Hermès comme marqueur de signalisation

Proposé par
le

Un hermès est un bloc en pierre quadrangulaire surmonté du buste du Dieu Hermès et généralement orné d'un phallus. En Grèce antique, les Hermès étaient disposés le long des routes et avaient la fonction de sanctifier et de marquer les limites : seuils, carrefours, etc.

L’affaire des Hermocopides est un scandale religieux ayant eu lieu à Athènes en 415 av. J.-C. Un grand nombre d'hermès furent mutilés de leurs attributs.


Commentaires préférés (3)

La marque Hermès prend un tout autre sens dans mon esprit dorénavant.

Posté le

android

(31)

Répondre

Et la limite de terrain c’est avant ou après la statue, parce que sinon plus l’attribut viril est grand, et plus on grappille sur le voisin.

Plus sérieusement j’avais également entendu parler de bornes d’hypothèques, qui servaient à indiquer que le propriétaire n’arrivait plus à conserver sa terre et la vendait, généralement il se vendait avec et servait ensuite d’esclave agricole sur son propre lopin de terre. Le problème venant de l’oligarchie qui phagocyte les petites classes.
Des réformes très sommaires ont d’abord étés effectuées par dracon, ( on lui doit l’adjectif draconien) puis par solon, où le statut social n’est plus inné mais dépend des possessions. Un progrès certes mais qui n’arrange rien, un petit propriétaire dispose ainsi de la possibilité juridique de s’élever mais comme il est écrasé par l’oligarchie...
Il faudra attendre la tyrannie de pisistrate pour que le problème soit résolu avec une suite de réformes sur la culture de vigne et d’oliviers, l’instauration d’une monnaie ( drachme = « poignée ») qui va de pair avec l’exploitation des mines d’argent ( avant cette monnaie on utilisait de longues broches à rôtir, pas pratique comme monnaie), le développement du commerce...
Pisistrate le tyran était très bien vu des classes populaires, d’ailleurs il a développé le culte de dionysos, un dieu des petites gens. Forte de ces réformes, la cité d’Athènes va donc entrer dans son âge d’or, qui atteindra son point culminant sous le règne du stratège Périclès et va péricliter avec la guerre du Péloponnèse.

a écrit : je crois bien que oui, Périclès a été descendu peu à peu, ses idées, sa philosophie, à confirmer par un spécialiste de la Grèce antique si il y en a un qui a survécu à la Nintendo... Bonsoir,

Péricliter et Périclès ne sont pas des noms de la même famille.

Périclès vient de "péri" (autour) et "kléos" (la gloire).

Le verbe péricliter vient de l'infinitif "periclitari" du verbe latin "periclitor" issu de "periclum", variante de "periculum" (l'essai, l'expérience, la tentative).

Posté le

android

(23)

Répondre


Tous les commentaires (13)

La marque Hermès prend un tout autre sens dans mon esprit dorénavant.

Posté le

android

(31)

Répondre

Et la limite de terrain c’est avant ou après la statue, parce que sinon plus l’attribut viril est grand, et plus on grappille sur le voisin.

Plus sérieusement j’avais également entendu parler de bornes d’hypothèques, qui servaient à indiquer que le propriétaire n’arrivait plus à conserver sa terre et la vendait, généralement il se vendait avec et servait ensuite d’esclave agricole sur son propre lopin de terre. Le problème venant de l’oligarchie qui phagocyte les petites classes.
Des réformes très sommaires ont d’abord étés effectuées par dracon, ( on lui doit l’adjectif draconien) puis par solon, où le statut social n’est plus inné mais dépend des possessions. Un progrès certes mais qui n’arrange rien, un petit propriétaire dispose ainsi de la possibilité juridique de s’élever mais comme il est écrasé par l’oligarchie...
Il faudra attendre la tyrannie de pisistrate pour que le problème soit résolu avec une suite de réformes sur la culture de vigne et d’oliviers, l’instauration d’une monnaie ( drachme = « poignée ») qui va de pair avec l’exploitation des mines d’argent ( avant cette monnaie on utilisait de longues broches à rôtir, pas pratique comme monnaie), le développement du commerce...
Pisistrate le tyran était très bien vu des classes populaires, d’ailleurs il a développé le culte de dionysos, un dieu des petites gens. Forte de ces réformes, la cité d’Athènes va donc entrer dans son âge d’or, qui atteindra son point culminant sous le règne du stratège Périclès et va péricliter avec la guerre du Péloponnèse.

Le verbe péricliter a-t-il comme origine Périclès ?

Posté le

android

(1)

Répondre

Boarf, on colle bien des bittes en béton pour quadriller les frontières entre les terrains agricoles privés encore aujourd'hui... c'était juste plus explicite à l'époque, et plus long à tailler... ^^

a écrit : Le verbe péricliter a-t-il comme origine Périclès ? je crois bien que oui, Périclès a été descendu peu à peu, ses idées, sa philosophie, à confirmer par un spécialiste de la Grèce antique si il y en a un qui a survécu à la Nintendo...

a écrit : je crois bien que oui, Périclès a été descendu peu à peu, ses idées, sa philosophie, à confirmer par un spécialiste de la Grèce antique si il y en a un qui a survécu à la Nintendo... Je me suis posé la question au moment où j’ai rédigé mon commentaire. Raison pour laquelle j’ai mis les deux termes côte à côte.

a écrit : je crois bien que oui, Périclès a été descendu peu à peu, ses idées, sa philosophie, à confirmer par un spécialiste de la Grèce antique si il y en a un qui a survécu à la Nintendo... Bonsoir,

Péricliter et Périclès ne sont pas des noms de la même famille.

Périclès vient de "péri" (autour) et "kléos" (la gloire).

Le verbe péricliter vient de l'infinitif "periclitari" du verbe latin "periclitor" issu de "periclum", variante de "periculum" (l'essai, l'expérience, la tentative).

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : Bonsoir,

Péricliter et Périclès ne sont pas des noms de la même famille.

Périclès vient de "péri" (autour) et "kléos" (la gloire).

Le verbe péricliter vient de l'infinitif "periclitari" du verbe latin "periclitor" issu de "periclum", variante de "periculum" (l'essai, l'expérience, la tentative).
Merci beaucoup pour le partage de ta connaissance, mais comment en est on venu à "Péricliter", dans le sens "déchéance, naufrage" où autre d'après le dico?

- Il faut qu’on mette de grandes stutues d’hommes un peu partout pour marquer nos territoires !
- Ça va prendre des siècles de tout sculpter
- C’est pas faux : réduisons à l’essentiel

a écrit : - Il faut qu’on mette de grandes stutues d’hommes un peu partout pour marquer nos territoires !
- Ça va prendre des siècles de tout sculpter
- C’est pas faux : réduisons à l’essentiel
Ouais, pissons contre les murs et les arbres, les chats le font très bien, ca devrait marcher aussi pour les humains! ^^

On les appelle des Hermès ithyphalliques. Tous les Hermès ne l'étaient pas. On a aussi des représentations de Hermès sur des places (marchandes par exemple) qui n'avaient pas la même signification car ne représentant pas la même "facette" de la divinité. Le polythéisme est souvent bien plus "complexe" que la description "païenne" qu'on lui prête arbitrairement et habituellement.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Merci beaucoup pour le partage de ta connaissance, mais comment en est on venu à "Péricliter", dans le sens "déchéance, naufrage" où autre d'après le dico? Le latin "Periculum" signifie aussi Épreuve périlleuse, danger, péril, risque.
On retrouve d'ailleurs cette racine dans l'italien "pericolo" (danger).
Je trouve que cette signification explique mieux la définition actuelle de péricliter.

Posté le

android

(1)

Répondre

Dans la mythologie grecque, Hermès est (entre autres) le dieu des voyageurs et le gardien des routes et carrefours, il me semble donc tout indiqué pour siéger sur les bornes.

Posté le

android

(2)

Répondre