Il y a un lac artificiel sous l'Opéra Garnier

Proposé par
LacGarnier
le
dans

Le sous-sol de l'opéra Garnier à Paris ne ressemble pas à ce que l'on pourrait penser. En effet, il abrite un lac artificiel qui sert entre autres à l'entraînement des plongeurs et de réserve d'eau pour les pompiers, et dans lequel on peut trouver des carpes vivantes ! Ce lac a été conçu par l'architecte de l'opéra, Charles Garnier, pour stabiliser l'ouvrage.


Commentaires préférés (3)

a écrit : pour stabiliser l'ouvrage ?! pas bien compris .
Peut être à cause de la nappe phréatique ?
J'espère que cela répondra à ta question: "En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau. Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite."

Posté le

android

(310)

Répondre

Ah c'est pour ca dans la Grande Vadrouille ils se sauvent en barque du sous sol de l'Opera

Posté le

android

(164)

Répondre

a écrit : Où comment dévier du sujet inutilement...

Ok t'es écolo et tu aimes l'eau et les poissons mais dans cette anecdote, on parle d'architecture et pas d'écologie et donc il ne faut dévier du sujet.



PS:Je suis violent dans la tournure de ma phrase car ça dévie comme ça à chaque anecdote.
Et comme d'habitude il y en a qui devienne agressif juste parce qu'ils ne savent pas lire. Si tu as lu tout les com's, tu as du remarquer l'explication ou ça disait que même avec une cuve étanche l'eau remontait et que malgré cela ils ont continué à essayer de construire l'opera. Donc sont commentaire était largement fondé en disant que la nature ne voulait pas lâcher et l'homme aussi. Et pour le cout des prédateurs des carpes a chaque fois qu'il y a une émission sur ce lac, ce critère est souligné par le présentateur, il est normal de le rajouter dans les com´s. Au final son com´ est pour moi beaucoup plus en accord avec le sujet que tu ne le dis et surtout beaucoup plus constructif que le tiens.

Posté le

iphone

(89)

Répondre


Tous les commentaires (55)

La vie des carpes de ce "lac" doit être vraiment mouvementé entre les pompiers qui viennent pomper l'eau et les plongeurs. JMCMB une fois de plus.

Posté le

android

(23)

Répondre

pour stabiliser l'ouvrage ?! pas bien compris .
Peut être à cause de la nappe phréatique ?

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : pour stabiliser l'ouvrage ?! pas bien compris .
Peut être à cause de la nappe phréatique ?
J'espère que cela répondra à ta question: "En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau. Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite."

Posté le

android

(310)

Répondre

La légende de ce lac souterrain a été entretenue par le célèbre roman de Gaston Leroux : le Fantôme de l'Opéra.

Ainsi, ce roman est inspiré de faits réels qui se sont produits à l'Opéra Garnier dans la deuxième moitié du XIXe siècle et de l'incendie du Bazar de la Charité qui eut lieu le 5 mai 1897. (événement marquant à cette époque, une chapelle commémorative fut même construit en mémoire des victimes)

De plus, ce roman fut notamment adapté par de nombreuses pièces de théâtre mais aussi en films, en musique, en bande dessinée et pour finir fut parodié dans des séries comme les simpson, American Dad! ou encore
le jeu vidéo Final Fantesy VI.

Posté le

iphone

(35)

Répondre

lol ta conclusion finale : C'est une reussite. ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

Wow un lac dans un opera !!! quelle idee ! jaurais jamais devine !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J'espère que cela répondra à ta question: "En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau. Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite."
Afficher tout
C'est donc la pression de l'eau qui maintiendrait le tout. J'ai une maison âgée de 100 ans, construite sur une nappe phréatique. Elle n'avait jamais bougé. Pas une fissure. Puis la canicule de 2003 à réduit l'eau de la nappe, et à ce moment, la maison à bougé par manque de pression.

Posté le

android

(34)

Répondre

a écrit : J'espère que cela répondra à ta question: "En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau. Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite."
Afficher tout
C'est vrai que la pour on comprend mieux. Merci.

Posté le

android

(4)

Répondre

Ah c'est pour ca dans la Grande Vadrouille ils se sauvent en barque du sous sol de l'Opera

Posté le

android

(164)

Répondre

Paris a vraiment deux visages, celui visible et celui caché sous nos pieds. Je ne sais pas si on peut visiter le lac de l'Opera, mais certaines parties du Paris soutérain se visitent, il parait que c'est impressionnant.

Posté le

android

(13)

Répondre

s'il y a des carpes dans ce lac elles ne peuvent être que vivantes!

Posté le

android

(3)

Répondre

pourquoi se battre contre la nature quand on peut la préserver tout en pouvant en tirer un avantage ? l eau ne voulait pas changer de place... lui non plus.. les deux y ont trouvé leur compte... quand aux carpes elles sont à l abris des prédateurs...

Posté le

android

(16)

Répondre

En tout cas, Si avec beaucoup de Ré et de Mi sur le Sol il n'y avait pas Do sà n'aurait pas était aussi Fa-cile d'y construire quelque chose de stable à cet endroit La.

Posté le

android

(9)

Répondre

C'est très connu surtout pour ceux qui habitent en region parisienne... Et puis on le voit souvent dans des reportages télé

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Il y aura aussi un "lac" artificiel en dessous de l'assemblée nationale... Pour les mêmes raisons que l'opéra...

Posté le

iphone

(2)

Répondre

a écrit : Paris a vraiment deux visages, celui visible et celui caché sous nos pieds. Je ne sais pas si on peut visiter le lac de l'Opera, mais certaines parties du Paris soutérain se visitent, il parait que c'est impressionnant. Tu peux aller faire un tour dans les catacombes, mais attention à ne pas te perdre, beaucoup ne sont jamais revenus.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : J'espère que cela répondra à ta question: "En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau. Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite."
Afficher tout
ah merci bien ! j'y était presque ! c'est quand même très ingénieux comme système.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : pourquoi se battre contre la nature quand on peut la préserver tout en pouvant en tirer un avantage ? l eau ne voulait pas changer de place... lui non plus.. les deux y ont trouvé leur compte... quand aux carpes elles sont à l abris des prédateurs... Où comment dévier du sujet inutilement...

Ok t'es écolo et tu aimes l'eau et les poissons mais dans cette anecdote, on parle d'architecture et pas d'écologie et donc il ne faut dévier du sujet.



PS:Je suis violent dans la tournure de ma phrase car ça dévie comme ça à chaque anecdote.

Posté le

website

(0)

Répondre

d'ailleurs les pompiers utilisent ce lac pour simuler des sauvetages en cas de grandes inondations.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : C'est très connu surtout pour ceux qui habitent en region parisienne... Et puis on le voit souvent dans des reportages télé Non pas vraiment, j'habite paris depuis 20 ans maintenant et je viens seulement d'apprendre ce lac souterrain grâce a l'anecdote.
Quand aux plongeur sa doit être assez drôle de savoir que l'on plonge sous un opéra !

Posté le

iphone

(18)

Répondre