La Guadeloupe a été suédoise

Proposé par
le

L'île de la Guadeloupe a longtemps été disputée entre Français et Britanniques pour sa possession. Elle fut aussi une possession suédoise pendant 1 an, de 1813 à 1814, cédée par la Grande-Bretagne afin d'assurer l'intégration de la Suède dans la sixième coalition contre la France napoléonienne.


Commentaires préférés (3)

À cause de ce traître de Bernadotte.

Posté le

android

(23)

Répondre

Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.

a écrit : Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se
fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.
Afficher tout
D'ailleurs aujourd'hui l'oeuvre de Bernadotte en tant que souverain de la Suède est vu de manière très positive par les historiens.
C'est un personnage qui a effectivement trahi la France impériale, une fois élu roi de Suède il s'est consacré au bien de ce même peuple, quitte à trahir la France et se battre contre elle. On dit qu'il est un des pères de la Suède moderne. Destin singulier pour un général de l'empire napoléonien.
Autre anecdote de mémoire, il n'a jamais appris le Suédois, à cette époque cependant l'élite noble parlait français, mais cela a toujours était un handicape au cours de son règne.

Posté le

android

(39)

Répondre


Tous les commentaires (22)

À cause de ce traître de Bernadotte.

Posté le

android

(23)

Répondre

Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.

a écrit : Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se
fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.
Afficher tout
Il ne trahit rien du tout.
Quand il accepte d'être roi de Suède il dit bien qu'il fera passer les intérêts de sa nation avant la France ou Napoléon.

Posté le

android

(5)

Répondre

En complément de l'anecdote, l'épisode des Cent-Jours replace la Guadeloupe sous occupation anglaise, et le deuxième traité de Paris de novembre 1815, redonne la souveraineté française sur la Guadeloupe.
La Grande-Bretagne dédommagea la Suède de ces retournements de situation avec une somme de 24 millions de francs au profit du trésor suédois, reversée sous forme de rente à perpétuité aux monarques suédois, qui fut close qu'en 1983, après accord entre les deux pays.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se
fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.
Afficher tout
D'ailleurs aujourd'hui l'oeuvre de Bernadotte en tant que souverain de la Suède est vu de manière très positive par les historiens.
C'est un personnage qui a effectivement trahi la France impériale, une fois élu roi de Suède il s'est consacré au bien de ce même peuple, quitte à trahir la France et se battre contre elle. On dit qu'il est un des pères de la Suède moderne. Destin singulier pour un général de l'empire napoléonien.
Autre anecdote de mémoire, il n'a jamais appris le Suédois, à cette époque cependant l'élite noble parlait français, mais cela a toujours était un handicape au cours de son règne.

Posté le

android

(39)

Répondre

a écrit : Il ne trahit rien du tout.
Quand il accepte d'être roi de Suède il dit bien qu'il fera passer les intérêts de sa nation avant la France ou Napoléon.
Quand je dis « trahit » ce n’est pas que je prends parti ou quoi, ni que j’affiche mon avis, c’est que d’un point de vue Napoléonien, il trahit sa patrie en devenant roi de Suède pour ensuite s’associer à la coalition qui veut combattre la France. J’ai écrit ça volontairement en racontant une histoire parce que sa vie est digne d’un roman d’aventure ! :)

On pourra remarquer qu'à l'époque, non seulement la nationalité des Antilles et notamment des Petites Antilles changeait assez fréquemment au gré des batailles navales (il y avait principalement les Français, les Britanniques et les Néerlandais qui se disputaient ces iles, d'où la situation actuelle, sachant que la France a conservé la souveraineté sur celles qui lui sont finalement restées, que les Pays-Bas ont accordé des statuts relativement indépendants, et le Royaume-Uni a accordé leur indépendance aux siennes), mais il y avait surtout beaucoup de pirates qui faisaient ce qu'ils voulaient et ne tenaient pas vraiment compte de qui revendiquait la souveraineté de chaque ile... Sachant bien sûr qu'à l'époque il n'y avait pas de passeports, de police des frontières ni de bureaux des douanes comme on les connait actuellement.

Autre île française des Antilles à être passée un sous bannière Suèdoise, l'île de Saint-Barthélemy (de 1784 à 1877) . Elle fût pendant longtemps rattachée à la Guadeloupe en tant que commune, elle est depuis 2007 une collectivité d'outre mer indépendante.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ça peut être bizarre de se dire que la Guadeloupe a été suédoise mais c’est dû à un homme: Jean-Baptiste Bernadotte. Cet homme était maréchal d’empire, sous Napoléon, le plus haut titre militaire.
Le 21 août 1810, le roi de Suède Charles XIII lui propose d’être héritier au trône (celui-ci n’a pas d’enfants et se
fait vieux) car il souhaite utiliser l’avantage des armées françaises contre les Russes, qui lui ont pris la Finlande.
Pas très motivé d’abord, il en parle à l’empereur avec qui il tient des relations très cordiales et Napoléon le pousse à accepter en se disant que ça fera de la Suède un état satellite français. Il devient donc roi de Suède... Et finit par se retourner contre la France en rejoignant la coalition contre elle, sous les arguments du Tsar Alexandre 1er, et ceux de l’Angleterre qui lui cède la Norvège, la Guadeloupe et lui dit même qu’il pourra avoir le trône de France si la coalition parvient à la vaincre. Devant tant d’arguments alléchants, il trahit donc sa première patrie et rejoint ses ennemis d’avant !
Je me suis amusée à lire sa biographie et je l’ai trouvée riche en rebondissements, je ne pensais pas qu’il était possible d’occuper tant de postes différents dans une vie et de vivre tant de choses, il a mené un nombre de bataille incalculable. C’est digne d’un film ! Il est décédé à l’âge de 81 ans.
Afficher tout
« Des relations très cordiales »!!! Absolument pas, Napoléon se méfiait énormément de Bernadotte et ce avant même qu’il ne devienne Consul. Bernadotte était dans l’armée du Rhin et Napoléon dirigeait l’armée d’Italie, les états majors de ses deux armées n’ont jamais pu se sentir. On rajoute à ça que Bernadotte a épousé la principale ex de Napoléon: Désirée Clary...

Ensuite dire que Napoléon a poussé pour que Bernadotte devienne roi de Suède c’est juste faux. Il a été presque mît devant le fait accompli. C’est l’aristocratie suédoise qui est venu le chercher à commencer par le roi en place. Il ont choisi Bernadotte car il s’était montré très respectueux avec des officiers suédois qu’il avait capturé lors d’une bataille. Mais surtout car les suédois cherchaient quelqu’un qui pouvait jouer sur tout les tableaux et en ne fâchant personne (français, anglais et les voisins russes et prussiens). C’est effectivement le cas puisque Bernadotte à toujours entretenu des relations diplomatiques même avec les ennemis, ce qui a amené la Suède à changer d’alliance au gré de ses intérêts et celle des aristocrates. Notons que Bernadotte n’a pas hésité à combattre la France lorsque les intérêts de la Suède l’exigeaient. Napoléon a toujours su que Bernadotte était un fin politique qui n’hésiterait pas à se retourner contre lui si nécessaire, et c’est ce qui s’est passé.

Bernadotte a été fait maréchal d’Empire pour plusieurs raisons: réunir l’ensemble de l’armée qui est historiquement divisée entre les Rhénans et les Italiens, garder ses ennemis près de soi pour mieux les surveiller, et puis aussi parce que c’était aussi un bon général.

a écrit : Il ne trahit rien du tout.
Quand il accepte d'être roi de Suède il dit bien qu'il fera passer les intérêts de sa nation avant la France ou Napoléon.
Bien sur que c'est un traître. En rejoingant la coalition contre Napoléon il a d'abord trahis l'Homme à qui il doit d'être un puissant du monde d'alors, l'Homme a qui il doit d'être roi et d'être marié à sa femme (une ancienne fiancé de Napoléon lorsqu'il n'était qu'un petit officier parmis d'autres). Plus grave, il a trahis la France, parce que c'était contre les intérêts de sa patrie. Encore plus grave, il a trahis les français, il a participé à tuer un certains nombres de soldats français, on peut imaginer que parmis eux se trouvait d'anciens camarades.
Mais s'il n'avait pas rejoint cette coalition il aurait trahis la Suède, devant la quelle il avait également un devoir. Trahison ou trahison, il a choisis. Il a aussi choisit celle qui le servait personnellement. Et la plus pragmatique aussi..

On peut comparer cette trahison du même genre à celle de Murât, le Roi de Naples. Mais ce n'était pas un homme pragmatique, mais d'action et de passion, ça lui à coûté la vie lorsqu'il a attaqué l'Autriche en Italie durant la campagne des 100 jours pour soulagé Napoléon d'un front. Ça a surtout condamné Napoléon à livrer une autre guerre qu'il ne voulait pas, et qui lui sera fatale. Puisque ça a convaincu le reste de l'Europe à attaquer la France. En représaille de sa traîtrise en 1814 Napoléon à refusé sa présence à Waterloo, j'aurai tellement aimé savoir si Murât aurai réussi à percer les carrés anglais et ainsi changer le cours de la bataille (et de l'histoire). De l'aveu même de napoléon si un homme avait été capable de cet exploit c'était bien ce diable de Murât !

Posté le

android

(2)

Répondre

St Martin à fait les même frais (au nord de l'île ) un coup français un coup anglais un coup espagnol et il me semble la partie nord à était néerlandaise
Du passage des anglais il reste surtout la langue encore parlait par presque tout les habitants de l'ile

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Bien sur que c'est un traître. En rejoingant la coalition contre Napoléon il a d'abord trahis l'Homme à qui il doit d'être un puissant du monde d'alors, l'Homme a qui il doit d'être roi et d'être marié à sa femme (une ancienne fiancé de Napoléon lorsqu'il n'était qu9;un petit officier parmis d'autres). Plus grave, il a trahis la France, parce que c'était contre les intérêts de sa patrie. Encore plus grave, il a trahis les français, il a participé à tuer un certains nombres de soldats français, on peut imaginer que parmis eux se trouvait d'anciens camarades.
Mais s'il n'avait pas rejoint cette coalition il aurait trahis la Suède, devant la quelle il avait également un devoir. Trahison ou trahison, il a choisis. Il a aussi choisit celle qui le servait personnellement. Et la plus pragmatique aussi..

On peut comparer cette trahison du même genre à celle de Murât, le Roi de Naples. Mais ce n'était pas un homme pragmatique, mais d'action et de passion, ça lui à coûté la vie lorsqu'il a attaqué l'Autriche en Italie durant la campagne des 100 jours pour soulagé Napoléon d'un front. Ça a surtout condamné Napoléon à livrer une autre guerre qu'il ne voulait pas, et qui lui sera fatale. Puisque ça a convaincu le reste de l'Europe à attaquer la France. En représaille de sa traîtrise en 1814 Napoléon à refusé sa présence à Waterloo, j'aurai tellement aimé savoir si Murât aurai réussi à percer les carrés anglais et ainsi changer le cours de la bataille (et de l'histoire). De l'aveu même de napoléon si un homme avait été capable de cet exploit c'était bien ce diable de Murât !
Afficher tout
Très bien écrit

a écrit : « Des relations très cordiales »!!! Absolument pas, Napoléon se méfiait énormément de Bernadotte et ce avant même qu’il ne devienne Consul. Bernadotte était dans l’armée du Rhin et Napoléon dirigeait l’armée d’Italie, les états majors de ses deux armées n’ont jamais pu se sentir. On rajoute à ça que Bernadotte a épousé la principale ex de Napoléon: Désirée Clary...

Ensuite dire que Napoléon a poussé pour que Bernadotte devienne roi de Suède c’est juste faux. Il a été presque mît devant le fait accompli. C’est l’aristocratie suédoise qui est venu le chercher à commencer par le roi en place. Il ont choisi Bernadotte car il s’était montré très respectueux avec des officiers suédois qu’il avait capturé lors d’une bataille. Mais surtout car les suédois cherchaient quelqu’un qui pouvait jouer sur tout les tableaux et en ne fâchant personne (français, anglais et les voisins russes et prussiens). C’est effectivement le cas puisque Bernadotte à toujours entretenu des relations diplomatiques même avec les ennemis, ce qui a amené la Suède à changer d’alliance au gré de ses intérêts et celle des aristocrates. Notons que Bernadotte n’a pas hésité à combattre la France lorsque les intérêts de la Suède l’exigeaient. Napoléon a toujours su que Bernadotte était un fin politique qui n’hésiterait pas à se retourner contre lui si nécessaire, et c’est ce qui s’est passé.

Bernadotte a été fait maréchal d’Empire pour plusieurs raisons: réunir l’ensemble de l’armée qui est historiquement divisée entre les Rhénans et les Italiens, garder ses ennemis près de soi pour mieux les surveiller, et puis aussi parce que c’était aussi un bon général.
Afficher tout
C’étaient des relations rivales oui mais courtoises, les deux hommes se jaugeaient beaucoup, et les défauts que Napoléon voyaient chez Bernadotte, il les avait lui-même. Mais pendant un temps, les deux hommes se sont bien entendu, il a même fait de Bernadotte un Prince-Duc de Pontecorvo, et se fut le premier à recevoir cet honneur permis tous les Maréchal d’empire, ça a d’ailleurs suscité beaucoup de jalousie parmi ceux-là. Napoléon se méfiait de lui, mais on sent à travers les titres qu’il lui a offert qu’il l’estimait.
Napoléon a vu du positif dans la proposition de roi de Suède de Charles XIII, il s’imaginait qu’il plaçait en Suède un homme de foi, un maréchal d’empire qui allait gouverner la Suède en la ralliant à la France, qu’elle allait devenir un état satellite de celle-ci... Même s’il ne comprenait pas pourquoi la Suède avait choisi Bernadotte parmi d’autres candidats, qu’il estimait mieux pour ce rôle.

a écrit : St Martin à fait les même frais (au nord de l'île ) un coup français un coup anglais un coup espagnol et il me semble la partie nord à était néerlandaise
Du passage des anglais il reste surtout la langue encore parlait par presque tout les habitants de l'ile
Aujourd'hui elle est coupée en 2, il y a une partie française et une partie néerlandaise

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C’étaient des relations rivales oui mais courtoises, les deux hommes se jaugeaient beaucoup, et les défauts que Napoléon voyaient chez Bernadotte, il les avait lui-même. Mais pendant un temps, les deux hommes se sont bien entendu, il a même fait de Bernadotte un Prince-Duc de Pontecorvo, et se fut le premier à recevoir cet honneur permis tous les Maréchal d’empire, ça a d’ailleurs suscité beaucoup de jalousie parmi ceux-là. Napoléon se méfiait de lui, mais on sent à travers les titres qu’il lui a offert qu’il l’estimait.
Napoléon a vu du positif dans la proposition de roi de Suède de Charles XIII, il s’imaginait qu’il plaçait en Suède un homme de foi, un maréchal d’empire qui allait gouverner la Suède en la ralliant à la France, qu’elle allait devenir un état satellite de celle-ci... Même s’il ne comprenait pas pourquoi la Suède avait choisi Bernadotte parmi d’autres candidats, qu’il estimait mieux pour ce rôle.
Afficher tout
Napoléon dira de Bernadotte à la fin de sa vie :

« C’est lui qui a donné à nos ennemis la clé de notre politique, la tactique de nos armées ; c’est lui qui a montré les chemins du sol sacré. Vainement dirait-il pour excuse qu’en acceptant le trône de Suède il n’a plus dû qu’être suédois : excuse banale, bonne tout au plus pour la multitude et le vulgaire des ambitieux. Pour prendre femme, on ne renonce point à sa mère, encore moins est-on tenu à lui percer le sein et à lui déchirer les entrailles. »

a écrit : Napoléon dira de Bernadotte à la fin de sa vie :

« C’est lui qui a donné à nos ennemis la clé de notre politique, la tactique de nos armées ; c’est lui qui a montré les chemins du sol sacré. Vainement dirait-il pour excuse qu’en acceptant le trône de Suède il n’a plus dû qu’être suédois : excuse banale,
bonne tout au plus pour la multitude et le vulgaire des ambitieux. Pour prendre femme, on ne renonce point à sa mère, encore moins est-on tenu à lui percer le sein et à lui déchirer les entrailles. » Afficher tout
Oui, c’est sûr qu’une fois qu’il a trahi la France, Napoléon n’en dira jamais du bien... J’ai également lu cette citation dans les lectures sur Bernadotte.

Au final la France a réussi avoir gain de cause sur la Guadeloupe et la Martinique et le royaume Uni sur le reste du monde.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Bien sur que c'est un traître. En rejoingant la coalition contre Napoléon il a d'abord trahis l'Homme à qui il doit d'être un puissant du monde d'alors, l'Homme a qui il doit d'être roi et d'être marié à sa femme (une ancienne fiancé de Napoléon lorsqu'il n'était qu9;un petit officier parmis d'autres). Plus grave, il a trahis la France, parce que c'était contre les intérêts de sa patrie. Encore plus grave, il a trahis les français, il a participé à tuer un certains nombres de soldats français, on peut imaginer que parmis eux se trouvait d'anciens camarades.
Mais s'il n'avait pas rejoint cette coalition il aurait trahis la Suède, devant la quelle il avait également un devoir. Trahison ou trahison, il a choisis. Il a aussi choisit celle qui le servait personnellement. Et la plus pragmatique aussi..

On peut comparer cette trahison du même genre à celle de Murât, le Roi de Naples. Mais ce n'était pas un homme pragmatique, mais d'action et de passion, ça lui à coûté la vie lorsqu'il a attaqué l'Autriche en Italie durant la campagne des 100 jours pour soulagé Napoléon d'un front. Ça a surtout condamné Napoléon à livrer une autre guerre qu'il ne voulait pas, et qui lui sera fatale. Puisque ça a convaincu le reste de l'Europe à attaquer la France. En représaille de sa traîtrise en 1814 Napoléon à refusé sa présence à Waterloo, j'aurai tellement aimé savoir si Murât aurai réussi à percer les carrés anglais et ainsi changer le cours de la bataille (et de l'histoire). De l'aveu même de napoléon si un homme avait été capable de cet exploit c'était bien ce diable de Murât !
Afficher tout
Un traître ?
Si il devient roi c'est par ses propres prouesses.
Trahir Napoléon ? La France ?
Il faut se mettre dans le contexte de l'époque, le nationalisme n'est pas une notion encore répandu.
Sa nation c'est la Suède point, quand il rejoint la coalition c'est pour les intérêts de sa nation (peut être un peu lui même aussi mais quand t'es roi, tes intérêts et les intérêts de la nation c'est la même chose). La France et Napoléon c'est du passé.
Il n'est pas traitre, je trouve ça même idiot de le voir de cette façon.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Un traître ?
Si il devient roi c'est par ses propres prouesses.
Trahir Napoléon ? La France ?
Il faut se mettre dans le contexte de l'époque, le nationalisme n'est pas une notion encore répandu.
Sa nation c'est la Suède point, quand il rejoint la coalition c'est pour les
intérêts de sa nation (peut être un peu lui même aussi mais quand t'es roi, tes intérêts et les intérêts de la nation c'est la même chose). La France et Napoléon c'est du passé.
Il n'est pas traitre, je trouve ça même idiot de le voir de cette façon.
Afficher tout
L'argument du nationalisme relève du sophisme. Comme s'il fallait le concept d'Etat nation pour que la traîtrise puisse être caractérisé. Des châtiments pour traîtrise envers l'entité politique auquel on est rattaché (par naissance, mariage, adoption et que sais-je encore) existe bien avant l'idée de nation. De plus je pense que tu te trompes, le sentiment national de la Révolution au début du XX ème siècle est beaucoup plus important que celui de nos jours..
Maintenant tu as raison en disant qu'il faut se remettre dans le contexte de l'époque, un roi venu de l'étranger pour régner n'est pas extraordinaire à l'époque. Ça le serait beaucoup plus aujourd'hui. Et à l'époque, on demandait effectivement que le nouveau roi défende les intérêts de son nouveau royaume, quitte à desservir ceux de son pays natale. Les cours européennes n'ont pas du beaucoup s'émouvoir des agissements de Bernadotte.

Et d'ailleurs, comme je l'ai dis, Bernadotte est un traître multidimensionnelle. Si tu contestes sur le plan "patriotique", qui est pour moi indéniable, reste la traîtrise sur le plan personnel : envers Napoléon. Tu laisses entendre en disant qu' "il devient roi par ses propres prouesses" que Napoléon n'a eu aucun rôle dans l'ascension au trône de Bernadotte... là c'est de la mauvaise foi ! Sans rien retiré aux qualités de Bernadotte, il y a une relation de dépendance évidente entre l'ascension de Napoléon et celle de Bernadotte, l'une ne pouvait exister sans l'autre, et même sans aval de Napoléon.
Et sur le plan matériel, en divulguant les "secrets" de la machine militaire et politique Napoléonienne... si c'est le mot traîtrise qui te fais peur, il faut en inventé un autre pour ce qu'a fait Bernadotte, qui va relevé du synonyme !

Attention, ce n'est pas un jugement envers ce grand personnage de l'histoire. Je l'ai précisé, quoi qu'il fasse en 1814, il était condamné à la traitrise. Je répète que pour moi c'était un traître. S'il avait agit de façon à ne pas trahir la France, Napoléon et ses anciens frères d'armes, ce serait les suédois qui auraient droit de le qualifier de traître. En tant que français j'en ai donc le droit. Mais ce n'est pas vendicatif de ma part, ce serait pour le coup parfaitement idiot, c'est une simple constatation.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C’étaient des relations rivales oui mais courtoises, les deux hommes se jaugeaient beaucoup, et les défauts que Napoléon voyaient chez Bernadotte, il les avait lui-même. Mais pendant un temps, les deux hommes se sont bien entendu, il a même fait de Bernadotte un Prince-Duc de Pontecorvo, et se fut le premier à recevoir cet honneur permis tous les Maréchal d’empire, ça a d’ailleurs suscité beaucoup de jalousie parmi ceux-là. Napoléon se méfiait de lui, mais on sent à travers les titres qu’il lui a offert qu’il l’estimait.
Napoléon a vu du positif dans la proposition de roi de Suède de Charles XIII, il s’imaginait qu’il plaçait en Suède un homme de foi, un maréchal d’empire qui allait gouverner la Suède en la ralliant à la France, qu’elle allait devenir un état satellite de celle-ci... Même s’il ne comprenait pas pourquoi la Suède avait choisi Bernadotte parmi d’autres candidats, qu’il estimait mieux pour ce rôle.
Afficher tout
Cite moi une seule source crédible qui dit que Napoléon a « placé » Bernadotte à la fonction de roi de Suède. C’est juste faux. Toutes les sources converges pour dire que cela c’est fait dans le dos de Napoléon et que lorsqu’il l’a appris il s’est contenté de ne pas s’y opposer (le pouvait il vraiment sans froisser son « ami » Alexandre, Tsar de toutes les Russies?!). L’histoire ça ne s’invente pas au gré de tes envies.

J’ajoute que les distinctions sont juste un arme politique pour Napoléon et aucun cas un signe de reconnaissance ou autre? La Légion d’Honneur: un « hochet » disait-il? Talleyrand nommé par Napoléon, Prince de Bénévent et Grand Électeur: « de la merde dans un bas de soi »... etc etc donc tu crois qu’il en est différemment pour Bernadotte?

Bernadotte était trop indépendant pour se soumettre à Napoléon. Et Napoléon trop autoritaire pour tolérer cette attitude. Hormis madame Mère, ses sœurs (et encore), Joséphine, Lannes et de très rares individus, personne ne pouvait refuser l’autorité de l’Empereur sans conséquences.