L'affaire des faux déficients mentaux

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Par l'anecdote et les sources j'apprends pas mal de choses... Non pas que certaines fédérations trichent parfois (ça on s'en doutait un peu :), mais sur la manière dont elles le font.
Là, n'étant pas controlées par le CIO (c'est déjà incroyable de lire ça) la fédération espagnole a simplement demandé aux joueurs de se planquer sous des casquettes pour ne pas être reconnus ! Il y avait des joueurs amateurs de haut niveau, et même un professionnel ! Quelle pitié :)
J'apprends aussi que pour être déclaré "handicap moteur" il faut, pour les J.O, un QI de moins de 75.

Ca me rappelle un épisode de South Park où notre bien aimé Cartman se fait passer pour un déficient mental pour participer à une course de type paralympique.

Étant persuadé d'être supérieur, il se dit que ça sera du tout cuit et ne prend pas la peine de s'entraîner, et finit lamentablement dernier, derrière tous les vrais athlètes handicapés qui, eux, se sont entrainés (et doppés aussi, mais ça c'est une autre histoire).

Posté le

android

(85)

Répondre

Le plus dur, en lisant d'autres sources en langue espagnole, est de ressentir l'immense déception de Ramon Torres "Ray", le protagoniste du documentaire, quand il dut rendre la médaille olympique.

Homme discriminé depuis son entrée à l'école, c'est grâce au sport qu'il arrivait a trouver un sens à sa vie et à se faire reconnaître comme tout un chacun, malgré son handicap intellectuel.
Pris malgré lui dans cette spirale de scandale, suite à la révélation de fraudes présentes dans bien plus d'un sport paralympique que cette équipe de basketball, Torres ne comprendra pas tout le verbiage juridique du procès, ni pourquoi il devait se défaire d'une médaille qu'il avait honnêtement gagné -lui, réellement handicapé !- et "payer" pour ceux qui avaient monté cette fraude.
Il dut également supporter le refus de la société civile et des sponsors, et aujourd' hui, a 45 ans, essayer de reconstruire seul sa vie, depuis que sa mère, récemment décédée, n' est plus là pour lui apporter un support inconditionnel.

Cette fraude a inspiré le film Espagnol "Campeones" et a remporté plusieurs Goya (l'équivalent Espagnol des Césars et Oscars). Il a aussi représente l Espagne aux Oscars, dans la catégorie des films de langue étrangère.


Tous les commentaires (22)

10 joueurs sur 12 c’est quasiment respectable.
Non bien sûr ça fait mal au cœur de voir des personnes avec si peu d’amour pour le sport et la beauté qui devrait l’accompagner

C’est surtout dans le monde politique qu’il faut interdire les déficients mentaux.

Entre les cleptomanes, les schizophrènes, les alzheimers, les victimes d’hallucinations, les narcoleptiques de l’hémicycle, les pédophiles et j’en passe, cette loi trouverait tout son sens.

Par l'anecdote et les sources j'apprends pas mal de choses... Non pas que certaines fédérations trichent parfois (ça on s'en doutait un peu :), mais sur la manière dont elles le font.
Là, n'étant pas controlées par le CIO (c'est déjà incroyable de lire ça) la fédération espagnole a simplement demandé aux joueurs de se planquer sous des casquettes pour ne pas être reconnus ! Il y avait des joueurs amateurs de haut niveau, et même un professionnel ! Quelle pitié :)
J'apprends aussi que pour être déclaré "handicap moteur" il faut, pour les J.O, un QI de moins de 75.

a écrit : Par l'anecdote et les sources j'apprends pas mal de choses... Non pas que certaines fédérations trichent parfois (ça on s'en doutait un peu :), mais sur la manière dont elles le font.
Là, n'étant pas controlées par le CIO (c'est déjà incroyable de lire ça) la fédération espagnole a simpl
ement demandé aux joueurs de se planquer sous des casquettes pour ne pas être reconnus ! Il y avait des joueurs amateurs de haut niveau, et même un professionnel ! Quelle pitié :)
J'apprends aussi que pour être déclaré "handicap moteur" il faut, pour les J.O, un QI de moins de 75.
Afficher tout
Du coup, pour riberi, ça fonctionne ?

Posté le

android

(15)

Répondre

Ca me rappelle un épisode de South Park où notre bien aimé Cartman se fait passer pour un déficient mental pour participer à une course de type paralympique.

Étant persuadé d'être supérieur, il se dit que ça sera du tout cuit et ne prend pas la peine de s'entraîner, et finit lamentablement dernier, derrière tous les vrais athlètes handicapés qui, eux, se sont entrainés (et doppés aussi, mais ça c'est une autre histoire).

Posté le

android

(85)

Répondre

Le plus dur, en lisant d'autres sources en langue espagnole, est de ressentir l'immense déception de Ramon Torres "Ray", le protagoniste du documentaire, quand il dut rendre la médaille olympique.

Homme discriminé depuis son entrée à l'école, c'est grâce au sport qu'il arrivait a trouver un sens à sa vie et à se faire reconnaître comme tout un chacun, malgré son handicap intellectuel.
Pris malgré lui dans cette spirale de scandale, suite à la révélation de fraudes présentes dans bien plus d'un sport paralympique que cette équipe de basketball, Torres ne comprendra pas tout le verbiage juridique du procès, ni pourquoi il devait se défaire d'une médaille qu'il avait honnêtement gagné -lui, réellement handicapé !- et "payer" pour ceux qui avaient monté cette fraude.
Il dut également supporter le refus de la société civile et des sponsors, et aujourd' hui, a 45 ans, essayer de reconstruire seul sa vie, depuis que sa mère, récemment décédée, n' est plus là pour lui apporter un support inconditionnel.

Cette fraude a inspiré le film Espagnol "Campeones" et a remporté plusieurs Goya (l'équivalent Espagnol des Césars et Oscars). Il a aussi représente l Espagne aux Oscars, dans la catégorie des films de langue étrangère.

Effectivement, DerTraumer81 n'a posté que le lien, mais cette anecdote a déjà été publiée le 8 mars 2014. Il y a d'ailleurs une source en commun, celle du Monde.

A vaincre sans peril on triomphe sans gloire. ( Le Cid Corneille)

Posté le

android

(12)

Répondre

Un film français " chacun pour tous" raconte une histoire similaires

Posté le

android

(8)

Répondre

Il a y film sur ce sujet, "Chacun pour tous " il est vraiment sympa

Sinon y'a un film je crois qu'il s'appelle chacun pour tous qui parle du même sujet
=) ;)

Il faut que vous voyer le film qui est très similaire à cette anecdote !
Il s’appelle « Tous pour chacun » me semble-t-il... ! (Emotequipouffederire)

D’ailleurs la finale s’est a priori déroulée avec quasiment 100% de joueurs « valides », les adversaires russes ayant été très fortement suspectés de la même triche.

a écrit : Par l'anecdote et les sources j'apprends pas mal de choses... Non pas que certaines fédérations trichent parfois (ça on s'en doutait un peu :), mais sur la manière dont elles le font.
Là, n'étant pas controlées par le CIO (c'est déjà incroyable de lire ça) la fédération espagnole a simpl
ement demandé aux joueurs de se planquer sous des casquettes pour ne pas être reconnus ! Il y avait des joueurs amateurs de haut niveau, et même un professionnel ! Quelle pitié :)
J'apprends aussi que pour être déclaré "handicap moteur" il faut, pour les J.O, un QI de moins de 75.
Afficher tout
On a un sacré potentiel, des équipes complètes avec un petit gilet jaune

Posté le

android

(0)

Répondre

10 joueurs sans handicap sur 12. Dites moi que le journaliste en question etait le 10eme que je me marre.

Posté le

android

(0)

Répondre

"Les personnes en situation de déficience mentale". Petit détail ok mais qui fait la différence à mon goût. Ça se voit que je suis éduc? :)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le plus dur, en lisant d'autres sources en langue espagnole, est de ressentir l'immense déception de Ramon Torres "Ray", le protagoniste du documentaire, quand il dut rendre la médaille olympique.

Homme discriminé depuis son entrée à l'école, c'est grâce au sport qu'
il arrivait a trouver un sens à sa vie et à se faire reconnaître comme tout un chacun, malgré son handicap intellectuel.
Pris malgré lui dans cette spirale de scandale, suite à la révélation de fraudes présentes dans bien plus d'un sport paralympique que cette équipe de basketball, Torres ne comprendra pas tout le verbiage juridique du procès, ni pourquoi il devait se défaire d'une médaille qu'il avait honnêtement gagné -lui, réellement handicapé !- et "payer" pour ceux qui avaient monté cette fraude.
Il dut également supporter le refus de la société civile et des sponsors, et aujourd' hui, a 45 ans, essayer de reconstruire seul sa vie, depuis que sa mère, récemment décédée, n' est plus là pour lui apporter un support inconditionnel.

Cette fraude a inspiré le film Espagnol "Campeones" et a remporté plusieurs Goya (l'équivalent Espagnol des Césars et Oscars). Il a aussi représente l Espagne aux Oscars, dans la catégorie des films de langue étrangère.
Afficher tout
J'imagine que les fraudeurs ont rien fait pour lui , ni excuses? ni aucunes aides? apres avoir ruiné la vie de cet honnête homme

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Par l'anecdote et les sources j'apprends pas mal de choses... Non pas que certaines fédérations trichent parfois (ça on s'en doutait un peu :), mais sur la manière dont elles le font.
Là, n'étant pas controlées par le CIO (c'est déjà incroyable de lire ça) la fédération espagnole a simpl
ement demandé aux joueurs de se planquer sous des casquettes pour ne pas être reconnus ! Il y avait des joueurs amateurs de haut niveau, et même un professionnel ! Quelle pitié :)
J'apprends aussi que pour être déclaré "handicap moteur" il faut, pour les J.O, un QI de moins de 75.
Afficher tout
Non c’est bien pour être « handicapé mental » qu’il faut un QI de moins de 75

a écrit : Du coup, pour riberi, ça fonctionne ? Largement.
Mais c est professionnel et ne peut donc pas participer.

Posté le

android

(1)

Répondre