Traverser la galaxie en 12 ans à 1 g

Proposé par
Invité
le

A bord d'un vaisseau accélérant constamment à 1 g (c'est-à-dire dont la vitesse augmente de 35 km/h toutes les secondes), un astronaute pourrait traverser notre galaxie entière en 12 ans et atteindre les limites de l'univers observable en moins d'un siècle. Cependant, les effets de la relativité feraient que ces durées équivaudraient respectivement à 113 000 ans et plus de 10 milliards d'années sur Terre.


Commentaires préférés (3)

Une bien belle expérience de pensée dont les réalités physiques feront vite revenir sur Terre ;)

a écrit : C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?
Le temps n’est pas absolu mais est relatif au référentiel dans lequel on se trouve. En clair (et en très simplifié), il s’écoule différemment selon notre emplacement. Par exemple, à bord d’un vaisseau volant à la vitesse v, le temps t’ compté à bord du vaisseau sera différent du temps t compté sur Terre, selon la formule suivante :
t = t’ / racinecarrée(1 - v^2/c^2), avec c la vitesse de la lumière.
Lorsque v est tout petit par rapport à c (c’est le cas dans nos déplacements quotidiens), on obtient un t’ quasi identique à t.
Par contre, quand v se rapproche de c, on voit que t (le temps sur Terre) peut devenir beaucoup plus grand que t’ (le temps qui s’est écoulé dans le vaisseau).


Tous les commentaires (39)

Une bien belle expérience de pensée dont les réalités physiques feront vite revenir sur Terre ;)

Tout ça c'est de belles théories ! Les scientifiques devraient penser à y introduire un robot car l'homme vie rarement plus de 100 ans. Il faudrait toujours recommencer,on irait pas loin.

Bien sur nous sommes dans un calcul théorique... mais pour moi une augmentation de 15km/s c'est un ordre de grandeur qui a du sens et qui reste raisonnable... après sans aller jusqu'à traverser l'univers et en visant moins loin et moins vite cela ouvre des perspectives tout de même d'aller voir ailleurs si nous y sommes! Ou pas...

Ne pas oublier de décélérer a mi chemin si on veut atterrir.

C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?

a écrit : Bien sur nous sommes dans un calcul théorique... mais pour moi une augmentation de 15km/s c'est un ordre de grandeur qui a du sens et qui reste raisonnable... après sans aller jusqu'à traverser l'univers et en visant moins loin et moins vite cela ouvre des perspectives tout de même d'aller voir ailleurs si nous y sommes! Ou pas... Afficher tout Dans le cas oû l'univers serait fini et non borné ( espace se refermant sur lui-même ), l'astronaute finirait par revenir sur Terre, et donc ailleurs nous y sommes bien...

je ne comprends pas tout :
1g = 10 m/s2
donc la vitesse atteinte au bout d'un an = 10 x 3600 x 24 x 365 = 315 000 km/s
Bref, il faudrait dépasser la vitesse de la lumière avant la fin du 12ème mois. Faut un permis spécial pour ça...

a écrit : C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?
Parce que quand tu vas vite, le temps s'écoule plus lentement que pour celui qui va lentement. Donc si tu vas très très vite, tu te retrouves avec une différence de temps assez énorme

a écrit : je ne comprends pas tout :
1g = 10 m/s2
donc la vitesse atteinte au bout d'un an = 10 x 3600 x 24 x 365 = 315 000 km/s
Bref, il faudrait dépasser la vitesse de la lumière avant la fin du 12ème mois. Faut un permis spécial pour ça...
Bingo.

a écrit : C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?
Le temps n’est pas absolu mais est relatif au référentiel dans lequel on se trouve. En clair (et en très simplifié), il s’écoule différemment selon notre emplacement. Par exemple, à bord d’un vaisseau volant à la vitesse v, le temps t’ compté à bord du vaisseau sera différent du temps t compté sur Terre, selon la formule suivante :
t = t’ / racinecarrée(1 - v^2/c^2), avec c la vitesse de la lumière.
Lorsque v est tout petit par rapport à c (c’est le cas dans nos déplacements quotidiens), on obtient un t’ quasi identique à t.
Par contre, quand v se rapproche de c, on voit que t (le temps sur Terre) peut devenir beaucoup plus grand que t’ (le temps qui s’est écoulé dans le vaisseau).

a écrit : Sachant qu'à cette vitesse (approchant celle de la lumière) si vous prenez ne serait-ce qu'un gravillon, une poussière, sur le pare-brise, Carglasse ne remplace rien du tout ! Vous êtes désintégrés.

www.deridet.com/Alexandre-Astier-la-vitesse-de-la-lumiere_a4213.html
Tout à fait exact, c'est pour ça que sur mon vaisseau spatial en LEGO (voir profil), j'y ai mis deux canons Gauss, quatre faisceaux LASER de haute intensité et un radar millimétrique.
Je précise que c'est un vaisseau de croisière pour blindards et pas une machine de guerre, au passage.

Ah oui, il a aussi des boucliers d'énergie mais je sais pas comment ils fonctionnent. ^^

-Hein?
...
OUI y'a internet!!!

a écrit : Bien sur nous sommes dans un calcul théorique... mais pour moi une augmentation de 15km/s c'est un ordre de grandeur qui a du sens et qui reste raisonnable... après sans aller jusqu'à traverser l'univers et en visant moins loin et moins vite cela ouvre des perspectives tout de même d'aller voir ailleurs si nous y sommes! Ou pas... Afficher tout L'anecdote parle d'une accélération de 35 km/heure par seconde. Une voiture ou une moto qui passe de 0 à 100 km/heure en quelques secondes fournit donc une telle accélération, et elle a à vaincre la résistance de l'air et la gravité. Donc un vaisseau, dans le vide spatial, me semble pouvoir fournir bien plus que 1G très facilement. À consommation d'énergie constante en plus, il me semble, mais quelqu'un de plus capé pourra nous éclairer (et me reprendre si j'ai dit des bêtises)...

a écrit : je ne comprends pas tout :
1g = 10 m/s2
donc la vitesse atteinte au bout d'un an = 10 x 3600 x 24 x 365 = 315 000 km/s
Bref, il faudrait dépasser la vitesse de la lumière avant la fin du 12ème mois. Faut un permis spécial pour ça...
Parce que ta vitesse subit aussi les effets relativistes.

a écrit : C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?
Je vous invite à voir le film Interstellar qui l'illustre assez bien.

a écrit : C’est pas simple simple cette histoire de relativité.
Quelqu’un saurait-il expliquer "simplement" pourquoi un viyage de 12 ans dans l’espace correspond à 113 000 ans sur terre?
Je compatis. Pour ma part toutcest plus simple depuis que j'ai accepté que mon cerveau n'était pas câblé pour comprendre certaines choses (dont quasiment tout ce qui touche à la vitesse du son, de la lumière, au temps qui s'écoule différemment selon je sais pas quoi, aux trous noirs, aux rayonnements solaires, aux ions, aux nanotrucs...liste infinie) ^^

a écrit : Tout à fait exact, c'est pour ça que sur mon vaisseau spatial en LEGO (voir profil), j'y ai mis deux canons Gauss, quatre faisceaux LASER de haute intensité et un radar millimétrique.
Je précise que c'est un vaisseau de croisière pour blindards et pas une machine de guerre, au passage.

Ah oui, il a aussi des boucliers d'énergie mais je sais pas comment ils fonctionnent. ^^

-Hein?
...
OUI y'a internet!!!
Afficher tout
T'as mis quoi comme carburant pour propulser pendant 100 ans ? :-|

a écrit : L'anecdote parle d'une accélération de 35 km/heure par seconde. Une voiture ou une moto qui passe de 0 à 100 km/heure en quelques secondes fournit donc une telle accélération, et elle a à vaincre la résistance de l'air et la gravité. Donc un vaisseau, dans le vide spatial, me semble pouvoir fournir bien plus que 1G très facilement. À consommation d'énergie constante en plus, il me semble, mais quelqu'un de plus capé pourra nous éclairer (et me reprendre si j'ai dit des bêtises)... Afficher tout Un vaisseau spatial est assez différent d'une moto dans son fonctionnement, mais je me permet d'aborder deux-trois points :
Une moto prend appui sur le sol, là où le vaisseau spatial est dépourvu de support.
Les vaisseaux spatiaux dépassent assez facilement les 3g lors du decollage (sachant qu'ils s'échappent de l'attraction terrestre), donc on sait faire 1g dans le vide.
Il y a cependant quelques obstacles dont certains ont été évoqués plus haut. Cette accélération est faisable pendant un certain temps, mais à ma connaissance compliquée sur 100 ans (comment fournir l'énergie à la propulsion ?). Toute rencontre d'une petite poussière serait fatale. Et une fois qu'on est à l'autre bout de l'univers à 300.000km/s... On fait quoi ? :)

L'anecdote est un bel exercice théorique.... Pour le moment ?

Et on n'oublie pas que Bison Futé préconise de s'arrêter toutes les 2 heures....

a écrit : Le temps n’est pas absolu mais est relatif au référentiel dans lequel on se trouve. En clair (et en très simplifié), il s’écoule différemment selon notre emplacement. Par exemple, à bord d’un vaisseau volant à la vitesse v, le temps t’ compté à bord du vaisseau sera différent du temps t compté sur Terre, selon la formule suivante :
t = t’ / racinecarrée(1 - v^2/c^2), avec c la vitesse de la lumière.
Lorsque v est tout petit par rapport à c (c’est le cas dans nos déplacements quotidiens), on obtient un t’ quasi identique à t.
Par contre, quand v se rapproche de c, on voit que t (le temps sur Terre) peut devenir beaucoup plus grand que t’ (le temps qui s’est écoulé dans le vaisseau).
Afficher tout
C'est pas faux