La propagande n'a pas toujours été négative

Proposé par
le
dans

Avant la Seconde Guerre mondiale, le terme "propagande" n'avait pas la connotation péjorative qu'il peut avoir aujourd'hui. C'est ainsi que dans de nombreux pays, dont la France et l'Allemagne nazie, il existait un ministère de la Propagande. Il fut plus tard renommé en ministère de l'Information puis dissous en 1974.


Commentaires préférés (3)

Un peu comme le "Ministère de la Défense" qui a remplacé le "Ministère de la Guerre" car ce dernier avait une connotation trop péjorative au XXème siècle. Les noms changent mais ça reste exactement la même chose.

Posté le

android

(64)

Répondre

La propagande est l'acte de propager des idées, concepts etc. pour la faire adopter par un public cible. Les médias officiels Chinois font de la propagande, les "tribunes" de tel ou tel personnalités dans notre presse relèvent de la propagande, Greta, Trump, les discours de Marion Maréchal, de Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélanchon sont de la propagande, mon commentaire est de la propagande. Donc la propagande est comme le lobby, ce n'est pas bon ou mauvais, c'est neutre. Crier les lobbys c'est nul ou la propagande c'est maléfique n'a pas de sens.
Par contre il faut l'encadrer (chose difficile, comment encadrer efficacement tout en empêchant les excès dans le contrôle ? car tolérer un excès de contrôle quand ça va dans notre sens veut dire qu'on devra potentiellement le tolérer le jour où ce sera contre nous).
Créer une culture rendant difficile la propagande malhonnête (avoir une population ayant un bon sens critique, qui n'écoutent pas les opinions mais exige des faits, qui n'est pas enfermé dans une croyance, foi ou idéologie mais est prête à changer d'avis si des faits contraires se présentent), semble la meilleure solution.

A voir le très instructif documentaire "La fabrique du consentement" sur Arte (ou sa plateforme de rediffusion), en ce moment, où l'on apprend comment Edward Bernays à transformé la propagande en outil de persuasion massive à l'Aube de la première guerre mondiale.

Et comment dès la fin de la WW1 il a remplacé la fonction de chef de la propagande US en "conseillé en communication".

Lui et une poignée d'hommes ont à eux seuls rendu péjoratif le terme propagande, mais ils ont aussi su habilement proposer des mot de remplacement à connotation "positive" afin de pouvoir continuer leur travail de manipulation tout en passant pour des philanthropes.

Posté le

android

(52)

Répondre


Tous les commentaires (15)

Un peu comme le "Ministère de la Défense" qui a remplacé le "Ministère de la Guerre" car ce dernier avait une connotation trop péjorative au XXème siècle. Les noms changent mais ça reste exactement la même chose.

Posté le

android

(64)

Répondre

J'imagine que la connotation (positive ou négative) derrière "propagande" change du tout au tout selon qu'on soit en temps de guerre ou en paix sur le territoire national...

Posté le

android

(4)

Répondre

La propagande est l'acte de propager des idées, concepts etc. pour la faire adopter par un public cible. Les médias officiels Chinois font de la propagande, les "tribunes" de tel ou tel personnalités dans notre presse relèvent de la propagande, Greta, Trump, les discours de Marion Maréchal, de Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélanchon sont de la propagande, mon commentaire est de la propagande. Donc la propagande est comme le lobby, ce n'est pas bon ou mauvais, c'est neutre. Crier les lobbys c'est nul ou la propagande c'est maléfique n'a pas de sens.
Par contre il faut l'encadrer (chose difficile, comment encadrer efficacement tout en empêchant les excès dans le contrôle ? car tolérer un excès de contrôle quand ça va dans notre sens veut dire qu'on devra potentiellement le tolérer le jour où ce sera contre nous).
Créer une culture rendant difficile la propagande malhonnête (avoir une population ayant un bon sens critique, qui n'écoutent pas les opinions mais exige des faits, qui n'est pas enfermé dans une croyance, foi ou idéologie mais est prête à changer d'avis si des faits contraires se présentent), semble la meilleure solution.

En France, ce ministère de la Propagande a été créé en mars 1938 et a changé de nom à l'issue du régime de Vichy. C'est donc peu de dire qu'il est très lié à la seconde guerre mondiale.

a écrit : La propagande est l'acte de propager des idées, concepts etc. pour la faire adopter par un public cible. Les médias officiels Chinois font de la propagande, les "tribunes" de tel ou tel personnalités dans notre presse relèvent de la propagande, Greta, Trump, les discours de Marion Maréchal, de Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélanchon sont de la propagande, mon commentaire est de la propagande. Donc la propagande est comme le lobby, ce n'est pas bon ou mauvais, c'est neutre. Crier les lobbys c'est nul ou la propagande c'est maléfique n'a pas de sens.
Par contre il faut l'encadrer (chose difficile, comment encadrer efficacement tout en empêchant les excès dans le contrôle ? car tolérer un excès de contrôle quand ça va dans notre sens veut dire qu'on devra potentiellement le tolérer le jour où ce sera contre nous).
Créer une culture rendant difficile la propagande malhonnête (avoir une population ayant un bon sens critique, qui n'écoutent pas les opinions mais exige des faits, qui n'est pas enfermé dans une croyance, foi ou idéologie mais est prête à changer d'avis si des faits contraires se présentent), semble la meilleure solution.
Afficher tout
Dans la mesure où "créer des faits" est assez facile en manipulant l'information, ce n'est pas toujours bon que les gens changent d'avis au gré des faits qu'on leur présente.

Être un peu enfermé dans certaines idéologies c'est aussi un peu nécessaire.

Posté le

android

(5)

Répondre

A voir le très instructif documentaire "La fabrique du consentement" sur Arte (ou sa plateforme de rediffusion), en ce moment, où l'on apprend comment Edward Bernays à transformé la propagande en outil de persuasion massive à l'Aube de la première guerre mondiale.

Et comment dès la fin de la WW1 il a remplacé la fonction de chef de la propagande US en "conseillé en communication".

Lui et une poignée d'hommes ont à eux seuls rendu péjoratif le terme propagande, mais ils ont aussi su habilement proposer des mot de remplacement à connotation "positive" afin de pouvoir continuer leur travail de manipulation tout en passant pour des philanthropes.

Posté le

android

(52)

Répondre

La propagande la plus insidieuse est celle des grands groupes qui nous font croire que notre vie n'est pas la vie de rêve et feront tout pour modifier notre mode de vie et par extension, notre mode de consommation.

Posté le

android

(4)

Répondre

Goebbels : " plus le mensonge est gros, mieux il passe."
De Gaulle : " Les français sont des veaux"

a écrit : A voir le très instructif documentaire "La fabrique du consentement" sur Arte (ou sa plateforme de rediffusion), en ce moment, où l'on apprend comment Edward Bernays à transformé la propagande en outil de persuasion massive à l'Aube de la première guerre mondiale.

Et comment dès la fin
de la WW1 il a remplacé la fonction de chef de la propagande US en "conseillé en communication".

Lui et une poignée d'hommes ont à eux seuls rendu péjoratif le terme propagande, mais ils ont aussi su habilement proposer des mot de remplacement à connotation "positive" afin de pouvoir continuer leur travail de manipulation tout en passant pour des philanthropes.
Afficher tout
Tout (ou presque) ce qui est sur Arte mérite d'être visionné

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Un peu comme le "Ministère de la Défense" qui a remplacé le "Ministère de la Guerre" car ce dernier avait une connotation trop péjorative au XXème siècle. Les noms changent mais ça reste exactement la même chose. Et maintenant on l'appelle le ministère des armées ;)

Posté le

android

(4)

Répondre

La propagande sans connotation péjorative existe d'ailleurs toujours en politique, les papiers avec les programmes des candidats que tout le monde reçoit avant une élection s'appellent dans le jargon professionnel la "propagande électorale".

Posté le

android

(2)

Répondre

D’ailleurs en allemand le mot n’a toujours pas de signification péjorative. Le bouche à oreilles se dit Mundpropaganda. Littéralement la propagande de la bouche, mais ce n’est ni péjoratif, ni choquant.

J’avoue que la première fois fois que je l’ai entendu, j’étais pas à l’aise. Nous avons beau être voisins nous n’avons pas la même culture et c’est une vraie richesse !

a écrit : Un peu comme le "Ministère de la Défense" qui a remplacé le "Ministère de la Guerre" car ce dernier avait une connotation trop péjorative au XXème siècle. Les noms changent mais ça reste exactement la même chose. .. qui d’ailleurs s’appelle désormais « ministère des armées » depuis 2017 :)

a écrit : Un peu comme le "Ministère de la Défense" qui a remplacé le "Ministère de la Guerre" car ce dernier avait une connotation trop péjorative au XXème siècle. Les noms changent mais ça reste exactement la même chose. Ce qui veut dire que l'information est de la propagande ou la propagande etait de l'information ?

Posté le

android

(1)

Répondre

Pour les élections on utilise toujours le terme de propagande.

Posté le

android

(0)

Répondre