Deux millions de dollars pour transporter une brique

Proposé par
le

Le coût du transport d'une seule brique vers Mars a été estimé à environ 2 millions de dollars. Les futurs colons devront donc vraisemblablement fabriquer leurs matériaux avec les ressources disponibles sur place. Des chercheurs ont récemment proposé un ciment fabriqué à partir de poussières, liées par du sang et des larmes.

Dans leur étude, un liant composé d'une protéine du sang humain, combinée à un composé d'urine, de sueur ou de larmes, pourrait être utilisé pour produire un matériau plus résistant que le béton ordinaire.


Commentaires préférés (3)

Sur Mars ou la Lune on se fiche un peu (pour le moment du moins) de la résistance des matériaux. Les abris construits seront de petite taille et ne nécessitent pas une forte résistance à la compression.
Le problème du béton qu’il soit à base de sable ou de regolithe est que c’est un matériaux poreux. Dans tous les cas, il faudra amener de la Terre une membrane d’étanchéité pour recouvrir ces briques fabriquées sur place. En plus de cela, il fait sacrément froid sur Mars la nuit et froid le jour. Il faudra donc prévoir de l’isolant thermique comme du polyéthylène en grandes quantités.

Je crois que pour le moment, il est plus judicieux d’assembler une station en orbite terrestre qu’on viendrait faire atterrir sur Mars sans trop l’abîmer.

a écrit : Il n'y a pas assez de cailloux sur Mars ??? Nous ne savons vraiment plus faire de mur sans liant ??? Les murs en pierres sèches c’est joli mais c’est pas très hermétique.

a écrit : En réalité, même une mission habitée de petite taille rencontrerait de très grosses difficultés pour se poser sur la surface martienne (formation d'un cratère à l'atterrissage = c'est pourquoi les rovers qui se sont posés utilisaient une skycrane s'occupant du freinage et éloignée de la surface, risque de basculement de l'engin à cause du sol instable, obligation de se poser dans un cratère existant à très basse altitude pour avoir le temps de freiner, bouclier thermique très important qui alourdit le vaisseau, etc..).

On est encore loin d'y aller ^^ et encore plus loin d'y construire quoique ce soit.
Afficher tout
Clairement, aujourd'hui la seule méthode raisonnable pour l'exploitation spatiale est l'utilisation de machines. Transporter un être humain est uniquement source de problème et de besoin de qualifications extravagantes... Quand on connaît les coûts de qualif pour les composants de satellites, où on a déjà une belle aversion au risque, pour de l'humain on multiplie le coût d'un facteur absolument déraisonnable et pour une utilité douteuse (principalement de la com' et de la démonstration technologique).

Bref plutôt que d'envoyer Thomas pesquet sur mars, faire une dizaine de rover est certainement moins coûteux et apportera plus de connaissances.


Tous les commentaires (89)

Sur Mars ou la Lune on se fiche un peu (pour le moment du moins) de la résistance des matériaux. Les abris construits seront de petite taille et ne nécessitent pas une forte résistance à la compression.
Le problème du béton qu’il soit à base de sable ou de regolithe est que c’est un matériaux poreux. Dans tous les cas, il faudra amener de la Terre une membrane d’étanchéité pour recouvrir ces briques fabriquées sur place. En plus de cela, il fait sacrément froid sur Mars la nuit et froid le jour. Il faudra donc prévoir de l’isolant thermique comme du polyéthylène en grandes quantités.

Je crois que pour le moment, il est plus judicieux d’assembler une station en orbite terrestre qu’on viendrait faire atterrir sur Mars sans trop l’abîmer.

Il n'y a pas assez de cailloux sur Mars ??? Nous ne savons vraiment plus faire de mur sans liant ???

Mars n'est pas colonisable, :) Astronogeek et plein d autres chaînes Youtube le démontrent facilement en réaction à tous les articles faciles qu'ont croise très souvent.

a écrit : Sur Mars ou la Lune on se fiche un peu (pour le moment du moins) de la résistance des matériaux. Les abris construits seront de petite taille et ne nécessitent pas une forte résistance à la compression.
Le problème du béton qu’il soit à base de sable ou de regolithe est que c’est un matériaux poreux. Dans tous l
es cas, il faudra amener de la Terre une membrane d’étanchéité pour recouvrir ces briques fabriquées sur place. En plus de cela, il fait sacrément froid sur Mars la nuit et froid le jour. Il faudra donc prévoir de l’isolant thermique comme du polyéthylène en grandes quantités.

Je crois que pour le moment, il est plus judicieux d’assembler une station en orbite terrestre qu’on viendrait faire atterrir sur Mars sans trop l’abîmer.
Afficher tout
Atterrir sur mars est un réel défi notamment en raison de l'atmosphère tenue. Je dirais que sans atmosphère il faut plus d'énergie pour venir de l'orbite et faire atterrir (réduire la vitesse à zéro en douceur et de manière contrôlée avec les marges qui vont bien) que pour décoller et arriver en orbite.
Pour cette raison je pense qu'une grosse structure construite en orbite terrestre ne peut pas être envisagée pour être déposée 'délicatement' sur mars.

J'avais lus un article qui parlait de l impression 3d pour la colonisation de mars , cela reviendrait moins cher car il suffirait de transporter les rouleau de base et pouvoir construire quasi tout ce don il on besoin sur place

a écrit : Atterrir sur mars est un réel défi notamment en raison de l'atmosphère tenue. Je dirais que sans atmosphère il faut plus d'énergie pour venir de l'orbite et faire atterrir (réduire la vitesse à zéro en douceur et de manière contrôlée avec les marges qui vont bien) que pour décoller et arriver en orbite.<br /> Pour cette raison je pense qu'une grosse structure construite en orbite terrestre ne peut pas être envisagée pour être déposée 'délicatement' sur mars. Afficher tout En réalité, même une mission habitée de petite taille rencontrerait de très grosses difficultés pour se poser sur la surface martienne (formation d'un cratère à l'atterrissage = c'est pourquoi les rovers qui se sont posés utilisaient une skycrane s'occupant du freinage et éloignée de la surface, risque de basculement de l'engin à cause du sol instable, obligation de se poser dans un cratère existant à très basse altitude pour avoir le temps de freiner, bouclier thermique très important qui alourdit le vaisseau, etc..).

On est encore loin d'y aller ^^ et encore plus loin d'y construire quoique ce soit.

a écrit : Il n'y a pas assez de cailloux sur Mars ??? Nous ne savons vraiment plus faire de mur sans liant ??? Les murs en pierres sèches c’est joli mais c’est pas très hermétique.

a écrit : En réalité, même une mission habitée de petite taille rencontrerait de très grosses difficultés pour se poser sur la surface martienne (formation d'un cratère à l'atterrissage = c'est pourquoi les rovers qui se sont posés utilisaient une skycrane s'occupant du freinage et éloignée de la surface, risque de basculement de l'engin à cause du sol instable, obligation de se poser dans un cratère existant à très basse altitude pour avoir le temps de freiner, bouclier thermique très important qui alourdit le vaisseau, etc..).

On est encore loin d'y aller ^^ et encore plus loin d'y construire quoique ce soit.
Afficher tout
Clairement, aujourd'hui la seule méthode raisonnable pour l'exploitation spatiale est l'utilisation de machines. Transporter un être humain est uniquement source de problème et de besoin de qualifications extravagantes... Quand on connaît les coûts de qualif pour les composants de satellites, où on a déjà une belle aversion au risque, pour de l'humain on multiplie le coût d'un facteur absolument déraisonnable et pour une utilité douteuse (principalement de la com' et de la démonstration technologique).

Bref plutôt que d'envoyer Thomas pesquet sur mars, faire une dizaine de rover est certainement moins coûteux et apportera plus de connaissances.

a écrit : Clairement, aujourd'hui la seule méthode raisonnable pour l'exploitation spatiale est l'utilisation de machines. Transporter un être humain est uniquement source de problème et de besoin de qualifications extravagantes... Quand on connaît les coûts de qualif pour les composants de satellites, où on a déjà une belle aversion au risque, pour de l'humain on multiplie le coût d'un facteur absolument déraisonnable et pour une utilité douteuse (principalement de la com' et de la démonstration technologique).

Bref plutôt que d'envoyer Thomas pesquet sur mars, faire une dizaine de rover est certainement moins coûteux et apportera plus de connaissances.
Afficher tout
Ah l’humain ce problème….

a écrit : Mars n'est pas colonisable, :) Astronogeek et plein d autres chaînes Youtube le démontrent facilement en réaction à tous les articles faciles qu'ont croise très souvent. Mars est tout à fait colonisable. C'est juste que nos moyens actuels ne sont pas suffisants. Cependant, nous avons vu ces dernières années qu'il suffit de chercher dans une direction pour trouver énormément de solutions, et nous sommes au tout début de la recherche sur la colonisation de mars. L'homme est toujours surprenant de créativité, d'adaptation et d'ingénierie.

a écrit : Clairement, aujourd'hui la seule méthode raisonnable pour l'exploitation spatiale est l'utilisation de machines. Transporter un être humain est uniquement source de problème et de besoin de qualifications extravagantes... Quand on connaît les coûts de qualif pour les composants de satellites, où on a déjà une belle aversion au risque, pour de l'humain on multiplie le coût d'un facteur absolument déraisonnable et pour une utilité douteuse (principalement de la com' et de la démonstration technologique).

Bref plutôt que d'envoyer Thomas pesquet sur mars, faire une dizaine de rover est certainement moins coûteux et apportera plus de connaissances.
Afficher tout
Envoyer des machines intelligentes pour terraformer Mars puis on pourra s’y poser tranquillement dans quelques centaines d’années si les machines nous laissent faire ;).

Autre hypothèse : l’humain a déjà habité Mars il y a plusieurs milliers d’années avant qu’elle ne devienne inhabitable et nous sommes une seconde génération d’humains ayant colonisé la Terre après avoir perdu toutes nos connaissances…

Avant de s'évertuer à chercher coloniser la Lune, Mars ou autre planète, il me paraît plus intelligent de concentrer tous nos efforts à préserver au mieux, notre planète Terre.
C'est, pour l'instant, le seul "vaisseau spatial" fiable que l'humanité possède.

Déjà dans les années 80, suite à un interview de l'ex spationaute Français Patrick Baudry, j'avais tiré la conclusion que tous les projets de stations Lunaires ou Martiennes n'étaient pas viables. Trop chères à transporter, trop chères à construire et maintenir, pour qu'un petit groupe de personnes puissent y vivre de forme permanente.

Quant à "terraformer" et végétaliser la planète Mars, afin qu'un petit groupe d'humains puissent s'y installer plusieurs décennies plus tard, je crois savoir que c'est également impossible.
Si vous avez des infos sur ce point, je suis preneur.

Un ciment fait de sueur, de sang et de larmes? Ils lui ont même déjà trouvé un nom à ce matériau : le churchill...

a écrit : Envoyer des machines intelligentes pour terraformer Mars puis on pourra s’y poser tranquillement dans quelques centaines d’années si les machines nous laissent faire ;).

Autre hypothèse : l’humain a déjà habité Mars il y a plusieurs milliers d’années avant qu’elle ne devienne inhabitable et nous sommes u
ne seconde génération d’humains ayant colonisé la Terre après avoir perdu toutes nos connaissances… Afficher tout
J'avais lu il y a peu que terrafomer mars était impossible à cause de sa faible gravité : l'oxygène de "tendrait" pas.

www.lemonde.fr/idees/article/2021/08/08/elon-musk-don-quichotte-d-un-nihilisme-planetaire-adule-par-l-ignorance-d-une-societe-en-totale-deconnexion-avec-la-realite-scientifique_6090885_3232.html

Je rejoints époxy: un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, si on s'occupait déjà de la terre avant de vouloir chercher ailleurs...

a écrit : Avant de s'évertuer à chercher coloniser la Lune, Mars ou autre planète, il me paraît plus intelligent de concentrer tous nos efforts à préserver au mieux, notre planète Terre.
C'est, pour l'instant, le seul "vaisseau spatial" fiable que l'humanité possède.

Déjà dans
les années 80, suite à un interview de l'ex spationaute Français Patrick Baudry, j'avais tiré la conclusion que tous les projets de stations Lunaires ou Martiennes n'étaient pas viables. Trop chères à transporter, trop chères à construire et maintenir, pour qu'un petit groupe de personnes puissent y vivre de forme permanente.

Quant à "terraformer" et végétaliser la planète Mars, afin qu'un petit groupe d'humains puissent s'y installer plusieurs décennies plus tard, je crois savoir que c'est également impossible.
Si vous avez des infos sur ce point, je suis preneur.
Afficher tout
Ta comparaison n'est pas tenable à mon humble avis. Les apports scientifiques de la conquête spatiale sont sans précédent pour l'humanité et l'humain reste un explorateur. Il est important de continuer à chercher et explorer l'inconnu.

Pour le fait de préserver notre "vaisseau actuel" dans un état habitable pour l'humain, c'est effectivement une priorité mais cela n'est certainement pas la conquête spatiale ou la recherche qui doit en pâtir. Regardons certains chiffres :
Par exemple pour les américains :
Budget de la NASA : 23,27 milliards de dollars en 2021
Budget de la défense américaine : 693 milliards de dollars en 2021

De plus, je crois sincèrement que la conquête spatiale et donc les technologies mises en place peuvent nous aider à comprendre notre climat, à comprendre les enjeux, à comprendre les différentes modifications réalisées voire à trouver des solutions. Comment constater le trou dans la couche d'ozone sans satellite ? Comment constater la hausse de CO2 sans mesure par satellites ? Comment comprendre les changements climatiques sans apprendre sur ce qui s'est déjà produit sur Mars ou ce qui se produit sur Vénus avec un effet de serre en accéléré ?

Pour sauver l'humanité de sa propre destruction, il nous faut absolument continuer à observer l'état de santé de notre Terre (compatible avec la vie humaine) d'en haut.

Pour le reste : twistedsifter.com/2011/06/comic-strip-of-the-week-26/

a écrit : Sur Mars ou la Lune on se fiche un peu (pour le moment du moins) de la résistance des matériaux. Les abris construits seront de petite taille et ne nécessitent pas une forte résistance à la compression.
Le problème du béton qu’il soit à base de sable ou de regolithe est que c’est un matériaux poreux. Dans tous l
es cas, il faudra amener de la Terre une membrane d’étanchéité pour recouvrir ces briques fabriquées sur place. En plus de cela, il fait sacrément froid sur Mars la nuit et froid le jour. Il faudra donc prévoir de l’isolant thermique comme du polyéthylène en grandes quantités.

Je crois que pour le moment, il est plus judicieux d’assembler une station en orbite terrestre qu’on viendrait faire atterrir sur Mars sans trop l’abîmer.
Afficher tout
Pour Mars, Il ne serait pas plus simple (mais sûrement plus long) de mettre les installations sous terre pour utiliser la chaleur du noyau de la planète?

a écrit : Clairement, aujourd'hui la seule méthode raisonnable pour l'exploitation spatiale est l'utilisation de machines. Transporter un être humain est uniquement source de problème et de besoin de qualifications extravagantes... Quand on connaît les coûts de qualif pour les composants de satellites, où on a déjà une belle aversion au risque, pour de l'humain on multiplie le coût d'un facteur absolument déraisonnable et pour une utilité douteuse (principalement de la com' et de la démonstration technologique).

Bref plutôt que d'envoyer Thomas pesquet sur mars, faire une dizaine de rover est certainement moins coûteux et apportera plus de connaissances.
Afficher tout
Il y a de grandes chances effectivement pour qu'on envoie d'abord des machines construire et tester des habitats pour commencer, mais la NASA (et pas qu'elle) travaille en parallèle au moyen d'envoyer là bas une structure d'environ 30 tonnes qui devrait servir d'un premier habitat sécurisé (à condition c'est évident qu'il arrive en un seul morceau^^) puis, dans un second temps, le temps que les machines construisent des annexes (serres, production d'eau et d'air, bar-tabac avec babyfoot^^ enfin tout le zinzin) les marsonautes dans une capsule plus petite et beaucoup plus sure, genre une décennie plus tard le temps d'avoir éprouvé la fiabilité de la base.

Ce qui pèche le plus pour la grande structure de 30 tonnes, c'est le parachute de... 90 mètres de diamètre qui se déchire invariablement quand on l'expérimente dans des souffleries en conditions réelles d'ouverture. Rétrofusées et freinage atmosphérique sont déjà plus au moins au point.

Nous verrons bien, par contre, pour répondre à Florent, parler aujourd'hui de colonisation est absurde, c'est pas en envoyant 4 pékins ramasser des cailloux sur Mars qu'on peut parler de colonisation, mais d'une expérimentation, si elle marche, que les humains survivent, qu'ils arrivent à une certaine autonomie, là on pourra envisager de passer à la vitesse supérieure, mais rien que la première étape elle risque d'être validée vers la fin du siècle.

D'ici la, si on a pas fait sauter la planète avant, la technologie devrait avoir largement évoluée.

Ce qui est sur, c'est que dire que quelquechose est impossible, c'est oublier toutes les révolutions technologiques jugées impossible qui ont changé le monde de manière spectaculaire!
Je rappelle qu'il y a moins de 70, on envoyait le premier satellite, Spoutnik, 43.6kilos tout mouillé, et qu'aujourd'hui, on a une station orbitale de 420 tonnes là haut. :)

a écrit : Il y a de grandes chances effectivement pour qu'on envoie d'abord des machines construire et tester des habitats pour commencer, mais la NASA (et pas qu'elle) travaille en parallèle au moyen d'envoyer là bas une structure d'environ 30 tonnes qui devrait servir d'un premier habitat sécurisé (à condition c'est évident qu'il arrive en un seul morceau^^) puis, dans un second temps, le temps que les machines construisent des annexes (serres, production d'eau et d'air, bar-tabac avec babyfoot^^ enfin tout le zinzin) les marsonautes dans une capsule plus petite et beaucoup plus sure, genre une décennie plus tard le temps d'avoir éprouvé la fiabilité de la base.

Ce qui pèche le plus pour la grande structure de 30 tonnes, c'est le parachute de... 90 mètres de diamètre qui se déchire invariablement quand on l'expérimente dans des souffleries en conditions réelles d'ouverture. Rétrofusées et freinage atmosphérique sont déjà plus au moins au point.

Nous verrons bien, par contre, pour répondre à Florent, parler aujourd'hui de colonisation est absurde, c'est pas en envoyant 4 pékins ramasser des cailloux sur Mars qu'on peut parler de colonisation, mais d'une expérimentation, si elle marche, que les humains survivent, qu'ils arrivent à une certaine autonomie, là on pourra envisager de passer à la vitesse supérieure, mais rien que la première étape elle risque d'être validée vers la fin du siècle.

D'ici la, si on a pas fait sauter la planète avant, la technologie devrait avoir largement évoluée.

Ce qui est sur, c'est que dire que quelquechose est impossible, c'est oublier toutes les révolutions technologiques jugées impossible qui ont changé le monde de manière spectaculaire!
Je rappelle qu'il y a moins de 70, on envoyait le premier satellite, Spoutnik, 43.6kilos tout mouillé, et qu'aujourd'hui, on a une station orbitale de 420 tonnes là haut. :)
Afficher tout
Pour rebondir sur ton dernier paragraphe :
1er avion en vol : 17 décembre 1903
1er homme sur la Lune : 20 juillet 1969

66 petites années entre les deux....(et 2 guerres mondiales, ok, ok...)

On ira jamais sur mars ! Le pétrole sera devenu trop rare et cher, c'est un voyage inutile, en priorité il faut reagir et prendre notre planète en main
Les milliards pour ses voyages seraient mieux employé pour le bien commun