La cour des miracles était remplie de faux mendiants

Proposé par
le
dans

Autrefois, les lieux les plus mal famés des grandes villes s'appelaient les cours des miracles en raison du nombre considérable de faux mendiants qu'on y trouvait. Chaque soir, des mendiants qui jouaient de leur prétendue infirmité pour apitoyer les habitants recouvraient "par miracle" la santé en ôtant emplâtres et bandages et en laissant tomber leurs béquilles.


Commentaires préférés (3)

A Paris , un lieu reproduisait en la parodiant la suite d'un prince avec tout ses gens , ce lieu était un repaire où se réunissaient les gueux et les mendiants de la capitale , en plein quartier des Halles .
À la vérité , c'était plutôt un cul- de- sac , une impasse immonde qui voyait , le soir venu , se retrouver tous les brigands et les faux estropiés ; alors comme par miracle , le " travail " journalier terminé , les infirmités guérissaient aussitôt , mais c'était souvent pour sombrer dans la beuverie , les plaisanteries salaces et les règlements de compte .
Victor Hugo a décrit la Cour des Miracles dans " Notre Dame de Paris " , insistant sur ce " cercle magique où les officiers du Châtelet et les sergents de la prévôté qui s'y aventuraient disparaissaient en miettes " ; Théophile Gautier a parlé de ces " coquillards " ( mauvais garçons fréquentant un bordel qui s'appelait La Coquille ) , de ces " francs-mitous " ( faux malades simulant des crises d'épilepsie ), de ces " sabouleux " ( gueux qui prennent du savon blanc dans la bouche pour la faire écumer ) , de ces " narquois " ( faux soldats montrant de fausses mutilations reçues au service du Roi )... auxquels Bertold Brecht donnera la parole dans son fameux " Opéra de Quat' sous ".
Mais il est vrai qu'il a fallu l'action déterminée du lieutenant de police de Louis XIV , le fameux La Reynie , pour parvenir à chasser les gueux de la Cour des Miracles . Grace à lui Paris devint la ville la plus propre et la plus sûre d'Europe , on lui doit aussi l'éclairage public en plaçant des lanternes même dans les ruelles sombres , d'où l'expression " Paris ville lumière " .

Source : Petite histoire des expressions . Points. Le goût des mots . Larousse .Dictionnaire d'argot français . Le gai savoir de La Coquille (Gallimard).

Posté le

iphone

(157)

Répondre


Tous les commentaires (40)

je comprends pas, même avec la sources, ça consiste en quoi ? :(

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : je comprends pas, même avec la sources, ça consiste en quoi ? :( En bref,ce sont des gens qui, juste pour ce faire de l'argent, font semblant d'être infirme ou d'autres choses dans ce genre la pour susciter la pitié des gens et pour qu'on leur donne de l'argent

Posté le

iphone

(17)

Répondre

a écrit : je comprends pas, même avec la sources, ça consiste en quoi ? :( les lieux pas fréquentable était appelé cours des miracles car des personnes se faisait passer pour des mendiants pour gagner de la thune. et quand il arrêtait ils repartait en ayant plus les supposés blessures ce qui était assimilées à des miracles. D'où la cour des miracles.

Posté le

android

(12)

Répondre

maintenant la cour des miracles se trouve dans le métro de paris...

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : je comprends pas, même avec la sources, ça consiste en quoi ? :( beh... se faire passer pour malade afin d attirer la pitié des gens et gagner quelques pièces... sauf que c etait surtout de la comédie puisque "comme par miracle" d ou le nom, le soir, tout le monde etait guéri er rentrait chez soi. c est un nom donné par ironie de la chose surtout je pense. Er pour le bossus de notre dame oui mais il faut préciser que c est le livre (de Victor hugo) qui traite ce sujet "ruche monstrueuse où rentraient le soir avec leur butin tous les frelons de l’ordre social "

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : maintenant la cour des miracles se trouve dans le métro de paris... Ayant perdu mon travail la semaine derniere .

Posté le

android

(35)

Répondre

Retrouvaient, et pas recouvraient. Non?

Posté le

android

(0)

Répondre

A Paris , un lieu reproduisait en la parodiant la suite d'un prince avec tout ses gens , ce lieu était un repaire où se réunissaient les gueux et les mendiants de la capitale , en plein quartier des Halles .
À la vérité , c'était plutôt un cul- de- sac , une impasse immonde qui voyait , le soir venu , se retrouver tous les brigands et les faux estropiés ; alors comme par miracle , le " travail " journalier terminé , les infirmités guérissaient aussitôt , mais c'était souvent pour sombrer dans la beuverie , les plaisanteries salaces et les règlements de compte .
Victor Hugo a décrit la Cour des Miracles dans " Notre Dame de Paris " , insistant sur ce " cercle magique où les officiers du Châtelet et les sergents de la prévôté qui s'y aventuraient disparaissaient en miettes " ; Théophile Gautier a parlé de ces " coquillards " ( mauvais garçons fréquentant un bordel qui s'appelait La Coquille ) , de ces " francs-mitous " ( faux malades simulant des crises d'épilepsie ), de ces " sabouleux " ( gueux qui prennent du savon blanc dans la bouche pour la faire écumer ) , de ces " narquois " ( faux soldats montrant de fausses mutilations reçues au service du Roi )... auxquels Bertold Brecht donnera la parole dans son fameux " Opéra de Quat' sous ".
Mais il est vrai qu'il a fallu l'action déterminée du lieutenant de police de Louis XIV , le fameux La Reynie , pour parvenir à chasser les gueux de la Cour des Miracles . Grace à lui Paris devint la ville la plus propre et la plus sûre d'Europe , on lui doit aussi l'éclairage public en plaçant des lanternes même dans les ruelles sombres , d'où l'expression " Paris ville lumière " .

Source : Petite histoire des expressions . Points. Le goût des mots . Larousse .Dictionnaire d'argot français . Le gai savoir de La Coquille (Gallimard).

Posté le

iphone

(157)

Répondre

a écrit : Retrouvaient, et pas recouvraient. Non? Non on dit bien recouvrer comme pour quelqu'un qui recouvre la vue.

Posté le

android

(18)

Répondre

A chaque fois ça me fait penser à la réplique de Gérard Jugnot dans "Pinot, Simple Flic" : "Chez moi c'est la tour de Babel dans la Cour des Miracles ! " MDR
J'adore cette réplique ! XD

Posté le

android

(3)

Répondre

Moi ça me fait surtout penser a ces roumains qui sont sourd et muet pour que tu leur donnes des sous (sur les jardins devant la tour eiffel) puis 10 min après qui comme par hasard arrive a reparler pour engueuler leur fils..

Posté le

iphone

(36)

Répondre

On raconte qu'un roi existe pour diriger tout ces pseudo mendiants : le grand Coëstre ou " roi de Thunes " , il est décrit sur une charrette tirée par des chiens . En fait la cour des miracles est une étrange société ayant une hiérarchie très bien ordonnée ( son pouvoir s'étendait même en province) . On pourrait presque parler de premier ghetto

Posté le

iphone

(10)

Répondre

t'avais l'air content de l'avoir quand ton doliprane n'était plus suffisant ...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : A chaque fois ça me fait penser à la réplique de Gérard Jugnot dans "Pinot, Simple Flic" : "Chez moi c'est la tour de Babel dans la Cour des Miracles ! " MDR
J'adore cette réplique ! XD
Idem. Ce film est culte, et cette réplique aussi....

Posté le

iphone

(2)

Répondre

a écrit : A Paris , un lieu reproduisait en la parodiant la suite d'un prince avec tout ses gens , ce lieu était un repaire où se réunissaient les gueux et les mendiants de la capitale , en plein quartier des Halles .
À la vérité , c'était plutôt un cul- de- sac , une impasse immonde qui voyait , le soir venu , s
e retrouver tous les brigands et les faux estropiés ; alors comme par miracle , le " travail " journalier terminé , les infirmités guérissaient aussitôt , mais c'était souvent pour sombrer dans la beuverie , les plaisanteries salaces et les règlements de compte .
Victor Hugo a décrit la Cour des Miracles dans " Notre Dame de Paris " , insistant sur ce " cercle magique où les officiers du Châtelet et les sergents de la prévôté qui s'y aventuraient disparaissaient en miettes " ; Théophile Gautier a parlé de ces " coquillards " ( mauvais garçons fréquentant un bordel qui s'appelait La Coquille ) , de ces " francs-mitous " ( faux malades simulant des crises d'épilepsie ), de ces " sabouleux " ( gueux qui prennent du savon blanc dans la bouche pour la faire écumer ) , de ces " narquois " ( faux soldats montrant de fausses mutilations reçues au service du Roi )... auxquels Bertold Brecht donnera la parole dans son fameux " Opéra de Quat' sous ".
Mais il est vrai qu'il a fallu l'action déterminée du lieutenant de police de Louis XIV , le fameux La Reynie , pour parvenir à chasser les gueux de la Cour des Miracles . Grace à lui Paris devint la ville la plus propre et la plus sûre d'Europe , on lui doit aussi l'éclairage public en plaçant des lanternes même dans les ruelles sombres , d'où l'expression " Paris ville lumière " .

Source : Petite histoire des expressions . Points. Le goût des mots . Larousse .Dictionnaire d'argot français . Le gai savoir de La Coquille (Gallimard).
Afficher tout
Les "Coquillards" étant de faux pèlerins se promenant avec des coquilles (st Jacques) ,je pense que c'est plutôt le bordel ="la Coquille" qui s'est inspirée d'eux pour son nom.

Posté le

android

(6)

Répondre

pour ceux qui en douteraient ,c'est dans la source et moi j'en ai consulter plusieurs....

Posté le

android

(1)

Répondre