L'effet cobra : quand la solution aggrave le problème

Proposé par
le

L'effet cobra désigne le fait que la solution à un problème finit par l'aggraver en pratique. Il provient historiquement d'un fait arrivé dans l'Inde coloniale. L'Etat britannique offrit une prime pour chaque cobra mort. Il s'en suivit un effet pervers : la population éleva en secret des cobras pour toucher la prime. Lorsqu'elle fut supprimée, les cobras relâchés devinrent plus nombreux qu'avant.


Commentaires préférés (3)

Ça s'appelle aussi tout simplement une fausse bonne idée (qu'on peut abréger par les initiales FBI). Il y en a plein dans les solutions défendues par certains candidats et candidates aux élections, alors les gens qui seraient tentés de voter pour eux devraient se demander si ces prétendues solutions ne sont pas en fait des idées simplistes qui s'avéreraient contre-productives à l'usage !

Posté le

android

(63)

Répondre

Un exemple encore plus concret s’est produit en Chine sous Mao avec « la Campagne des quatre nuisibles » dont le but premier était d’éliminer les rats, les mouches, les moustiques et les moineaux friquets pour des raisons d’hygiène et, car les moineaux mangeaient les graines.
Or les moineaux ne faisaient pas que manger les graines des paysans, mais se nourrissaient également de nombreux insectes comme les punaises ou les criquets. Les récoltes suivantes, en l’absence de moineaux, furent totalement ruinées par la prolifération massive des insectes.
Cette campagne est théoriquement et en partie responsable de la grande famine chinoise (30 millions de morts) qui suivit.

Cette effet est surtout très connu en économie. Ainsi la liste des fausses bonnes idées est plutôt longue :
- créer de l'argent pour renflouer les dettes (risque d'inflation)
- augmenter le SMIC (risque d'augmentation des prix et baisse du niveau de vie)
- taxer fortement les produits de luxe (risque de baisse du marché du luxe et donc suppression d'emplois pour les classes sociales moins aisées)
- taxer fortement les riches (risque de fuite des capitaux et envolée de la fraude fiscale)
etc....

a écrit : Un exemple encore plus concret s’est produit en Chine sous Mao avec « la Campagne des quatre nuisibles » dont le but premier était d’éliminer les rats, les mouches, les moustiques et les moineaux friquets pour des raisons d’hygiène et, car les moineaux mangeaient les graines.
Or les moineaux ne faisaient pas que
manger les graines des paysans, mais se nourrissaient également de nombreux insectes comme les punaises ou les criquets. Les récoltes suivantes, en l’absence de moineaux, furent totalement ruinées par la prolifération massive des insectes.
Cette campagne est théoriquement et en partie responsable de la grande famine chinoise (30 millions de morts) qui suivit.

Cette effet est surtout très connu en économie. Ainsi la liste des fausses bonnes idées est plutôt longue :
- créer de l'argent pour renflouer les dettes (risque d'inflation)
- augmenter le SMIC (risque d'augmentation des prix et baisse du niveau de vie)
- taxer fortement les produits de luxe (risque de baisse du marché du luxe et donc suppression d'emplois pour les classes sociales moins aisées)
- taxer fortement les riches (risque de fuite des capitaux et envolée de la fraude fiscale)
etc....
Afficher tout
Ce sont les néo-libéraux (de Reagan à Trump en passant par Thatcher) qui utilisent ces arguments pour justifier la "protection des revenus des riches", ce qui fait qu'aujourd'hui le taux d'imposition des classes moyennes est supérieur à celui des classes ls plus aisés, et que ce sont les plus pauvres qui paient le plus par rapport à leur revenu. De nombreux économistes remettent en cause ces arguments, mais la propagande dominante est celle de la classe dominante.
Le ruissellement n'existe qu'en théorie, on ne l'a jamais constaté (n'est-ce pas M. Macron?). Je précise qu'on est dans mon cœur de métier = la Finance. Ce n'est pas une posture politique, mais une constatation sur les changements de principes économiques sur le long terme


Tous les commentaires (67)

Le fameux retour de bâton..

Posté le

android

(6)

Répondre

Ça s'appelle aussi tout simplement une fausse bonne idée (qu'on peut abréger par les initiales FBI). Il y en a plein dans les solutions défendues par certains candidats et candidates aux élections, alors les gens qui seraient tentés de voter pour eux devraient se demander si ces prétendues solutions ne sont pas en fait des idées simplistes qui s'avéreraient contre-productives à l'usage !

Posté le

android

(63)

Répondre

"Il provient historiquement d'un fait arrivé dans l'Inde coloniale","la population éleva en secret des cobras pour toucher la prime. Lorsqu'elle fut supprimée, les cobras relâchés devinrent plus nombreux qu'avant."
Pour la source wiki c'est précisé que le coup des cobras est invérifiable et dans l'autre source il parle carrément de légende... Contrairement à la partie sur les rats.

La formulation de l'anecdote semble donc à revoir.

Un exemple encore plus concret s’est produit en Chine sous Mao avec « la Campagne des quatre nuisibles » dont le but premier était d’éliminer les rats, les mouches, les moustiques et les moineaux friquets pour des raisons d’hygiène et, car les moineaux mangeaient les graines.
Or les moineaux ne faisaient pas que manger les graines des paysans, mais se nourrissaient également de nombreux insectes comme les punaises ou les criquets. Les récoltes suivantes, en l’absence de moineaux, furent totalement ruinées par la prolifération massive des insectes.
Cette campagne est théoriquement et en partie responsable de la grande famine chinoise (30 millions de morts) qui suivit.

Cette effet est surtout très connu en économie. Ainsi la liste des fausses bonnes idées est plutôt longue :
- créer de l'argent pour renflouer les dettes (risque d'inflation)
- augmenter le SMIC (risque d'augmentation des prix et baisse du niveau de vie)
- taxer fortement les produits de luxe (risque de baisse du marché du luxe et donc suppression d'emplois pour les classes sociales moins aisées)
- taxer fortement les riches (risque de fuite des capitaux et envolée de la fraude fiscale)
etc....

Genre les APL, tout le monde a du jour au lendemain 100, 200, 300 balles de dispo pour payer le loyer, mais ni l'offre ni la demande ne change. On a donc 100, 200, 300 balles de plus qui tombent dans la poche des bailleurs.
Ou bien le fait de prélever toutes les pommes d'un pommier plutôt qu'en laisser au fermier pour qu'il puisse réinvestir, pardon replanter, et avoir plus de pommier et ainsi en prélever plus plus tard.
Ou bien si j'ai pas été assez clair, le fait de surtaxer des entreprises parce que ça rapporte plus d'argent et se rendre compte que 10 ans plus tard les entreprises croissent moins et donc que les taxes génèrent moins de recettes que les entreprises moins taxées du voisin.

a écrit : "Il provient historiquement d'un fait arrivé dans l'Inde coloniale","la population éleva en secret des cobras pour toucher la prime. Lorsqu'elle fut supprimée, les cobras relâchés devinrent plus nombreux qu'avant."
Pour la source wiki c'est précisé que le coup des cob
ras est invérifiable et dans l'autre source il parle carrément de légende... Contrairement à la partie sur les rats.

La formulation de l'anecdote semble donc à revoir.
Afficher tout
Merci Cnetroll, je me faisais la même remarque sans oser l'écrire (certaines bonnes âmes estimant que si on n'a pas posté d’anecdotes, nous ne sommes pas légitimes pour proposer des corrections...).
En revanche, bravo pour le fond de l'anecdote, je me suis bien marré en imaginant les mecs faire la queue avec leurs serpents d'élevage :D

a écrit : Ça s'appelle aussi tout simplement une fausse bonne idée (qu'on peut abréger par les initiales FBI). Il y en a plein dans les solutions défendues par certains candidats et candidates aux élections, alors les gens qui seraient tentés de voter pour eux devraient se demander si ces prétendues solutions ne sont pas en fait des idées simplistes qui s'avéreraient contre-productives à l'usage ! Afficher tout Ca me rappelle "l'aide au retour volontaire" de Sarko allègrement détournée par certains qui prenaient l'argent et revenait en France quelques mois plus tard...
(edit pour haters : je ne suis en train de juger ni la mesure de Sarko (était-ce lui d'ailleurs?), ni la vie des migrants!)

Un exemple récent : l'OMS estime que ce serait contre-productif de fermer les frontières, comme on pourrait être tenté de le faire, pour empêcher la propagation du cironavirus. En effet même avec une frontière fermée, des gens vont continuer à passer en faisant le tour avec une escale dans un pays avec lequel la frontière n'est pas fermée ou à passer directement la frontière fermée en fraude par des petits chemins et sans aucun contrôle. Alors il vaut bien mieux laisser la frontière ouverte et laisser les voyageurs entrer officiellement pour pouvoir les contrôler (prise de température, questionnaire de santé, etc.).

Posté le

android

(11)

Répondre

Concernant la partie sur les cobra il s'agirait une légende.
Sources -> les sources de l'anecdote...

a écrit : Genre les APL, tout le monde a du jour au lendemain 100, 200, 300 balles de dispo pour payer le loyer, mais ni l'offre ni la demande ne change. On a donc 100, 200, 300 balles de plus qui tombent dans la poche des bailleurs.
Ou bien le fait de prélever toutes les pommes d'un pommier plutôt qu'en la
isser au fermier pour qu'il puisse réinvestir, pardon replanter, et avoir plus de pommier et ainsi en prélever plus plus tard.
Ou bien si j'ai pas été assez clair, le fait de surtaxer des entreprises parce que ça rapporte plus d'argent et se rendre compte que 10 ans plus tard les entreprises croissent moins et donc que les taxes génèrent moins de recettes que les entreprises moins taxées du voisin.
Afficher tout
Sauf que le gouvernement et les faiseurs de taxe ne sont pas des économistes et qu’ils sont jugés sur un mandat souvent de 5 ans.
Et encore aujourd’hui, on voit que les entreprises recherchent le profit maximal immédiat à un profit moyen à longue durée.
D un point de vu politique, le gouvernement doit répondre à une demande actuelle car tout le monde veut voir des résultats immédiats et s ils sont reportés rien ne prouve que le gouvernement suivant ne va pas tout remettre en cause. Ce fut le cas des emplois jeunes fait sous un gouvernement et dont le coût devait être géré par le suivant.
En économie, combien de société recherche le profit sans réinvestir un minimum pour anticiper l avenir.

a écrit : Genre les APL, tout le monde a du jour au lendemain 100, 200, 300 balles de dispo pour payer le loyer, mais ni l'offre ni la demande ne change. On a donc 100, 200, 300 balles de plus qui tombent dans la poche des bailleurs.
Ou bien le fait de prélever toutes les pommes d'un pommier plutôt qu'en la
isser au fermier pour qu'il puisse réinvestir, pardon replanter, et avoir plus de pommier et ainsi en prélever plus plus tard.
Ou bien si j'ai pas été assez clair, le fait de surtaxer des entreprises parce que ça rapporte plus d'argent et se rendre compte que 10 ans plus tard les entreprises croissent moins et donc que les taxes génèrent moins de recettes que les entreprises moins taxées du voisin.
Afficher tout
Je ne comprends pas bien ta démonstration sur les APL... En quoi le fait que ni l'offre ni la demande ne bougeraient, ferait que l'argent qui n'est pas donné finirait dans la poche des bailleurs ? Si ce que tu avances est vrai (rien ne bouge) l'argent non distribué reste dans les caisses de l'Etat il me semble. On aurait alors une situation figée où il y aurait une masse de bénéficiares qui ne changerait pas.
Je ne vois pas où tu veux en venir : les APL seraient pour toi une "fausse bonne idée" ? Il faudrait supprimer ça ?

- Je vais vous montrer comment résoudre des problèmes complexes avec des réponses simples !

- Quelque chose me dit que nous allons découvrir les conséquences complexes aux réponses simples...

a écrit : Je ne comprends pas bien ta démonstration sur les APL... En quoi le fait que ni l'offre ni la demande ne bougeraient, ferait que l'argent qui n'est pas donné finirait dans la poche des bailleurs ? Si ce que tu avances est vrai (rien ne bouge) l'argent non distribué reste dans les caisses de l'Etat il me semble. On aurait alors une situation figée où il y aurait une masse de bénéficiares qui ne changerait pas.
Je ne vois pas où tu veux en venir : les APL seraient pour toi une "fausse bonne idée" ? Il faudrait supprimer ça ?
Afficher tout
Peut être fait il indirectement référence à la hausse des loyers qui correspondent à l APL.
Il y a encore peu, j avais une nounou pour gérer mes jumelles en bas âge.
Toutes les nounous nous ont fait la même proposition de tarif alignée sur la CAF.
Dans un autre domaine l’état paie le déménagement de ses employés en cas de mutation. Les taux sont connus. Les déménageurs proposent des prix alignés sur les droits à déménagement.
Ma femme voit son déménagement payé par son employeur privé. Le taux n est pas connu.
Bizarrement son devis est inférieur au mien. Toutes les aides ne profitent pas forcément à ceux à qui elles s adressent.

Tiens? Ca me rappelle les Annales du Disque-Monde.. La meme chose, mais avec des rats. (Au final ils ont taxé les elevages de rats et tout est rentré dans l’ordre xD) Peut etre inspiré de cette histoire?

C'est comme au moyen-âge quand on pensait que les chats transmettaient la peste. On les a presque exterminés et ce qui a causé la prolifération de rats, transmetteurs de la peste justement.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Merci Cnetroll, je me faisais la même remarque sans oser l'écrire (certaines bonnes âmes estimant que si on n'a pas posté d’anecdotes, nous ne sommes pas légitimes pour proposer des corrections...).
En revanche, bravo pour le fond de l'anecdote, je me suis bien marré en imaginant les mecs faire la
queue avec leurs serpents d'élevage :D Afficher tout
Personnellement je ne sais pas si tu peux juger l’anecdote alors que tu n’en as posté aucune !

a écrit : Un exemple encore plus concret s’est produit en Chine sous Mao avec « la Campagne des quatre nuisibles » dont le but premier était d’éliminer les rats, les mouches, les moustiques et les moineaux friquets pour des raisons d’hygiène et, car les moineaux mangeaient les graines.
Or les moineaux ne faisaient pas que
manger les graines des paysans, mais se nourrissaient également de nombreux insectes comme les punaises ou les criquets. Les récoltes suivantes, en l’absence de moineaux, furent totalement ruinées par la prolifération massive des insectes.
Cette campagne est théoriquement et en partie responsable de la grande famine chinoise (30 millions de morts) qui suivit.

Cette effet est surtout très connu en économie. Ainsi la liste des fausses bonnes idées est plutôt longue :
- créer de l'argent pour renflouer les dettes (risque d'inflation)
- augmenter le SMIC (risque d'augmentation des prix et baisse du niveau de vie)
- taxer fortement les produits de luxe (risque de baisse du marché du luxe et donc suppression d'emplois pour les classes sociales moins aisées)
- taxer fortement les riches (risque de fuite des capitaux et envolée de la fraude fiscale)
etc....
Afficher tout
Ce sont les néo-libéraux (de Reagan à Trump en passant par Thatcher) qui utilisent ces arguments pour justifier la "protection des revenus des riches", ce qui fait qu'aujourd'hui le taux d'imposition des classes moyennes est supérieur à celui des classes ls plus aisés, et que ce sont les plus pauvres qui paient le plus par rapport à leur revenu. De nombreux économistes remettent en cause ces arguments, mais la propagande dominante est celle de la classe dominante.
Le ruissellement n'existe qu'en théorie, on ne l'a jamais constaté (n'est-ce pas M. Macron?). Je précise qu'on est dans mon cœur de métier = la Finance. Ce n'est pas une posture politique, mais une constatation sur les changements de principes économiques sur le long terme

a écrit : Ce sont les néo-libéraux (de Reagan à Trump en passant par Thatcher) qui utilisent ces arguments pour justifier la "protection des revenus des riches", ce qui fait qu'aujourd'hui le taux d'imposition des classes moyennes est supérieur à celui des classes ls plus aisés, et que ce sont les plus pauvres qui paient le plus par rapport à leur revenu. De nombreux économistes remettent en cause ces arguments, mais la propagande dominante est celle de la classe dominante.
Le ruissellement n'existe qu'en théorie, on ne l'a jamais constaté (n'est-ce pas M. Macron?). Je précise qu'on est dans mon cœur de métier = la Finance. Ce n'est pas une posture politique, mais une constatation sur les changements de principes économiques sur le long terme
Afficher tout
Pourquoi Macron ? Il a clairement dit qu'il ne croyais pas au "Ruissellement", lui il a instauré le "premier de cordée" ce n'est pas du tout la meme chose attention ! ;)

a écrit : Ce sont les néo-libéraux (de Reagan à Trump en passant par Thatcher) qui utilisent ces arguments pour justifier la "protection des revenus des riches", ce qui fait qu'aujourd'hui le taux d'imposition des classes moyennes est supérieur à celui des classes ls plus aisés, et que ce sont les plus pauvres qui paient le plus par rapport à leur revenu. De nombreux économistes remettent en cause ces arguments, mais la propagande dominante est celle de la classe dominante.
Le ruissellement n'existe qu'en théorie, on ne l'a jamais constaté (n'est-ce pas M. Macron?). Je précise qu'on est dans mon cœur de métier = la Finance. Ce n'est pas une posture politique, mais une constatation sur les changements de principes économiques sur le long terme
Afficher tout
Et comme dans toutes idées il y a du pour et du contre, je donnais des exemples qui étaient souvent repris par certains candidats comme des solutions miracles or cela n'existe pas en économie. La loi du marché, la loi de l'offre et de la demande, la loi de la fluctuation des prix et un grand nombre de paramètres ne peuvent permettre de dire qu'une seule idée est forcément bénéfique ou négative.

Prenons l'exemple de l'augmentation du SMIC (idée reprise maintes fois par le mouvement des gilets jaunes). Il est impossible de prédire avec certitude que cette augmentation puissent réellement augmenter le niveau de vie de la population. Je suis profondément socialiste voire anti-capitaliste, par contre j'estime que certaines idées "miracles" que l'on nous sort sont des inepties dénuées de toutes réalités économiques. On est en plein dans l'effet cobra à mon sens.

Si on regarde le sujet de l'imposition, on constate très rapidement qu'une forte imposition dans un pays n'est pas toujours liée à de forte recettes budgétaires étatiques mais au contraire à une hausse drastique de la fraude fiscale voire une fuite des capitaux. Pour moi l'effet cobra, c'est le principe fondamental sur lequel s'appuie la démagogie politique.