Le fleuve jaune se déplace régulièrement

Proposé par
le

En Chine, le fleuve Jaune est connu pour ses importantes "divagations". Le fleuve, qui peut connaitre des crues désastreuses, a régulièrement changé de cours sur les derniers millénaires, de sorte que son embouchure se déplace parfois de plusieurs centaines de kilomètres. Ces importantes variations sont causées à la fois par la topographie et par le fait que le fleuve charrie énormément de sédiments.


Commentaires préférés (2)

Je vous encourage a aller sur la première course, une carte matérialise les dernières divagation, le fleuve change en effet totalement de route.
J'imagine que ca doit etre un excellente moyen pour les géologues et autres scientifiques d'étudier sur quelques années ce qu'il se passe en millier d'années sur d'autres fleuves (géologie des lits, erosion, sédiments etc...)

a écrit : Je vous encourage a aller sur la première course, une carte matérialise les dernières divagation, le fleuve change en effet totalement de route.
J'imagine que ca doit etre un excellente moyen pour les géologues et autres scientifiques d'étudier sur quelques années ce qu'il se passe en millier d
9;années sur d'autres fleuves (géologie des lits, erosion, sédiments etc...) Afficher tout
C'est vraiment impressionnant...

Et contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, le fleuve ne creuse pas un autre itinéraire petit à petit: il se déplace du jour au lendemain.
Sur toute la zone du delta, le terrain est archi-plat et constitué de matériaux archi-friables, faisant de ce fleuve le plus chargé en sédiments au monde.
Le lit habituel se réhausse progressivement du fait de ces sédiments et jusqu'à la crue, inondant alors une très large zone. À cette occasion, le fleuve peut alors trouver un itinéraire plus praticable et à la fin des inondations, il n'est donc plus au même endroit.

Évidemment, pour l'homme, le bilan est lourd. Les crues du fleuve jaune sont les seules catastrophes naturelles ayant provoqué des pertes humaines atteignant le million.
Les digues construites ont de ce fait eu un rôle politico-militaire prépondérant, ayant été utilisées notamment par les mongols pour contraindre les villes à se soumettre ou encore par l'armée nationale révolutionnaire en 1938 pour stopper l'invasion japonaise, causant accessoirement la mort de 980'000 habitants.


Tous les commentaires (2)

Je vous encourage a aller sur la première course, une carte matérialise les dernières divagation, le fleuve change en effet totalement de route.
J'imagine que ca doit etre un excellente moyen pour les géologues et autres scientifiques d'étudier sur quelques années ce qu'il se passe en millier d'années sur d'autres fleuves (géologie des lits, erosion, sédiments etc...)

a écrit : Je vous encourage a aller sur la première course, une carte matérialise les dernières divagation, le fleuve change en effet totalement de route.
J'imagine que ca doit etre un excellente moyen pour les géologues et autres scientifiques d'étudier sur quelques années ce qu'il se passe en millier d
9;années sur d'autres fleuves (géologie des lits, erosion, sédiments etc...) Afficher tout
C'est vraiment impressionnant...

Et contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, le fleuve ne creuse pas un autre itinéraire petit à petit: il se déplace du jour au lendemain.
Sur toute la zone du delta, le terrain est archi-plat et constitué de matériaux archi-friables, faisant de ce fleuve le plus chargé en sédiments au monde.
Le lit habituel se réhausse progressivement du fait de ces sédiments et jusqu'à la crue, inondant alors une très large zone. À cette occasion, le fleuve peut alors trouver un itinéraire plus praticable et à la fin des inondations, il n'est donc plus au même endroit.

Évidemment, pour l'homme, le bilan est lourd. Les crues du fleuve jaune sont les seules catastrophes naturelles ayant provoqué des pertes humaines atteignant le million.
Les digues construites ont de ce fait eu un rôle politico-militaire prépondérant, ayant été utilisées notamment par les mongols pour contraindre les villes à se soumettre ou encore par l'armée nationale révolutionnaire en 1938 pour stopper l'invasion japonaise, causant accessoirement la mort de 980'000 habitants.