Apollo 10 était bridée pour ne pas aller sur la Lune

Proposé par
le
dans

Lors de la mission d’essai Apollo 10 destinée à préparer la célèbre mission Apollo 11 amenant un humain sur la Lune, la NASA avait rempli seulement de moitié le réservoir du module lunaire afin d’empêcher les astronautes de vouloir se poser sur la surface lunaire. Ils n’auraient en effet pas pu remonter par manque de carburant s'ils l'avaient tenté.


Commentaires préférés (3)

Extraordinaire ! Être à 15km du sol lunaire et devoir repartir plutôt que de rentrer dans l'histoire populaire (les astronautes d'Appolo X sont évidemment restés dans l'histoire de la conquête spatiale, d'autant qu'ils sont retournés sur la Lune avec Apollo XVI et Apollo XVII !)... Neil Armstrong et Buzz Aldrin auraient pu s'appeler Eugene Cernan et Thomas Stafford !

Posté le

android

(123)

Répondre

C'est beau la confiance de la NASA dans son personnel...
D'un autre côté, si ç'avait été moi, pas sûr que je n'aurais pas été tenté

J'ai l'impression qu'il y a un peu de "romance", y compris dans les sources, autour du fait que les astronautes se serait posés, si ils n'en avaient pas reçu l'ordre de Houston, si ils avaient eu assez de pétrole, etc...
Je penche plutôt sur le fait que ces programmes sont préparés et bien organisés. Chacun devait savoir exactement comment se déroulerait l'opération, et jamais, même s'ils avaient eu suffisamment de pétrole, ils n'auraient pensé pouvoir se poser.
Intéressant de savoir que c'était, à l'origine, cette opération là qui devait se poser, si l'URSS avait été en compétition sur le timing de cette "course" à la lune.


Tous les commentaires (33)

Extraordinaire ! Être à 15km du sol lunaire et devoir repartir plutôt que de rentrer dans l'histoire populaire (les astronautes d'Appolo X sont évidemment restés dans l'histoire de la conquête spatiale, d'autant qu'ils sont retournés sur la Lune avec Apollo XVI et Apollo XVII !)... Neil Armstrong et Buzz Aldrin auraient pu s'appeler Eugene Cernan et Thomas Stafford !

Posté le

android

(123)

Répondre

C'est beau la confiance de la NASA dans son personnel...
D'un autre côté, si ç'avait été moi, pas sûr que je n'aurais pas été tenté

a écrit : C'est beau la confiance de la NASA dans son personnel...
D'un autre côté, si ç'avait été moi, pas sûr que je n'aurais pas été tenté
La raison officielle : alléger le module :)
Moi je dis, quitte à l'alléger, autant designer le réservoir 2 fois plus petit !

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : La raison officielle : alléger le module :)
Moi je dis, quitte à l'alléger, autant designer le réservoir 2 fois plus petit !
Puis devoir disegner et fabriquer un autre module avec un réservoir 2 fois plus grand et augmenter les coûts ?

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Puis devoir disegner et fabriquer un autre module avec un réservoir 2 fois plus grand et augmenter les coûts ? Pourquoi voudrais tu faire le chemin inverse. Je ne suis pas ingénieur et je n ai aucune idée des contraintes de la fabrication d un vaisseau ou même d une voiture...
mais ça me semble assez logique de créer un réservoir plus petit si on a besoin de moins de carburant sans changer la forme de la navette ne serait ce que pour gagner du poids. Surtout que la raison évoquée ici c’est d alléger la navette pour ré décoller.

On le voit aujourd’hui avec les voitures modernes, les moteurs sont de plus en plus petits et pourtant la carrosserie ne change pas.

Les Américains n'avaient pas réussi à être les premiers à placer un satellite en orbite, ni d'envoyer un homme dans l'espace. En terme d'image dans la course à la suprématie entre les deux Puissances, l'URSS devenait le vainqueur.
il ne restait que l'alternative de poser un homme sur la Lune, pour que le "score du match de football" ne soit pas de 3 à 0. De là, le vol de l'Appolo 10, à mode de répétition générale avant une Première théâtrale.
En aucune manière, un échec était acceptable.
.... Et pourtant, le vol suivant (Appolo 11) fut sur le point d'être annulé ou reporté à deux heures du lancement, de par une panne irrécupérable de satellite ( de la gamme des Intelsat 3) assurant les communications entre le centre de commandement sur Terre, et les astronautes.
Une solution fut trouvée par les techniciens de la Telefónica ( compagnie nationale espagnole de téléphonie), pour que les peu de câbles sous-marins transatlantiques prennent le relais. Cette ligne fixe ne fut opérationnelle que cinq minutes avant le lancement.

Posté le

android

(29)

Répondre

J'ai l'impression qu'il y a un peu de "romance", y compris dans les sources, autour du fait que les astronautes se serait posés, si ils n'en avaient pas reçu l'ordre de Houston, si ils avaient eu assez de pétrole, etc...
Je penche plutôt sur le fait que ces programmes sont préparés et bien organisés. Chacun devait savoir exactement comment se déroulerait l'opération, et jamais, même s'ils avaient eu suffisamment de pétrole, ils n'auraient pensé pouvoir se poser.
Intéressant de savoir que c'était, à l'origine, cette opération là qui devait se poser, si l'URSS avait été en compétition sur le timing de cette "course" à la lune.

a écrit : Puis devoir disegner et fabriquer un autre module avec un réservoir 2 fois plus grand et augmenter les coûts ? C'est juste une boutade par rapport à la "blague" du verre à moitié plein/vide. Le pessimiste le voit à moitié vide, l'optimiste à moitié plein et l'ingénieur 2fois trop grand :)
Ceci étant, je doute fort, d'une part que les astronautes auraient désobéi et d'autre part que les coûts aient eu la moindre importance dans cette histoire ! Il fallait être les premiers, point barre !!! Dans les sources il est même indiqué que si les US avaient eu vent de la capacité de l'URSS à les devancer sur l'alunissage, ils auraient fait d'Appolo X la mission d'alunissage malgré l'absence de tests suffisants sur les technologies en jeu.

Édit : je n'avais pas vu le commentaire précédent qui dit à peu près la même chose :)

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Les Américains n'avaient pas réussi à être les premiers à placer un satellite en orbite, ni d'envoyer un homme dans l'espace. En terme d'image dans la course à la suprématie entre les deux Puissances, l'URSS devenait le vainqueur.
il ne restait que l'alternative de poser un homme su
r la Lune, pour que le "score du match de football" ne soit pas de 3 à 0. De là, le vol de l'Appolo 10, à mode de répétition générale avant une Première théâtrale.
En aucune manière, un échec était acceptable.
.... Et pourtant, le vol suivant (Appolo 11) fut sur le point d'être annulé ou reporté à deux heures du lancement, de par une panne irrécupérable de satellite ( de la gamme des Intelsat 3) assurant les communications entre le centre de commandement sur Terre, et les astronautes.
Une solution fut trouvée par les techniciens de la Telefónica ( compagnie nationale espagnole de téléphonie), pour que les peu de câbles sous-marins transatlantiques prennent le relais. Cette ligne fixe ne fut opérationnelle que cinq minutes avant le lancement.
Afficher tout
Je ne trouve rien sur cette histoire de câble, en revanche il existe un câble transatlantique qui s’appelle Apollo, pourrais tu me trouver un lien STP?

a écrit : Je ne trouve rien sur cette histoire de câble, en revanche il existe un câble transatlantique qui s’appelle Apollo, pourrais tu me trouver un lien STP? Il parle sûrement du câble sous-marin entre Houston et la fusée. 384000 km de câble, faut un sacré enrouleur.

a écrit : Il parle sûrement du câble sous-marin entre Houston et la fusée. 384000 km de câble, faut un sacré enrouleur. -Apollo X, ici Houston, faut pas vous poser, on a pas assez de câble!! Faut rentrer!!

Tout s'explique! ^^

Toi t'as regardé "l'avion de Barbie" de F. Foresti, je me trompe? ;)

a écrit : Je ne trouve rien sur cette histoire de câble, en revanche il existe un câble transatlantique qui s’appelle Apollo, pourrais tu me trouver un lien STP? En complément du lien que je t'ai posté, et pour que tu comprennes encore mieux:
Les communications entre les engins lunaires et la Terre, s'effectuaient au travers de trois antennes fixes, l'une située en Californie, la seconde en Australie, et la dernière en Espagne.
Ces trois positions géographiques permettaient de garder constamment le contact, car il y avait toujours une pouvant pointer vers la lune, malgré la rotation de la Terre.
La transmission des données entre Fresnedillas de la Oliva (Espagne) et le poste de commandement situé aux États-Unis, s'effectuait par l'intermédiaire d'un satellite Intelsat 3.
Quinze jours avant la mission, le satellite tombe en panne. La NASA va chercher à faire usage d'un autre, plus ancien, pour le substituer, mais ses batteries sont presque vides.
La solution alternative restante, est donc de faire usage des câbles téléphoniques transatlantiques, dont le protocole écrit ne sera prêt que 2 heures et cinq minutes avant l'heure du lancement, et techniquement terminé d'être mis en place, cinq minutes avant le décollage.
Sans cette solution de dernière heure, la mission Apollo 11 aurait dû être reportée, voire annulée.

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Extraordinaire ! Être à 15km du sol lunaire et devoir repartir plutôt que de rentrer dans l'histoire populaire (les astronautes d'Appolo X sont évidemment restés dans l'histoire de la conquête spatiale, d'autant qu'ils sont retournés sur la Lune avec Apollo XVI et Apollo XVII !)... Neil Armstrong et Buzz Aldrin auraient pu s'appeler Eugene Cernan et Thomas Stafford ! Afficher tout Pour le coup Cernan à été le dernier homme sur la lune avec Apollo XVII si je ne dis pas de bêtises. J'ai regardé toutes les missions Apollo sur la chaîne YouTube stardust, c'est fascinant. Apollo XI n'est que l'une des étapes, et finalement même si le grand public ne peut citer quasiment que XI et XIII, chaque mission était un défi technique passionnant à suivre.

J'ose rêver d'une nouvelle expédition avec nos moyens modernes, on pourrait avoir des images HD, et peut être même récupérer les cassettes de photo oubliées par Alan Bean sur la lune avec Apollo XII :-)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : En complément du lien que je t'ai posté, et pour que tu comprennes encore mieux:
Les communications entre les engins lunaires et la Terre, s'effectuaient au travers de trois antennes fixes, l'une située en Californie, la seconde en Australie, et la dernière en Espagne.
Ces trois positions
géographiques permettaient de garder constamment le contact, car il y avait toujours une pouvant pointer vers la lune, malgré la rotation de la Terre.
La transmission des données entre Fresnedillas de la Oliva (Espagne) et le poste de commandement situé aux États-Unis, s'effectuait par l'intermédiaire d'un satellite Intelsat 3.
Quinze jours avant la mission, le satellite tombe en panne. La NASA va chercher à faire usage d'un autre, plus ancien, pour le substituer, mais ses batteries sont presque vides.
La solution alternative restante, est donc de faire usage des câbles téléphoniques transatlantiques, dont le protocole écrit ne sera prêt que 2 heures et cinq minutes avant l'heure du lancement, et techniquement terminé d'être mis en place, cinq minutes avant le décollage.
Sans cette solution de dernière heure, la mission Apollo 11 aurait dû être reportée, voire annulée.
Afficher tout
Très intéressant, merci.
Pour compléter:
Quand le satellite Intelsat 3 au dessus de l’atlantique est tombé en panne (la première fois qu’un Intelsat tombait en panne, pas de bol), il y en avait un de rechange.
Mais lancé de toute urgence par une fusée, il ne fut pas mis sur la bonne orbite et cela aurait prit trop de temps pour le remettre en position. Re-pas de bol.
Come tu l’as dit, la NASA a bien essayé d’utiliser ensuite un vieux satellite qui était déjà en orbite (le premier Intelsat, “early bird”), mais ses batteries étaient trop vieilles et ne tenaient pas suffisamment la charge. Re-re-pas de bol.

Ils se sont donc rabattus sur le câble transatlantique, mais attention, ce n’étaient pas des fibres optiques ni même des câbles à transistors à l’époque, ils ont donc utilisé toute la bande passante (4800 bps s’il vous plait) pour pouvoir retransmettre les informations.

L’autre alternative aurait été de demander à Amstrong de faire une sieste de 8 heures après s’être posé pour que le premier pas se fasse lorsque les USA faisaient face à la lune, mais ça aurait trop entamé leurs réserves.

a écrit : Très intéressant, merci.
Pour compléter:
Quand le satellite Intelsat 3 au dessus de l’atlantique est tombé en panne (la première fois qu’un Intelsat tombait en panne, pas de bol), il y en avait un de rechange.
Mais lancé de toute urgence par une fusée, il ne fut pas mis sur la bonne orbite et cela a
urait prit trop de temps pour le remettre en position. Re-pas de bol.
Come tu l’as dit, la NASA a bien essayé d’utiliser ensuite un vieux satellite qui était déjà en orbite (le premier Intelsat, “early bird”), mais ses batteries étaient trop vieilles et ne tenaient pas suffisamment la charge. Re-re-pas de bol.

Ils se sont donc rabattus sur le câble transatlantique, mais attention, ce n’étaient pas des fibres optiques ni même des câbles à transistors à l’époque, ils ont donc utilisé toute la bande passante (4800 bps s’il vous plait) pour pouvoir retransmettre les informations.

L’autre alternative aurait été de demander à Amstrong de faire une sieste de 8 heures après s’être posé pour que le premier pas se fasse lorsque les USA faisaient face à la lune, mais ça aurait trop entamé leurs réserves.
Afficher tout
J'applaudis ! Bravo !
Ton commentaire apporte toute une foule de précisions, qui en fait démontre que la conquête spatiale était une aventure...
En effet, le relais de l'antenne de communication situé en Espagne, était primordial pour les communications et la retransmission des images.
Le choix de ce lieu n'était d'ailleurs pas anodin. La Dictature avait besoin des Américains pour survivre, et l'interdiction de droit de grève existant à l'époque, prévenait de ce type d'imprévu qui aurait aussi pu compromettre la mission.

J'ignore combien de temps le lancement aurait dû attendre, avant qu'une autre fenêtre de tir puisse avoir lieu. Cependant, je me suis toujours demandé si la NASA n'avait pas essayé de faire coïncider ce moment (premier pas sur la lune) pour qu'il ait lieu un dimanche soir, heure Américaine.

En tout cas, le show fut servi !

Quand on pense que la conquête spatiale ne fut qu'une couverture civile, pour mettre au point de la technologie destinée à devenir des missiles intercontinentaux prêts à tirer une bombe atomique.

Posté le

android

(4)

Répondre

Vu sur l’excellente chaîne youtube « Stardust ». À visiter absolument.

a écrit : Pourquoi voudrais tu faire le chemin inverse. Je ne suis pas ingénieur et je n ai aucune idée des contraintes de la fabrication d un vaisseau ou même d une voiture...
mais ça me semble assez logique de créer un réservoir plus petit si on a besoin de moins de carburant sans changer la forme de la navette ne sera
it ce que pour gagner du poids. Surtout que la raison évoquée ici c’est d alléger la navette pour ré décoller.

On le voit aujourd’hui avec les voitures modernes, les moteurs sont de plus en plus petits et pourtant la carrosserie ne change pas.
Afficher tout
Si tu fais des tests avec un certain équipement (que ce soit le matériel ou meme les logiciels, voire le parametrage de ceux ci) et qu'ensuite tu modifies cet équipement (par exemple mettre un réservoir deux fois plus gros) alors tes derniers test n'ont servis à rien.
Le centre de gravité peut etre modifié, le nouvel équipement peut entrer en conflit avec un autre sans que tu ne l'ai prévu, une panne peut se localiser au niveau de ce nouvel ajout ou modification.... et plein d'autres surprises.
Tu seras donc obligé de refaire des test.
Autant tester le tout avec l'équipement que tu esperes comme définitif.

a écrit : J'ai l'impression qu'il y a un peu de "romance", y compris dans les sources, autour du fait que les astronautes se serait posés, si ils n'en avaient pas reçu l'ordre de Houston, si ils avaient eu assez de pétrole, etc...
Je penche plutôt sur le fait que ces programmes sont prép
arés et bien organisés. Chacun devait savoir exactement comment se déroulerait l'opération, et jamais, même s'ils avaient eu suffisamment de pétrole, ils n'auraient pensé pouvoir se poser.
Intéressant de savoir que c'était, à l'origine, cette opération là qui devait se poser, si l'URSS avait été en compétition sur le timing de cette "course" à la lune.
Afficher tout
La série sur Apple TV + « for all mankind » commence exactement la... la mission 10 ne s’est pas posé et les russes ont réussi juste avant, et la question de savoir si la mission 10 aurait dû tenter le coup de l’allunage ! La série est vraiment pas mal, mais s’essouffle vite

a écrit : Pourquoi voudrais tu faire le chemin inverse. Je ne suis pas ingénieur et je n ai aucune idée des contraintes de la fabrication d un vaisseau ou même d une voiture...
mais ça me semble assez logique de créer un réservoir plus petit si on a besoin de moins de carburant sans changer la forme de la navette ne sera
it ce que pour gagner du poids. Surtout que la raison évoquée ici c’est d alléger la navette pour ré décoller.

On le voit aujourd’hui avec les voitures modernes, les moteurs sont de plus en plus petits et pourtant la carrosserie ne change pas.
Afficher tout
Ben non c'est pas du tout logique. Le but d'un test est de valider que tout marche bien. Si tu changes de configuration tu dois refaire le test ou décider de ne pas tester les modifications apportées.

On ne met pas sur le marché, et encore moins dans l'espace, des solutions qui n'ont pas été testées.

Dès lors qu'il y a un enjeux financiers, humains, ou un risque de perte de réputation il y a des campagnes de tests exhaustives.

Sans compter que redesigner a un coût et prend du temps. Donc plus de coût, plus de temps, plus de risques et aucun bénéfice escomptable... pas une super idée.

Posté le

android

(2)

Répondre