Fantomas fit preuve de bravoure

Proposé par
le

L'acteur Jean Marais est notamment connu pour son rôle de Fantomas dans la série de films du même nom. En 1944, il s'engagea dans l'armée française et sa bravoure fut saluée, restant au volant de son char lors du bombardement de sa colonne à Marckolsheim en Alsace.


Commentaires préférés (3)

Pour moi Jean Marais c'est "le Capitan"
J'ai vu ce film un nombre incalculable de fois... Ah la nostalgie.

EDIT : il me semble, dans un des reportages où il parle de cet évènement, qu'il était au volant d'un camion de ravitaillement et non d'un char.
Ce qui n'enlève rien au fait d'armes, bien au contraire ;)

Il y avait un restaurant à Golfe Juan, Nounou, qui était la cantine de Jean Marais. Il y avait peint une fresque d’ailleurs qui était exposé dans ce resto de bord de plage. On y mangeait une bouillabaisse du tonnerre, un délice. Mais il a dû fermer avec la nouvelle loi de bord de plage (pour laquelle je suis d’accord, sauf dans ce cas précis), emportant la fresque avec la destruction du lieu, l’an dernier.

Je ne trouve aucune source (même celle de l'anecdote) rapportant Jean Marais comme conducteur de char. Il est décrit partout en tant que conducteur de jeep puis de camion pour ravitailler les tanks en vivres et munitions.

Son fait d'arme est d'être resté dans son camion lors du bombardement de sa colonne, ce qu'il expliquera modestement par une envie de rester au chaud à manger de la confiture de cerise (après tout le courage est parfois un savant mélange entre bravoure et stupidité).

Donc l'anedcote a raison en disant "volant". Mais pas avec le char.

Pour en revenir à l'acteur même, il a touché les étoiles au cinéma notamment avec son film "La belle et la bête". Personne ne pensait au succès de ce film... et pourtant il a fait rentrer Jean Marais dans la légende du cinéma français. Il n'a jamais caché être homosexuel, ce qui était très rare à l'époque.
Malheureusement pour lui (c'est mon analyse personnel) il n'a pas su évoluer son jeu d'acteur. Dans Fantomas on retrouve un Jean Marais trop cliché, trop sur de lui, trop fort, trop séducteur... Bef l'acteur d'Hollywood ultra-cliché. Face à lui, un Louis de Funès qui va ramener un style nouveau et voler la vedette. Cela insupportera Jean Marais qui passe de rôle principale à premier rôle secondaire. Il arrêtera le cinéma pour se consacrer de nouveau au théàtre.

Et en même temps Louis de Funès est si bon dans cette trilogie ! Sans lui on n'aurait jamais eu des répliques du genre :
- Le cheval !
- Où ça ?
- Là !
- Mais c'est un merle !
- Sous le merle.
- Y a pas de cheval sous le merle...
- Mais si !
- Ah ben je vois plus le merle...
- Vous voyez le cheval ?
- Oui !
- Au dessus.


Tous les commentaires (28)

Pour moi Jean Marais c'est "le Capitan"
J'ai vu ce film un nombre incalculable de fois... Ah la nostalgie.

EDIT : il me semble, dans un des reportages où il parle de cet évènement, qu'il était au volant d'un camion de ravitaillement et non d'un char.
Ce qui n'enlève rien au fait d'armes, bien au contraire ;)

Si tu ne viens pas à Lagardère .....

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Pour moi Jean Marais c'est "le Capitan"
J'ai vu ce film un nombre incalculable de fois... Ah la nostalgie.

EDIT : il me semble, dans un des reportages où il parle de cet évènement, qu'il était au volant d'un camion de ravitaillement et non d'un char.
Ce qui n'enlève rien au fait d'armes, bien au contraire ;)
C'est aussi Fantomas niackniackniack*


*ricanement de Fantomas

Je fais mon relou mais un char n’a pas de volant. Il y a un levier droit et un levier gauche qui ralentisse ou accélère respectivement la chenille droite ou la chenille gauche.

Cela n’empêche pas que les unités des blindés faisaient partie des unités les plus durement touchées lors des combats contrairement à l’idée reçu. Bref être dans un engin blindé donne une fausse idée de sécurité sur un théâtre d’opération.

Il y avait un restaurant à Golfe Juan, Nounou, qui était la cantine de Jean Marais. Il y avait peint une fresque d’ailleurs qui était exposé dans ce resto de bord de plage. On y mangeait une bouillabaisse du tonnerre, un délice. Mais il a dû fermer avec la nouvelle loi de bord de plage (pour laquelle je suis d’accord, sauf dans ce cas précis), emportant la fresque avec la destruction du lieu, l’an dernier.

a écrit : Pour moi Jean Marais c'est "le Capitan"
J'ai vu ce film un nombre incalculable de fois... Ah la nostalgie.

EDIT : il me semble, dans un des reportages où il parle de cet évènement, qu'il était au volant d'un camion de ravitaillement et non d'un char.
Ce qui n'enlève rien au fait d'armes, bien au contraire ;)
Pour moi, c’est La Bête, de la Belle et la Bête!.... Comme quoi, chacun ses références car on est sensible à des choses différentes qui nous marquent... (ps: je suis une fille :) )

a écrit : Je fais mon relou mais un char n’a pas de volant. Il y a un levier droit et un levier gauche qui ralentisse ou accélère respectivement la chenille droite ou la chenille gauche.

Cela n’empêche pas que les unités des blindés faisaient partie des unités les plus durement touchées lors des combats contraireme
nt à l’idée reçu. Bref être dans un engin blindé donne une fausse idée de sécurité sur un théâtre d’opération. Afficher tout
Les leviers c'est sur les vieux char (donc char de la seconde guerre) mais les modèles modernes ont un manche de direction.

Posté le

android

(3)

Répondre

« Monsieur de Peyrolles! Touchez ma bosse mon seigneur... »

a écrit : Les leviers c'est sur les vieux char (donc char de la seconde guerre) mais les modèles modernes ont un manche de direction. Comme le char évoqué dans l’anecdote du coup ? ;)

Je ne trouve aucune source (même celle de l'anecdote) rapportant Jean Marais comme conducteur de char. Il est décrit partout en tant que conducteur de jeep puis de camion pour ravitailler les tanks en vivres et munitions.

Son fait d'arme est d'être resté dans son camion lors du bombardement de sa colonne, ce qu'il expliquera modestement par une envie de rester au chaud à manger de la confiture de cerise (après tout le courage est parfois un savant mélange entre bravoure et stupidité).

Donc l'anedcote a raison en disant "volant". Mais pas avec le char.

Pour en revenir à l'acteur même, il a touché les étoiles au cinéma notamment avec son film "La belle et la bête". Personne ne pensait au succès de ce film... et pourtant il a fait rentrer Jean Marais dans la légende du cinéma français. Il n'a jamais caché être homosexuel, ce qui était très rare à l'époque.
Malheureusement pour lui (c'est mon analyse personnel) il n'a pas su évoluer son jeu d'acteur. Dans Fantomas on retrouve un Jean Marais trop cliché, trop sur de lui, trop fort, trop séducteur... Bef l'acteur d'Hollywood ultra-cliché. Face à lui, un Louis de Funès qui va ramener un style nouveau et voler la vedette. Cela insupportera Jean Marais qui passe de rôle principale à premier rôle secondaire. Il arrêtera le cinéma pour se consacrer de nouveau au théàtre.

Et en même temps Louis de Funès est si bon dans cette trilogie ! Sans lui on n'aurait jamais eu des répliques du genre :
- Le cheval !
- Où ça ?
- Là !
- Mais c'est un merle !
- Sous le merle.
- Y a pas de cheval sous le merle...
- Mais si !
- Ah ben je vois plus le merle...
- Vous voyez le cheval ?
- Oui !
- Au dessus.

a écrit : C'est aussi Fantomas niackniackniack*


*ricanement de Fantomas
Alors d’abord, c’est écrit dans l’anecdote, qu’il est Fantomas, et ce dernier ne rigole pas en faisant niakniakniak, mais plutôt hum hum hum.
On rigole pas avec ça !

a écrit : Je fais mon relou mais un char n’a pas de volant. Il y a un levier droit et un levier gauche qui ralentisse ou accélère respectivement la chenille droite ou la chenille gauche.

Cela n’empêche pas que les unités des blindés faisaient partie des unités les plus durement touchées lors des combats contraireme
nt à l’idée reçu. Bref être dans un engin blindé donne une fausse idée de sécurité sur un théâtre d’opération. Afficher tout
Ca depend.
Il y a aujourd hui des chars dans certaines armees du monde qui se conduisent au volant.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je fais mon relou mais un char n’a pas de volant. Il y a un levier droit et un levier gauche qui ralentisse ou accélère respectivement la chenille droite ou la chenille gauche.

Cela n’empêche pas que les unités des blindés faisaient partie des unités les plus durement touchées lors des combats contraireme
nt à l’idée reçu. Bref être dans un engin blindé donne une fausse idée de sécurité sur un théâtre d’opération. Afficher tout
Il a fallu que je relise plusieurs fois car venant de vous c'est tellement étonnant :
Le levier droit et le levier gauche ralentissent ou accélèrent respectivement la cheville droite et la cheville gauche.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je fais mon relou mais un char n’a pas de volant. Il y a un levier droit et un levier gauche qui ralentisse ou accélère respectivement la chenille droite ou la chenille gauche.

Cela n’empêche pas que les unités des blindés faisaient partie des unités les plus durement touchées lors des combats contraireme
nt à l’idée reçu. Bref être dans un engin blindé donne une fausse idée de sécurité sur un théâtre d’opération. Afficher tout
Tout à fait vrai, et même facile à comprendre...

Un dicton militaire dit (environ) : essayez de ne pas paraître trop important, l'ennemi n'a peut-être plus beaucoup de balles.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Ca depend.
Il y a aujourd hui des chars dans certaines armees du monde qui se conduisent au volant.
Possible mais je n’en connais pas. En 1944 comme l’anecdote c’est sur ce sont des leviers. Aujourd’hui il existe encore des commandes à leviers mais c’est surtout un manche central multidirectionnel comme ceux des avions de chasse voire même aussi des sous marins.

a écrit : Il a fallu que je relise plusieurs fois car venant de vous c'est tellement étonnant :
Le levier droit et le levier gauche ralentissent ou accélèrent respectivement la cheville droite et la cheville gauche.
J’ai effectivement oublié la marque du pluriel mais je ne parle certainement pas de cheville mais bien de chenille ici ;)

a écrit : Alors d’abord, c’est écrit dans l’anecdote, qu’il est Fantomas, et ce dernier ne rigole pas en faisant niakniakniak, mais plutôt hum hum hum.
On rigole pas avec ça !
ha oui, t'as raison

a écrit : Possible mais je n’en connais pas. En 1944 comme l’anecdote c’est sur ce sont des leviers. Aujourd’hui il existe encore des commandes à leviers mais c’est surtout un manche central multidirectionnel comme ceux des avions de chasse voire même aussi des sous marins. le "joystick" n'a pu être mis au point qu'avec l'invention des commandes électriques assistées.

D'ailleurs, sur les premiers chars, le pilote devait se fier aux informations que lui donnait le chef de char:
-En avant. A gauche. NON l'autre gauche, abruti! Va y c'est bon, en avant. J'AI DIT: EN AVANT, bordel, là tu recule! Bon arrête tout. ... ARRETE TOI j'ai dit! MAIS AR-"BAM!"
-Mais spopossib ça! où t'as appris à piloter un char? Sombre crétin!
-Sur une Ford T, chef, je sais pas où sont les freins sur cette charrette, moi!
-Un char! C'EST UN CHAR!
-Mais ca s'tire point par des boeufs, un char?
-Hé bé, on est pas prêts de la terminer, cette foutue guerre!

a écrit : Ca depend.
Il y a aujourd hui des chars dans certaines armees du monde qui se conduisent au volant.
Un volant dans un char d'assaut? Tu confonds probablement avec le volant moteur parce que qui dit volant de direction dit colonne de direction, et une colonne de direction pour orienter des chenilles... non j'ai beau réfléchir, je vois pas comment faire. ^^