Un meurtre filmé en plein concert des Rolling Stones

Proposé par
le
dans

Le festival d'Altamont, organisé par les Rolling Stones aux États-Unis en 1969, fut marqué par la mort d'un spectateur, poignardé pendant la prestation des Stones par un membre des Hells Angels qui était chargé de s'occuper de la sécurité, alors que la victime pointait un revolver en direction de la scène. L'arme n'a jamais été retrouvée, mais la scène fut filmée.

L'événement a été filmé et incorporé dans le film documentaire "Gimme Shelter " sorti en 1970.


Commentaires préférés (3)

3 autres spectateurs périront au cours de ce qui se voulait une réponse à Woodstock. 2 furent écrasés dans leurs sacs de couchage par un chauffard ayant consommé du LSD, et 1 autre, toujours sous l'emprise de cette drogue, se noiera en voulant prendre un bain.
En raison de nombreux actes de violence qui ont éclaté tout au long du concert et du nombre de personnes qui y ont trouvé la mort (4 au total), le festival d'Altamont est effectivement considéré comme le symbole de la fin du mouvement hippie.

Posté le

android

(81)

Répondre

a écrit : Tu oublies de préciser que les écrasés par le chauffard étaient des enfants et qu'il y a aussi quatre naissances. Effectivement, et la presse britannique ira jusqu'à dire que sous l'influence des Stones, le festival aura été une fantastique expérience collective où la mort avait été compensée par des naissances dans un équilibre cosmique.
Marqués après ce festival, les Rolling Stones attendront trois ans avant de revenir jouer aux États-Unis.

Posté le

android

(49)

Répondre

La formulation de l'anecdote fait passer le HA pour le méchant et le potentiel tueur pour une victime.

Posté le

android

(28)

Répondre


Tous les commentaires (23)

Dans la source Wiki il est dit que "Le festival d'Altamont est généralement considéré comme le symbole de la fin du mouvement hippie"...

Je ne peux qu'applaudir :-)

3 autres spectateurs périront au cours de ce qui se voulait une réponse à Woodstock. 2 furent écrasés dans leurs sacs de couchage par un chauffard ayant consommé du LSD, et 1 autre, toujours sous l'emprise de cette drogue, se noiera en voulant prendre un bain.
En raison de nombreux actes de violence qui ont éclaté tout au long du concert et du nombre de personnes qui y ont trouvé la mort (4 au total), le festival d'Altamont est effectivement considéré comme le symbole de la fin du mouvement hippie.

Posté le

android

(81)

Répondre

confier la sécurité d'un festival aux Hells Angels armés de queues de billards et de chaînes de moto entre autres n'était sûrement pas une bonne idée. Les Hells n'étant déjà pas des enfants de coeur mais en plus défoncés aux mélanges d'amphétamines, LSD et alcoolisés ce ne pouvait que dégénérer.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : 3 autres spectateurs périront au cours de ce qui se voulait une réponse à Woodstock. 2 furent écrasés dans leurs sacs de couchage par un chauffard ayant consommé du LSD, et 1 autre, toujours sous l'emprise de cette drogue, se noiera en voulant prendre un bain.
En raison de nombreux actes de violence qui ont
éclaté tout au long du concert et du nombre de personnes qui y ont trouvé la mort (4 au total), le festival d'Altamont est effectivement considéré comme le symbole de la fin du mouvement hippie. Afficher tout
Tu oublies de préciser que les écrasés par le chauffard étaient des enfants et qu'il y a aussi quatre naissances.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu oublies de préciser que les écrasés par le chauffard étaient des enfants et qu'il y a aussi quatre naissances. Effectivement, et la presse britannique ira jusqu'à dire que sous l'influence des Stones, le festival aura été une fantastique expérience collective où la mort avait été compensée par des naissances dans un équilibre cosmique.
Marqués après ce festival, les Rolling Stones attendront trois ans avant de revenir jouer aux États-Unis.

Posté le

android

(49)

Répondre

Commentaire supprimé Faites un tour à Ozora et vous verrez si le mouvement hippie est mort ou pas ^^.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Faites un tour à Ozora et vous verrez si le mouvement hippie est mort ou pas ^^. Mouais... j'ai bien regardé les photos sur leur page Wikipedia et j'ai pas vu un seul sein nu!!!

a écrit : confier la sécurité d'un festival aux Hells Angels armés de queues de billards et de chaînes de moto entre autres n'était sûrement pas une bonne idée. Les Hells n'étant déjà pas des enfants de coeur mais en plus défoncés aux mélanges d'amphétamines, LSD et alcoolisés ce ne pouvait que dégénérer. En même temps, si j'ai bien compris l'anecdote, le potentiel tueur aurait tirer sur les RS si le gars des HA n'était pas intervenu. ( de manière radicale, certes)

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Mouais... j'ai bien regardé les photos sur leur page Wikipedia et j'ai pas vu un seul sein nu!!! Et pourtant.. y'a pas que des seins nus ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

La formulation de l'anecdote fait passer le HA pour le méchant et le potentiel tueur pour une victime.

Posté le

android

(28)

Répondre

a écrit : La formulation de l'anecdote fait passer le HA pour le méchant et le potentiel tueur pour une victime. Bin oui mais semblerait que souvent la victime c'est bien celui qui est mort

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : La formulation de l'anecdote fait passer le HA pour le méchant et le potentiel tueur pour une victime. On arrête pas un spychopathe meurtrier en lui plantant un cran d'arrêt en plein coeur, m'enfin! Y'a des règles, on lui demande poliment de lâcher son arme, de la déposer gentillement au sol, de présenter des excuses, sa carte d'identité et son permis de port d'arme (à feu) et pour la panique générée, d'expliquer son geste devant un tribunal ...

Où on frappe avant qu'il ne soit trop tard. Les Hells Angels, s'ils étaient embauchés pour maintenir l'ordre, ca prouve que c'était des bons gorilles, un peu violents certainement, mais efficaces! Sinon pour respecter l'ordre et la loi, les Stones auraient pu embaucher des flics...
-MÔssieur, veuillez déposer votre arme au s..."PAN"
Eh merde, trop tard!

Hi hi ^^

merci MAIS
(il y a toujours un "mais")

après visionnage, on dirait que les spectateurs ont joué un bon rôle pour stopper le forcené, non? Je ne vois pas vraiment qui a planté... y'a même des flics dans le tas...

a écrit : Bin oui mais semblerait que souvent la victime c'est bien celui qui est mort Donc pour toi, un mec avec une ceinture d'explosifs qui se fait tuer par les flics au milieu d'une foule est la victime...?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Donc pour toi, un mec avec une ceinture d'explosifs qui se fait tuer par les flics au milieu d'une foule est la victime...? Dans le language professionnel, on parle de victime quand on arrive sur un accident, une rixe ou autre. Peu importe qui a fait quoi, toute personne ayant subi des dommages est une victime. Ce n’est pas victime dans le sens « qui a subi une injustice » ici, mais plutôt en rapport au fait qu’il soit mort, il a subi des blessures létales.

a écrit : Dans le language professionnel, on parle de victime quand on arrive sur un accident, une rixe ou autre. Peu importe qui a fait quoi, toute personne ayant subi des dommages est une victime. Ce n’est pas victime dans le sens « qui a subi une injustice » ici, mais plutôt en rapport au fait qu’il soit mort, il a subi des blessures létales. Afficher tout Merci dylane pour la définition, au 1er degré.
Par contre je t'invite à lire le commentaire de "Primate" et donc la réponse de "caractère", à laquelle je faisais allusion justement, et tu te rendras compte qu'on n'est pas sur du Larousse, et qu'on est bien sur le sens que j'interprétais

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La formulation de l'anecdote fait passer le HA pour le méchant et le potentiel tueur pour une victime. Bonjour, euh, c'est quoi le HA ?