Göbekli Tepe est très ancien

Proposé par
Invité
le

Commentaires préférés (3)

Pour les passionnés d'archéologie je conseille d'aller regarder les photos sur google. Le site a été construit sur plusieurs siècle tellement il était imposant pour les techniques de l'époque.

Posté le

android

(30)

Répondre

Merci scmb, super intéressant. En plus il semble que ce site malgré ses prouesses techniques ne soit pas l'oeuvre de nos ancêtres agriculteurs mais de chasseurs cueilleurs, cest tout simplement époustouflifiant, on a sûrement un chainon manquant entre la société ancienne et "actuelle" (nomade vs agriculteur). Pourquoi le site a-t-il été enterré? Les premiers paysans ont-ils voulus retirer leur "mecque" aux chasseurs? Puisse t on faire plus de recherches pour qu avance la connaissance!

Göbekli tepe = le mont/la colline avec un nombril

Posté le

android

(18)

Répondre


Tous les commentaires (12)

Pour les passionnés d'archéologie je conseille d'aller regarder les photos sur google. Le site a été construit sur plusieurs siècle tellement il était imposant pour les techniques de l'époque.

Posté le

android

(30)

Répondre

Merci scmb, super intéressant. En plus il semble que ce site malgré ses prouesses techniques ne soit pas l'oeuvre de nos ancêtres agriculteurs mais de chasseurs cueilleurs, cest tout simplement époustouflifiant, on a sûrement un chainon manquant entre la société ancienne et "actuelle" (nomade vs agriculteur). Pourquoi le site a-t-il été enterré? Les premiers paysans ont-ils voulus retirer leur "mecque" aux chasseurs? Puisse t on faire plus de recherches pour qu avance la connaissance!

Ouah trop bien, des ruines antiques ! On peut y faire des rituels de magie noire ?

Göbekli tepe = le mont/la colline avec un nombril

Posté le

android

(18)

Répondre

Göbekli tepe est situé à Şanlıurfa une ville au sud est de la Turquie.
C’est une ville qui a une richesse culturelle et historique impressionnante.
On dit même que 40 prophètes seraient passé à Şanlıurfa dont Abraham.

Ces restes mystérieux d'un âge si reculé dont on ne sait pas grand chose sont très impressionnants. La dimension des pierres levées, l'effort et les techniques utilisées et la motivation de ces individus chasseurs ceuilleurs qui par définition étaient relativement indépendants posent beaucoup d'interrogations. La Turquie est très riche de reliques de vieilles civilisations. Je me rappelle avoir été très impressionné par une ancienne cité souterraine de Cappadoce pouvant habiter plusieurs centaines de personnes pendant des mois avec des systèmes sophistiqués d'aération et de condamnation d'accès pas des pierres circulaires. Du vrai décor d'Indiana Jones...

Posté le

android

(13)

Répondre

C'est un site extra ordinaire. Des lieux de culte probablement liés a la mort, construit de façon circulaire puis enseveli volontairement. Les auteurs étaient des chasseur cueilleurs et pas des agriculteurs.

a écrit : Merci scmb, super intéressant. En plus il semble que ce site malgré ses prouesses techniques ne soit pas l'oeuvre de nos ancêtres agriculteurs mais de chasseurs cueilleurs, cest tout simplement époustouflifiant, on a sûrement un chainon manquant entre la société ancienne et "actuelle" (nomade vs agriculteur). Pourquoi le site a-t-il été enterré? Les premiers paysans ont-ils voulus retirer leur "mecque" aux chasseurs? Puisse t on faire plus de recherches pour qu avance la connaissance! Afficher tout Le fameux "chaînon manquant" dont tu fait référence est de mieux en mieux connu par les préhistoriens. De nombreux sites paléolithique récents, dont celui-ci, suggèrent que l'agriculture opportuniste a existé avant la sédentarisation des populations. On a l'image du chasseur cueilleur toujours en vadrouille, qui chasse le mammouth, mais il faut se dire que de nombreuses populations nomades possèdent en fait deux ou trois campements saisonniers où ils restent une saison entière, en fonction des besoins et de la nature : un tel campement est situé en plaine, proche de champs de blé sauvage, et on y séjourne en été/automne pour la récolte. Un autre proche d'un lieu de passage du gibier ou le long d'une rivière, et on s'y déplace lors des migrations animales pour chasser et faire des provisions sur le long terme. Le troisième est un lieu de rassemblement habituel de plusieurs clans/familles/tribus, et on s'y retrouve périodiquement pour des célébrations, des cultes ou des constructions monumentales.
La transition néolithique s'est donc faite très lentement entre nomades strictes et sédentaires strictes, et les deux systèmes ont d'ailleurs sans doute cohabité un long moment, avec toutes les variations d'occupation du territoire que cela implique.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Le fameux "chaînon manquant" dont tu fait référence est de mieux en mieux connu par les préhistoriens. De nombreux sites paléolithique récents, dont celui-ci, suggèrent que l'agriculture opportuniste a existé avant la sédentarisation des populations. On a l'image du chasseur cueilleur toujours en vadrouille, qui chasse le mammouth, mais il faut se dire que de nombreuses populations nomades possèdent en fait deux ou trois campements saisonniers où ils restent une saison entière, en fonction des besoins et de la nature : un tel campement est situé en plaine, proche de champs de blé sauvage, et on y séjourne en été/automne pour la récolte. Un autre proche d'un lieu de passage du gibier ou le long d'une rivière, et on s'y déplace lors des migrations animales pour chasser et faire des provisions sur le long terme. Le troisième est un lieu de rassemblement habituel de plusieurs clans/familles/tribus, et on s'y retrouve périodiquement pour des célébrations, des cultes ou des constructions monumentales.
La transition néolithique s'est donc faite très lentement entre nomades strictes et sédentaires strictes, et les deux systèmes ont d'ailleurs sans doute cohabité un long moment, avec toutes les variations d'occupation du territoire que cela implique.
Afficher tout
Et une bonne façon d’appréhender cette évolution est la lecture de la fresque préhistorique Les Enfants de la Terre. Ayla, l’héroïne, passe par différentes étapes d’évolution de l’humanité et laisse à entendre que nos représentations de ces périodes-là sont à revoir pour le tout-venant. L’autrice a étudié son sujet avant de se lancer dans l’écriture de cette œuvre romanesque mais dont les faits sont en général reconnus par la communauté historiens, archéologues, paléontologues, etc!

a écrit : Le fameux "chaînon manquant" dont tu fait référence est de mieux en mieux connu par les préhistoriens. De nombreux sites paléolithique récents, dont celui-ci, suggèrent que l'agriculture opportuniste a existé avant la sédentarisation des populations. On a l'image du chasseur cueilleur toujours en vadrouille, qui chasse le mammouth, mais il faut se dire que de nombreuses populations nomades possèdent en fait deux ou trois campements saisonniers où ils restent une saison entière, en fonction des besoins et de la nature : un tel campement est situé en plaine, proche de champs de blé sauvage, et on y séjourne en été/automne pour la récolte. Un autre proche d'un lieu de passage du gibier ou le long d'une rivière, et on s'y déplace lors des migrations animales pour chasser et faire des provisions sur le long terme. Le troisième est un lieu de rassemblement habituel de plusieurs clans/familles/tribus, et on s'y retrouve périodiquement pour des célébrations, des cultes ou des constructions monumentales.
La transition néolithique s'est donc faite très lentement entre nomades strictes et sédentaires strictes, et les deux systèmes ont d'ailleurs sans doute cohabité un long moment, avec toutes les variations d'occupation du territoire que cela implique.
Afficher tout
Comme les populations indigènes en Amérique du Nord, avant l'arrivée des Européens (les Indiens d'Amérique) : ils avaient une société très évoluée mais ils ne construisaient pas des bâtiments en dur qui laissent des traces pour les archéologues, alors si on n'avait pas eu des témoignages de l'époque sur leur société on aurait pu seulement déterminer à partir des vertiges qu'ils étaient des chasseurs-cueilleurs, et croire abusivement qu'ils n'avaient pas vraiment d'organisation sociale.

Une photo serait grandement appréciée sur ce genre d'anecdotes :)

Posté le

android

(0)

Répondre