Hobbes.

Même si Mafalda n'a pas eut une vie aussi longue que Snoopy, relire les réflexions cinglantes de cette petite fille progressiste, est toujours un plaisir.

Qu
ant à Calvin et Hobbes, c'est littéralement revenir à notre enfance, monde où un simple avion de papier se transformait en un avión de chasse ou une navette spatiale.

Le pouvoir de l'imagination des enfants, est illimité, et ces deux dessinateurs ont su les exprimer à merveilles.
Afficher tout
Quel plaisir d'entendre parler de Calvin et Hobbes ! Cette BD est un véritable délice mais pas si connue que ça hélas. Quant à la petite équipe des gosses de Peanuts, on ne peut que craquer. Lucy avec son sourire à l'envers, Schroeder avec le buste de Beethoven sur son petit piano sans oublier bien sûr Charlie Brown ! Mon préféré est peut-être Woodstock l'oiseau qui vole à l'envers et dont les paroles sont des petits traits ! Je les adore tous

Posté le

android

(3)

Répondre