Des PlayStation 3 pour analyser les données radar

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

La Playstation 3, comme pratiquement toutes les consoles, était vendue à perte. Sony comptait sur les ventes de jeux pour faire des bénéfices. Le rapport prix/puissance était donc bien plus intéressant qu’un ordinateur.

Si c’est la Playstation 3 qui a été utilisée, et pas une Xbox 360, c’est parce qu’elle pouvait faire tourner nativement Linux, donc on pouvait en faire à peu près ce qu’on voulait. En plus l’architecture des processeurs était particulièrement efficace pour du calcul parallèle.

Quand Sony a découvert cette utilisation, qui leur faisait perdre de l’argent, ils ont supprimés la possibilité de mettre Linux sur les Playstation 3 (y compris sur celles déjà vendues, via une mise à jour obligatoire). Ça a fait gueuler pas mal de monde. Ils ont d’ailleurs été condamnés pour ça, la possibilité d’installer Linux étant un argument de vente.

Si on prend le prix à la sortie de la ps3 était de 499$, même si je pense qu'ils n'ont pas du acheter les consoles dans le magasin du coin !

On calcule et ça revient à 858 000 $.

À l'époque je ne sais pas combien coûtait un super calculateur mais en regardant rapidement j'ai vu le prix de 14 millions et 25 millions pour des supercalculateurs actuelle, on peut facilement estimer le prix à l'époque de plusieurs millions de dollars j'imagine .

Donc plutôt de belles économies !

a écrit : Je suis d'accord avec toi et n’importe quelle console est d’ailleurs vendu à perte (peut être pas les Nintendo). Les bénéfices se font sur les jeux.

Pour l’anecdote, je comprend l’idée mais en achetant des consoles tu achètes également des composants inutiles pour faire du calcul (antenne wifi, anten
ne Bluetooth, carte Bluetooth/wifi, ports usb et hdmi, Bloc alim, lecteur cd, packaging du produit, etc...). Cela reste rentable même en achetant tout ça pour rien ? S’ils l’ont fait c’est que oui mais je trouve ça étrange. Afficher tout
À sa sortie la Playstation 3 embarquait pour 800$ de composants. Si tu rajoutes l’assemblage, le transport, le marketing,..., qui existent aussi pour les ordinateurs, ça chiffre vite. La console était vendue 500$. (www.numerama.com/magazine/3585-playstation-3-le-cout-reel-de-la-console-de-sony.html). En plus l’armée américaine a commandé 1 760 consoles, ils ont dû pouvoir négocier le prix.

Avec tout ça ils ont dû l’avoir pour facilement 50% moins cher que son coût de fabrication réel.

Le bluetooth/wifi/USB/... ça coûte pas grand chose à fabriquer (4.10$ pour le bluetooth, 15$ pour le wifi). Le lecteur Blu-ray c’était déjà plus cher à l’époque (125$ d’après Numérama), mais c’était surtout à cause de coûts de licence, qui reviennent en partie à Sony. C’est pas possible d’avoir les chiffres exacts, mais je ne pense pas que les trucs inutiles reviennent si cher que ça au final.


Tous les commentaires (40)

La Playstation 3, comme pratiquement toutes les consoles, était vendue à perte. Sony comptait sur les ventes de jeux pour faire des bénéfices. Le rapport prix/puissance était donc bien plus intéressant qu’un ordinateur.

Si c’est la Playstation 3 qui a été utilisée, et pas une Xbox 360, c’est parce qu’elle pouvait faire tourner nativement Linux, donc on pouvait en faire à peu près ce qu’on voulait. En plus l’architecture des processeurs était particulièrement efficace pour du calcul parallèle.

Quand Sony a découvert cette utilisation, qui leur faisait perdre de l’argent, ils ont supprimés la possibilité de mettre Linux sur les Playstation 3 (y compris sur celles déjà vendues, via une mise à jour obligatoire). Ça a fait gueuler pas mal de monde. Ils ont d’ailleurs été condamnés pour ça, la possibilité d’installer Linux étant un argument de vente.

a écrit : La Playstation 3, comme pratiquement toutes les consoles, était vendue à perte. Sony comptait sur les ventes de jeux pour faire des bénéfices. Le rapport prix/puissance était donc bien plus intéressant qu’un ordinateur.

Si c’est la Playstation 3 qui a été utilisée, et pas une Xbox 360, c’est parce qu’elle
pouvait faire tourner nativement Linux, donc on pouvait en faire à peu près ce qu’on voulait. En plus l’architecture des processeurs était particulièrement efficace pour du calcul parallèle.

Quand Sony a découvert cette utilisation, qui leur faisait perdre de l’argent, ils ont supprimés la possibilité de mettre Linux sur les Playstation 3 (y compris sur celles déjà vendues, via une mise à jour obligatoire). Ça a fait gueuler pas mal de monde. Ils ont d’ailleurs été condamnés pour ça, la possibilité d’installer Linux étant un argument de vente.
Afficher tout
Je suis d'accord avec toi et n’importe quelle console est d’ailleurs vendu à perte (peut être pas les Nintendo). Les bénéfices se font sur les jeux.

Pour l’anecdote, je comprend l’idée mais en achetant des consoles tu achètes également des composants inutiles pour faire du calcul (antenne wifi, antenne Bluetooth, carte Bluetooth/wifi, ports usb et hdmi, Bloc alim, lecteur cd, packaging du produit, etc...). Cela reste rentable même en achetant tout ça pour rien ? S’ils l’ont fait c’est que oui mais je trouve ça étrange.

Si on prend le prix à la sortie de la ps3 était de 499$, même si je pense qu'ils n'ont pas du acheter les consoles dans le magasin du coin !

On calcule et ça revient à 858 000 $.

À l'époque je ne sais pas combien coûtait un super calculateur mais en regardant rapidement j'ai vu le prix de 14 millions et 25 millions pour des supercalculateurs actuelle, on peut facilement estimer le prix à l'époque de plusieurs millions de dollars j'imagine .

Donc plutôt de belles économies !

a écrit : Je suis d'accord avec toi et n’importe quelle console est d’ailleurs vendu à perte (peut être pas les Nintendo). Les bénéfices se font sur les jeux.

Pour l’anecdote, je comprend l’idée mais en achetant des consoles tu achètes également des composants inutiles pour faire du calcul (antenne wifi, anten
ne Bluetooth, carte Bluetooth/wifi, ports usb et hdmi, Bloc alim, lecteur cd, packaging du produit, etc...). Cela reste rentable même en achetant tout ça pour rien ? S’ils l’ont fait c’est que oui mais je trouve ça étrange. Afficher tout
À sa sortie la Playstation 3 embarquait pour 800$ de composants. Si tu rajoutes l’assemblage, le transport, le marketing,..., qui existent aussi pour les ordinateurs, ça chiffre vite. La console était vendue 500$. (www.numerama.com/magazine/3585-playstation-3-le-cout-reel-de-la-console-de-sony.html). En plus l’armée américaine a commandé 1 760 consoles, ils ont dû pouvoir négocier le prix.

Avec tout ça ils ont dû l’avoir pour facilement 50% moins cher que son coût de fabrication réel.

Le bluetooth/wifi/USB/... ça coûte pas grand chose à fabriquer (4.10$ pour le bluetooth, 15$ pour le wifi). Le lecteur Blu-ray c’était déjà plus cher à l’époque (125$ d’après Numérama), mais c’était surtout à cause de coûts de licence, qui reviennent en partie à Sony. C’est pas possible d’avoir les chiffres exacts, mais je ne pense pas que les trucs inutiles reviennent si cher que ça au final.

a écrit : Idée reprise dans la série person of interest Magnifique série !!!!!

Posté le

android

(6)

Répondre

Il aurait été intéressant de préciser dans le texte de l'anecdote quand ça a eu lieu, parce que "à l'époque", c'est un peu vague...
De plus, la première source est invalide...

C'est vraiment pas con, les consoles de jeu sont des ordinateurs très robustes et fiables, et pour l'anecdote, pour traiter des données radar, on a pas forcément besoin de beaucoup de puissance de calcul, on a surtout besoin que le calcul soit fiable, les supercalculateurs sont des machines uniques, rien que le temps de les assembler, ils sont pratiquement déjà dépassés^^, quand au prix, j'ai vu plus haut des dizaines de millions... pour les plus gros, c'est des milliards!!! mais ca sert surtout à calculer des programmes de recherche scientifique, on peut tolérer des erreurs mais faut que ca aille très vite.

En plus du fait que les consoles sont vendues à perte durant les premiers temps, c'était une bonne affaire!

Et pis ca m'énerve les exclusivités, dans les années 90, j'ai achetté, dans l'ordre:
NES
Game Boy
Master System
Super NES
Megadrive
Saturn...

Non mais sans déconner quoi, j'ai achetté la Supernes et la Saturn pour UN SEUL JEU... Simcity pour la première, Command & Conquer pour la seconde... Alors quand ils ont sorti Command&Conquer Alerte Rouge sur PS1, j'ai craqué et j'ai acheté un PC! ^^

Bien fait pour leur gueule à Sony! ;)

La vente à perte des console et une légende urbaine habilement entretenue par les constructeurs. Ils ne sont pas des bons samaritains dispendieux d'électronique haut de gamme à des prix cassés. Ils sont là pour gagner des sous
Ça leur permet de "justifier" le prix des jeux dans les pays où ils sont vendus chers. Car ils ne sont pas vendus à un prix margé uniforme, ils sont tarifés du simple au double d'une région à l'autre. Les fiscalités les concernant sont en effet très différentes d'un pays, et, en principe, le gain se fait sur le prix hors taxes. Si les ventes se faisaient au même tarif partout dans le monde, il n'y aurait plus de raisons rationnelles de brider les supports afin qu'ils ne soient utilisables que dans une zone déterminée.
C'est un marché où seul compte le prix "psychologique", n’ayant aucun rapport avec la prix de revient. La plupart des joueurs se sentiraient dévalorisés s'ils utilisaient des jeux bon marché, dans une activité ou l'élitisme est le but recherché et la concurrence intellectuelle (et financière) est entretenue par les réseaux sociaux

a écrit : Il aurait été intéressant de préciser dans le texte de l'anecdote quand ça a eu lieu, parce que "à l'époque", c'est un peu vague...
De plus, la première source est invalide...
La console étant sortie de novembre 2006 à mars 2007 selon les régions, on a une idée de la période de "l'époque".
À ce moment, les prix des circuits et processeurs s'étaient effondrés, et je pense que ce "super ordinateur" est plus un défit d'ingénieurs qu'un réel besoin d'économies
Sony, comme les autres constructeurs, diffuse des matériels conçus avec les composants le moins cher possible (IBM, pour Sony) pour le meilleur résultat possible : les consoles sont toujours à la limite de leur possibilités, et les constructeurs sont obligés de faire des mises à jours système pour optimiser régulièrement leur matériel
Quand on voit les remises obtenues quand on commande des circuits en quantités relativement peu importantes (ça "bouge bien" à partir de 500 Cpu I7 chez Intel), je n'imagine pas quand on se pointe en disant "Bonjour, j'en veux trente millions, pour commencer!"

a écrit : À sa sortie la Playstation 3 embarquait pour 800$ de composants. Si tu rajoutes l’assemblage, le transport, le marketing,..., qui existent aussi pour les ordinateurs, ça chiffre vite. La console était vendue 500$. (www.numerama.com/magazine/3585-playstation-3-le-cout-reel-de-la-console-de-sony.html). En plus l’armée américaine a commandé 1 760 consoles, ils ont dû pouvoir négocier le prix.

Avec tout ça ils ont dû l’avoir pour facilement 50% moins cher que son coût de fabrication réel.

Le bluetooth/wifi/USB/... ça coûte pas grand chose à fabriquer (4.10$ pour le bluetooth, 15$ pour le wifi). Le lecteur Blu-ray c’était déjà plus cher à l’époque (125$ d’après Numérama), mais c’était surtout à cause de coûts de licence, qui reviennent en partie à Sony. C’est pas possible d’avoir les chiffres exacts, mais je ne pense pas que les trucs inutiles reviennent si cher que ça au final.
Afficher tout
Je n'ai regardé que pour les systèmes de communication, mais personne ne semble avoir l'idée des "vrais prix"
aujourd'hui, au détail, à l’unité, frais de port compris :
wifi : 2.53 Eur (pas env 15.00)
BT : 1.20 Eur (pas env 4.10)
en USB, prêt à brancher sur une machine, chez AliExpess, en trois clics (c'est chinois)
Ça vous donne une (petite) idée des marges dont se goinfrent les importateurs et distributeurs en Europe. Si vous voulez apercevoir des prix de gros "chinois", allez voir chez AliBaba, c'est le même, mais pour les pros

a écrit : La vente à perte des console et une légende urbaine habilement entretenue par les constructeurs. Ils ne sont pas des bons samaritains dispendieux d'électronique haut de gamme à des prix cassés. Ils sont là pour gagner des sous
Ça leur permet de "justifier" le prix des jeux dans les pays où ils son
t vendus chers. Car ils ne sont pas vendus à un prix margé uniforme, ils sont tarifés du simple au double d'une région à l'autre. Les fiscalités les concernant sont en effet très différentes d'un pays, et, en principe, le gain se fait sur le prix hors taxes. Si les ventes se faisaient au même tarif partout dans le monde, il n'y aurait plus de raisons rationnelles de brider les supports afin qu'ils ne soient utilisables que dans une zone déterminée.
C'est un marché où seul compte le prix "psychologique", n’ayant aucun rapport avec la prix de revient. La plupart des joueurs se sentiraient dévalorisés s'ils utilisaient des jeux bon marché, dans une activité ou l'élitisme est le but recherché et la concurrence intellectuelle (et financière) est entretenue par les réseaux sociaux
Afficher tout
On ne vend pas un produit au juste prix, on vend un produit au prix que les gens sont prêts à le payer.

Je sais plus qui a dit ça, mais c'est tellement vrai!

a écrit : On ne vend pas un produit au juste prix, on vend un produit au prix que les gens sont prêts à le payer.

Je sais plus qui a dit ça, mais c'est tellement vrai!
"Tout vaut ce qu'un client est prêt à payer"
Publilius Syrus (Esclave affranchi du 1er siècle avant Jésus-Christ)
fr.wikipedia.org/wiki/Publilius_Syrus

a écrit : La vente à perte des console et une légende urbaine habilement entretenue par les constructeurs. Ils ne sont pas des bons samaritains dispendieux d'électronique haut de gamme à des prix cassés. Ils sont là pour gagner des sous
Ça leur permet de "justifier" le prix des jeux dans les pays où ils son
t vendus chers. Car ils ne sont pas vendus à un prix margé uniforme, ils sont tarifés du simple au double d'une région à l'autre. Les fiscalités les concernant sont en effet très différentes d'un pays, et, en principe, le gain se fait sur le prix hors taxes. Si les ventes se faisaient au même tarif partout dans le monde, il n'y aurait plus de raisons rationnelles de brider les supports afin qu'ils ne soient utilisables que dans une zone déterminée.
C'est un marché où seul compte le prix "psychologique", n’ayant aucun rapport avec la prix de revient. La plupart des joueurs se sentiraient dévalorisés s'ils utilisaient des jeux bon marché, dans une activité ou l'élitisme est le but recherché et la concurrence intellectuelle (et financière) est entretenue par les réseaux sociaux
Afficher tout
C’est vendu à perte au lancement mais pas toute la durée de vie de la console heureusement.
De toute façon Sony et Microsoft peuvent même perdre de l’argent sur toute la filière gaming, ils ont largement de quoi compenser avec d’autres secteurs de marché. Si tu achètes la ps5 tu achèteras peut être le casque Sony compatible puis la télé Sony qui va bien voire le home cinéma.

Analyser le coût d’un produit uniquement par le coût individuel de ces composants c’est rater une grosse partie de l’analyse comptable.

a écrit : C’est vendu à perte au lancement mais pas toute la durée de vie de la console heureusement.
De toute façon Sony et Microsoft peuvent même perdre de l’argent sur toute la filière gaming, ils ont largement de quoi compenser avec d’autres secteurs de marché. Si tu achètes la ps5 tu achèteras peut être le casque Son
y compatible puis la télé Sony qui va bien voire le home cinéma.

Analyser le coût d’un produit uniquement par le coût individuel de ces composants c’est rater une grosse partie de l’analyse comptable.
Afficher tout
Je me permets d'insister, il n'y a pas de vente à perte dès la première machine

«Analyser le coût d’un produit uniquement par le coût individuel de ces composants c’est rater une grosse partie de l’analyse comptable»
Là, tu abuses. C'est mon métier.
Il m'a nourri 40 ans, et j'avais une assez bonne réputation. J'étais dans le financier, 20 ans dans le commerce (centrales et détail), 15 ans dans les mines (gisements non métalliques), 5 ans dans le "social" entre les deux
J'utilise l'informatique, professionnelle ou de loisir depuis 1974 et j'ai été "quoté" dans MicroHebdo et 01Net (le mag) plusieurs fois. J'ai monté mes machines de bureau moi-même depuis 1988. J'ai une idée assez précise du prix des composants, je connaissais tout le monde rue Mongallet. Aujourd'hui je suis un visiteur régulier des sites "spécialisés", que ce soit en fournitures ou en logiciels
Quand on évoque les consoles, on peut aborder plusieurs aspect, là on parle de sous, c'est mon truc
Mais je suis un joueur très moyen, dès que j'ai une manette dans les mains, je me retrouve avec deux mains gauches. Quand on arrive près d'un boss, les copains m'appellent "plutôt le suicide que la mort"
Je crois qu'ils se moquent
Bon, désolé pour cet aparté un peu trop personnel

a écrit : La Playstation 3, comme pratiquement toutes les consoles, était vendue à perte. Sony comptait sur les ventes de jeux pour faire des bénéfices. Le rapport prix/puissance était donc bien plus intéressant qu’un ordinateur.

Si c’est la Playstation 3 qui a été utilisée, et pas une Xbox 360, c’est parce qu’elle
pouvait faire tourner nativement Linux, donc on pouvait en faire à peu près ce qu’on voulait. En plus l’architecture des processeurs était particulièrement efficace pour du calcul parallèle.

Quand Sony a découvert cette utilisation, qui leur faisait perdre de l’argent, ils ont supprimés la possibilité de mettre Linux sur les Playstation 3 (y compris sur celles déjà vendues, via une mise à jour obligatoire). Ça a fait gueuler pas mal de monde. Ils ont d’ailleurs été condamnés pour ça, la possibilité d’installer Linux étant un argument de vente.
Afficher tout
Je ne comprends pas.
Le fait que la PS3 tourne sur Linux était rentable,non?
En quoi cela leur étaient il défavorable?

a écrit : La Playstation 3, comme pratiquement toutes les consoles, était vendue à perte. Sony comptait sur les ventes de jeux pour faire des bénéfices. Le rapport prix/puissance était donc bien plus intéressant qu’un ordinateur.

Si c’est la Playstation 3 qui a été utilisée, et pas une Xbox 360, c’est parce qu’elle
pouvait faire tourner nativement Linux, donc on pouvait en faire à peu près ce qu’on voulait. En plus l’architecture des processeurs était particulièrement efficace pour du calcul parallèle.

Quand Sony a découvert cette utilisation, qui leur faisait perdre de l’argent, ils ont supprimés la possibilité de mettre Linux sur les Playstation 3 (y compris sur celles déjà vendues, via une mise à jour obligatoire). Ça a fait gueuler pas mal de monde. Ils ont d’ailleurs été condamnés pour ça, la possibilité d’installer Linux étant un argument de vente.
Afficher tout
Comment ça, vendue à perte?

a écrit : Je me permets d'insister, il n'y a pas de vente à perte dès la première machine

«Analyser le coût d’un produit uniquement par le coût individuel de ces composants c’est rater une grosse partie de l’analyse comptable»
Là, tu abuses. C'est mon métier.
Il m'a nourri 40 ans, et
j'avais une assez bonne réputation. J'étais dans le financier, 20 ans dans le commerce (centrales et détail), 15 ans dans les mines (gisements non métalliques), 5 ans dans le "social" entre les deux
J'utilise l'informatique, professionnelle ou de loisir depuis 1974 et j'ai été "quoté" dans MicroHebdo et 01Net (le mag) plusieurs fois. J'ai monté mes machines de bureau moi-même depuis 1988. J'ai une idée assez précise du prix des composants, je connaissais tout le monde rue Mongallet. Aujourd'hui je suis un visiteur régulier des sites "spécialisés", que ce soit en fournitures ou en logiciels
Quand on évoque les consoles, on peut aborder plusieurs aspect, là on parle de sous, c'est mon truc
Mais je suis un joueur très moyen, dès que j'ai une manette dans les mains, je me retrouve avec deux mains gauches. Quand on arrive près d'un boss, les copains m'appellent "plutôt le suicide que la mort"
Je crois qu'ils se moquent
Bon, désolé pour cet aparté un peu trop personnel
Afficher tout
Je disais ça car tu n’évoquais que cet aspect pour justifier la vente rentable dès le premier produit. Or on sait tous que les coûts sont bien éparpillés, c’est d’ailleurs ça qui rend quasi impossible de savoir avec certitude le prix unitaire d’une console (sans avoir l’ensemble des chiffres sous les yeux en tout cas). Et je veux bien croire que tu es qualifié sur le sujet mais j’aimerais comprendre pourquoi de nombreuses sources spécialisées parlent de vente à perte la première année de sortie des consoles (sauf Nintendo). Tout le monde se trompe ?

A chaque lancement de console, Sony déclare de fortes pertes d’exploitation sur l’année fiscale du lancement. Ce n’est pas anodin tout de même.

a écrit : À sa sortie la Playstation 3 embarquait pour 800$ de composants. Si tu rajoutes l’assemblage, le transport, le marketing,..., qui existent aussi pour les ordinateurs, ça chiffre vite. La console était vendue 500$. (www.numerama.com/magazine/3585-playstation-3-le-cout-reel-de-la-console-de-sony.html). En plus l’armée américaine a commandé 1 760 consoles, ils ont dû pouvoir négocier le prix.

Avec tout ça ils ont dû l’avoir pour facilement 50% moins cher que son coût de fabrication réel.

Le bluetooth/wifi/USB/... ça coûte pas grand chose à fabriquer (4.10$ pour le bluetooth, 15$ pour le wifi). Le lecteur Blu-ray c’était déjà plus cher à l’époque (125$ d’après Numérama), mais c’était surtout à cause de coûts de licence, qui reviennent en partie à Sony. C’est pas possible d’avoir les chiffres exacts, mais je ne pense pas que les trucs inutiles reviennent si cher que ça au final.
Afficher tout
Non ça ne coute pas cher à fabriquer, mais ce qui coûte cher, c’est les « a côté », R&D, marketing, licences, ressources humaines, etc

a écrit : Comment ça, vendue à perte? Je réponds à tes deux commentaires en même temps.

À son lancement la PS3 était vendue pour moins cher que son prix de fabrication. Le but était d’en écouler le plus possible. De cette manière tu deviens un client captif, puisque tu es obligé d’acheter des jeux Playstation. Sony se rembourse largement dessus.
C’est le même principe avec les imprimantes et les machines à café à dosettes. Au final ce n’est pas la vente de l’appareil qui est le plus rentable, mais ses consommables (cartouches d’encre et dosettes).

De base la PS3 tourne sous un OS propriétaire développé par Sony. Mais il était possible en bidouillant un peu (c’est pas trivial non plus) d’installer une une distribution Linux à côté. Tant que c’est fait par quelques geeks, ça ne pose pas de problème.
Par contre si des gens commencent à acheter des PS3 par containers entiers pour monter des supercalculateurs, ça fait des milliers de consoles sur lesquelles Sony ne peut pas vendre de jeux, donc faire de marge. Là ça leur pose problème.