Le TOEIC n'est pas anglais

Proposé par
le

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le TOEIC (Test of English for International Communication) n'a pas été inventé par un Anglais ou un Américain, mais par un Japonais, Yasuo Kitaoka. Cette idée lui est venue en voyant les difficultés des Japonais à parler cette langue dans le milieu des affaires. En 1977, le TOEIC fut créé avec le soutien du ministère de l'industrie et du commerce extérieur japonais qui proposa son idée à ETS (Educational Testing System).


Commentaires préférés (3)

TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.

Posté le

android

(53)

Répondre

Les années 70, furent la décennie du changement au Japon, en matière de Commerce extérieur.
La réévaluation du Yen, face aux autres monnaies fortes, ainsi que le choc pétrolier de 1973, a contraint le Japon à réorienter rapidement ses exportations (traditionnellement vers d'autres pays du Sud-Est), vers les pays Occidentaux ( Europe et Amérique du Nord), ainsi que les pays producteurs de pétrole du Proche-Orient soudainement riches, afin de survivre économiquement.
En quelques années, le Japon a réorienté son industrie vers la fabrication de biens manufacturés à forte ou très forte valeur ajoutée , mais qui restaient néanmoins compétitifs au niveau prix, grâce à l'achat de matières premières à des prix de plus en plus bas, de par des taux de change la favorisant.
Cette réorientation de son commerce exterieur, a inévitablement conduit à devoir négocier des contrats d'achat et de vente à l'international, dans des langues qui n'étaient que peu ou pas apprises par ses étudiants, et où l'Anglais devint subitement omniprésent comme langue Commerciale.
L'invention du TOEIC par Yasuo Kitaika est donc arrivée à un bon moment, et le Ministère Japonais de l'Industrie et du Commerce Extérieur peut lui être grandement reconnaissant, car dès 1976, la balance commerciale du Japon devient excédentaire de quelques milliards de dollars, pour se transformer en dizaines de milliards, puis centaines, au milieu des années 80.

Actuellement, l'apprentissage de l'Anglais reste très prédominant dans le monde non Anglophone, mais il est concurrencé par le Chinois et l'Espagnol. C'est le cas aux États-Unis, où la langue de Cervantès est enseignée comme première langue étrangère, dans 90% des établissements scolaires... Au détriment du Français et de l'Allemand.

Posté le

android

(50)

Répondre

a écrit : Les années 70, furent la décennie du changement au Japon, en matière de Commerce extérieur.
La réévaluation du Yen, face aux autres monnaies fortes, ainsi que le choc pétrolier de 1973, a contraint le Japon à réorienter rapidement ses exportations (traditionnellement vers d'autres pays du Sud-Est), vers le
s pays Occidentaux ( Europe et Amérique du Nord), ainsi que les pays producteurs de pétrole du Proche-Orient soudainement riches, afin de survivre économiquement.
En quelques années, le Japon a réorienté son industrie vers la fabrication de biens manufacturés à forte ou très forte valeur ajoutée , mais qui restaient néanmoins compétitifs au niveau prix, grâce à l'achat de matières premières à des prix de plus en plus bas, de par des taux de change la favorisant.
Cette réorientation de son commerce exterieur, a inévitablement conduit à devoir négocier des contrats d'achat et de vente à l'international, dans des langues qui n'étaient que peu ou pas apprises par ses étudiants, et où l'Anglais devint subitement omniprésent comme langue Commerciale.
L'invention du TOEIC par Yasuo Kitaika est donc arrivée à un bon moment, et le Ministère Japonais de l'Industrie et du Commerce Extérieur peut lui être grandement reconnaissant, car dès 1976, la balance commerciale du Japon devient excédentaire de quelques milliards de dollars, pour se transformer en dizaines de milliards, puis centaines, au milieu des années 80.

Actuellement, l'apprentissage de l'Anglais reste très prédominant dans le monde non Anglophone, mais il est concurrencé par le Chinois et l'Espagnol. C'est le cas aux États-Unis, où la langue de Cervantès est enseignée comme première langue étrangère, dans 90% des établissements scolaires... Au détriment du Français et de l'Allemand.
Afficher tout
Aux USA, ce sont majoritairement les Latino-Américains qui choisissent d'apprendre l'espagnol. Ils représentent tout de même près de 20% de la population du pays, et sont également la première minorité des USA, devant les Afro-Américains.

Fun fact: la fameuse "Dora l'exploratrice", Dora Marquez de son vrai nom, qui aide les petits Français à parler anglais (chez nous) est en réalité Latina et aide les petits Américains à parler espagnol (dans la VO).


Tous les commentaires (20)

TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.

Posté le

android

(53)

Répondre

Les années 70, furent la décennie du changement au Japon, en matière de Commerce extérieur.
La réévaluation du Yen, face aux autres monnaies fortes, ainsi que le choc pétrolier de 1973, a contraint le Japon à réorienter rapidement ses exportations (traditionnellement vers d'autres pays du Sud-Est), vers les pays Occidentaux ( Europe et Amérique du Nord), ainsi que les pays producteurs de pétrole du Proche-Orient soudainement riches, afin de survivre économiquement.
En quelques années, le Japon a réorienté son industrie vers la fabrication de biens manufacturés à forte ou très forte valeur ajoutée , mais qui restaient néanmoins compétitifs au niveau prix, grâce à l'achat de matières premières à des prix de plus en plus bas, de par des taux de change la favorisant.
Cette réorientation de son commerce exterieur, a inévitablement conduit à devoir négocier des contrats d'achat et de vente à l'international, dans des langues qui n'étaient que peu ou pas apprises par ses étudiants, et où l'Anglais devint subitement omniprésent comme langue Commerciale.
L'invention du TOEIC par Yasuo Kitaika est donc arrivée à un bon moment, et le Ministère Japonais de l'Industrie et du Commerce Extérieur peut lui être grandement reconnaissant, car dès 1976, la balance commerciale du Japon devient excédentaire de quelques milliards de dollars, pour se transformer en dizaines de milliards, puis centaines, au milieu des années 80.

Actuellement, l'apprentissage de l'Anglais reste très prédominant dans le monde non Anglophone, mais il est concurrencé par le Chinois et l'Espagnol. C'est le cas aux États-Unis, où la langue de Cervantès est enseignée comme première langue étrangère, dans 90% des établissements scolaires... Au détriment du Français et de l'Allemand.

Posté le

android

(50)

Répondre

a écrit : TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.
C'est que ça coûte chère de faire un QCM.

a écrit : TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.
D'autant plus que ni le toeic ni le toefl (version + 1 du toeic) n'ont de réels valeurs ni en tant que diplôme ni en tant que certificat de langue.
Certaines universités et entreprises exigent que ce test soit repassé tous les ans pour leurs salariés ou exigent un certain niveau pour être accepté.

Le toeic est divisé en plusieurs parties (compréhension écrite, orale, grammaire, conjugaison etc) et est noté sur 1000. Le niveau considéré comme bilingue est de 900 ou 950 minimum je ne sais plus.

mais en soit aucun de ces deux tests ne reflètent réellement le niveau d'anglais des personnes vu que ce sont plus ou moins les mêmes problèmes grammaticaux qui sont testés. Avec un peu d'entraînement il est facile d'avoir au moins 700 sans avoir un niveau excellent.

En somme ça reste deux pompes à fric

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Les années 70, furent la décennie du changement au Japon, en matière de Commerce extérieur.
La réévaluation du Yen, face aux autres monnaies fortes, ainsi que le choc pétrolier de 1973, a contraint le Japon à réorienter rapidement ses exportations (traditionnellement vers d'autres pays du Sud-Est), vers le
s pays Occidentaux ( Europe et Amérique du Nord), ainsi que les pays producteurs de pétrole du Proche-Orient soudainement riches, afin de survivre économiquement.
En quelques années, le Japon a réorienté son industrie vers la fabrication de biens manufacturés à forte ou très forte valeur ajoutée , mais qui restaient néanmoins compétitifs au niveau prix, grâce à l'achat de matières premières à des prix de plus en plus bas, de par des taux de change la favorisant.
Cette réorientation de son commerce exterieur, a inévitablement conduit à devoir négocier des contrats d'achat et de vente à l'international, dans des langues qui n'étaient que peu ou pas apprises par ses étudiants, et où l'Anglais devint subitement omniprésent comme langue Commerciale.
L'invention du TOEIC par Yasuo Kitaika est donc arrivée à un bon moment, et le Ministère Japonais de l'Industrie et du Commerce Extérieur peut lui être grandement reconnaissant, car dès 1976, la balance commerciale du Japon devient excédentaire de quelques milliards de dollars, pour se transformer en dizaines de milliards, puis centaines, au milieu des années 80.

Actuellement, l'apprentissage de l'Anglais reste très prédominant dans le monde non Anglophone, mais il est concurrencé par le Chinois et l'Espagnol. C'est le cas aux États-Unis, où la langue de Cervantès est enseignée comme première langue étrangère, dans 90% des établissements scolaires... Au détriment du Français et de l'Allemand.
Afficher tout
Aux USA, ce sont majoritairement les Latino-Américains qui choisissent d'apprendre l'espagnol. Ils représentent tout de même près de 20% de la population du pays, et sont également la première minorité des USA, devant les Afro-Américains.

Fun fact: la fameuse "Dora l'exploratrice", Dora Marquez de son vrai nom, qui aide les petits Français à parler anglais (chez nous) est en réalité Latina et aide les petits Américains à parler espagnol (dans la VO).

Ça me semble logique qu’il ait une durée de validité limitée. Si tu ne pratiques pas une langue pendant un certain temps, ton niveau diminue forcément

Je suppose que tu parles avec connaissance, a propos de ce que tu écris dans ton premier paragraphe.

Quant a propos de Dora l'exploratrice.... Elle t'aurait fait une bonne anecdote. !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.
Ça me semble logique qu’il ait une durée de validité limitée. Si tu ne pratiques pas une langue pendant un certain temps, ton niveau diminue forcément

a écrit : Je suppose que tu parles avec connaissance, a propos de ce que tu écris dans ton premier paragraphe.

Quant a propos de Dora l'exploratrice.... Elle t'aurait fait une bonne anecdote. !
Attention, j'ai bien dit "majoritairement" et pas "exclusivement". Des WASP apprennent aussi l'espagnol par intérêt et par curiosité pour les cultures latino-américaines, mais ils sont peu nombreux.
En Europe, les deux tiers de la population sont capables de parler une seconde langue (pour des raisons historiques parfois).
Aux USA, seul 1 habitant sur 5 est capable de parler autre chose que l'anglais. D'ailleurs, apprendre une langue étrangère n'y est pas obligatoire.

www.panoramas.pitt.edu/news-and-politics/spanish-us-education

a écrit : Ça me semble logique qu’il ait une durée de validité limitée. Si tu ne pratiques pas une langue pendant un certain temps, ton niveau diminue forcément Oui oui, les entreprises t'encouragent à claquer 262€ (j'ai vérifié depuis et en fait c'est 131€ pour une partie du test, qui est en deux parties) tous les 2 ans pour un test même pas reconnu officiellement. Et puis une fois que t'as ce test en poche, t'arrête de pratiquer hein, après tout c'est pas comme si justement on t'encourageait à le passer pour rentrer dans des formations ou des emplois où tu es amené à pratiquer l'anglais très souvent hein !
Du coup tu veux rentrer dans un master qui demande un bon niveau d'anglais, hop 262€ ! Après ton master tu veux trouver un job qui demande aussi le TOEIC, hop tu montes à 524€ ! Et encore, espérons que ce soit un CDI et que t'aies pas besoin de reclaquer tes sous dans un diplôme temporaire trop fréquemment !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.
On est absolument d'accord. D'ailleurs il ne teste même pas l'expression écrite et orale, qui sont très utiles dans le monde du travail. Une arnaque quoi...

a écrit : Attention, j'ai bien dit "majoritairement" et pas "exclusivement". Des WASP apprennent aussi l'espagnol par intérêt et par curiosité pour les cultures latino-américaines, mais ils sont peu nombreux.
En Europe, les deux tiers de la population sont capables de parler une seconde langu
e (pour des raisons historiques parfois).
Aux USA, seul 1 habitant sur 5 est capable de parler autre chose que l'anglais. D'ailleurs, apprendre une langue étrangère n'y est pas obligatoire.

www.panoramas.pitt.edu/news-and-politics/spanish-us-education
Afficher tout
Oui, je suis bien d'accord sur ton précédent commentaire. Je ne le remettais pas du tout en question.

Quant aux Anglophones, je ne sais pas si leur réputation à penser que le monde entier parle Anglais, est surfaite, et que donc l'apprentissage d'une autre langue est quelque peu inutile.

Pour ceux qui se demandent ce qu'est un WASP. C'est l'acronyme de White Anglo Saxon Protestant.

Posté le

android

(6)

Répondre

Amusant car contrairement à beaucoup d’autres pays, les japonais restent très réticents à parler anglais ; ainsi lors de réunions professionnelles, il est encore aujourd’hui très fréquent qu’ils fassent intervenir un traducteur ou qu’ils aient parmi eux une personne à l’aise en anglais qui serve de traducteur. La durée des réunions avec les japonais s’en ressent durement !

a écrit : Oui oui, les entreprises t'encouragent à claquer 262€ (j'ai vérifié depuis et en fait c'est 131€ pour une partie du test, qui est en deux parties) tous les 2 ans pour un test même pas reconnu officiellement. Et puis une fois que t'as ce test en poche, t'arrête de pratiquer hein, après tout c�39;est pas comme si justement on t'encourageait à le passer pour rentrer dans des formations ou des emplois où tu es amené à pratiquer l'anglais très souvent hein !
Du coup tu veux rentrer dans un master qui demande un bon niveau d'anglais, hop 262€ ! Après ton master tu veux trouver un job qui demande aussi le TOEIC, hop tu montes à 524€ ! Et encore, espérons que ce soit un CDI et que t'aies pas besoin de reclaquer tes sous dans un diplôme temporaire trop fréquemment !
Afficher tout
Ça me rappel une anecdote ton commentaire.

A la fin de ses études, ma compagne a fait un stage à l’hôpital de Strasbourg.
Un jour elle reçoit un coup de fil d’une obscure organisation qui gère les internes etc etc bref. Une dame lui dit qu’elle est obligé de suivre un stage d’une semaine qui coûte 400€ pour pouvoir continuer d’exercer.

A l’époque elle faisait des semaines de 70h donc impossible de suivre autre chose, même pendant une semaine.

Et la dame lui dit : ah mais vous n’êtes pas obligé de venir...

(Pompe à fric)

a écrit : D'autant plus que ni le toeic ni le toefl (version + 1 du toeic) n'ont de réels valeurs ni en tant que diplôme ni en tant que certificat de langue.
Certaines universités et entreprises exigent que ce test soit repassé tous les ans pour leurs salariés ou exigent un certain niveau pour être accepté.

Le toeic est divisé en plusieurs parties (compréhension écrite, orale, grammaire, conjugaison etc) et est noté sur 1000. Le niveau considéré comme bilingue est de 900 ou 950 minimum je ne sais plus.

mais en soit aucun de ces deux tests ne reflètent réellement le niveau d'anglais des personnes vu que ce sont plus ou moins les mêmes problèmes grammaticaux qui sont testés. Avec un peu d'entraînement il est facile d'avoir au moins 700 sans avoir un niveau excellent.

En somme ça reste deux pompes à fric
Afficher tout
Le TOEIC n'est pas noté sur 1000 mais sur 990 (voir source)

Et un très bon score sur un TOEIC ne veut pas dire que la personne l'ayant obtenu est bilingue, d'autant plus que quand on pense "TOEIC", on pense juste à l'épreuve de compréhension écrite et orale (la preuve, ici on par de score sur 1000 (990...), alors qu'il ne s'agit que du score de la 1ère épreuve, l'autre étant notée sur 200 (voir source)).
Tout au plus peut-on dire qu'il a un niveau "gold" (voir source), et encore, ayant passé le TOEIC, je n'avais jamais entendu parler de ces niveaux.

Et surtout, le TOEIC est le plus facile de tous les tests d'anglais, donc même avec un très bon score on est loin d'être bilingue (source : moi-même qui ai obtenu 990)

a écrit : TOEIC qui n'est valable que deux ans et coûte plus de 100€ à passer si mes souvenirs sont bons.
Sérieusement, on prend vraiment les gens pour des cons.
Le TOIEC est un examen harmonisé qui sert a faire valoir son niveau d'anglais. Très utile dans certains milieux.
100€ pour passer un examen ne me paraît pas abusif.

J'ai surtout l'impression d'un complexe de "on m'la fait pas, à moi!" de ta part.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : D'autant plus que ni le toeic ni le toefl (version + 1 du toeic) n'ont de réels valeurs ni en tant que diplôme ni en tant que certificat de langue.
Certaines universités et entreprises exigent que ce test soit repassé tous les ans pour leurs salariés ou exigent un certain niveau pour être accepté.

Le toeic est divisé en plusieurs parties (compréhension écrite, orale, grammaire, conjugaison etc) et est noté sur 1000. Le niveau considéré comme bilingue est de 900 ou 950 minimum je ne sais plus.

mais en soit aucun de ces deux tests ne reflètent réellement le niveau d'anglais des personnes vu que ce sont plus ou moins les mêmes problèmes grammaticaux qui sont testés. Avec un peu d'entraînement il est facile d'avoir au moins 700 sans avoir un niveau excellent.

En somme ça reste deux pompes à fric
Afficher tout
Le TOEIC ne sanctionne à aucun moment un niveau bilingue. Il est considéré que vers un score de 950 on peut parler d’un niveau C1 soit utilisateur autonome expérimenté mais en toute honnêteté vu le niveau de difficulté de l’examen, le fait qu’il n’évalue pas la compétence de rédaction et d’expression orale - on peut au mieux parler d’un petit C1

(Rappel : C2 = Bilingue sur le CECRL)

Ayant eu 990/990 au TOEIC je peux assurer que c’est loin d’un véritable niveau bilingue :)

a écrit : Amusant car contrairement à beaucoup d’autres pays, les japonais restent très réticents à parler anglais ; ainsi lors de réunions professionnelles, il est encore aujourd’hui très fréquent qu’ils fassent intervenir un traducteur ou qu’ils aient parmi eux une personne à l’aise en anglais qui serve de traducteur. La durée des réunions avec les japonais s’en ressent durement ! Afficher tout Je suis assez d'accord ! Et même lorsqu'ils parlent anglais, les différences de niveau peuvent être impressionnantes. Certains parlent très bien et d'autres baragouinent dans un mélange anglo-japonais incompréhensible xD

En effet le TOEIC est loin d'être l'examen le plus pertinent pour évaluer le niveau d'anglais.
Mieux vaut privilégier les certifications proposées par l'Université de Cambridge, ça a tout de même un peu plus de gueule déjà, et ils évaluent la compréhension et l'expression, écrites comme orales.
Malheureusement le TOEIC est souvent requis, j'imagine qu'ils font du lobbying efficace...