Le code pénal prévoit des exceptions à la cruauté envers les animaux

Proposé par
le

L'article 521-1 du code pénal français réprime la cruauté envers les animaux. Mais il existe des exceptions à cette loi, quand "une tradition locale ininterrompue peut être invoquée". C'est ainsi que sont autorisées les corridas (Sud de la France) mais aussi les combats à mort entre coqs (Nord et Antilles).


Tous les commentaires (123)

a écrit : Je ne vois pas le rapport entre le hallal, le casher, et la cruauté animale.
Je ne vois encore moins le rapport entre les hommes politiques qui partent de travers et la cruauté animale.

Concernant la saignée animale, là je vois le rapport. Idem avec l'élevage intensif des poules.
On pou
rra certainement répondre que c'est traditionnel d'élever les poules intensivement... et puis j'ajoute que tant qu'il y a des consommateurs de ce genre de poules, il continuera à y avoir des élevages de ce genre... Afficher tout
La saignée existe toujours en France mais, contrairement aux viandes halal et casher, la bête est étourdie mécaniquement, électriquement ou chimiquement, avant abattage par un coup de couteau à travers la gorge...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Aaaah ce sacré french bashing à la mode. Vous ne pensez pas que les personnes faisant des pétitions contre les massacres de dauphins aux îles Féroé ou de chien en Chine en font également contre la corrida? N'importe qui ayant un compte fb avec un peu d'amis voit bien que si... Facebook, ce fameux repaire d’activistes !

a écrit : Il me semble que les araignées et les mantes religieuses sont déjà seules et naturellement coupables de cruauté envers leurs semblables et notamment ceux de la gente masculine.. Pour le reste, cet article ne protège que les animaux domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité. Content que tu vérifies le sexe des araignées avant de les tuer alors !

Attention, la gent, pas la gente.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : La saignée existe toujours en France mais, contrairement aux viandes halal et casher, la bête est étourdie mécaniquement, électriquement ou chimiquement, avant abattage par un coup de couteau à travers la gorge... Et donc ? Je ne vois toujours pas de rapport entre les propos tenus auxquels je répondais et l'anecdote.

En France on lutte énormément contre la cruauté animale. Les saignées existent, et on étourdit les bestiaux avant. C'est très bien. On essaie de respecter toutes les traditions tout en convenant d'une amélioration de la condition animale. Parfait.

(Vous l'aurez compris, j'adore notre cher pays. Plus je voyage, plus je vieillis, plus je suis heureuse et fière de vivre en France.)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Petite correction:

"Un bon compromis laisse toujours tout le monde en colère"
Bill Watterson, Calvin et Hobbes, 2000...
Ahah, je savais pas si ça venait de moi ou si je l'avais entendu il y a longtemps quand j'étais petit.

a écrit : Et donc ? Je ne vois toujours pas de rapport entre les propos tenus auxquels je répondais et l'anecdote.

En France on lutte énormément contre la cruauté animale. Les saignées existent, et on étourdit les bestiaux avant. C'est très bien. On essaie de respecter toutes les traditions tout en conven
ant d'une amélioration de la condition animale. Parfait.

(Vous l'aurez compris, j'adore notre cher pays. Plus je voyage, plus je vieillis, plus je suis heureuse et fière de vivre en France.)
Afficher tout
Il me semble que l’égorgement est moins douloureux que l’étourdissement.

a écrit : Il me semble que l’égorgement est moins douloureux que l’étourdissement. De toute façon le résultat final est le même. L'animal meurt. Égorger, ça fait mal. Étourdir, ça fait mal, peut-être moins. Il faut évidemment faire attention au bien être de l'animal, mais de toute façon, si on ne veut lui faire aucun mal, il ne faut pas le tuer. Et là... c'est un autre débat.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : En soit je trouve que du point de vu du législateur qui arbitre entre fana de la tauromachie (qui sont pour la plupart non pas des barbares assoiffés de sang mais des personnes voulant faire vivre une tradition) et défenseur des animaux (qui sont pour la plupart non pas des hystériques se croyant meilleurs que tout le monde mais des personnes qui ne supportent pas de voir la souffrance quelle qu'elle soit) cette loi est très bien pensée et permet un bon compromis.
-D'un coté ça laisse les personnes qui veulent continuer à pratiquer leur tradition le faire dans leur coin
-De l'autre ça empêche que ces traditions se répandent et deviennent des phénomènes autre que locaux et traditionnel
-De plus ça indique clairement que si la tradition meurt demain, les futurs locaux ne pourront pas la faire revivre

Donc ça admet le bien fondé de la lutte contre la cruauté animale tout en admettant le caractère particulier de tradition ancestrale, tout en condamnant irrémédiablement à l'oubli ces pratiques à la seconde où plus personne ne s'y intéressera, ce qui arrivera tôt ou tard.

"Un bon compromis laisse toujours les deux partis mécontent"
fuust secouchermointbêteur, Octobre 2019
Afficher tout
Si on oublie que des taureaux se font massacrer, oui tout le monde est content. A une époque les femmes adultères étaient torturées. Pourquoi avons-nous arrêté cette tradition ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : De toute façon le résultat final est le même. L'animal meurt. Égorger, ça fait mal. Étourdir, ça fait mal, peut-être moins. Il faut évidemment faire attention au bien être de l'animal, mais de toute façon, si on ne veut lui faire aucun mal, il ne faut pas le tuer. Et là... c'est un autre débat. Le but n'est pas de faire aucun mal. Il est celui de faire le moins de mal possible.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : De toute façon le résultat final est le même. L'animal meurt. Égorger, ça fait mal. Étourdir, ça fait mal, peut-être moins. Il faut évidemment faire attention au bien être de l'animal, mais de toute façon, si on ne veut lui faire aucun mal, il ne faut pas le tuer. Et là... c'est un autre débat. Bon j'ai répondu instinctivement sans forcément regarder qui parlait. Et on peut pas supprimer ses commentaires. Celui de Philippe en préambule m'a remis les idées en place. Du coup je sur-répondrai pas si tu reponds.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le but n'est pas de faire aucun mal. Il est celui de faire le moins de mal possible. Totalement d'accord. De toute façon, mourir ça fait mal...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La tu fait dans l'interprétation du mot tradition et tu en utilise la définition qui arrange la corrida : "ça existe depuis 2000 ans". Sauf que dans cette lois on ne parle pas de notion de temps.
Quand on lit un article de lois, on lit chaque terme dans son sens juridique et pas selon la définitio
n utilisé au quotidien. Au sens juridique, tradition est synonyme d'usage : Les "usages" sont des règles non écrites suivies par les habitants de certaines localité pour régler leurs rapports. Il n'y a aucune notion de temps dans la définition juridique du terme tradition. Donc que ça fasse 60 ans ou 2000 ans ça revient au même !
Et la corrida n'est ni une course de taureaux, ni un combat de coq. Donc selon l'article, elle est illégale.
Afficher tout
Certes, tu as raison. Il a bien été stipulé plus haut que c'est une exception.

Maintenant, si tu veux jouer là dessus, tout le monde peut se faire sa propre tradition?

Ben quoi, depuis l'année dernière, j'ai instauré la tradition de flinguer les mésanges juste pour le fun, et le chef de la tradition c'est celui qui arrive à faire passer un plomb à travers le crâne sans exploser la boite crânienne de l'oiseau...

Sauf que, vu que ma tradition n'existe que depuis 2 minutes, ben j'ai pas le droit, alors que le combat de taureaux/VS/humains dans des arènes existe depuis... attends... depuis 5000 ans chez les Crétois...
Je ne la défend pas, mais ca va pas être facile à désancrer comme tradition, c'est tout ce que je voulais dire.

et oui j'ai un pistolet à plomb, mais étrangement, je ne m'en sers jamais ;)

a écrit : Il me semble que l’égorgement est moins douloureux que l’étourdissement. Personne n'a jamais témoigné, mais perso je préférerai que ce soit rapide dans mon cas, après, chacun voit midi à sa porte.

a écrit : Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou
que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ? Afficher tout
Dans le cas des souris y'a violation de domicile quand même...
Est ce que nous on va chercher à manger chez elle...?!

Sinon pour ce qui est de la tondeuse, personnellement je préviens toujours les fourmis avant de la passer, ça fait partie des règles de savoir vivre :-)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Certes, tu as raison. Il a bien été stipulé plus haut que c'est une exception.

Maintenant, si tu veux jouer là dessus, tout le monde peut se faire sa propre tradition?

Ben quoi, depuis l'année dernière, j'ai instauré la tradition de flinguer les mésanges juste pour le fun, et l
e chef de la tradition c'est celui qui arrive à faire passer un plomb à travers le crâne sans exploser la boite crânienne de l'oiseau...

Sauf que, vu que ma tradition n'existe que depuis 2 minutes, ben j'ai pas le droit, alors que le combat de taureaux/VS/humains dans des arènes existe depuis... attends... depuis 5000 ans chez les Crétois...
Je ne la défend pas, mais ca va pas être facile à désancrer comme tradition, c'est tout ce que je voulais dire.

et oui j'ai un pistolet à plomb, mais étrangement, je ne m'en sers jamais ;)
Afficher tout
Exactement, tout le monde peu créer sa propre tradition. Les traditions ont toujours été l'initiatives d'une personne. Demain aussi il y aura de nouvelles traditions impulsées par des hommes et femmes comme toi et moi. En fait il suffit que tout les habitants d'une localité se l’approprient et ce deviendra une tradition. Que ça se fasse en 10 ans ou 10.000 ans.
Je vois deux problèmes fondamentaux avec ton truc de mésanges si on considère qu'il peut y avoir d'autre exception a cet article :
- En deux minutes, tu n'as pas eu le temps de faire se propager ta tradition à toute ta localité et tu es le seul a le faire, avec un ou deux amis peut-être.
- Tu as crées ta tradition alors que des lois sur la protection animale (dont celle-ci) ont déjà été ratifiée et mise en application.

Cette lois a justement été mise en place pour protéger les animaux de toutes nouvelles traditions qui pourraient voire le jour d'où la notion d'ininterrompue.... Moi ma tradition de combat canin existait avant ces lois et étaient pratiquée par tout une localité, il y a une grosse différence ! A mon niveau ce serait plutôt la loi de 1999 relative aux chiens dangereux et celle du 19 novembre 1963 sur la protection des animaux qui serait utilisée pour me faire condamner.

Mais comme toute ces pratiques ne sont pas des courses de taureau ou des combats de coqs l'article les interdits aussi !

a écrit : De toute façon le résultat final est le même. L'animal meurt. Égorger, ça fait mal. Étourdir, ça fait mal, peut-être moins. Il faut évidemment faire attention au bien être de l'animal, mais de toute façon, si on ne veut lui faire aucun mal, il ne faut pas le tuer. Et là... c'est un autre débat. Je pense quand même qu'il vaut mieux tuer l'animal plutôt que lui découper le jarret de son vivant.

N'oublie pas qu'à l'état sauvage, les animaux ne se font pas de cadeaux. Certains dévorent leur proie encore vivante.

Du coup, je trouve notre manière de faire plutôt soft...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Personne n'a jamais témoigné, mais perso je préférerai que ce soit rapide dans mon cas, après, chacun voit midi à sa porte. Non évidemment pas de témoignage mais des études sur l’analyse des courbes cérébrales lors des exécutions d’animaux.
L’étourdissement provoque une vive douleur chez l’animal pouvant durer quelques minutes. L’électroencéphalogramme montre un pic à l’endroit de la réception de la douleur. Il faut parfois même étourdir l’animal plusieurs fois d’affilée.

L’égorgement provoque certes la douleur de la perforation de la peau mais la chute de tension qui en suit fait directement tomber inconscient l’animal. Les courbes mesurées sont bien plus faibles finalement.

a écrit : Je pense quand même qu'il vaut mieux tuer l'animal plutôt que lui découper le jarret de son vivant.

N'oublie pas qu'à l'état sauvage, les animaux ne se font pas de cadeaux. Certains dévorent leur proie encore vivante.

Du coup, je trouve notre manière de faire plutôt soft...
Comme le disait raspa sur l’anecdote sur les lycaons, ils mangent rapidement la bête de son vivant. Elle se vide très vite de son sang et meurt rapidement. C’est au contraire moins douloureux que de jouer avec sa proie jusqu’à la mort et la manger ensuite.

L’égorgement est moins douloureux que l’étourdissement.
Tout comme il est plus rapide de faire une décapitation qu’utiliser la chaise électrique.

a écrit : Je pense quand même qu'il vaut mieux tuer l'animal plutôt que lui découper le jarret de son vivant.

N'oublie pas qu'à l'état sauvage, les animaux ne se font pas de cadeaux. Certains dévorent leur proie encore vivante.

Du coup, je trouve notre manière de faire plutôt soft...
Mais je ne critique absolument pas notre manière de faire. Je suis pro élevage de bestiaux pour l'alimentaire. Pro halal et casher tant qu'on ne l'impose pas à ceux qui n'en veulent pas. Je ne supporte pas les végans et je défends nos bouchers qui sont actuellement persécutés alors qu'ils ne font strictement rien de mal. Commes les éleveurs, ils adorent leurs animaux.

Tiens, un film français que j'ai vu récemment, Roxanne. Très joli film qui parle d'élevage de poules. Et d'un gars qui aime tellement ses poules qu'il leur fait la lecture tous les jours.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Comme le disait raspa sur l’anecdote sur les lycaons, ils mangent rapidement la bête de son vivant. Elle se vide très vite de son sang et meurt rapidement. C’est au contraire moins douloureux que de jouer avec sa proie jusqu’à la mort et la manger ensuite.

L’égorgement est moins douloureux que l’étourdi
ssement.
Tout comme il est plus rapide de faire une décapitation qu’utiliser la chaise électrique.
Afficher tout
www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2017/03/16/abattage-halal-toujours-plus-douloureux-pour-animal-plutot