La France a une auberge approchant les 700 ans

Proposé par
le
dans

A Rouen, l'auberge La Couronne a été fondée en 1345, ce qui en fait la plus vieille de France encore en activité. Elle est située sur la place du Vieux-Marché, où fut brûlée Jeanne d'Arc en 1431, sous les yeux du propriétaire de l'époque. Hemingway, Grace Kelly ou encore Dali y ont jadis mangé.


Commentaires préférés (3)

Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et possède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.

a écrit : Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et p
ossède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.
Afficher tout
Étant normand et ayant vécu 10ans à Rouen, je confirme l'intérêt du centre ville. La place du vieux marché, la rue du gros horloge et la cathédrale. Perdez vous dans les ruelles, c'est très typique.

a écrit : C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça,
ça s’appelle un biais et non un argument. Afficher tout
Autres temps, autres moeurs.

Avoir du bétail et des terres, ne serais ce que quelques hectares fertiles au moyen âge, c'était, non pas être riche, mais en tout cas pas pauvre. La plupart des gens ne possédaient rien à part ce qu'ils pouvaient porter, être propriétaire terrien, c'était déjà une classe sociale très convoitée même si le travail était très dur.
La norme, c'était surtout de bosser pour quelqu'un d'autre pour ne serais ce qu'avoir de quoi manger et éventuellement un coin au sec où dormir, un peu comme Gaspard dans "La petite histoire de France".


Tous les commentaires (24)

Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et possède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.

Par définition, une Auberge est un Hôtel-restaurant situé à la campagne ou dans une petite ville.

Quant au Restaurant le plus ancien de France, il s'agit de l'hostellerie de la croix-d'or, à Provins, datant de 1270.
actu.fr/ile-de-france/versailles_78646/le-plus-vieux-restaurant-de-france_12565137.html#:~:text=En%20France%2C%20ce%20serait%20la,(photo%20ci%2Ddessus).

Quant au Top Ten des restaurants les plus vieux du monde, voici la liste:
www.topito.com/top-plus-vieux-restaurants-du-monde-par-ici-la-bonne-popote

a écrit : Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et p
ossède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.
Afficher tout
Étant normand et ayant vécu 10ans à Rouen, je confirme l'intérêt du centre ville. La place du vieux marché, la rue du gros horloge et la cathédrale. Perdez vous dans les ruelles, c'est très typique.

a écrit : Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et p
ossède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.
Afficher tout
Sinon il y a également un intérêt à aller visiter le Donjon dans lequel elle fut gardée captive avant son supplice.

Effectivement Rouen est une ville vieillissante surtout les abords mais le centre ville est magnifique à visiter et riche en histoire.

Bonjour où sont les images je ne les voit plus j'adorais stp

A noter un poil plus récent (petite centaine d année plus jeune), la maison kammerzel a Strasbourg à côté de la cathédrale et sa choucroute de la mer. Quitte à faire de la pub... ;)

a écrit : Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et p
ossède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.
Afficher tout
C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça, ça s’appelle un biais et non un argument.

a écrit : C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça,
ça s’appelle un biais et non un argument. Afficher tout
Autres temps, autres moeurs.

Avoir du bétail et des terres, ne serais ce que quelques hectares fertiles au moyen âge, c'était, non pas être riche, mais en tout cas pas pauvre. La plupart des gens ne possédaient rien à part ce qu'ils pouvaient porter, être propriétaire terrien, c'était déjà une classe sociale très convoitée même si le travail était très dur.
La norme, c'était surtout de bosser pour quelqu'un d'autre pour ne serais ce qu'avoir de quoi manger et éventuellement un coin au sec où dormir, un peu comme Gaspard dans "La petite histoire de France".

a écrit : C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça,
ça s’appelle un biais et non un argument. Afficher tout
Dans mon commentaire, j’ai écris à la fin de la phrase : « pour l’époque » soit au XVe siècle.
Toute comparaison avec aujourd’hui est inepte.

Jeanne d'Arc s'est éteinte le 30 mai 1431, environ 2h45 après sa mort.

Petite blague connue mais toujours savoureuse, qui n'apportera aucune connaissance concrète mais qui a l'avantage de redonner le sourire :)

a écrit : Autres temps, autres moeurs.

Avoir du bétail et des terres, ne serais ce que quelques hectares fertiles au moyen âge, c'était, non pas être riche, mais en tout cas pas pauvre. La plupart des gens ne possédaient rien à part ce qu'ils pouvaient porter, être propriétaire terrien, c'était déjà u
ne classe sociale très convoitée même si le travail était très dur.
La norme, c'était surtout de bosser pour quelqu'un d'autre pour ne serais ce qu'avoir de quoi manger et éventuellement un coin au sec où dormir, un peu comme Gaspard dans "La petite histoire de France".
Afficher tout
La norme était surtout de bosser pour quelqu'un d'autre. la plupart des gens ne possédaient rien. Ça me rappelle une époque recente. Je rajouterai arrêtez de payer vos dettes et vous allez voir ce que vous possédez réellement.

Posté le

android

(0)

Répondre

À ce qu'il paraît Jeanne d'Arc s'est éteinte 3h après ça mort

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Jeanne d'Arc s'est éteinte le 30 mai 1431, environ 2h45 après sa mort.

Petite blague connue mais toujours savoureuse, qui n'apportera aucune connaissance concrète mais qui a l'avantage de redonner le sourire :)
C’est parce que les gens ne l’ont pas cru. Du coup, ils l’ont cuite.

a écrit : C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça,
ça s’appelle un biais et non un argument. Afficher tout
Fils d'agriculteur, j'ai souvent entendu qu'un paysan ça vit pauvre et ça meurt riche. Rien à voir avec l'épargne, même si dans ce milieu on préfère garder que de claquer. C'est plutôt qu'une exploitation, et le foncier en particulier, coûte cher lors de l'installation , et que les investissements sont conséquents et obligatoires. On vit donc "pauvre" (c'est relatif) pour rembourser la banque, et on devient riche quand on cède l'exploitation.

a écrit : C’est précisément ce que vous dites dans le deuxième paragraphe qui cause du tort à nos agriculteurs d’aujourd’hui.
En effet les gens disent que parce qu’ils ont du bétail, des machines et des terres alors ils sont riches et par conséquent on les laisse à leur sort.
Alors c’est absolument faux de dire ça,
ça s’appelle un biais et non un argument. Afficher tout
Surtout, je ne crois pas lire dans le commentaire initial que Jeanne était riche PARCE QUE venant de la paysannerie. De ma compréhension, il est écrit qu'elle est issue de la paysannerie mais pas pauvre pour autant.

Donc clairement, ce commentaire précis ne fait aucun tort aux agriculteurs.

Pour revenir à la Couronne, en plus d'être la plus vieille auberge de France, on peut préciser que l'on y mange très bien même si certains menu dépasse les 50€ par personne. En tout cas le cadre est plutôt sympa et les couloirs sont remplit de photo de célébrité y ayant mangé. Limite, on irait plus vite à dire qui n'y a pas mangé en personne célèbre depuis 100 ans.

On dit aussi que Jeanne d'Arc se serait éteinte deux heures après sa mort...

a écrit : Petite anecdote sur Jeanne d'Arc. On entend souvent dire qu'il s'agissait d'une pauvre bergère pucelle qui entend des voix or ce n'est pas vraiment le cas.

Jeanne est bien issue de la paysannerie mais elle n'est pas pauvre du tout. Son père est doyen (maire) du village et p
ossède plusieurs hectares de terres, du matériel, des bêtes et une grande maison pour l'époque.
On raconte parfois aussi qu'elle fut la demi-sœur du roi mais beaucoup d'historiens réfutent cette idée.

On dit également que le lieu du bûcher n'est pas exactement là ou il est annoncé à Rouen et qu'il y aurait une erreur de plusieurs centaines de mètres. Ce n'est pas très grave et je conseille à tous d'aller voir la ville de Rouen. Si la périphérie et les alentours de Rouen ne sont pas magnifiques, le centre-ville quant à lui est digne d'intérêt. Pour rester dans le sujet, je conseille bien entendu d'aller voir l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen sur la Place du Marché et où on peut imaginer avec sa toiture extraordinaire, les flammes d'un bucher.
Afficher tout
Tour ça nous dit pas si elle était pucelle ou pas.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Autres temps, autres moeurs.

Avoir du bétail et des terres, ne serais ce que quelques hectares fertiles au moyen âge, c'était, non pas être riche, mais en tout cas pas pauvre. La plupart des gens ne possédaient rien à part ce qu'ils pouvaient porter, être propriétaire terrien, c'était déjà u
ne classe sociale très convoitée même si le travail était très dur.
La norme, c'était surtout de bosser pour quelqu'un d'autre pour ne serais ce qu'avoir de quoi manger et éventuellement un coin au sec où dormir, un peu comme Gaspard dans "La petite histoire de France".
Afficher tout
Au MA, les serfs ne sont pas à la rue, et la plupart des personnes habite quelque part. Ce n'est pas forcément une maison de premier choix mais c'est quand même beaucoup mieux que l'esclavage. De plus, sauf en période de famine et occasionnellementde guerre, les paysans ont généralement de quoi se nourrir sans trop de soucis. En effet, s'ils cultivent les terres c'est en échange de la protection du seigneur des lieux qui a tout intérêt à prendre soin d'eux pour ne pas perdre ses revenus. Ils ne roulaient pas forcément sur l'or mais avaient quand même de quoi vivre.